Covid-19 : la hausse inquiétante des interventions de SOS médecins…

C’est un chiffre examiné de près par les autorités sanitaires.

Le nombre des interventions de SOS médecins pour des suspicions de Covid est en hausse nette depuis quelques semaines.

Alors qu’on en dénombrait une centaine par jour il y a un mois, SOS médecins en a comptabilisé près de 600 depuis.

Les Français appellent de plus en plus SOS médecins pour des interventions liées à une suspicion de Covid-19

C’est un indicateur qui donne peut-être une idée de la circulation du Covid-19 en France. Les Français appellent de plus en plus SOS médecins pour des interventions liées à une suspicion de Covid-19. Selon le secrétaire général de SOS médecins, Serge Smadja, les chiffres qui remontent de son réseau sont d’autant plus importants qu’ils constituent des “indicateurs précoces” “car les gens nous appellent “avant d’aller à l’hôpital, avant de faire un test”.

Au moment d’entamer le déconfinement, le 11 mai, on comptabilisait 311 interventions de SOS médecins pour des suspicions de Covid en France par jour. Dans le mois qui suit, les chiffres sont alors régulièrement en baisse, jusqu’à atteindre au plus bas 102 interventions le 18 juin. La circulation du virus semble marquer le pas en France. Depuis cette date, la remontée est marquée et elle a même tendance à s’accélérer sur ces derniers jours. On comptabilisait 151 interventions le 24 juin, 192 le 30 juin, 243 le 7 juillet, selon les statistiques publiées. Depuis huit jours, la hausse est toujours aussi nette et régulière: 360 consultations vendredi, 458 dimanche.

Pour la journée de mardi, le secrétaire général de SOS Médecins, Serge Smadja, a indiqué à France Inter qu’il y avait eu 583 consultations pour des suspicions de Covid-19.

“Il faut rester prudents mais ça fait deux semaines que ça augmente”

“Tous les jours, ça augmente. C’est cette tendance qu’il faut regarder. Il faut rester prudent mais il faut noter que ça fait maintenant deux semaines que ça augmente”, déclare mercredi Serge Smadja à France Inter. Néanmoins le médecin constate que ces consultations donnent lieu à “beaucoup de tests négatifs” et qu’en cas de Covid avéré il y a peu de cas graves qui entraînent des hospitalisations. Il précise aussi que d’autres virus peuvent circuler avec des symptômes comparables à ceux du Covid-19. “Aujourd’hui si quelqu’un tousse, il y a une suspicion Covid”.

Les régions où on appelle le plus SOS médecins pour des suspicions de Covid sont la Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Bretagne et la Nouvelle-Aquitaine soit les endroits où les Français se déplacent pour passer leurs vacances.

Source FRANCE INTER.

Coronavirus : selon le Conseil scientifique, 30 millions de personnes seront prioritaires pour un vaccin en France, à commencer par les professionnels de santé…

D’autres professions exposées sont concernées, ainsi que les personnes âgées et vulnérables.

Parmi les populations prioritaires en France pour un vaccin, se trouvent environ 6,8 millions de personnes à risque d'exposition professionnelle.  | FRANKHOERMANN / SVEN SIMON / AFP

Il faut se préparer. La possibilité qu’un vaccin contre le nouveau coronaviruspuisse être disponible et administré à des millions de gens, en priorité les professionnels de santé, doit être anticipée dès maintenant, indiquent les membres du Conseil scientifique, du Comité vaccin Covid-19 et du Comité recherche, analyse et expertise (Care), dans un avis publié vendredi 24 juillet.

De nombreux essais sont en cours et bien que l’utilisation d’un vaccin soit soumise aux “incertitudes et inconnues scientifiques (efficacité, disponibilité à moyen ou long terme, type de vaccins…), il est dès à présent crucial d’élaborer une stratégie vaccinale nationale” pour l’intégrer efficacement dans la lutte contre l’épidémie, dès qu’il sera disponible, selon cet avis.

“Le ciblage des populations prioritaires est crucial”

“Le ciblage des populations prioritaires est crucial”, selon ce document. Parmi les populations prioritaires en France (Hexagone et Outremer), se trouvent environ 6,8 millions de personnes à risque d’exposition professionnelle avec une “priorité très élevée” pour environ 1,8 million d’entre elles, essentiellement des professionnels de santé.

Dans ce groupe, figurent autour de 5 millions de personnes à “priorité élevée” exposés par leur emploi au contact de la population (commerçants, aides à domicile, enseignants, chauffeurs de bus) ou travaillant en milieux confinés à risque (abattoirs, taxis/VTC, croisières..) ou ayant un hébergement confiné à risque (travailleurs migrants, site de construction…).

Les personnes à risque du fait de leur âge ou de leur état de santé, soit environ 23 millions de personnes en France et celles en grande précarité (environ 250 000 personnes) constituent l’autre groupe des populations prioritaires en premier lieu.

Le gouvernement français négocie (en partenariat avec ses homologues européens) des contrats de réservation de vaccins dont on ne connaît pas encore les caractéristiques (efficacité contre l’infection, la transmission, nombre d’injections, avec ou sans rappel…).

Le Conseil rejette l’idée “d’une vaccination obligatoire”

“Mais on s’attend à avoir plusieurs dizaines de millions de doses de vaccins (potentiellement correspondant à 2 à 5 produits différents) disponibles entre le dernier trimestre de l’année 2020 et le premier trimestre de 2021, qui pourraient être déployées s’il survient une seconde vague de Covid-19”, écrivent les scientifiques.

Les experts jugent “impératif de se donner le temps nécessaire à une évaluation rigoureuse” de l’efficacité et de la sécurité des candidats vaccins “avant leur utilisation à grande échelle”. Le gouvernement, selon la nature du ou des vaccins disponibles, devra déterminer “qui vacciner et comment”, souligne l’avis qui préconise d’associer les citoyens à cette démarche de préparation, afin de ne pas renouveler l’échec de la vaccination anti-grippale de 2009. Le Conseil rejette l’idée d’“une vaccination obligatoire”, préconisant une vaccination “organisée”.

Source FRANCE INFO.

Ségur de la Santé : Derrière les grandes annonces, cinq sujets qui crispent les soignants…

Après sept semaines de discussions, le Ségur de la santé prend fin vendredi 09 juillet et les syndicats ont jusqu’à lundi pour se prononcer sur la proposition d’accord qui prévoit une enveloppe de 7,5 millions pour les hôpitaux publics et privés.

Ségur de la Santé : Derrière les grandes annonces, cinq sujets qui crispent les soignants

Des ouvriers installent les portraits de soignants réalisé par l’artiste JR sur l’Opéra Bastille pour l’opération #ProtegeTonSoignant . — AFP

Cette fois, c’est fini. Enfin, pour le moment. Le Ségur de la santé touche à sa fin ce vendredi 9 juillet. En effet, dans la nuit de mercredi à jeudi, les syndicats et le ministère ont trouvé un accord à 1h du matin, après une négociation marathon de neuf heures. La version définitive de ce protocole a été reçu par les syndicats ce jeudi après-midi. Proposition qu’ils sont censés étudier et faire voter à leur base, s’il y a accord, ce qui n’est pas gagné. Le tout avant lundi soir. Veille de l’intervention d’ Emmanuel Macron, qui devrait ce 14 juillet faire des annonces pour l’hôpital. Si beaucoup se félicitent d’avoir obtenu un montant conséquent pour les paramédicaux, d’autres préviennent que cette avancée risque d’être insuffisante.

Une enveloppe trop limitée

Le projet d’accord propose un montant important : 7,5 milliards d’euros. « Je me félicite de cet effort inédit pour l’hôpital en termes de volume financier », a salué Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France. Une enveloppe qui devrait financer une augmentation salariale de 180 euros mensuels nets pour les professions paramédicales (infirmières, aides-soignantes…), mais également pour les non médicaux (techniciens, brancardiers, etc.) des hôpitaux et des Ehpad publics.

Une avancée, saluée par certains syndicats… mais au goût amer. Depuis des mois, ces derniers exigeaient 300 euros net mensuels supplémentaires. Car les professions sanitaires sont très en deçà de la moyenne de l’OCDE et il s’agit d’un rattrapage d’années sans augmentation, plaident ces soignants. « Bien sûr, ce protocole n’est pas parfait, a reconnu Didier Birig, secrétaire général de FO-Santé auprès de l’AFP. Mais on a été au bout de ce qu’on pouvait faire. Et 7,5 milliards d’euros, ce n’est pas une petite somme : on ne repart pas avec quelques centaines de millions d’euros ».

D’autres ne cachent pas leur déception.

« C’est assez loin de ce qu’on demandait, à savoir un plan d’attractivité fort, tranche Olivier Milleron, cardiologue à Bichat et membre du Collectif inter-hôpitaux (CIH). Deuxième problème : cette revalorisation salariale interviendra en deux temps : d’abord 90 euros en septembre, mais qui ne sera versé qu’en janvier de façon rétroactive (soit 450 euros) et une seconde de 90 euros en mars 2021. Une augmentation progressive, qui repousse un mieux-être tant attendu à 2021… Et agace Patrick Bourdillon, secrétaire fédéral  CGT santé : « Olivier Véran avait promis une revalorisation pour le 1er juillet, puis pour septembre et finalement elle ne sera touchée qu’en janvier. J’espère que la deuxième vague n’aura pas tué tout le monde d’ici là ! »

Les perdants et les gagnants

Dans son communiqué, Force Ouvrière assure que le gouvernement ne voulait faire bénéficier de ce coup de pouce qu’à une partie des équipes soignantes. Mais qu’ils ont obtenu que cette revalorisation touche également les personnels administratifs, ouvriers et techniques. Et le projet écrit a levé un doute : les agents du secteur social ne seront pas concernés. Pour Patrick Bourdillon, il est regrettable d’exclure « une partie de la psychiatrie, de l’aide sociale à l’enfance, les centres de prise en charge des personnes handicapées, soit 35.000 salariés. »

Si une issue semble se dessiner pour le personnel médical et paramédical, les choses semblent en revanche compromises pour les médecins hospitaliers. En effet, aucun projet d’accord n’a été présenté à ce stade, les discussions menées mercredi avec les syndicats de praticiens hospitaliers étant restées bloquées faute d’avancée sur l’enveloppe promise par le gouvernement. La semaine dernière, Olivier Véran avait proposé 600 millions d’euros pour leurs rémunérations, dont 400 millions pour les médecins et 200 pour les internes et étudiants. Les médecins n’ont pas caché leur déception. Et préviennent que beaucoup de praticiens risquent de partir dans le privé…

Image

Justement, ce qui met le plus en rogne certains syndicalistes, c’est que, depuis le début, cette enveloppe intègre le privé. Ils ont estimé que les paramédicaux du privé toucheraient environ 1,6 milliards. Une enveloppe qui pourrait financer une hausse de rémunération de l’ordre de 160 à 170 euros net. Des réunions devront être menées avec les syndicats dans les établissements concernés pour en fixer les modalités. « Le gouvernement a inclus et refuse d’enlever les salariés du privé lucratif, tempête Patrick Bourdillon. L’hôpital public devait être la cible de ce plan, finalement, le privé qui a les moyens de payer ses actionnaires va profiter des cotisations des citoyens. »

Les effectifs

Le Premier ministre Jean Castex est intervenu par surprise dans ces rencontres mardi et a insisté « pour que les questions d’emploi soient également intégrées à la négociation ». C’est chose faite. En effet, l’accord prévoit 15.000 postes supplémentaires. Une avancée saluée par les syndicats, qui regrettent néanmoins que ces effectifs soient financés sur les 7,5 milliards d’euros proposés par Matignon. Ce qui conduit nécessairement à réduire la somme disponible pour les hausses de rémunérations. Mais si on regarde de plus près, il s’agit en réalité de 7.500 créations de postes et de 7.500 des recrutements de personnels sur des postes qui n’étaient jusque-là pas pourvus. Ce qui semble problématique. « Aujourd’hui à l’hôpital Bichat, il y a 100 postes d’infirmières vacants, budgétés mais personne ne veut venir travailler ici, insiste Olivier Milleron. Le problème n’est pas de créer des postes, mais d’attirer les gens… » Deuxième réserve, de la part du cardiologue : « il paraît difficile de se satisfaire d’un chiffre, ce qui compte, c’est le ratio entre soignants et patients en fonction de l’hôpital. Tous n’ont pas tous les mêmes besoins d’infirmières. Aujourd’hui, les ratios sont les mêmes partout. On demande une discussion avec les équipes de chaque hôpital pour mettre en adéquation les moyens et la charge de travail. »

Des zones d’ombre

Les syndicats et collectifs ne cachent pas leur vigilance face à de grandes annonces non détaillées. « Pendant les négociations, on a eu l’occasion de s’affronter pour avoir un fléchage clair : combien pour les effectifs supplémentaires ? Pour le privé lucratif ?, reprend Patrick Bourdillon. Ils refusent de nous répondre. » Et le document définitif n’entre toujours pas dans les détails, au regret de ce dernier.

Autre question : cette enveloppe de 7,5 milliards chaque année s’ajoute à l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (Ondam), qui est décidé par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), discuté en ce moment et voté à l’automne. « Revaloriser les salaires, c’est essentiel, mais il faut augmenter les finances de l’hôpital public de façon pérenne, assure Olivier Milleron. Donc sortir du tout T2A (tarification à l’activité), qui ne permet pas d’adapter les soins aux besoins, et d’un Ondam raboté chaque année. Si on augmente les salaires sans en augmenter le mode de financement est-ce qu’on risque de nous dire qu’il faut augmenter l’activité pour financer ça ? »

Ne pas oublier les autres sujets

« La revalorisation salariale, c’est l’aspect le plus visible de ce Ségur, mais il ne peut pas se limiter à ça, prévient Patrick Chamboredon, président de l’ Ordre des infirmiers, qui n’a pas participé aux négociations. Les attentes sont plus larges de tous les acteurs. Il y avait quatre piliers, le seul qui devait se solder par un accord, c’est celui-ci, mais les autres doivent encore être travaillés. » En effet, il y a beaucoup à faire sur le front de la gouvernance de l’hôpital, de la simplification de l’organisation, de la collaboration entre soignants… D’ailleurs, une consutation citoyenne organisée du 15 mai au 24 juin sur l’hôpital de demain par le Conseil économique, social et environnemental a fait émerger plusieurs consensus notamment sur la gouvernance et de la gestion administrative des hôpitaux (mieux associer le personnel soignant aux décisions et les pré́server des tâches administratives) », détaille un communiqué que le Cese publié ce jeudi.

Reste un angle mort : le gel des fermetures de lits, troisième demande des Collectifs inter-urgences et inter-hôpitaux avec les salaires et les effectifs, sur lequel il n’y a pas de déclaration précise. « Olivier Véran a dit que les grands projets de restructuration étaient arrêtés le temps du Ségur », reprend le cardiologue. Mais quid de l’après ?

 

Coronavirus : « A côté de Didier Raoult, c’est un gentil »…Comment le Professeur Perronne est devenu l’autre apôtre décrié de la chloroquine.. On aurait pu éviter 25.000 morts ???

Le chef des maladies infectieuses de l’hôpital Raymond-Poincaré est devenu la nouvelle bête noire du monde médical après la publication d’un livre aux positions hétérodoxes sur la crise du Covid-19.

Coronavirus : « A côté de Didier Raoult, c’est un gentil »...Comment le Professeur Perronne est devenu l’autre apôtre décrié de la chloroquine

  • Dans « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? », sorti récemment, le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches donne sa vision très personnelle de la gestion de la crise sanitaire.
  • Parmi ses attaques répétées, il affirme que l’hydroxychloroquine, traitement promu par Didier Raoult, aurait permis d’éviter 25.000 morts si elle avait été prescrite largement en France.
  • Avant cette polémique, Christian Perronne était déjà controversé dans le milieu médical pour ses avis sur la maladie de Lyme.

Son livre critico-complotiste sorti début juin sur la crise sanitaire s’arrache comme du bon pain (Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise, chez Albin Michel). Numéro 1 sur Amazon devant les recettes gourmandes-croquantes de Cyril Lignac. Ses interventions médiatiques, d’abord limitées aux micros engagés d’André Bercoff sur Sud Radio ou de Jean-Marc Morandini sur Cnews, défouraillent à tout va y compris sur les chaînes grand public. L’homme accuse sans frémir ses collègues médecins d’avoir tué 25.000 Français en refusant de leur prescrire le fameux combo si décrié hydroxychloroquine + azithromycine.

Une activité frénétique finalement récompensée par une saisine du collège de déontologie de l’APHP, son employeur, et du Conseil de l’Ordre national des médecins (Cnom) en fin de semaine dernière. Confidence en interne : « Ça aurait été incompréhensible que l’on ne fasse rien au vu de la proportion qu’est en train de prendre l’affaire. Les médecins sont tenus à la confraternité, et là, on entend des propos violents qui sont en plus réitérés. »

Une alliance contre-nature avec Raoult

C’est donc une sacrée performance réussie par Christan Perronne, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de Garches. Le Professeur au CV ronflant – ex-conseiller au ministère de la Santé, ancien président de ce qui est devenu le Haut conseil de la santé publique –, passé sous les radars jusqu’ici, tutoie désormais la popularité de l’idole marseillaise Didier Raoult. Le destin des deux hommes est d’ailleurs inséparable sur le débat chloroquine contre le reste du monde. Une alliance paradoxale puisqu’elle ne repose pas franchement sur une vieille camaraderie de médecine née à décorer les murs du réfectoire de phallus en érection.

Ainsi, on résiste mal à la tentation d’exhumer cette tribune du Point de 2015 dans laquelle Didier Raoult découpe son condisciple. « Notre spécificité est que nous avons au Conseil national des universités et au Haut Comité de santé publique, un confrère qui a pris une position de leader du Lyme, sans bagage scientifique spécifique dans ce domaine, autre que ses croyances et le support de ses disciples. Il n’a pas de production scientifique lisible. Il a embrasé les théories alternatives et a même convaincu un grand hebdomadaire qu’il existait un complot tendant à dissimuler (pour quelle raison ?) l’ampleur du désastre. »

Une étude clinique discutée puis finalement retirée

Cinq ans après, Didier Raoult et Christian Perronne nous rejouent pourtant à leur manière le running gag des Guignols sur le couple Balkany. « L’hydroxychloroquine ? Bien sûr que ça marche, j’ai un témoin qui peut le prouver. » Quand Raoult est le dernier à croire à son remède, Il trouve un précieux soutien chez Perronne, qui dépose une étude en préprint sur l’efficacité du traitement promu par le directeur de l’IHU Méditerranée. Et tant pis si elle est aussi discutable sur le fond à cause de ses multiples biais, comme le démontre entre autres cet excellent article de nos confrères de Futura-Sciences.

« C’est une étude qui n’a ni queue ni tête avec des patients qui se baladent d’un groupe à l’autre », tempête Nathan Peiffer-Smadja, coordinateur du réseau des jeunes infectiologues de France, qui a initié la pétition demandant au Conseil de l’Ordre d’agir contre le Professeur Perronne. « On a neuf patients traités par hydroxychloroquine et azithromycine qui sont déplacés dans le groupe de contrôle parce qu’ils n’ont pas reçu le traitement pendant le temps imparti (48h) alors qu’ils finissent en soins intensifs ! Cela fausse toutes les données. D’ailleurs le préprint a été retiré de Medrxiv alors que ça n’arrive jamais. »

Réponse furibarde de Perronne dans L’Obs : « On a été obligé de la retirer parce qu’on s’est pris des seaux de purin sur la tête mais l’article est toujours en comité de relecture dans un journal international. Mes équipes ont reçu des appels de menace de collègues leur demandant s’ils avaient bien réfléchi à leur carrière en signant un papier pareil. » Selon nos informations, certains ont tellement réfléchi qu’ils ont demandé à voir leurs noms retirés de la liste des participants à l’étude avant même sa publication, car ils avaient émis des doutes sur sa méthodologie dès le départ.

Un autre signataire de l’étude, Djillali Annane, chef du service de réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré, le même que Perronne, confirme à demi-mot certaines réticences : « Je n’ai pas demandé que mon nom soit retiré mais à ce qu’avant la soumission pour publication dans une revue à comité de lecture, le plan d’analyse statistique soit revu avec un expert statisticien. » Une précaution qui ne changera rien à l’affaire, selon Pierre Tattevin, président de la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française, qui regroupe une large majorité des infectiologues exerçant dans l’Hexagone.

« La chloroquine, on avait envie d’y croire, mais ça ne tient pas la route. Toutes les grandes études internationales menées dans les règles de l’art le montrent, L’OMS le dit, toutes les instances le disent. Comment un grand Professeur comme ça, en fin de carrière, peut camper sur des positions qui ne sont pas tenables ? Allez dire aux gens qui ont perdu des proches que ces derniers auraient pu être soignés, ça a un impact terrible. Je ne m’explique pas ce qui lui a pris. Même en imaginant que la chloroquine était le traitement miracle, ce qu’il n’est pas, on n’aurait jamais guéri 80 % des gens. Au-delà même de la conviction délirante, c’est un mensonge raconté aux victimes du Covid-19. »

La photo qui passe mal

Ceux qui ont renoncé à comprendre n’hésitent pas à parler de mégalomanie, ce qui est une manière d’interpréter une photo parue sur les réseaux sociaux dont on a pu vérifier la véracité. On y voit le Professeur Perronne en arrière-plan, et devant lui une dizaine de jeunes femmes de dos avec des messages de soutien sur leur blouse. « Un grand merci Mr Perronne, un grand homme Mr Perronne, un grand bravo Mr Perronne », et ainsi de suite. La mise en scène a suscité un certain malaise en interne. « Il s’agit pour la majorité d’infirmières de son service dont on devine tout à fait le lien de dépendance vis-à-vis de Perronne, persifle un confrère. Je ne crois pas qu’elles aient eu beaucoup le choix. » Gardons-nous ici d’employer les grands mots : même ses détracteurs reconnaissent que le Professeur Perronne n’a pas mauvais fond. « Il peut y avoir des pressions, mais il ne va fusiller personne. A côté de Raoult, Perronne, c’est un gentil. Il est respectueux et il laisse les gens tranquilles. »

Si les deux pointures n’ont pas le même caractère, elles partagent la même attirance pour les théories complotistes. Dans son ouvrage, qui relaie par ailleurs un bon nombre de critiques largement admises, comme la mauvaise gestion gouvernementale du manque de masques ou la désorganisation des autorités sanitaires, Christian Perronne reprend à son compte les attaques de Didier Raoult sur la probité de ses confères, qu’il juge achetés par les grands laboratoires. « Au sommet de l’État, les relations personnelles, les services rendus ou les travaux bien rémunérés par l’industrie pharmaceutique se transforment parfois en conflits d’intérêts plus visibles que d’habitude. Un organisme officiel, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), a été le petit théâtre de certains d’entre eux. Un membre éminent de la commission Maladies transmissibles de ce Haut Conseil a ainsi touché 90.741 euros de l’industrie pharmaceutique, dont 16.563 euros de Gilead. Or c’est ce Haut Conseil qui a rendu le fameux avis interdisant l’hydroxychloroquine, sauf aux mourants. »

« Ils ont laissé crever mon beau-frère »

Sur le plateau de Cnews, il va même plus loin, en accusant le CHU de Nantes, en bisbille judiciaire avec Raoult pour cette même histoire de conflit d’intérêts, d’avoir « laissé crever son beau-frère » en refusant de lui administrer le traitement magique. Contacté, le CHU de Nantes, préfère « ne pas rentrer dans cette polémique infondée. L’ensemble des patients pris en charge pour Covid-19 au sein de l’établissement a été traité de manière collégiale, en prescrivant les traitements validés scientifiquement et adaptés à chaque situation individuelle ».

S’il est encore loin de la ferveur autour de Raoult, qui a explosé les records d’audience de BFM l’autre jour lors du remix de Rumble in the Jungle contre Bourdin, les prises de position du Professeur Perronne commencent à lui valoir un certain succès sur les réseaux sociaux. Au point de condamner ses opposants à des raids bien sentis sur Facebook et ailleurs de la part des admirateurs de la doublette infernale. « Recevoir un message avec mon adresse et un avertissement du genre “justice sera faite”, ça ne fait jamais plaisir », avance Nathan Peiffer-Sadja.

Il accuse ses confrères de collusion avec les laboratoires

La tension serait même montée d’un cran depuis que l’utilisation du Remdevisir, le produit phare de Gilead, a été validée par l’Agence européenne du médicament le 15 juin, malgré une incidence minime sur la mortalité. « Oui, il y a un problème de financement de la médecine », reconnaît sans fard le jeune interne à Bichat. « Aux internes, on dit “déplacez-vous dans des congrès et publiez des travaux de recherche pour faire carrière”, mais ni l’État ni les facultés ne veulent payer. Un interne qui gagne 1.800 euros par mois, s’il doit payer 800 euros de sa poche pour aller à un congrès, il fait comment ? Et ben c’est l’industrie qui paye. C’est tellement hypocrite ceux qui disent “il faut arrêter ça tout de suite”. A quel point cela peut influer sur les décisions médicales ? Il y a sûrement débat, mais aucun médecin ne va laisser mourir des gens parce qu’un labo lui a payé un déplacement un jour. »

« Ce que dit Perronne est assez démagogique, mais ça prend bien, renchérit Pierre Tattevin. Ces liens d’intérêt dont il parle, tous les médecins qui exercent pour des unités de recherche en ont. Mais la plupart du temps, c’est pour pouvoir faire des expérimentations. Lui-même en a bénéficié. Alors, si la parade quand on explique que la chloroquine ne fonctionne pas, c’est “vous dites ça parce que vous êtes payé par le labo concurrent”, bon… Le Remdevisir, c’est vrai que ce n’est pas très spectaculaire, mais c’est le seul traitement antiviral qui a démontré un peu d’efficacité. Mais il ne faut pas que Perronne ce soit l’arbre qui cache la forêt. Il a toujours été un outsider. »

« Avant lui, les médecins me regardaient de haut »

Le Chef du service d’infectiologie du CHU de Rennes fait ici référence au rôle controversé de Christian Perronne dans la recherche contre la maladie de Lyme. Défenseur de la théorie parfois colportée, mais jamais prouvée, du chercheur nazi réfugié aux Etats-Unis qui aurait trafiqué les tiques pour les rendre plus infectieuses avant leur « évasion » d’une base américaine du Connecticut, le spécialiste accusait déjà en 2015 le milieu médical de cacher au grand public les dégâts causés par cette maladie silencieuse et mal diagnostiquée. Snobé par ses pairs, qui le taxent à l’époque d’obscurantisme et d’alarmisme inutile, le Professeur Perronne tombe alors comme une bénédiction pour des milliers de malades « en errance médicale », à l’image d’Armelle Cyuela.

Désormais présidente de l’association Vaincre Lyme, elle a lancé une (autre) pétition pour défendre Christian Perronne. « Avant lui, les médecins me regardaient de haut, disant que mes tests ne valaient rien et que je n’étais pas malade. J’ai fini par être hospitalisée à Garches. Il m’a aidée à un moment où j’en avais grand besoin. Il y a des milliers de personnes qui souffrent terriblement et lui a consacré sa vie à essayer de faire connaître cette maladie. Alors, sur la chloroquine, s’il dit que ça marche, je suis derrière lui à 100 %. » Plus de 80.000 signataires partagent son avis. Le soutien populaire, toujours. « Les dégâts sont faits dans l’opinion publique, concède Pierre Tattevin. Ce qu’on espère maintenant, c’est que la sanction soit assez intimidante pour que lors des prochaines épidémies, des Raoult ou des Perronne réfléchissent à deux fois avant de dire qu’ils savent mieux que tout le monde. »

Aucune plainte n’a encore été déposée devant la chambre disciplinaire. « On attend que le conseil de l’ordre interdépartemental des Hauts-de-Seine se prononce, comme le veut l’usage », temporise le Cnom. Quant aux équipes de l’hôpital Raymond Poincaré, elles font le dos rond. « On a d’autres chats à fouetter et des patients à prendre en charge. Pour le reste, on met des œillères, même si on est déçus de la tournure que prennent les choses. »

Source 20 MINUTES.

Coronavirus : Vocation confirmée, choc… Des étudiants volontaires racontent leur expérience en première ligne aux côtés des soignants…

Certains étudiants en cursus de santé, qui se sont portés volontaires pour prêter main forte pour lutter contre le coronavirus, expliquent l’impact de cette expérience hors du commun sur leur choix d’orientation.

Coronavirus : Vocation confirmée, choc... Des étudiants volontaires racontent leur expérience en première ligne aux côtés des soignants

  • Pendant l’épidémie, certains étudiants en médecine, en soins infirmiers, se sont mobilisés pour aider les soignants sous l’eau.
  • Certains ont accepté de répondre à notre appel à témoignage.
  • Ils racontent comment ils ont vécu cette mission si particulière. Et comment elle a pu changer ou renforcer leurs choix de carrière.

Aller au front sans arme, ni formation. Certains étudiants infirmiers ou à la faculté de médecine se sont portés volontaires pour épauler leurs futurs collègues dans les couloirs des hôpitaux, dans les chambres des Ehpad, au téléphone pendant l’épidémie de coronavirus. Un plongeon précoce et singulier qui peut s’avérer formateur, mais aussi délicat. Certains d’entre eux nous ont confié leur ressenti et comment cette expérience hors du commun a joué dans leurs choix d’avenir.

« Me retrouver dans le grand bain a été une expérience très enrichissante »

Thomas, 21 ans et étudiant en deuxième année de médecine à la faculté de Paris-Saclay a voulu se rendre utile pendant l’épidémie. Sa faculté l’a mobilisé à l’hôpital de Melun (Seine-et-Marne), qui a lancé Terr-e Santé, une cellule de télémédecine dédiée au Covid-19. Une mission qui consistait à rappeler les patients qui sentaient leur état de santé se dégrader. D’un coup, il a collaboré avec des infirmières, médecins coordinateurs, des externes… Et cette expérience, loin des bancs bondés de la fac, lui a beaucoup appris. « Après le concours si difficile de première année, me retrouver dans le grand bain a été une expérience très enrichissante, qui m’a montré les différentes facettes des professions médicales. J’y ai vu de nombreux bons côtés (richesse du raisonnement, de l’interrogatoire médical, confiance des patients…), mais aussi certains aspects que j’avais sous-estimés (certaines personnes minorant notre rôle, ce qui pouvait rester un peu en travers de la gorge lorsqu’on est volontaire).

Ilona, 19 ans, poursuit, elle, un cursus pour devenir infirmière. Elle est envoyée dans un Ehpad dès le lendemain de sa proposition d’aide. Ce n’est pas une découverte pour elle car elle avait déjà réalisé des stages et des boulots d’été dans cet univers. « J’ai été confrontée directement à mon arrivée à la mort d’une résidente. Je me suis dit que pour le coup, je rentrais dans le bain directement. » Avec de nouvelles directives drastiques et des équipes très sollicitées, Ilona n’a pas vraiment eu le temps d’apprendre sereinement le métier. « On m’a indiqué les chambres des résidentes que je prendrai à charge pour la toilette, seule, l’aide à la prise des repas… Je n’ai pas eu de semaine d’adaptation et j’ai surtout suivi les aides-soignantes, alors que je suis étudiante infirmière. J’étais très autonome. » Pour beaucoup d’entre eux, cette mission a pris des allures de formation express. « J’ai appris beaucoup de choses sur l’hygiène, reprend la jeune femme. C’est une formation exigeante pour un métier méticuleux. »

Urgence et solidarité

Ce qui l’a marquée, également, c’est l’urgence. « J’aime prendre le temps de bien connaître les résidents avant de faire leur toilette, mais là ce n’était pas possible. » Surtout que la crise du Covid a modifié les conditions de travail des soignantes. « Les résidents devaient se sentir tellement seuls, en plus on ne voyait plus notre visage entre le masque, les lunettes, on ne pouvait pas les toucher, vu qu’il fallait respecter une certaine distance. C’était plus difficile d’accompagner dans la mort. » Surtout avec des proches éloignés et particulièrement inquiets.

Malgré les difficultés, c’est aussi la fierté qui ressort de ces témoignages. « Ma première semaine était vraiment dure, porter un masque pendant douze heures avec la chaleur était compliqué, explique encore Ilona. J’avais de grosses migraines, j’étais épuisée, mais je rentrais avec le sourire, pensant que pendant cette période de confinement, je ne me tournais pas les pouces mais que je servais à quelque chose. »

Et beaucoup ont pu compter sur une équipe investie et une solidarité précieuse. « A chaque fois que je fais des stages, on me dit qu’il faut avoir une bonne cohésion avec l’équipe, c’est ce qui me plaisait dans ce métier, reprend Ilona. Je l’ai vu encore plus dans cette situation. » Mais certains ont été choqués de voir l’état de l’hôpital public. Car en passant de la théorie à la pratique, « j’ai pu aussi me confronter à la réalité du monde hospitalier : peu de moyens pour le personnel qui se sent oublié, des heures de travail à rallonge, souligne Thomas, étudiant en médecine. J’espère qu’à l’avenir la condition des personnels de santé sera améliorée. »

« J’ai pris conscience que ce métier est ma vocation »

Les défis, déjà nombreux en temps normal, ont été accentués par cette épidémie. « Le manque de matériel obligeait des soignants à travailler en continu pour ne pas changer de protections 7 heures d’affilée », pointe Eliot, étudiant en première année en soins infirmiers dans le Nord Franche-Comté.

Stress, décès des patients, pénurie de masques… Découvrir son futur métier dans des conditions aussi exceptionnelles risque de fausser un premier aperçu. Au point de baisser les bras ? Pour Suzanne, volontaire également, c’est la douche froide. « J’ai vu l’horreur, la panique pour trouver du matériel, le découragement, les pleurs, la colère, déplore-t-elle. Je n’ai pas vu de gens heureux, fiers de leur métier. Je les gênais car je ne savais encore rien faire. Je vais changer d’orientation, sauve qui peut. » Ilona, elle, n’a pas prévu de se réorienter. « C’était une période compliquée, on comptait énormément sur les infirmières, il fallait qu’elles soient encore plus réactives que d’habitude, souligne-t-elle. J’en ai vu pleurer, rentrer chez elles plus tôt car elles n’en pouvaient plus. Je me suis dit ce métier, c’est une charge importante. Mais j’ai quand même envie de continuer dans cette formation. »

Pour Eliot, ces cinq semaines dans un service de rééducation traumatologique n’ont fait que renforcer sa motivation. « J’ai pris conscience que ce métier est ma vocation et que j’ai adoré participer à l’effort national, nous confie-t-il. La médecine de crise est mon domaine, je veux vivre des journées remplies de suspense et d’inattendu. Je vise un poste dans l’armée ou en soins intensifs. » Cette première expérience sur le terrain a donné envie à Thomas de modifier son futur métier. « Cela m’a bien fait réfléchir sur mes futurs choix de spécialité, je souhaiterais me tourner vers une spécialité médicale, et non chirurgicale, car j’ai beaucoup apprécié le contact avec les patients, le côté humain du métier. »

Source 20 MINUTES.

Une nouvelle molécule capable de freiner les cellules cancéreuses ?….

C’est le début d’une approche prometteuse. Des chercheurs de l’Institut génétique et développement de Rennes ont trouvé une molécule qui pourrait freiner la prolifération des cellules, notamment cancéreuses.

Des tests probants ont été réalisés sur des animaux.

Christelle Benaud, chercheuse dans l’équipe UMR6290-IGDR Cytosquelette et prolifération Cellulaire de l’université Rennes 1.

 

Ce n’est que le début, mais nos premiers résultats sont concluants, explique Christelle Benaud, chercheuse à l’Institut génétique et développement de Rennes. Nous avons réussi à développer une molécule capable de freiner la division cellulaire. Une avancée majeure qui a fait l’objet d’une publication, le 6 avril, dans la revue de référence internationale Journal of Cell Science .

Pour se diviser, une cellule doit réorganiser son cytosquelette, composé de microtubules, précise la chercheuse. Ça lui permet de dupliquer son matériel génétique à l’identique. Un phénomène aujourd’hui bien connu et qui est à la base de la vie. Or, en collaboration avec des chercheurs italiens, nous avons identifié une molécule dérivée des benzodiazépines, capable d’agir sur un régulateur des microtubules et de freiner cette duplication.

Cibler les cellules cancéreuses

Une découverte qui intéresse la recherche contre le cancer, qui a financé une partie des travaux. Aujourd’hui, le principe de la chimiothérapie est d’injecter des médicaments qui vont empêcher la division des cellules cancéreuses, mais aussi de toutes les autres cellules du corps. Ce qui entraîne notamment les effets secondaires, poursuit Christelle Benaud. Notre découverte pourrait permettre de ne cibler que les cellules cancéreuses.

Christelle Benaud a mené des expériences concluantes sur des mouches drosophiles. « On a pu constater, grâce à un système d’imagerie, un très fort ralentissement de la division cellulaire. Une potentielle nouvelle approche thérapeutique, qui pourrait offrir de nouvelles solutions sur des cancers très difficiles comme le glioblastome du cerveau.

“On a touché le fond à l’hôpital, on ne peut pas revenir au monde d’avant” : une pédiatre décide de parler…

Manque de lits, pression sur les personnels, concurrence entre les services, cette situation n’est pas nouvelle pour les hospitaliers.

Mais alors que s’ouvrent des négociations en haut lieu, le “Ségur de la Santé”, certains médecins sortent de leur silence.

Rencontre avec une pédiatre très déterminée.

Une autre organisation est-elle possible à l'hôpital avec davantage de soins, davantage de lits, de personnels, et moins de concurrence entre les spécialités ?

Elle affiche un large sourire que l’on aperçoit derrière son masque bleu et blanc, mais son inquiétude, sa colère, surgissent rapidement lorsque l’on parle des conditions de soin et de travail. Le docteur Véronique Hentgen, pédiatre dans un hôpital d’Île-de-France, a décidé de s’exprimer pour que les choses changent. Elle nous permet de visiter son service. Dans le couloir des adolescents, certains dessinent. Les règles de distanciations sont respectées, autant que possible. Un peu plus loin, le babyfoot a été désinfecté. Tout est calme, serein. Mais l’hiver dernier, cet hôpital a tellement manqué de lits de réanimation que des bébés ont dû être transférés dans d’autres hôpitaux, loin de leur région.

Là, on a touché le fond“, se confie-t-elle, “le choc a été immense pour les pédiatres“. Ce que les adultes ont vécu lors de cette crise du Covid-19, les bébés l’ont déjà éprouvé en pédiatrie cet hiver”, se révolte-t-elle. Parce que les hôpitaux d’Île-de-France manquaient de lits, des bébés qui avaient besoin de soins de réanimation ont dû en effet parcourir des centaines de kilomètres. “C’est quoi la prochaine étape ?”, se demande-t-elle. “Si les autres hôpitaux sont pleins, on ne pourra plus les transférer ? Et on devrait les laisser mourir ? Cela n’est pas possible !”

Face à cette situation dramatique, cette pédiatre, entièrement vouée à l’hôpital public et non syndiquée, s’est engagée au sein du “Collectif Inter Hôpitaux“, et elle “ose parler”, comme elle dit, car sinon “elle aurait honte de laisser faire”.

L’espoir de pouvoir se recentrer sur le soin

Depuis cet hiver, elle se bat, mais aujourd’hui, elle se dit que des leçons peuvent être tirées de la crise du Covid-19. Durant ces longues semaines, les soignants se sont en effet concentrés sur leur métier, leur vocation : le soin de tous les malades, et ils ont laissé de côté les préoccupations financières et la pression de rentabilité qui minent leur quotidien selon eux. “Jusqu’à présent, on raisonnait en terme de coût et de budget, là on a retrouvé le sens de notre métier.” Une autre organisation est-elle alors possible ? Avec davantage de soins, davantage de lits, de personnels, et moins de concurrence entre les spécialités ?

Quand elle pense à l’avenir, le ton monte. Il y a des solutions, or l’épidémie a montré qu’on ne peut pas revenir au système d’avant, car il est pervers, on ne doit pas retourner dans une logique comptable”, s’insurge-t-elle.

Véronique Hentgen se prend à rêver d’un hôpital “plus fort“, qui accueillerait davantage de patients et qui “permettrait aux médecins de mener leurs travaux de recherche à d’autres heures que la nuit ou pendant leurs congés“. Pour cela, selon elle, il faut rompre avec la logique de “tarification à l’acte et à l’activité” qui pousse à multiplier les actes pour être rentable. Et pour elle, “considérer que certains actes rapportent et d’autres non, c’est une hérésie” en médecine.

Et le soutien du grand public ?

Concernant les salaires, comme beaucoup de médecins, elle estime que l’urgence est surtout de revaloriser les infirmières et les aides-soignantes”. Mais pour elle, c’est le mode de financement des hôpitaux qu’il faut revoir et “investir dans la santé rapportera à l’économie car une population en bonne santé, c’est positif pour toute la société“, insiste cette pédiatre, également infectiologue. En d’autres termes, si ce Ségur de la Santé ne va pas au-delà de mesures salariales, l’occasion sera ratée “pour sauver l’hôpital public”. Voilà son inquiétude.

Cette pédiatre espère enfin que le grand public saura soutenir les soignants à l’avenir, comme aujourd’hui. Quitte à engager un débat de société et à accepter, peut-être, de payer un peu plus chacun pour la santé…

Source FRANCE INTER.

Des soignants atteints du Covid 19 ont bien développé une immunité temporaire…

Les malades atteints d’une forme légère du Covid-19 sont-ils protégés contre une nouvelle infection ?

Une équipe de l’institut Pasteur ainsi que le CHU de Strasbourg ont pratiqué des tests sur des personnels soignants de deux hôpitaux de Strasbourg atteints par le Covid-19.

La réponse est positive, ils sont immunisés.

Des soignants atteints du Covid 19 ont bien développé une immunité temporaire. 160 soignants de 2 hôpitaux de Strasbourg atteints par le coronavirus ont été testés. 159 ont développé des anticorps

160 soignants de deux hôpitaux de Strasbourg qui avaient été atteints par le coronavirus, ont été testés. Ils avaient développé des formes légères, sans aucune hospitalisation.

Un mois après la maladie, la présence des anticorps était incontestable : “On a retrouvé des anticorps chez la quasi-totalité d’entre eux : 159 sur 160” explique le Pr Arnaud Fontanet de l’Institut Pasteur qui a conduit cette étude. “Et, plus intéressant, on recherchait les anticorps neutralisants dont on sait qu’ils sont protecteurs contre, par exemple, une réinfection. Et là, à partir d’un mois, on en trouve chez 98% des personnes qui avaient été infectées par le SARS-CoV-2. Des résultats qui sont effectivement une bonne nouvelle.

On ne savait pas, jusqu’ici, quelle était la proportion d’individus qui développent des anticorps et si ces anticorps étaient protecteurs. Mais le chercheur précise :

“Le fait d’avoir des anticorps protecteurs un mois après le début des signes, laisse entendre que, très vraisemblablement, ils sont protégés contre une réinfection s’ils étaient à nouveau exposés au coronavirus”

Il n’y a pas de doute sur la capacité de protection de ces anticorps, qui a été testée en laboratoire. Combien de temps va durer cette protection pour les personnes qui ont développé une forme légère ? “De quelques semaines à quelques mois”, disent les chercheurs, il faudra ensuite re-tester.

C’est une bonne réponse même si elle ne s’applique qu’à peu de personnes puisqu’on estime à 10% le taux de contamination dans les zones rouges : Grand Est, Île de France et seulement 2% dans l’ouest.

Source FRANCE INTER.

Déconfinement et maladies cardiovasculaires : une cardiologue lilloise craint “une bombe à retardement”…

Le cri d’alarme d’une cardiologue lilloise. Claire Mounier-Vehier, cheffe de service au CHU de Lille, voit arriver, depuis le début du déconfinement, de nombreuses patientes qui n’ont pas consulté jusqu’ici, de peur d’attraper le coronavirus.

Aujourd’hui, les conséquences sont terribles.

Claire Mounier-Vehier, professeure de cardiologie au CHU de Lille, voit arriver des patientes avec des complications. Pour elle, c'est une conséquence directe de la crise du coronavirus.

Et si les dégâts collatéraux de l’épidémie de Covid-19 étaient plus graves que le virus en lui-même ? La cheffe de service de l’Institut cœur poumon du CHU de Lille, la professeure de cardiologie Claire Mounier-Vehier, lance aujourd’hui un appel aux femmes : ne négligez pas vos symptômes.

Les maladies cardiovasculaires tuent 200 femmes par jour en France. Pendant le confinement, les consultations en cardiologie ont chuté, car les patientes préféraient ignorer leurs symptômes plutôt que de se rendre à l’hôpital, par peur du coronavirus. “Les gens ne venaient que quand vraiment, ils avaient l’impression qu’ils allaient mourir“, résume Claire Mounier-Vehier.

“On a l’impression de revenir à la préhistoire de la cardio”

Aujourd’hui, les médecins voient arriver des femmes dans des états critiques. “Si un infarctus n’est pas pris en charge dans les trois heures, le muscle cardiaque est mort. Les infarctus catastrophiques, qu’on voyait dans le temps où on ne soignait pas la cardiologie, on en reçoit un à deux par semaine en ce moment. Donc en fait, c’est une bombe à retardement. On a l’impression de revenir à la préhistoire de la cardio“.

La cardiologue veut donc inciter les patients à consulter : “il faut que les gens comprennent qu’à l’hôpital, c’est hyper sécurisé. On a divisé par deux les consultations présentielles, pour nettoyer les salles entre chaque patient“. Avant le déconfinement, la moitié des lits de cardiologie seulement étaient occupés.

“C’est un véritable cocktail pour provoquer des accidents cardiaques”

La période de confinement, puis de déconfinement, est “ultra critique” pour les femmes selon le Professeur Mounier-Vehier. “Les femmes sont plus sensibles que les hommes aux facteurs de risques classiques. Pendant le confinement, elles ont vécu la sédentarité, elles ont moins bien mangé, probablement plus fumé pour les fumeuses. Il y a eu un stress lié au télétravail ou à la précarité. Il faut aussi faire l’école à la maison pour les enfants, et s’occuper de la maison. C’est un véritable cocktail pour provoquer des accidents cardiaques“.

Certains symptômes, souvent associés entre eux, doivent alerter les femmes, ils sont différents de ceux des hommes, et méconnus :

  • un essoufflement pour des efforts de la vie quotidienne
  • des palpitations
  • une sensation de douleur thoracique
  • des difficultés à digérer, impression d’indigestion
  • un sentiment d’angoisse

Ce seront les dégâts collatéraux du Covid

Si on ressent tout ou partie de ces symptômes, un seul réflexe : appeler le 15. “Il vaut mieux le faire pour rien, que de ne pas appeler“, recommande Claire Mounier-Vehier, “car on risque de payer très cher le non dépistage, ou le soin pris avec retard. Ce seront les dégâts collatéraux du Covid“.

Claire Mounier-Vehier vient de lancer la fondation Agir pour le cœur des femmes, pour sensibiliser à ce risque cardiovasculaire, et informer. Une information basée sur la règle des 3A : Alerter, Anticiper, Agir.

Pour en savoir plus : la Fédération française de cardiologie Nord-Pas-de-Calais.

Source FRANCE BLEU

Coronavirus : des symptômes de stress post-traumatique chez 30% des internes selon une étude…

Selon une étude publié ce vendredi par l’Insi (Intersyndicale nationale des internes), un interne sur trois présente des symptômes de stress post-traumatique depuis la crise du coronavirus. “L’épidémie a été très anxiogène pour les internes”, souligne l’Intersyndicale.

Un interne sur trois présente des symptômes de stress post-traumatique depuis la crise du coronavirus, selon une étude publiée par l'Intersyndicale nationale des internes (photo d'illustration).

Cauchemars, impression de ne pas arriver à faire face, ne pas pouvoir en parler, irritabilité, colère, anxiété, tristesse… Cette étude montre que ces symptômes sont très présents”, souligne l’Intersyndicale nationale des internes (Insi), inquiète de l’impact de l’épidémie “sur la santé mentale des internes“.

Un interne sur trois présente des symptômes de stress post-traumatique depuis la crise du coronavirus, selon une étude publiée vendredi par l’Intersyndicale. “L’épidémie a été très anxiogène pour les internes“, souligne l’Isni dans cette enquête, réalisée entre le 20 mars et le 11 mai auprès de 892 médecins en formation, via un questionnaire basé sur des outils utilisés dans les études de psychiatrie.

“Le manque d’encadrement, de tests de dépistage et de matériel de protection ont accru le stress de ces jeunes professionnels – Insi”

“L’arrivée d’un virus inconnu, la réalisation de nouvelles prise en charge de patients dans des états graves, la surcharge de travail, le manque d’encadrement, de tests de dépistage et de matériel de protection ont accru le stress de ces jeunes professionnels”, ajoute l’Isni.

Au total, 47,1% des personnes interrogées présentaient à la mi-mai des symptômes d’anxiété, soit 15 points de plus qu’en 2017. 29,8% montraient des symptômes de stress post-traumatique, et 18,4% des symptômes dépressifs.

Les internes en médecine, futurs médecins employés à l’hôpital dans le cadre de stages de fin de cursus, se sont retrouvés en première ligne ces dernières semaines face au coronavirus dans de nombreux établissements. D’après l’Isni, ils représentent actuellement 44% des médecins hospitaliers.

Source FRANCE BLEU.