A Vertou, près de Nantes, les locataires d’un immeuble sont sans ascenseur depuis 19 mois…! Certains locataires sont pourtant handicapés…

Depuis février 2019, les habitants d’un immeuble comprenant un rez-de-chaussée et trois étages n’ont plus d’ascenseur.

Ils ont beau appeler la société, un bailleur social de Loire-Atlantique, ils ne savent toujours pas quand il sera réparé.

Certains locataires sont pourtant handicapés.

Marie-Thérèse Fraquet est handicapée. Elle habite au deuxième étage de cet immeuble qui est sans ascenseur depuis 19 mois.

Marie-Thérèse sort de la chemise cartonnée rose le dossier qu’elle a constitué. Lettres au bailleur, courriers recommandés, constat d’huissier… Avec d’autres locataires de l’immeuble, elle a notamment signé une pétition exigeant que l’ascenseur soit réparé.

Lassés de ne recevoir aucune réponse satisfaisante, ils ont fixé une date butoir. Ils ne paieront plus leur loyer si l’ascenseur n’est pas réparé d’ici le 20 septembre.

Voilà 19 mois, que les habitants des étages de cet immeuble de Vertou sont contraints de prendre les escaliers. Certes, il n’y a qu’un rez-de-chaussée et trois étages mais Marie-Thérèse est handicapée par des opérations successives des hanches et un accident. D’autres locataires ont des enfants en bas âge et sont obligés de descendre les escaliers avec les plus petits dans la poussette.

Lyzzie, qui habite elle aussi au deuxième, a deux enfants. Elle doit prendre la poussette dans ses bras avec le petit dernier sanglé pour descendre.

“C’est la galère souffle-t-elle, la poussette, les courses…”

Un couple croisé dans le hall d’entrée, près de l’escalier, commence à chercher ailleurs. Ils habitent au troisième. Ils n’en peuvent plus. Eux aussi ont un tout petit.

En 2015 déjà des malfaçons

Marie-Thérèse bénéficie de la solidarité de ses voisins qui lui montent ses courses mais cela fait trop longtemps que ça dure. Alors, elle a pris les choses en main et s’est faite la porte-parole des habitants.

Elle avait déjà haussé le ton lorsque, peu de temps après avoir emménagé dans cet immeuble alors récent en 2015, elle avait obtenu que les nombreuses infiltrations d’eau soient réparées. Cela avait débouché sur des mois de travaux qui avaient contraint certains à déménager momentanément.

voir le reportage réalisé en 2015 sur les malfaçons dans ce même immeuble

Marie-Thérèse vit dans un T3 avec son compagnon Michel, qui souffre du diabète. “On (Atlantique Habitations) nous a proposé de nous trouver un autre logement, dit-elle, mais ils nous proposent une maison avec un étage. C’est comme ici. Et puis ici, on a tout sous la main, commerces, bus…” Alors elle ne veut pas partir.

Comme les autres locataires, elle voudrait qu’on répare cet ascenseur pour lequel tous continuent de payer des charges, même si “un geste commercial” a été fait par le bailleur qui leur a octroyé 80 euros de remboursement. Pour 19 mois de galère.

“Quand l’ascenseur est tombé en panne, raconte Marie-Thérèse,  j’avais peur de prendre l’escalier, de tomber, c’est mon compagnon qui m’aide.”

Un constat d’huissier

Le constat fait par l’huissier sollicité par les locataires est accablant. Daté du 11 août 2020, photos à l’appui, il confirme : “l’ascenseur ne fonctionne pas. À droite de la porte, il est affiché « ascenseur à l’arrêt », en dessous « date prévisionnelle de remise en service :   » Pas de date.

Je note encore, précise le procès-verbal que nous nous sommes procuré, à gauche de la porte, la présence d’une affichette autocollante avec la mention « service de dépannage 08 … ». J’ai appelé ce numéro en déclinant mes nom, prénoms et qualité et la raison de mon appel. Mon interlocutrice m’a déclaré transmettre ma demande au service compétent, sans préciser de date d’intervention prévisible.”

L’huissier de justice poursuit son PV en notant d’autres dysfonctionnements comme la fermeture électromagnétique de la porte d’entrée qui ne fonctionne pas non plus. “La porte reste donc ouverte” constate-t-il.

“Le bâtiment a été livré le 6 août 2012, se souvient Marie-Thérèse, il est encore sous la garantie décennale.” Alors, elle ne comprend pas pourquoi rien ne se passe.

Dans un courrier, Atlantique Habitations informe les locataires que, suite à des problèmes sur les portes, elle a fait faire un diagnostic et deux expertises qui ont conduit à la mise à l’arrêt de l’ascenseur.

“A ce jour, dit le courrier daté du 22 août 2019, notre expert est en attente de devis pour la remise en état de votre ascenseur et nous n’avons pas de date à vous communiquer quant à la remise en fonctionnement de cet appareil.”

C’était il y a plus d’un an…

Une réponse d’Atlantique Habitations

Ce mercredi 9 septembre, Atlantique Habitations nous a fait savoir dans un mail que “Le début des travaux est programmé mi-octobre, pour une remise en service prévisionnelle de l’ascenseur fin décembre 2020.”

Le bailleur explique ce retard par la longueur de la procédure. La décision de mettre l’ascenseur à l’arrêt faisait suite au constat d’un défaut important “Il ne s’agit pas de problématiques techniques liées à l’ascenseur, mais d’un problème structurel complexe de la trémie ascenseur.” précise le courrier du bailleur.

“Courant 2019 explique-t-il, Atlantique Habitations a réalisé les démarches dans les délais réglementaires auprès de toutes les parties prenantes, notamment l’assurance et le certificateur de l’ascenseur, dans l’objectif de remplacer l’ascenseur existant et de sécuriser son fonctionnement. Après consultation des prestataires en capacité de réaliser les travaux, la commande définitive a été passée en juillet 2020, dès validation du dossier par l’assurance.”

Une nouvelle remise sur les charges sera accordée au locataires.

Source FR3.

Séverine Bellier raconte son quotidien d’accueillante familiale, « une alternative aux Ehpad encore méconnue »…!

Dans un livre, Séverine Bellier raconte son métier d’accueillante familiale pour des personnes âgées, une solution intéressante alors que la France manque de places en Ehpad.

Séverine Bellier raconte son quotidien d’accueillante familiale, « une alternative aux Ehpad encore méconnue »

  • Séverine Bellier a mis du temps à trouver sa voie. Mais elle est désormais passionnée par son métier : accueillante familiale.
  • Comme son nom l’indique, elle accompagne, chez elle, des personnes âgées dépendantes.
  • Pour faire découvrir cette solution aux familles et ce métier à ceux qui pourraient l’exercer, elle publie ce mercredi son témoignage, où elle raconte avec humanité et humour son quotidien.

« Mon rôle, c’est de donner du bonheur jusqu’au dernier souffle. (…) On me dit parfois ” c’est dur, ce que tu fais… ” Pas du tout ! J’exerce le plus beau métier du monde. » Dès les premières pages de son témoignage sur sa vie d’accueillante familiale, Séverine Bellier, 47 ans, tord le bras à un préjugé répandu : s’occuper 24 heures sur 24 de personnes âgées dépendantes serait un fardeau pour une personne sainte.

Dans Bienvenue chez Séverine*, une autobiographie à quatre mains avec Catherine Siguret, cette quadra détaille ses journées en compagnie de deux à trois personnes âgées et de sa famille, dans sa maison dans l’Orne . « Une alternative aux Ehpad encore méconnue » qui mérite qu’on s’y attarde.

Faire connaître son métier

« Le livre est un cadeau de Catherine Séguret, avoue Séverine, coupe au carré et pull bleu, les mains toujours en mouvement et le sourire aux lèvres, quand nous la rencontrons dans les locaux de Flammarion ce mardi. Quand elle m’a parlé de son projet, écrire sur ma vie, je me suis dit : “elle n’est pas bien la dame !” Et maintenant, j’ai la boule au ventre. »

Elle espère faire connaître ce métier aux familles sans solution, mais aussi donner envie à d’autres de se lancer. « On a le temps de bien s’occuper des personnes âgées. En Ehpad, il y a tant de soignants qui aiment leur travail, mais qui n’ont plus les moyens de le faire bien. » Pour Séverine, on ne lésine pas avec le soin. Il faut dire que l’attention aux autres, elle connaît, elle qui a grandi dans une fratrie de onze enfants. Si elle n’a pas eu la chance de connaître ses grands-parents, sa mère avait déjà pris sous son toit une femme âgée, Lui montrant ainsi la voie. « Je ne pourrais pas me passer des personnes âgées, elles nous apprennent tellement », confie-t-elle.

Marier métier et vie familiale

Une fois la formation et l’agrément en poche du Conseil général, Séverine s’aménage un nid adapté pour recevoir trois personnes dépendantes, chez elle, à temps complet. Avec son mari, ils réaménagent une vieille grange pour en faire une maison de 250 m². Au rez-de-chaussée, les trois mamies s’affairent autour de la cuisine de Séverine la journée et dorment chacune dans leur chambre. Au premier, c’est l’étage pour la famille nucléaire : son mari et ses trois enfants. Mais le soir, tout le monde se retrouve autour de la table du dîner.

« Je ne vais pas changer mon quotidien ! Si on vient chez moi, il faut aimer les enfants et les animaux », prévient-elle sans ambages. Car la famille Bellier héberge aussi un chat, un chien et un perroquet… Et actuellement Marianne, 61 ans, Estelle, 52 ans, et Tonton, 89 ans, le premier homme accueilli de cette famille élargie. « Elle mène bien sa barque, toujours aux petits soins avec nous », assure Marianne, qui vit là depuis trois ans après un AVC qui a dévoré sa mémoire immédiate. « C’est comme si on était chez soi, renchérit Estelle, elle aussi handicapée. Je me sens moins seule, elle est toujours là quand j’ai besoin de parler. »

Séverine dévoile les rencontres, souvent heureuses, parfois ratées avec ses accueillies. Il y a les malades imaginaires et celles qui cachent une tumeur énorme sous une montagne de pudeur. Il y a celles qui deviennent une mamie pour ses propres enfants et celles qui gardent leur froideur. « Il faut que le feeling passe des deux côtés. J’apprécie d’autant plus mon métier que je choisis mes accueillies. Et puis je peux faire mes tâches ménagères tout en m’occupant d’elles et être beaucoup plus présente pour mes enfants qu’avant. »

Les petits soins et les bons petits plats

Elle raconte l’attention décuplée, les visites des familles, les jeux, les gâteaux très attendus du samedi midi, les Noël tous ensemble. « Mes proches savent que si je suis invité aux mariages, baptêmes et communions, je viens avec tout le monde ! » Les bons petits plats deviennent une carotte, mais Séverine sait aussi manier l’autorité pour sauvegarder l’hygiène, l’autonomie et la santé. Son récit ne tait pas les peurs bleues, quand une des accueillies fait un malaise à table, ni les bleus à l’âme, quand l’aînée de la maisonnée s’« éteint comme une bougie ». « Mémère Jeannine, elle me manquera toujours, mais il ne faut pas être égoïste et savoir les laisser partir, analyse Séverine. Elle voulait mourir chez moi. » Alors Séverine a fait tout ce qu’elle a pu pour la soulager jusqu’au bout. « Quand elle est revenue après trois jours à l’hôpital, elle était recourbée en fœtus sur son brancard, le poignet de biais. On l’a installé dans son lit, j’ai pris sa main et j’ai senti qu’elle se relâchait, apaisée. »

Ce contact physique, ces petits soins, comme crémer les mains chaque jour, cette écoute, ces silences partagés à éplucher les légumes font partie des petits plaisirs du quotidien. Et puis, il y a les grandes victoires. « L’accueil dont je suis le plus fière, c’est Greta. Car elle a pu retourner vivre chez elle. Pas dans son grand appartement avec escalier, mais dans un foyer-logement avec cantine. » Aucun doute, ce métier la comble. Ce qui ne l’empêche pas de s’octroyer quelques (rares) bouffées d’oxygène. En partant en voyage avec son mari et sa fille, quand les accueillies restent à la maison confiées aux soins de sa sœur.

Trouver la bonne distance

Pas facile pour autant de trouver la bonne distance. Séverine n’est ni infirmière, ni médecin. Mais elle peut compter sur son généraliste de campagne, qui suit toutes ses accueillies avec bienveillance. Si elle s’attache souvent, c’est son métier et elle ne peut suppléer la famille des accueillies. Chacun à sa place. « En général, ça se passe très bien avec les familles », nous assure-t-elle. Par contre, elle doit parfois tracer des limites. « Greta avait offert un synthé à ma fille. Mais quand cette femme, aisée et généreuse, a voulu lui payer des cours de musique, j’ai dû dire non. »

« Le système de l’accueil à la maison a fait la démonstration que c’était mieux, pour la sécurité comme contre l’isolement parce que nos accueillis n’ont pas souffert de la solitude non plus. »

Elle glisse aussi les détails pratiques de ce métier méconnu. Sur la formation, sur la logistique et le coût pour les familles. « Le prix varie en fonction de la dépendance de la personne, rappelle-t-elle. Par exemple, pour Estelle et Marianne, mes deux “jeunettes” qui ont un handicap mais sont encore assez autonomes, je perçois 1.300 euros par mois tout compris, c’est-à-dire loyer, nourriture, produits d’hygiène. Avec les charges, les familles payent autour de 1.500 euros. Mais pour une personne âgée beaucoup plus dépendante, alitée, ce sera plutôt 1.800 euros. » Tout en rappelant que beaucoup de ces familles reçoivent des aides financières…

« Le Covid, on ne l’a pas vraiment vécu », souffle-t-elle pendant notre entretien. Claquemurée dans sa grande maison, vigilante sur tout, mais sans jamais lâcher la main de ses accueillies, elle a pris soin de ses pensionnaires, mais aussi de sa propre mère, devenue dépendante. Qu’elle se félicite de ne pas avoir envoyé en Ehpad, particulièrement endeuillés par l’épidémie. « Le danger sanitaire m’a confirmé plus que jamais que j’étais utile aux autres au quotidien, écrit-elle. Le système de l’accueil à la maison a fait la démonstration que c’était mieux, pour la sécurité comme contre l’isolement, parce que nos accueillis n’ont pas souffert de la solitude non plus. » Séverine ne risque pas de manquer de tendresse pour ses vieux jours, entre sa large famille et les liens forts qu’elle a noués dans sa vie professionnelle. « Même à la retraite, je pense que je garderai une personne chez moi. Les gens sont tellement beaux à l’intérieur… »

* Bienvenue chez Séverine, Flammarion, 23 septembre 2020, 19 €.

Source OUEST FRANCE.

ENTRETIEN. Pendant le confinement, le secteur de l’emploi à domicile « a été résilient »…

Si 70 % des particuliers se sont passés de services à domicile pendant le confinement, l’activité a tout de même bien résisté.

Pour accompagner le rebond du secteur, les professionnels demandent notamment l’accélération de la mise en place du crédit d’impôt immédiat.

83 % des assistants de vie auprès de personnes âgées ou en situation de handicap ont continué à travailler pendant le confinement, selon un sondage Ipsos.

Une étude Ipsos commandée par la Fédération des employeurs particuliers (Fepem) montre la résistance de l’emploi à domicile pendant la crise, et ce malgré l’arrêt de nombreux services à domicile pendant le confinement. Entretien avec Marie-Béatrice Levaux, présidente de la Fepem, qui représente 3,4 millions de particuliers employant à domicile plus de 1,4 million de salariés.

Quelles conséquences a eu le confinement pour les employés à domicile ?

Nous avons obtenu d’entrer dans un dispositif d’activité partielle, ce qui a permis une poursuite de l’activité. Selon l’enquête Ipsos commandée par la Fepem, 62 % des particuliers employeurs y ont eu recours, et la moitié des salariés ont poursuivi leur activité pendant le confinement. Surtout des assistants de vie aux personnes âgées ou en situation de handicap, notamment grâce au dispositif de mise à disposition gratuite de masques pour ces salariés. Nous demandons d’ailleurs le maintien de ce dispositif au-delà du 30 septembre, pendant au moins un trimestre.

Comment se porte le secteur

Le secteur a été résilient pour les salariés. Dès le mois de juillet, il n’y avait plus d’activité partielle dans notre secteur. Aujourd’hui, les premières tendances montrent un retour à la normale pour de très nombreux particuliers employeurs.

Où en est la mise en place du crédit d’impôt immédiat, qui permettrait aux employeurs de bénéficier du crédit dès le paiement du salaire ?

L’expérimentation démarre en septembre, dans le Nord et à Paris. Mon objectif, c’est qu’en janvier 2022, le crédit d’impôt immédiat soit efficient. Ce serait un signal très fort qu’avant la fin de cette mandature, comme s’y était engagé le président de la République, le crédit d’impôt immédiat soit le levier pour éviter l’avance de trésorerie et permettre à encore plus de ménages d’avoir accès au dispositif. Nous tenons à être intégrés dans le plan de relance, car c’est un des secteurs qui va être capable de créer le plus d’emplois.

Que pensez-vous du rapport de Laurent Vachey sur les pistes de financement de la dépendance, qui propose notamment de réduire le montant des crédits d’impôt ?

Il est contre-productif dans le contexte actuel. Pour moi, le financement de la cinquième branche mériterait quelque chose de plus engageant. J’ai été très déçue des propositions du rapport, pour lequel je n’ai pas été auditionnée malgré mes demandes. Il y a un risque réel de créer de la méfiance, de l’inquiétude, dans un secteur qui concerne tout de même 5 millions de Français. Ce genre d’alerte peut être extrêmement destructeur, alors que l’emploi dans notre secteur repose sur la confiance.

Source OUEST FRANCE.

Isolement en Ehpad : “Il faut que les familles des résidents en France se révoltent”, estime un médecin…!

Alors qu’Emmanuel Macron a appelé ce mardi à ne pas “isoler nos aînés”, Marcellin Meunier, ancien médecin coordinateur en Ehpad juge “indigne” la limitation des visites aux résidents dans certaines villes.

Un Ehpad de Ploudalmezeau (Finistère), le 7 août 2020. Photo d'illustration.

“Nous ne souhaitons pas, collectivement, isoler à nouveau nos aînés”, a affirmé Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans un Ehpad du Loir-et-Cher.“Il faut que les familles des résidents en France se révoltent”, a réagi sur franceinfo le docteur Marcellin Meunier, ancien médecin coordinateur en Ehpad en Vendée, démissionnaire en juin dernier pour protester contre le manque de moyens. “Il y a certains Ehpads qui se sont transformés en établissements pénitentiaires”, juge-t-il. 

franceinfo : Le chef de l’Etat a-t’il raison de ne pas vouloir “isoler à nouveau nos aînés”, comme ce fut le cas lors du confinement ?

Marcellin Meunier : Oui. Est-ce que l’on veut que nos aïeux meurent en bonne santé, c’est à dire indemnes du Covid, ou est-ce que l’on veut qu’ils puissent vivre en voyant leurs proches, leurs amis, qu’ils puissent avoir leurs activités ? C’est la seule raison qu’ils ont de vivre. J’ai vu tant de gens qui sont tombés dans la déprime, qui ont présenté des complications psychologiques et physiques en rapport avec le déconfinement. C’est une grande tristesse ce qui se passe en France ces dernières semaines.

Est-ce qu’aujourd’hui, les moyens sont là, est-ce que le personnel n’est pas trop épuisé, alors que l’épidémie de coronavirus semble repartir avec 121 clusters déjà détectés dans différents Ehpad de France ?

On part de très bas. La situation en France est bien, bien pire que dans les autres pays. L’OCDE, en juillet dernier, a sorti un rapport qui mettait en évidence le fait qu’en France, on a un ratio de 2,5 soignants pour 100 personnes de plus de 65 ans, contre une moyenne de 5 soignants dans les pays de l’OCDE. Et donc, il faudrait déjà rattraper la moyenne des pays comparables à la France pour partir à égalité. On parle de très loin avec du personnel épuisé, non reconnu financièrement et dans la formation, la progression de carrière.

“Quelle tristesse de traiter des anciens comme des prisonniers alors qu’ils n’ont rien commis.” Marcellin Meunier à france info.

Il y a certains Ehpad qui se sont transformés en établissements pénitentiaires. J’ai des patients qui ont survécu, dans trois mètres sur trois mètres pendant six semaines, sans sortir, sans aller dans les espaces communs. Qu’est-ce qu’ils ont fait, ces gens à qui on appliquerait cette sanction, cette punition alors qu’ils ne peuvent rien dire ? Je trouve ça hautement indigne.

Dans plusieurs métropoles, les contraintes sanitaires se sont durcies, les visites réduites à deux personnes à Lyon, à Marseille, par exemple. Et à Nice, le maire Christian Estrosi a même stoppé les visites dans les Ehpad municipaux. Qu’en pensez-vous ?

Franchement, si on avait du personnel en nombre, plutôt que d’enfermer des personnes avec les précautions d’usage, avec du personnel protégé, on pourrait les promener individuellement dans les parcs et dans les stades. On pourrait les faire sortir, à trois mètres de distance, pour permettre de voir leurs familles en extérieur ou dans des grands espaces aérés. Il y a possibilité de ne pas transformer à nouveau les Ehpad en prison. Ce n’est pas possible. Il faut que les familles des résidents en France se révoltent. Traiter leurs anciens de cette façon avec Covid ou sans Covid, c’est indigne. Ça n’est pas possible. On n’a rien à leur reprocher. On ne doit pas leur infliger de telles peines.

La protection des personnes âgées sera évoquée lors du prochain conseil de défense. Quelles décisions faut-il prendre pour protéger au maximum, dans cette période, nos aînés ?

Il faut les protéger, mais il faut leur permettre de vivre. C’est l’équilibre dont parlait monsieur le Président, qu’il faut trouver. Il faut un véritable équilibre qui leur permette de vivre, d’espérer vivre et d’espérer la vie et de profiter de la vie. Les derniers moments qu’ils leur restent, qui consistent à voir les gens qu’ils aiment, le peu de personne qu’ils aiment. Ils ont perdu leurs amis, ils ont perdu leur travail, ils ont perdu beaucoup de leurs congénères et leurs familles. Le peu de visites qu’ils ont, il faut préserver ce lien social. Il est vital pour eux.

Source FRANCE INFO.

Ehpad de l’horreur en Aveyron : maltraitance et vidéos dégradantes des résidents au cœur d’un scandale…!

Ehpad de l’horreur en Aveyron : maltraitance et vidéos dégradantes des résidents au cœur d’un scandale.

L’Ehpad d’Onet-le-Château, 84 résidents, dont un tiers en unité Alzheimer.

L’Ehpad castonétois est confronté à un sévère problème de gouvernance auquel s’ajoute la découverte de photos et vidéos mettant en scène de façon ignoble les résidents les plus fragiles.

Immonde, immoral, infâme, abject… Tout le vocabulaire de l’horreur tourne en boucle au sein de l’Ehpad La Rossignole à Onet-leChâteau. Chez les familles de résidents,la direction et une large majorité du personnel.

Pas tous, une poignée d’entre eux est convaincue par la direction d’avoir, dans l’unité Alzheimer de l’établissement, commis l’inconcevable : prendre des photos et des vidéos des résidents, fragiles et vulnérables, dans des situations dégradantes et infamantes, parfois à caractère sexuel, et les avoir publiées dans un réseau à usage privé, assorti de commentaires cyniques et méprisants.

Un scandale qui implique à ce jour 11 des 55 effectifs de La Rossignole, des soignants pour l’essentiel, et à des degrés divers. La justice a été saisie, la police a ouvert une enquête.

Quatre licenciements

Les faits datent de plusieurs mois mais n’ont été découverts que le 29 juillet dernier. “Nous avons appris le problème dans cette unité Alzheimer par un signalement d’un des agents de l’établissement, explique André Vié, président du conseil d’administration de La Rossignole. Nous avons aussitôt diligenté une enquête administrative avec notre avocat et la direction, et reçu plusieurs personnels. L’un d’eux a craqué et nous a donné accès à un site Messenger, réservé à un groupe de personnes”.

“Nous avons vu ces documents abjectsOn a été abasourdis. Ils s’amusaient avec les résidents comme avec des poupées. Il n’y avait plus la moindre éthique. La directrice de l’établissement et moi-même sommes allés porter plainte au commissariat dès le 30 juillet. Le procureur de la république nous a assuré ne pas laisser cela sans suite”. Le conseil d’administration reçoit alors les personnes qui avaient adhéré à ce groupe Messenger.

“Nous avons pris la décision de licencier quatre d’entre eux. Deux autres qui étaient moins impliquées, seront sanctionnées, une décision les concernant est en cours. Cinq autres personnes ont reçu un avertissement…”, explique André Vié. Lequel, avec sa directrice, avertissent alors les tutelles de l’établissement : conseil départemental, ARS et préfecture.

Démissions en cascade

L’affaire commence à s’ébruiter, il faut réagir vite. “Ce problème a créé une ambiance délétère au niveau du personnel. Il fallait aussi prévenir les familles, les inciter à se porter partie civile… On ne savait pas trop par quel bout prendre les choses”.

Les démissions s’enchaînent. Parmi elles, celle de la directrice de l’établissement, Frédérique Modolo, qui n’a pas souhaité poursuivre le contrat à l’essai qui la liait à La Rossignole. Le conseil d’administration fait alors appel à un cabinet spécialisé à Albi, “Expertise transversale consulting santé-médicosocial”, présidé par Félicien Danglot, qui vient à Onet début septembre avec sa consultante Fabienne Guiral. Et prend en charge le management de transition, “sans pouvoir de signature”, précise-t-il.

Familles sous le choc

L’ensemble des familles et des personnels sont reçus, tour à tour. Les résidents également, nombre d’entre eux s’inquiètent du devenir de leur Ehpad… Les familles des résidents victimes des agissements incriminés sont sous le choc. La fille d’un résident porte plainte au commissariat de Rodez où on lui donne accès aux photos et vidéos infamantes. “Cela fait neuf mois que duraient leurs cochonneries. Et les soignants ne leur donnaient que des demi-portions, gardant le reste pour assurer leur déjeuner”.

Une maltraitance que reconnaît la direction dans le cadre de son enquête. Le petit-fils d’une résidente dit avoir “vu sa grand-mère dépérir“. Mais il “n’imaginait pas qu’elle ait pu souffrir de la sorte”. Lui aussi porte plainte, comme cet autre fils d’une résidente qui assure “n’avoir rien constaté jusqu’alors,si ce n’est un manque d’hygiène flagrant”. Et déplore “que la direction ait tardé à donner des éléments aux familles”.

Pour tous, “personne n’a intérêt à ce que La Rossignole ferme”. Et d’assurer, louant les valeurs de bienveillance constatée souvent chez le personnel, “que tous les soignants dans leur très grande majorité ne sont heureusement pas condamnables”. Ne pas fermer, un souhait partagé et une volonté de tout faire pour sauver l’établissement et restaurer, surtout,le bien-être des résidents auquel ils se sont habitués depuis maintenant onze ans.

Comment en est-on arrivé là ?

Si rien ne pourra jamais justifier les comportements coupables envers les résidents,surtout à ce niveau de maltraitance et d’humiliation, l’Ehpad La Rossignole souffre de puis de longs mois d’un problème de gouvernance que reconnaissent le président du conseil d’administration, André Vié,et sa vice-présidente Christiane Viguié. “J’ai fait partie des créateurs de l’établissement en 2009,explique André Vié.

Jusqu’à une date récente tout semblait aller bien.Mais la structure s’usait et n’avait pas été repensée. Financièrement, on a vu apparaître des excédents, on s’est endormi dessus, on n’a peut-être pas assez investi dans la formation…”.

Et d’ajouter : “Il y a eu la crise sanitaire, la pression énorme du Covid et la révélation cet été de ce grave problème qui a été la goutte d’eau qui afait déborder le vase. Les personnels sont usés et fatigués, la gouvernance l’est tout autant “. Le président va démissionner Pour Félicien Danglot,consultant et manager de transition de puis ce mois de septembre, « il y a bien ici un déficit de management structurel de l’investissement.

On découvre en avançant. Mais c’est un établissement où la prise en charge est de grande qualité, il faut rester confiant” .Confiant, André Vié l’est aussi. Mais il a décidé de démissionner,à la fin de l’année. En tout cas “quand le ménage sera fait”. Car il veut laisser à son départ une maison propre.

Source JNEWS FRANCE.

Santé. 40 % des cas de démence pourraient être évités ou retardés avec une meilleure hygiène de vie…

En réduisant une douzaine de facteurs de risques (alcoolisme, tabac), on pourrait réduire très sensiblement le nombre de cas de démence selon une étude publiée dans la revue scientifique The Lancet.

Les cas de démence devraient augmenter dans le monde, notamment chez les personnes âgées, ce qui pose la question de leur prise en charge dans des structures adaptées.

Environ 40 % des cas de démence pourraient être évités ou retardés en réduisant une douzaine de facteurs de risques, dont une consommation d’alcool excessive, le tabagisme, les chocs à la tête et la pollution de l’air, selon un rapport publié jeudi 30 juillet 2020.

Ses auteurs, un groupe d’experts, formulent donc une série de recommandations aux décideurs politiques, parmi lesquelles limiter la consommation d’alcool, stopper celle de tabac, diminuer l’obésité et le diabète ou réduire l’exposition à la pollution de l’air.

Notre rapport montre que les décideurs et les individus ont le pouvoir de prévenir ou retarder une part importante des cas de démence, estime l’auteur principal, la Pr Gill Livingston de l’University College de Londres, citée dans un communiqué de la revue médicale The Lancet, qui publie le rapport. Ces actions sont susceptibles d’avoir le plus gros impact sur ceux qui sont concernés de manière disproportionnée par les facteurs de risques de démence, comme les habitants des pays à bas et moyen revenu et les populations vulnérables, dont les minorités ethniques, poursuit-elle.

La pollution de l’air pourrait être un facteur également

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), 50 millions de personnes sont atteintes de démence dans le monde, avec 60 à 70 % des cas causés par la maladie d’Alzheimer. Ce nombre tend à augmenter puisqu’on vit de plus en plus longtemps.

L’OMS estime que le nombre total de personnes atteintes de démence devrait grimper à 82 millions en 2030 et 152 millions d’ici 2050, en grande partie à cause de l’augmentation du nombre de cas dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Causée par un ensemble de maladies et de traumatismes qui touchent le cerveau, la démence affecte la mémoire, le raisonnement, l’orientation, la compréhension, le calcul, la capacité d’apprentissage, le langage et le jugement, rappelle l’OMS sur son site internet.

Dans un précédent rapport, publié en 2017 par The Lancet, les mêmes chercheurs avaient déjà identifié neuf facteurs de risque. Ils ont actualisé cette liste en en ajoutant trois : la consommation excessive d’alcool, les blessures à la tête et l’exposition à la pollution de l’air à l’âge adulte.

Selon eux, ces facteurs sont respectivement associés à 1 %, 3 % et 2 % des cas de démence. Les autres facteurs sont les conditions d’éducation (7 %), la perte d’audition (8 %), l’hypertension (2 %), l’obésité (1 %), le tabagisme (5 %), la dépression (4 %), l’isolement social (4 %), l’inactivité physique (2 %) et le diabète (1 %).

Ne pas faire des malades les responsables de leur démence

Pour autant, d’autres scientifiques qui n’ont pas participé à l’étude soulignent que si ces facteurs de risques sont associés à la démence, il ne faut pas en déduire qu’ils en sont la cause. Cela laisse un grand nombre de questions du type ‘qui est le premier, de l’œuf ou de la poule’, souligne ainsi la Pr Tara Spires-Jones, spécialiste du cerveau et de la démence à l’Université d’Edimbourg (Écosse).

Par exemple, la dépression à plus de 65 ans est associée à un risque de démence, mais ce type de données ne permet pas de dire si c’est la première qui contribue à provoquer la seconde, puisqu’il est également prouvé que les changements dans le cerveau au stade précoce de la démence sont des causes de dépression, détaille-t-elle.

Ce rapport estime que 40 % des démences pourraient être évitables avec des changements de mode de vie, ce qui veut dire que 60 % sont, en l’état de nos connaissances, causés par des choses qu’on ne peut pas contrôler, comme des facteurs génétiques, poursuit-elle.

J’espère que ce rapport ne va pas conduire les gens à penser que c’est de leur faute s’ils souffrent de démence, insiste-t-elle.

Source OUEST FRANCE.

ALZHEIMER – TÉMOIGNAGE. Santé en Ille-et-Vilaine : « Je ne sais pas si j’ai bien fait d’accueillir maman »…

La mère de Christine Lefeuvre est atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Faute de trouver une place dans un établissement spécialisé, cette employée de banque l’a accueillie chez elle pendant un mois.

La mère de Christine Lefeuvre est malade d’Alzheimer, cette employée de banque l’a accueillie chez elle, faute de place dans les établissements spécialisés bretons.

Faute de trouver une place dans un établissement spécialisé, cette employée de banque a accueilli sa maman chez elle pendant un mois. Elle raconte.

Vous avez cherché une place dans un établissement spécialisé pour votre maman, et vous n’avez pas trouvé ?

Ma maman de 73 ans souffre de la maladie d’Alzheimer depuis bientôt trois ans. Quand son état n’était pas trop grave, elle vivait seule, mais au mois de juillet elle a fugué plusieurs fois de chez elle. Au début de l’été, on l’a retrouvée une fois vers Goven, à presque 20 km de Pléchâtel et une autre fois sur la route. J’ai donc décidé de l’accueillir chez moi et de m’en occuper moi-même vu que je n’ai pas réussi à lui trouver une place dans un établissement spécialisé.

Trouver une place dans un établissement spécialisé n’est pas chose facile.

Il n’y a peu de places disponibles dans les établissements spécialisés en Bretagne, que ce soit en accueil temporaire ou permanent. Je suis en contact régulier avec le médecin traitant de ma mère, avec les équipes spécialisées Alzheimer (ESA) et différentes institutions de santé au niveau local ou départemental. Tous s’impliquent énormément et ont la volonté de bien faire, mais il n’y a juste pas assez de moyens mis à disposition. Et la maladie d’Alzheimer est particulière dans le sens où le nombre de places disponibles est limité et l’espérance de vie des malades est longue donc peu de places se libèrent.

Quelles conséquences l’accueil à domicile a eues sur vous ?

Je ne dormais plus et je ne mangeais plus. J’ai été obligée de la placer temporairement dans un établissement dans la Manche, cela va certainement limiter mon nombre de visites, mais je n’avais pas le choix. En plus de mon travail, c’est comme si j’avais un poste d’aide à la personne en rentrant. Je n’avais aucun moment pour moi. Les charges administratives sont très lourdes et c’était très pesant pour mes enfants aussi, nous n’avions plus d’intimité à la maison, vu qu’il y avait souvent des professionnels de santé sur place.

Que souhaiteriez-vous pour votre mère ?

J’ai juste envie qu’elle vive dans des conditions décentes, qu’elle soit proche et que je puisse aller la voir régulièrement. C’est un vrai problème de société auquel le gouvernement et les députés doivent répondre. Tous ceux qui travaillent dans le secteur de la santé m’ont beaucoup aidée et se sont énormément impliqués, mais j’estime que ce n’est pas normal de ne pas trouver de solution viable pour ma mère et pour tous ceux atteints de cette maladie. Je m’interroge pour savoir si j’ai bien fait de l’accueillir. Cela occulte un problème de société sur cette maladie ainsi que des problèmes auxquels sont confrontés les aidants.

Pourquoi ce besoin de témoigner ?

J’ai beaucoup hésité avant d’en parler, mais je sais que je ne suis pas la seule confrontée à cette situation et que c’est un problème collectif. Il faut aussi penser au personnel soignant qui vit ce que j’ai vécu tous les jours. Je n’ai pas envie de vivre dans une société où l’on s’occupe mal de nos aînés et c’est quelque chose auquel nous devons réfléchir tous ensemble. J’espère que mon témoignage pourra faire un peu avancer les choses et alerter sur la situation.

Source OUEST FRANCE.

 

EHPAD: comment signaler un cas de maltraitance d’une personne âgée?… Un numéro d’écoute pour les personnes âgées !

Malgré une progression de 13% l’année dernière, les signalements de maltraitances dans les EHPAD restent trop rares selon l’Organisation mondiale de la santé.

Selon l’OMS, une personne âgée sur six est victime de maltraitance en France.

En France, une personne âgée sur dix est victime de maltraitance chaque mois, selon l’OMS. Pour autant, seulement un cas sur 24 est signalé. Comment expliquer un tel écart? Aujourd’hui, «la maltraitance des personnes âgées reste un sujet tabou», explique Véronique Ghadi, directrice de la qualité de l’accompagnement social et médico-social au sein de la HAS.

Mais certaines affaires ont commencé à provoquer une prise de conscience en France. En septembre 2014, une aide-soignante a été accusée de maltraitance sur des résidents souffrant de la maladie Alzheimer, à Roanne dans la Loire. Un mois plus tard, une autre aide-soignante a été licenciée en Seine-Maritime, accusée d’avoir cassé le bras d’une pensionnaire et d’avoir été violente avec d’autres personnes âgées. Plus récemment, le 14 février 2019, un aide-soignant a été jugé pour violences répétées sur une patiente de 98 ans, souffrant d’une double fracture du fémur.

Confrontées à ces cas, les familles se retrouvent bien souvent démunies pour dénoncer une maltraitance. «Il n’y a pas de dispositif technique miracle, nous n’avons pas de baguette magique», prévient la Haute autorité de santé (HAS). Toutefois, il existe différents moyens de faire un signalement.

• 3977, le numéro d’écoute pour les personnes âgées

Un numéro d’écoute est mis en place depuis 2008 pour permettre aux personnes âgées et à leurs familles d’alerter, de façon anonyme, des risques ou faits de maltraitance. S’il est peu connu, il a toutefois permis en 2018 d’ouvrir 4233 dossiers d’accompagnement de situation, dont 3138 de maltraitance. «Ce sont très souvent les familles qui nous appellent, quand leurs parents sont en EHPAD. Nous recevons des appels majoritairement pour des violences psychologiques, physiques, involontaires et financières», explique Isabelle Gillet, responsable de la plateforme d’écoute du 3977.

En 2018, le taux de signalement de maltraitances a augmenté de 13% dans les EHPAD. Et les chiffres du 3977 sont également en hausse. Entre 2016 et 2017, ils «ont augmenté de 38%», indique Isabelle Gillet. Pour autant, entre 2017 et 2018, la hausse n’était que de 3%.

• Signaler toute maltraitance auprès de l’ARS

Après avoir averti la direction ou contacté le 3977, les familles des personnes âgées maltraitées peuvent faire appel à l’Agence régionale de santé (ou au conseil départemental) par téléphone ou directement sur leur site internet. Dès lors, l’ARS prendra directement contact avec l’établissement soupçonné de maltraitance pour obtenir des éclaircissements. «Une inspection peut également être déclenchée dans les cas les plus importants», indique Alice Casagrande, directrice formation, innovation et vie associative à la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP). «Mais les ARS n’ont pas toujours les moyens de faire les inspections qu’elles voudraient», constate Véronique Ghadi.

• Un recours possible auprès de la justice et du défenseur des droits

Les procédures engagées par l’ARS peuvent parfois être longues. Il est alors possible d’engager un recours auprès de la justice (police, gendarmerie ou procureur), ou auprès du défenseur des droits. Ce dernier est une autorité indépendante. «Pas besoin, donc, d’engager forcément un recours auprès de la justice, par exemple, pour le solliciter», précise Alice Casagrande, également coauteur de la note d’orientation «pour une action globale d’appui à la bientraitance» présentée à Agnès Buzyn le 24 janvier 2019. Le défenseur des droits peut, lui aussi, être saisi via son site internet, par courrier ou par téléphone.

Il arrive que la HAS soit sollicitée par des familles, qui ne trouvent pas de réponses après envoyé plusieurs courriers. Auquel cas, «il est possible dans certains cas que la HAS adresse des courriers à un procureur, ou plus souvent au défenseur des droits, car nous n’avons aucune action», indique Véronique Ghadi.

• Les caméras de surveillance: une idée controversée

En 2019, la famille de la résidente de 98 ans au fémur doublement fracturé obtient la preuve que celle-ci a été frappée par un membre du personnel de l’EHPAD par le biais des images d’une caméra cachée dans sa chambre. En France, la question de l’usage des caméras de surveillance par les familles fait débat. Pour l’heure, Alice Casagrande insiste sur le fait «qu’en France la question ne se posait pas sur la légalisation des caméras dans les chambres des résidents».

Pour Pascal Champvert, président de l’AD-PA, ce n’est pas une solution, d’abord pour l’intimité des personnes âgées, mais aussi pour le respect du travail du personnel. «La maltraitance passe par “l’âgisme”, c’est-à-dire par la dévalorisation de tout ce qui concerne la personne âgée. Et c’est cela qu’il faut dénoncer», affirme-t-il. Claudette Brialix, présidente de la Fédération nationale des associations et des amis des personnes âgées et de leurs familles (FNAPAEF), pourrait être favorable à la pose de caméras seulement si la personne âgée concernée est au courant et est d’accord. «Il ne faudrait pas que les caméras soient dans les salles de bains ou les toilettes, c’est une question d’intimité. Et si la personne n’est pas en pleine conscience, alors c’est beaucoup plus compliqué, car nous ne savons pas si c’est son choix», souligne-t-elle. À noter qu’au Québec, la loi autorise depuis 2018 la pose de caméras de surveillance, pour faciliter la détection de signes de violence du personnel.

Ehpad: des animaux de compagnie contre la solitude….

Grâce à la médiation animale, des personnes âgées retrouvent le sourire.

C’est même souvent une véritable thérapie.

Henriette trouve du réconfort auprès de Pacha.

Le coronavirus n’a pas fait que des victimes de la maladie. La solitude a fait partie des dommages collatéraux les plus importants, surtout chez les personnes âgées. Pour les réconforter dans ces périodes difficiles, la présence d’animaux à leurs côtés peut s’avérer précieuse. Certains établissements autorisent déjà leurs résidents à recevoir la visite de petits compagnons, généralement par le biais de leur famille. Constatant les effets bénéfiques de ces moments d’affection, ils se sont mis à recourir aux services de spécialistes de la médiation animale intervenant à la demande.

Dominique Portal, ancienne animatrice en maison de retraite, qui a créé AnimalCâlin en 2013, en fait partie. Grâce à l’aide d’une employée et d’une dizaine de bénévoles, Hélio la tourterelle, Missy la chatte, Bianca le cochon d’Inde, Gandhi le chien et bien d’autres sont bichonnés à la campagne, dans les environs d’Albi. Une fois ces derniers formés, sa mission: rendre le sourire aux seniors qu’elle visite avec leur aide.

Et l’accueil des intéressés est généralement enthousiaste. «C’est une bonne idée, quand on sait ce qui va nous arriver, c’est beau aussi l’amour d’un animal. Ils nous aiment tel qu’on est », se réjouit, en serrant Pacha dans ses bras, Henriette, décédée depuis. «Certaines personnes âgées, lorsqu’elles sont confrontées aux animaux, sont métamorphosées, comme si elles revenaient quelques années auparavant», témoigne Anne-Sophie Chevasson, bénévole de l’association Petits Frères des Pauvres, qui visite les résidents du service de l’hôpital Marchant à Toulouse, Les jardins de Silos, et a financé en grande partie les interventions d’AnimalCâlin. L’animal a le pouvoir de combler des besoins psychologiques du fait qu’il ne juge pas».

« L’animal ne juge pas. Il replace le patient en tant que personne ».

Dr Ingrid Payet, service de soins palliatifs, hôpital Joseph Ducuing (Toulouse)

«Nous voyons à quel point cela leur apporte un apaisement et leur fait passer un moment hors du service et hors du soin, explique de son côté le Dr Ingrid Payet, à l’initiative de l’intervention d’AnimalCâlin dans le service de Soins palliatifs de l’hôpital Joseph Ducuing à Toulouse. Tout ce qui est contact, le fait de pouvoir le prendre dans ses bras, par le toucher, la caresse, donc une interaction, replace le patient en tant que personne. Surtout l’animal n’est pas du tout jugeant. On a dans notre service des gens atteints de pathologies évolutives graves, avec parfois une altération physique importante et l’animal va aller au-delà de la maladie, de l’aspect, et replace le patient en tant que personne. C’est quelque chose qui est au-delà des mots».

Les études montrent que cette approche permet de réduire la prise en charge médicamenteuse

Dominique Portal, directrice d’AnimalCâlin

«Les études montrent que cette approche permet de réduire la prise en charge médicamenteuse», affirme Dominique Portal. Car selon les publics, les objectifs peuvent être différents: non seulement à visée récréative ou de bien-être mais aussi thérapeutiques (motricité, sensorialité, relationnel, social ou éducatif). «Nous avons une grille d’évaluation avec l’établissement selon l’objectif qu’il a fixé (par exemple, la motricité): fait, ne fait pas, veut, ne veut pas, touche, ne touche pas. Ou touche, caresse, brosse, sachant que les malades d’Alzheimer vont souvent brosser à contre-poil. Et sur la durée, les résultats sont parfois impressionnants». »Dans le cas d’Alzheimer, cela peut atténuer les déambulations et l’anxiété», témoigne Stéphanie, bénévole de l’association. Si la grande majorité des interventions d’AnimalCâlin ont lieu en Ehpad (68%), «la médiation animale fonctionne aussi dans les hôpitaux, auprès des handicapés et dans les crèches», explique la fondatrice de l’association. Des établissements aussi variés que la maison de retraite Les Grands chênes à Saïx, la maison d’accueil spécialisée pour adultes handicapés Le Mas Les Genêts à Cagnac-les-Mines (Tarn), la crèche Bénénou d’Albi ou le centre de soins de suite et de réadaptation de la Clauze à Réquista (Aveyron) en ont tous fait l’expérience.

Christian et la tourterelle Hélio se sont apprivoisés.

L’association a également un partenariat, financé par le département, avec le service d’aide à la personne Adomicia, pour lutter contre l’isolement des personnes âgées à domicile. Même si la plupart du temps ses interventions sont plutôt financées par des fonds privés: associations et fondations ou mécénat d’entreprises.

Des interventions suspendues depuis le confinement

Mais paradoxalement, c’est au moment où les seniors en auraient le plus besoin que ces interventions extérieures ont été suspendues. Non seulement pendant le confinement du fait de la fermeture des établissements aux personnes extérieures mais souvent encore aujourd’hui, alors que plane la crainte d’une seconde vague. Les visites encore récentes et très encadrées, les craintes liées à l’association du virus à la transmission par l’animal font que les interventions se font encore rares dans les Ehpad, même si d’autres structures les reprennent peu à peu. De vingt séances mensuelles en moyenne, AnimalCâlin est tombé à cinq séances par mois actuellement. «Nous tenons nous aussi à ne faire courir aucun risque à nos animaux, chacun d’entre nous intervenant toujours avec son propre animal, qu’il a formé et connaît bien», explique sa représentante. De toute façon, l’association ne travaille jamais l’été, considérant qu’il fait trop chaud dans la région pour les bêtes et que les conditions optimales ne sont pas réunies en établissements, les résidents étant souvent regroupés dans les quelques pièces fraîches.

Une profession pas encore reconnue

Autant dire que les professionnels du secteur souffrent. Certains, comme AnimalCâlin, ont pu bénéficier d’aides pendant le confinement, d’autres non. La question est de savoir si ces dernières se poursuivront à la rentrée. «À défaut, nous ne pourrons pas garder tous nos animaux, car nous n’aurons plus de quoi couvrir les frais de nourriture, soins et vétérinaire plus le salaire de notre employée», redoute Dominique Portal. Un syndicat vient bien de voir le jour pour représenter la profession mais celle-ci n’est toujours pas reconnue au Registre national de la certification professionnelle. Le métier aurait besoin d’une reconnaissance nationale avec ses règles, ses méthodes homologuées et son éthique. Il faut dire que ses représentants, issus soit du secteur médico-social soit du secteur canin ou animal, n’ont pas de méthodes homologuées car chacun a sa propre approche. Et seule une école, Agatéa, propose une formation diplômante courte (un mois) de «Chargé de projet en médiation par l’animal», éligible au Compte personnel de formation. Un métier qui a encore de beaux jours devant lui.

Source LE FIGARO.

Coronavirus en Lorraine : Décès de neuf résidents en une semaine dans un Ehpad…

EPIDEMIEL’origine de la contamination n’est pas encore connue.

Coronavirus en Lorraine : Décès de neuf résidents en une semaine dans un Ehpad

Un Ehpad de la banlieue de Nancy a enregistré en une semaine les décès de neuf de ses résidents contaminés par le Covid-19, a-t-on appris dimanche auprès du président du conseil d’administration de l’établissement, Daniel Cilla.

L’Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est avait fait état le 10 août du décès la veille d’un premier patient, âgé de plus de 90 ans, dans cet établissement du groupe mutualiste Acoris, « Les Sablons », situé à Pulnoy (Meurthe-et-Moselle).

Les aides soignants et une infirmière font valoir leur droit de retrait

« Depuis cette date et jusqu’à aujourd’hui, huit autres personnes sont décédées, la plupart également âgées de plus de 90 ans et présentant des facteurs de comorbidité », a précisé Daniel Cilla, confirmant des informations de L’Est républicain. « Deux d’entre elles étaient en fin de vie », le Covid-19 ayant certainement « accéléré » leur décès, a-t-il poursuivi, précisant que l’état de santé de quatre autres pensionnaires était surveillé « très étroitement ».

« Depuis les premiers symptômes sur une personne, apparus le 3 août et tout de suite testée, et la confirmation qu’elle était positive, nous avons réalisé 360 tests sur l’ensemble des collaborateurs et des résidents », a encore indiqué Daniel Cilla. L’Ehpad « Les Sablons » compte à présent environ 75 pensionnaires et une soixantaine de membres du personnel dont huit, parmi lesquels une infirmière et des aide-soignants, ont fait valoir leur droit de retrait, a-t-il ajouté.

Les visites totalement suspendues

Daniel Cilla entend ainsi lancer ce lundi un appel sur une radio locale pour trouver du personnel en renfort pour les semaines à venir. Depuis, la découverte des premiers cas, les résidents ont été reconfinés dans leurs chambre, l’organisation de l’établissement ayant été scindée en deux équipes, l’une chargée des pensionnaires atteints du Covid et l’autre de ceux qui ne le sont pas.

Les visites sont également « totalement suspendues », toujours selon Daniel Cilla qui déplore que certaines familles se soient montrées « indisciplinées », embrassant leurs vieux parents ou leur rendant visite alors qu’elles avaient eu le Covid-19. « Mais la contamination pourrait aussi venir d’un membre du personnel », a-t-il noté.

Source 20 MINUTES.