Mauvaise nouvelle pour les retraités : les pensions de réversion pourraient bien chuter…

Les pensions de réversion ne sont peut-être plus aussi adaptées au monde actuel qu’elles ne l’étaient par le passé.

Un rapport envisage leur nécessaire transformation.

 

Mauvaise nouvelle pour les retraités : les pensions de réversion pourraient bien chuter...

 

Mauvaise nouvelle pour les veuves ?

La pension de réversion, qui profite à 90% aux femmes, pourrait considérablement évoluer. D’aucuns s’interrogent en vérité sur la pertinence d’un tel dispositif dans le monde d’aujourd’hui, rapporte Capital. Cela n’a rien d’étonnant ! Cette indemnité, rappelle le site du service public, “correspond à une partie de la retraite dont bénéficiait ou aurait pu bénéficier l’assuré décédé (salarié ou fonctionnaire)”. “Elle est versée si certaines conditions sont remplies à l’époux (et/ou ex-époux) survivant, et aux orphelins (si le défunt était fonctionnaire). Une pension d’invalidité de veuf(ve) peut être versée sous condition d’âge et d’invalidité”, poursuivent les équipes rédactionnelles du site.

Seulement voilà, les conditions d’accès à ce mécanisme qui vient en aide à de nombreuses femmes – au total, souligne le mensuel spécialisé en économie, elles peuvent espérer récupérer entre 50 et 60% de ce que touchait feu leur conjoint – pourrait ne plus faire sens. La question est posée par “Retraite et société”, une publication de la Caisse nationale d’assurance vieillesse, ce mardi 1er décembre 2020.

Quel est le problème avec la pension de réversion ?

Premier problème : initialement, le dispositif était pensé pour répondre aux besoins de ces femmes qui n’avaient pas pu travailler et n’avaient donc pas – ou peu – constitué de droits en vue des vieux jours. Dès lors, au décès du mari, la situation devenait financièrement très difficile à assurer. Or, ce cas de figure est devenu de plus en plus rare. D’une part parce que les femmes travaillent – ce qui ne signifie pas qu’elles n’aient pas besoin de la pension de réversion, au regard des chiffres -, d’autre part parce que le modèle marital a considérablement évolué…

Quel avenir pour la pension de réversion ?

Est-ce à dire qu’il faut supprimer la pension de réversion, si elle n’est plus adaptée au monde d’aujourd’hui ? Pas nécessairement. Au contraire, même, pour bien des veuves, ce dispositif reste indispensable, indique Capital. En 2017, 4,4 millions de retraités en bénéficiaient, expliquait d’ailleurs la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). En moyenne, les femmes – qui perçoivent 9 pensions de réversion sur 10 – touchaient alors 691 euros par mois.

Sauf à modifier le dispositif, ce montant devrait drastiquement chuter. “Rapportées au PIB, les pensions de réversion versées par la Cnav, qui représentent 0,46% du PIB en 2016, représenteraient 0,28% du PIB en 2070”, écrivent les autrices de l’étude, Alessandra di Porto et Nassima Ghernaout.

Pourquoi les pensions de réversion vont-elles chuter ?

Plusieurs facteurs pourraient influencer à la baisse le montant des pensions de réversion. Et Capital de citer l’allongement de la durée de vie, le recul du taux de mariage ainsi que l’amélioration des carrières des femmes. Cependant, aucune de ses raisons ne compte autant que la baisse des écarts d’âge entre conjoints.

D’après d’autres auteurs, qui ont également participé à la rédaction de l’étude, ce seul facteur pourrait engendrer “une réduction de moitié du poids des pensions de réversion dans l’ensemble des pensions versées par les principaux régimes de retraite”. Et pour cause ! Le décès du conjoint survenant plus tard dans la vie commune, la pension de réversion est versée moins longtemps.

Source PLANET.

 

Coronavirus : Vacciner en premier les personnes âgées, est-ce vraiment une évidence ?…

La Haute Autorité de santé souhaite que les résidents d’Ehpad soient prioritaires dans la campagne de vaccination en France, compte tenu de leur fragilité face au coronavirus.

Coronavirus : Vacciner en premier les personnes âgées, est-ce vraiment une évidence ?

  • Les doses de vaccin contre le coronavirus devraient arriver au compte-gouttes en France, forçant les autorités à réfléchir à la meilleure campagne possible de vaccination.
  • La Haute autorité de santé a rendu son verdict ce lundi, et souhaite vacciner en priorité les résidents en Ehpad, puis le reste des personnes les plus vulnérables.
  • Cette stratégie est-elle la plus optimale pour lutter contre la maladie ?

Ce lundi, la Haute Autorité de santé a tranché : les résidents des Ehpad seront les personnes vaccinées en premier en France par un futur vaccin contre le coronavirus. Peu de doses seront disponibles au début, ce qui implique une hiérarchisation des vaccinations. La campagne doit démarrer fin 2020-début 2021 pour les publics prioritaires, avant d’être plus massive dans un deuxième temps.

De fait, la Haute Autorité de santé a établi une stratégie claire : « Protéger en priorité les plus vulnérables et ceux qui s’en occupent », comme l’a expliqué sa présidente Dominique Le Guludec. Mais cette décision est-elle vraiment la meilleure possible ? 20 Minutes fait le point.

Pourquoi vacciner les résidents des Ehpad en premier ?

Parce qu’ils représentent une part conséquente des décès liés au coronavirus. Sur les 52.731 morts en France, plus de 16.000 ont eu lieu dans les Ehpad (le reste se faisant en milieu hospitalier), représentant une catégorie de population particulièrement à risque en raison de son âge. Matthieu Mulot, collaborateur scientifique et chargé d’enseignement à l’Institut de biologie à l’Université de Neuchâtel, le rappelle : plus la personne est âgée, plus le coronavirus a des risques de développer des formes graves.

Au 17 novembre, selon les données de Santé Publique France, 79 % des personnes hospitalisées pour Covid-19 et 66 % des personnes en réanimation avaient plus de 65 ans en France. L’âge médian des morts du coronavirus est de 84 ans dans le pays. Matthieu Mulot rajoute que les Ehpad sont des espaces plus surcontaminants que la moyenne. Grossièrement dit, cela signifie qu’une fois qu’une personne est touchée, le virus a plus de chance de se propager aux autres individus dans un Ehpad que dans d’autres lieux, ce qui expliquerait pourquoi il a été recommandé de viser en priorité les séniors dans les Ehpad plutôt que l’ensemble des séniors.

Autre point soulevé par le chercheur, l’adhésion. Le vaccin n’étant pas obligatoire, comme l’a annoncé Emmanuel Macron, « autant viser une catégorie de population qui y est favorable », ajoute-t-il. Toutes les études sur les antivaccins le montrent, l’acceptation de la vaccination augmente avec l’âge. Vacciner en premier les séniors, c’est s’assurer d’une campagne de vaccination efficace.

Pourquoi ne pas vacciner en premier les « super spreaders » ?

Ce procédé, vacciner dans le but de réduire les formes graves, s’appelle la prévention tertiaire : on ne stoppe pas la maladie mais simplement ses conséquences les plus néfastes, explique Mounia N. Hocine, biostatisticienne et spécialiste des vaccins. « De base, le but d’une vaccination, c’est de stopper une maladie, pas ses formes graves. C’est la prévention primaire », rappelle-t-elle. Si bien que la question s’est posée : au lieu de cibler les personnes les plus fragiles, pourquoi ne pas viser les personnes les plus contaminantes, afin de réduire la propagation du virus ?

Si l’idée est tentante, elle se heurte à deux problèmes. Premièrement, la Haute Autorité de santé l’a expliqué ce lundi lors de son rapport, il n’y a pour l’instant pas de certitude sur le fait qu’être vacciné empêche de transmettre le virus. Une personne pourrait être protégée mais continuer à propager le virus, ce qui rendrait caduque l’objectif de viser les personnes contaminantes.

Deuxièmement, même si le vaccin s’avérait coupeur de transmission, il resterait une difficulté majeure : qui vacciner ? Si le phénomène de « super spreaders » (des super propagateurs, à savoir une minorité de personnes responsables d’une majorité de contaminations) fait quasiment consensus dans la propagation du coronavirus, ces derniers restent encore très difficiles à déterminer et à repérer. « On penche de plus en plus vers des pratiques sociales – beaucoup de sorties, de contacts – plus que des explications physiologiques – âge, sexe…-, ce qui rend la tâche de repérage pratiquement impossible », estime Matthieu Mulot. Or, vu que les doses de vaccin arriveront en premier lieu au compte-gouttes, « il est difficile de viser au hasard et espérer tomber sur des supers spreaders. Les personnes âgées sont bien plus facilement identifiables et on est sûr de l’intérêt d’une vaccination pour elles. C’est donc le choix de la sécurité. »

Vacciner les résidents des Ehpad, est-ce efficace ?

Avec ce choix des Ehpad, le virus continuera de circuler, puisque les « super spreaders » resteront transmetteurs, ainsi qu’une grande majorité de la population. Ce qui n’est pas sans conséquence : covid long, forme grave chez certains jeunes et chez les personnes avec comorbidités, etc. Néanmoins, « l’un des plus gros soucis avec ce virus, c’est la saturation des hôpitaux », rappelle Matthieu Mulot. Saturation qui a des conséquences néfastes non seulement sur les patients Covid-19, mais également sur d’autres malades, en raison des opérations annulées ou reportées. De fait : « Si on empêche les formes graves, on peut espérer éviter de nouvelles saturations, malgré la circulation du virus. » Par exemple, si l’ensemble des personnes de plus de 65 ans se font vacciner et qu’il n’y a plus « que » 34 % des patients actuels en réanimation, l’épidémie aurait quand même beaucoup moins d’impact sur la société. « D’autant plus que plus l’âge est bas, moins les conséquences d’une réanimation sont lourdes », appuie Mounia N. Hocine.

Néanmoins, elle le rappelle, « ce n’est certainement pas la stratégie la plus efficace pour stopper l’épidémie. C’est simplement celle qu’on met en place par défaut, car on est sûr qu’elle aura un premier impact ». Une première vaccination en prévention tertiaire donc, mais qui pourrait également renseigner sur beaucoup de points : vaccin efficace ou non, effets secondaires, et surtout vaccin coupant la transmission ? En gros, préparer le terrain pour rendre possible plus tard des campagnes de vaccination maximisées chez les autres catégories de population, quand les doses arriveront. Matthieu Mulot prévient : « Il faut voir la vaccination dans les Ehpad, et plus généralement des personnes fragiles, comme une première étape, et non pas comme une finalité. »

Source 20 MINUTES.

 

 

Manche : une petite entreprise met au point pour les séniors un téléphone fixe qui peut faire visio…

C’est un téléphone qui va réconcilier les réfractaires à la technologie.

Un téléphone fixe avec un système de Visio, d’écran pour voir ses proches et pour le coup c’est simple comme un coup de fil !

Le téléphone fixe qui fait visio de la "Vie Mobile" à Saint-Hilaire-du-Harcouët

Une petite entreprise de Saint-Hilaire-du-Harcouët “La vie Mobile” spécialisée dans la téléphonie vient de mettre au point un téléphone fixe qui peut faire vidéo. Et c’est extrêmement simple. Même quand on a pas internet ! Objectif : permettre aux séniors ou aux personnes handicapées de communiquer très facilement via un écran avec leurs proches par What’s App, en ces temps de crise sanitaire.

Simple comme un coup de fil

Les gérants de “La Vie Mobile” ont eu l’idée de transformer un standard professionnel qu’ils ont donc complètement revu et reprogrammé. Depuis leur invention ils croulent sous les demandes. Alexis, salarié de “La Vie Mobile” qui s’occupe de la partie commerciale de ce téléphone-visio, explique : “On sait qu’il y a pas mal de personnes isolées et qui ont peur d’utiliser un smartphone alors qu’elles aimeraient avoir un contact visuel avec leurs proches. A la base, ce téléphone était destiné aux professionnels, et nous on l’a reprogrammé pour qu’il soit simple d’utilisation. Il fonctionne comme un fixe si on y met une carte SIM, et par WhatsApp si on veut appeler en visio.  Bien entendu il faut qu’à l’autre bout du fil la personne ait aussi WhatsApp. Pour cela, il suffira juste de brancher l’appareil en Wifi sur la box internet. Et si on veut l’utiliser comme un fixe, on insert la carte SIM.”

Les maisons de retraite très intéressées

Depuis la commercialisation, il y a peu, de ce téléphone-visio, une quarantaine de personnes ont passé commande et des maisons de retraites se disent très intéressées. D’ailleurs Alexis a été cette semaine faire une démonstration en Ehpad et cela a été un véritable succès. “J’ai pu tester avec les résidents et les infirmiers et tout le monde était ravi. Au départ les personnes âgées avaient un peu peur de l’écran mais elle se sont vite habituées. Et elles ont compris très rapidement l’intérêt pour elles de ce téléphone très simple capable d’instaurer une communication visuelles avec leurs proches”.   

Source FRANCE BLEU.

Une fausse aide-soignante interpellée pour avoir volé les résidents d’un EHPAD…

Une femme de 35 a été interpellée pour le vol de plusieurs résidents d’EHPAD à Montpellier. Elle travaillait grâce à un faux diplôme d’aide-soignante.

Une femme de 35 ans interpellée pour avoir volé une carte bancaire et des chèques à plusieurs résidents d'un Ehpad de Montpellier

Une femme de 35 ans qui travaillait dans des EHPAD en tant qu’aide soignante a été interpellée pour des vols de carte bancaire et de chèques vierges. Elle avait dérobé la carte bancaire d’une résidente d’un EHPAD de Montpellier âgée de 88 ans ainsi que des chèques.

La victime a déposé plainte le jour-même, le 9 septembre. Le Groupe des atteintes aux biens de la Sûreté Départementale de l’Hérault identifie alors l’auteure présumée de ces vols.

L’enquête a permis de démontrer qu’il y avait eu d’autres victimes, trois personnes âgées de 78, 89 et 69 ans ainsi que 7 collègues de travail qu’elle volait dans les vestiaires.  Une perquisition au domicile de l’interpellée permet de mettre la main sur une carte bancaire volée, des formules de chèques vierges et des factures réglées à l’aide chèques volés. Il y a au total 11 victimes, l’EHPAD, l’agence d’intérim qui lui confiait des missions et le bailleur social auprès duquel la mise en cause avait tenté de payer son loyer avec un chèque volé.

Placée en garde à vue, elle a reconnu les faits et expliqué qu’elle avait travaillé dans des cliniques et EHPAD grâce à un faux diplôme d’aide-soignante.

Cette femme doit être jugée dans les prochaines semaines devant le tribunal correctionnel de Montpellier.

Source FRANCE BLEU.

J’ai testé une combinaison qui vous met dans la peau d’une personne porteuse de handicap…

SENSIBILISATION Grâce à l’Adhap de Rosny-sous-Bois, notre journaliste s’est glissé dans le quotidien de certaines personnes en situation de handicap moteur.

 

J'ai testé une combinaison qui vous met dans la peau d'une personne porteuse de handicap

  • L’Adhap (aide à domicile, hygiène et assistance aux personnes) de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) nous a fait endosser une combinaison dite de « vieillissement ».
  • Vue, ouïe et mobilité réduites… Cet outil de sensibilisation sert à faire éprouver l’entrave d’une maladie handicapante.
  • Du 16 au 22 novembre se tient la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap (SEEPH). 20 Minutes publie ce lundi 16 novembre un dossier spécial Inclusion consacré à l’insertion des personnes en situation de handicap en entreprise.

« Une fois que vous aurez mis la combinaison, on va vous faire monter un escalier, prendre un verre d’eau, manger, ou même vous faire marcher… Pour en parler faut essayer. » Yvan Guiraud, gérant de l’Adhap (aide à domicile, hygiène et assistance aux personnes) de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) m’accueille ce lundi et annonce la couleur. Au programme : présentation et test d’une combinaison de vieillissement. « Elle a pas loin de 10 ans, mais elle traite 90 % du sujet. »

Le sujet ? Comprendre, ressentir, l’entrave que représente une maladie handicapante ou l’usure d’un corps de 80 voire 90 ans, dans le but de « sensibiliser notre personnel mais surtout les familles de nos clients et leurs proches aux effets du vieillissement ».
Une conversation à propos du Covid et des mesures gouvernementales plus tard, j’abandonne ma carcasse (relativement) neuve des années 1990 pour prendre place dans un vieux modèle type années 1930.

Une expérience saisissante

Et ça commence par la vue. Casque sur les yeux ma vision devient jaunâtre et surtout très limitée. Fermez un œil, retranchez la moitié du champ de vision qu’il vous reste. Voilà où j’en suis. On me met un casque sur les oreilles, des gants, un harnais, des genouillères et des coudières rigides. « Imaginez que vous souhaitiez aller chercher le pain », lance Yvan Guiraud. Là, je me retrouve dans une vraie situation de handicap. Impossible de replier les bras jusqu’au torse pour boutonner ma chemise, impossible de me pencher pour lacer des chaussures. Je me lance dans les escaliers. Je parviens à les monter, mais doucement.

Toujours aussi diminué, je décide de reprendre des forces et d’attaquer le petit-déjeuner : une madeleine et un verre d’eau. Je pose mes fesses tant bien que mal sur la chaise, attrape à deux mains ma boisson et… Quelle galère ! J’avance mon cou façon tortue pour boire et découpe ma madeleine comme je peux. Une fois à table, difficile d’entendre les autres personnes dans la pièce, je dois choisir entre fixer mon assiette, ma gauche ou ma droite.

Avant de rajeunir, Yvan Guiraud me fait essayer un dernier objet, des gants qui simulent les conséquences physiques de la maladie de Parkinson grâce à des impulsions électriques. Mes mains s’engourdissent, tremblent et me font mal. « Voilà ce que peut vivre une personne à qui, par exemple, on a oublié de donner son traitement quotidien. » Une dernière expérience saisissante avant de quitter les lieux, heureux d’avoir retrouvé toute ma santé.

Source 20 MINUTES.

 

Handicap. Jean Castex et une vingtaine de ministres annoncent de nouvelles mesures…

Le gouvernement doit notamment annoncer lundi l’extension du dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH) aux aides à la parentalité.

Une aide à domicile fait la cuisine pour une femme en situation de handicap qui a besoin d'une aide pour les repas.

De nouvelles aides pour mieux concilier handicap et parentalité, un soutien prolongé aux embauches, une communication officielle plus accessible : le gouvernement doit présenter lundi 16 novembre 2020 de nouvelles mesures en faveur des personnes handicapées, et montrer qu’il ne « ralentit pas » les réformes, malgré la crise sanitaire.

Un « comité interministériel du handicap » (CIH), organisé à Matignon dans la matinée autour de Jean Castex et de sa secrétaire d’État chargée du Handicap Sophie Cluzel, réunira une vingtaine de ministres, dont Jean-Michel Blanquer (Éducation), Élisabeth Borne (Travail) et Gérald Darmanin (Intérieur), mais également les représentants des associations de personnes concernées.

« L’axe majeur, c’est qu’on ne ralentit pas les réformes, malgré cette crise » du Covid-19, a expliqué Sophie Cluzel, qui entend « réaffirmer haut et fort les chantiers en cours ».

Aider financièrement les parents handicapés

Ce CIH est aussi l’occasion pour le gouvernement d’annoncer certaines mesures nouvelles.

Le dispositif de la prestation de compensation du handicap (PCH), qui permet de financer des aides, humaines ou matérielles, sera ainsi étendu dès le 1er janvier 2021 pour couvrir les aides à la parentalité.

Concrètement, les parents concernés pourront rémunérer un intervenant, une heure par jour, pour qu’il les aide à s’occuper de leur enfant. Mais ils auront également droit désormais à la prise en charge de certains équipements – comme une table à langer à hauteur réglable, s’ils se déplacent en fauteuil roulant.

Quelque 17 000 parents en situation de handicap sont concernés, et potentiellement bien plus puisque l’un des objectifs de la réforme est d’éviter que des personnes renoncent à devenir parents en raison de leur handicap.

Prolongation des aides à l’embauche

À l’occasion de la 24e Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), qui débute lundi, le gouvernement doit également annoncer la prolongation des aides à l’embauche mises en œuvre dans le cadre du plan de relance. La fin de ce dispositif, initialement fixée au 28 février, est reportée au 30 juin. L’aide est de 4 000 € pour chaque personne handicapée recrutée – en CDI ou CDD de plus de trois mois.

Autre annonce : la « sanctuarisation » de 10 millions d’euros pour permettre à l’ensemble des discours des ministres d’être sous-titrés et traduits en langue de signes, afin d’être accessibles aux personnes sourdes et malentendantes.

Source OUEST FRANCE.

 

Somme. Deux aides-soignantes condamnées pour des violences sur une pensionnaire d’Ehpad…

Deux aides-soignantes ont été condamnées, jeudi 12 novembre, à une amende avec sursis pour violences sur une octogénaire d’un Ehpad de Bray-sur-Somme (Somme).

Deux aides-soignantes de la maison de retraite de Bray-sur-Somme ont été condamnées pour des violences sur une pensionnaire.

Le réveil avec caméra espion placé dans la chambre avait filmé des gestes et paroles de maltraitance : deux aides-soignantes ont été condamnées jeudi 12 novembre à une amende avec sursis pour violences sur une octogénaire d’un Ehpad de Bray-sur-Somme (Somme).

Le tribunal correctionnel d’Amiens a reconnu les deux femmes, âgées de 41 et 50 ans, coupables de violences sur personne vulnérable, leur infligeant 800 euros d’amende avec sursis, a-t-on appris auprès des avocats, confirmant une information du Courrier Picard.

« Insultes, humiliations, brimades »

Entre 2016 et 2017, le fils et tuteur de la pensionnaire, atteinte de la maladie d’Alzheimer, avait placé dans la chambre un réveil avec une caméra à l’intérieur qui a capté « le son et l’image » des « insultes, humiliations, brimades » que la vieille femme avait subies, selon l’avocat de la famille, Pierre-Henri Delarue.

« Ce qui est scandaleux dans cette affaire, c’est que le parquet n’ait pas raccroché (aux poursuites) les dirigeants de l’Ehpad qui portent une responsabilité bien plus lourde », a-t-il réagi. Pour lui, ce dossier rappelle que certaines maisons de retraite sont « en fait des boîtes à fric où le personnel est traité de manière abjecte ».

« Cadences infernales »

« Tout le monde aurait pu avoir à s’expliquer », a également déclaré l’avocat des prévenues, Stéphane Daquo, mettant en avant « les cadences infernales » pour les toilettes et les repas imposées par la direction de la résidence Louise Marie d’Arc.

« Un rapport de l’inspection générale des services a montré que leur protocole n’était pas adapté. Il y a une responsabilité collective », a-t-il ajouté, rappelant qu’une dizaine d’autres membres du personnel avaient écopé d’un rappel à la loi dans cette enquête.

Source OUEST FRANCE.

La dénutrition, maladie méconnue qui tue en silence… Vidéo…

La première semaine de sensibilisation aux conséquences mortelles de la dénutrition débute ce jeudi.

Cette maladie méconnue et aggravée par l’épidémie de Covid-19 concerne deux millions de français, dont 25% ont plus de 70 ans.

La dénutrition est une maladie méconnue qui touche 400 000 personnes âgées isolées.

La première semaine nationale consacrée à la dénutrition se déroule du 12 au 19 novembre avec des actions de sensibilisation en Ehpad, à l’hôpital et dans les médias.

« Maigrir c’est mourir »

La dénutrition touche deux millions de français dont 400.000 personnes de plus de 70 ans vivant à domicile, 270.000 en Ehpad et 1 enfant sur 10 hospitalisé. Or “maigrir c’est mourir” explique le professeur Eric Fontaine, président fondateur du collectif de lutte contre la dénutrition à l’origine de la semaine nationale de sensibilisation à cette maladie méconnue.

Les conséquences de la dénutrition sont multiples : la perte des défenses immunitaires rend plus fragile aux infections, ralentit la cicatrisation, augmente la fonte de la masse musculaire et le risque de chute. Or plus on est âgé, plus “c’est compliqué de reprendre du muscle” souligne le professeur Fontaine. Et “quand la perte de masse protéique excède 50%, c’est la mort” alerte le collectif.

La dénutrition aggravée par l’épidémie de covid-19

L’isolement est l’un des facteurs à l’origine de cette dénutrition chez les personnes âgées. Une solitude renforcée par le confinement avec l’impossibilité de recevoir des visites, d’aller au restaurant et la peur de sortir pour faire ses courses. Cette dénutrition est également liée à la “sédentarité forcée, car le fait de ne pas bouger de chez soi fait fondre les muscles et altère l’appétit” explique dans le Parisien/Aujourd’hui en France Jérôme Guedj, ancien président du département de l’Essonne, ancien député et l’un des porte-parole du collectif de lutte contre la dénutrition.

500 Ephad mobilisés

Lors de cette semaine, une première en France, l’accent sera mis sur la sensibilisation du grand public et, crise du Covid oblige, une communication en ligne et dans la presse, mais aussi des actions dans les 500 Ephad de l’opération “Maison Gourmande et Responsable.

Source FRANCE BLEU.

Atteinte d’Alzheimer, cette ancienne ballerine se remémore à la perfection sa chorégraphie en entendant le “Lac des Cygnes” (vidéo)…

“Une danseuse sera toujours une danseuse” : tel est le message publié par l’association Musica para Despertar à travers une vidéo diffusée il y a quelques jours et rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Elle montre comment les souvenirs d’une ancienne ballerine reviennent à l’écoute du Lac des Cygnes sur lequel elle dansait il y a plus d’un demi siècle.

Atteinte d'Alzheimer, cette ancienne ballerine se remémore à la perfection sa chorégraphie

Un véritable instant de grâce. Publiée il y a quelques jours par l’association espagnole Musica para Despertar (musique pour s’éveiller), la vidéo capturée en 2019 émeut de très nombreux internautes. “Une danseuse sera toujours une danseuse”, écrit l’association. Selon elle, Marta C. González était danseuse ballerine à New York dans les années 1960. Plus d’un demi-siècle plus tard, elle se remémore et exécute sa chorégraphie à la perfection lorsqu’elle entend le célèbre “Lac des Cygnes” de Tchaïkovski.

Bienfaits de la musique

La scène a eu lieu en 2019. La danseuse est décédée peu de temps après. C’est pour lui rendre hommage que l’association a diffusé ce moment entrecoupé d’images d’une jeune danseuse exécutant la même chorégraphie. Sur son site, Musica para Despertar affirme : “heureusement, parmi les dernières zones à disparaître dans le cerveau endommagé par la maladie d’Alzheimer, il y a celles en charge de la mémoire musicale et de la capacité à ressentir les émotions”. La musique a alors des effets bénéfiques sur les personnes atteintes par cette maladie neurodégénérative. Pendant un instant, “il semble que le mouvement coordonné revient, les émotions intenses et les souvenirs d’une vie reviennent”.

Source RTL.BE

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper…!

Selon une étude de la Harvard Business School, la maladie d’Alzheimer est la maladie la plus coûteuse aux Etats-Unis.

Comment expliquer ce phénomène ? Quelle pression économique les traitements font-ils porter sur le système de santé ?

Alzheimer est aussi un défi économique pour la société mais personne ne semble comprendre pourquoi il est essentiel de s’en préoccuper

Selon une étude publiée par la Harvard Business School, la maladie d’Alzheimer est la maladie la plus coûteuse aux États-Unis en affectant une personne sur dix âgée de 65 ans ou plus. Est-ce le cas en France ? La proportion de personnes atteintes est-elle similaire ? Pourquoi cette maladie est-elle la plus coûteuse ?

Stéphane Gayet : La maladie d’Alzheimer est la principale cause de troubles neurocognitifs majeurs (cognition : la connaissance ; troubles intellectuels concernant essentiellement la mémoire) du sujet âgé, c’est-à-dire d’altérations progressives des fonctions cognitives entraînant un retentissement sur les activités de la vie quotidienne et conduisant de ce fait à une perte d’autonomie. Cette maladie est responsable d’environ 70 % des cas de troubles neurocognitifs majeurs, les autres causes étant les maladies dites apparentées : démence d’origine vasculaire, maladie à corps de Lewy, dégénérescence fronto-temporale…

Une bonne connaissance des données épidémiologiques (fréquence, âge, gravité, évolution, causes, facteurs favorisants) est nécessaire pour appréhender et anticiper l’ampleur de la maladie d’Alzheimer dans nos sociétés vieillissantes. Les études épidémiologiques sont en réalité complexes, du fait de la grande fréquence de la pathologie (cela rend difficile l’étude des causes et des facteurs favorisants), de l’absence de registre de santé exhaustif de cette pathologie, de son caractère chronique et insidieux et d’un diagnostic qui reste encore complexe.

Les données permettant d’établir la prévalence (nombre de cas de maladie dans la population à un moment donné) de la maladie d’Alzheimer en France proviennent principalement de l’étude épidémiologique PAQUID*. À partir des données de cette étude, le nombre de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer a été estimé à 770 000 en 1999. Par extrapolation de ces données, le nombre de personnes souffrant de la maladie est actuellement estimé à 1,1 million. La prévalence de la maladie augmente très vite avec l’âge.

Rare avant 60 ans, sa prévalence est d’environ 1,5 % entre 65 et 70 ans, 3 % entre 70 et 75 ans, 6 % entre 75 et 80 ans, 12 % entre 80 et 85 ans, plus de 20 % après 85 ans. Elle affecte globalement 5 % de la population de plus de 65 ans, et sa prévalence double par classe d’âge de 5 ans après 65 ans. Chez les personnes les plus âgées, la maladie atteint plus les femmes que les hommes (25 % des femmes contre 20 % des hommes à 85 ans).

Sur le plan mondial, le nombre de malades est actuellement estimé à 44 millions. Ce nombre a plus que doublé depuis les années 1990, principalement en raison du vieillissement de la population, et concerne de plus en plus les pays en voie de développement. Le nombre de nouveaux cas par an (incidence) de maladie d’Alzheimer en France est actuellement estimé à 225 000 patients. L’évolution du risque au-delà de 90 ans reste discutée : l’augmentation de l’incidence pourrait rencontrer un plateau chez les sujets les plus âgés.

Toujours selon cette étude, les traitements pharmaceutiques actuels n’ont qu’un effet minime pour arrêter les symptômes de la maladie et seuls les soins sur le long terme semblent avoir un effet. Quelle pression économique portent-ils sur le système de santé ?

Certains médicaments sont dits symptomatiques : ils n’agissent pas sur le ou les mécanismes de la maladie, mais sur certains de ses effets les plus gênants. Actuellement, seuls trois inhibiteurs de la cholinestérase (enzyme qui permet la dégradation de l’acétylcholine, un médiateur chimique assurant la transmission de l’influx nerveux) et un antagoniste du récepteur du glutamate (la mémantine) ont été approuvés et commercialisés comme traitements symptomatiques de la maladie d’Alzheimer.

D’autres médicaments sont dits à visée étiopathogénique : ils sont censés agir sur le ou les mécanismes de la maladie. Depuis le début des années 2000 et dans l’avenir, l’objectif de la recherche thérapeutique est de mettre au point un ou des traitements capables de modifier l’évolution de la maladie (soit de la ralentir significativement, soit au mieux de la stopper). Les principales recherches portent sur des traitements visant à modifier les anomalies dues au peptide A bêta amyloïde ou à la protéine tau, les deux principales anomalies mises en évidence dans le cerveau des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer.

À l’heure actuelle, on considère que l’essentiel du traitement est plutôt non médicamenteux. C’est l’accompagnement au quotidien par des proches avec leur affection, les stimulations cognitives et récréatives répétées à longueur de journée et l’hygiène de vie autant que possible (exercice physique, alimentation et sommeil). Mais ces personnes sont très fragiles et sont particulièrement exposées au risque d’accidents qui, lorsqu’ils surviennent, contribuent grandement à la dégradation de l’état général et neuropsychique.

La maladie d’Alzheimer est l’une des premières causes d’entrée en institution du sujet âgé, elle est la cinquième cause de décès en France et est à l’origine d’un coût socio-économique majeur, estimé à plus de 30 milliards d’euros par an en France, en grande partie à la charge des patients et de leur famille. Les familles se trouvent de ce fait souvent en difficulté financière dès lors que l’un de leurs membres est atteint d’une forme évoluée de maladie d’Alzheimer, sans parler des répercussions sociales qui touchent les aidants (isolement, marginalisation).

Le coût du développement d’un traitement est estimé à 5 milliards d’euros. À quoi est dû un tel coût ? Quel est l’état des recherches actuelles ?

Beaucoup de travaux de recherche, sur le traitement de la maladie d’Alzheimer, ciblent le peptide A bêta amyloïde, et c’est logique étant donné que la formation de dépôts amyloïdes est considérée comme le primum movens de la maladie. Le but poursuivi est donc de chercher à bloquer l’accumulation anormale de peptide A bêta amyloïde autour des neurones.

Les méthodes d’immunothérapie mobilisent des processus immunologiques (système de défense immunitaire). Elles sont de plus en plus utilisées en cancérologie, car plus précises et moins toxiques que les méthodes de chimiothérapie.

Partant du principe que les cancers comme la maladie d’Alzheimer sont des maladies chroniques et complexes, on a essayé de transposer à celle-ci les succès obtenus en cancérologie. D’où l’idée de l’immunothérapie dans cette maladie.

Il existe une immunothérapie active, c’est essentiellement la vaccination : le système immunitaire s’immunise de façon active contre un agresseur, grâce au vaccin spécifique. Les vaccins anti-Alzheimer sont jusqu’à présent des échecs.

Il existe aussi une immunothérapie passive : il s’agit notamment des anticorps anti-peptide amyloïde. Ces anticorps sont dits monoclonaux, parce que leur cible immunologique est ultra précise et unique (ils sont fabriqués par génie génétique).

L’aducanumab est un anticorps monoclonal dirigé contre le peptide A bêta amyloïde. Précisons que l’on a déjà essayé des traitements constitués d’anticorps monoclonaux dirigés contre la protéine tau, avec des résultats mitigés, peu concluants.

À maladie chronique complexe, recherche longue et complexe. Plus une maladie est aiguë et plus sa cause est simple et unique, plus son mécanisme est facile à comprendre. Et plus une maladie est chronique et lente, plus ses causes sont nombreuses et imbriquées, et plus son mécanisme de constitution est complexe.

Avec les maladies neurodégénératives inflammatoires chroniques, comme la maladie d’Alzheimer, la sclérose en plaques (SEP), la maladie de Parkinson, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), on se heurte à des processus pathologiques, à la fois pluriels imbriqués et d’une rare complexité. Nous devons inventer de nouvelles méthodes de recherche, faire appel à des outils informatiques d’une puissance toujours supérieure. C’est la raison du coût énorme de la recherche concernant la maladie d’Alzheimer.

* L’étude PAQUID (Personnes âgées QUID) est une étude de cohorte de 3 777 sujets âgés de plus de 65 ans vivant à leur domicile et tirés au sort sur les listes électorales de 75 communes de Gironde et de Dordogne.

L’état initial a été évalué en 1988-1989 et les sujets ont été suivis à un an, trois ans, cinq ans, huit ans, dix ans, treize ans… PAQUID est le fruit d’un partenariat de plusieurs structures publiques ou privées dont les plus importantes sont l’INSERM, l’Université de Bordeaux II et le CHU de Bordeaux, la Fondation de France, Novartis Pharma, la Société SCOR, les Conseils généraux de Gironde et Dordogne et la Mutualité sociale agricole.

L’objectif principal de PAQUID était l’étude épidémiologique du vieillissement cognitif et fonctionnel en population générale, notamment l’épidémiologie de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées (MAMA), mais aussi l’épidémiologie de la dépendance du sujet âgé.

Les sujets ont été revus à onze reprises environ tous les deux ans avec des mesures répétées de la cognition, un recueil de valeurs dans des échelles fonctionnelles et une détection systématique de la démence. PAQUID a fourni les premières estimations de la prévalence, de l’incidence, de la durée moyenne de la maladie en population générale.

Cette cohorte a permis d’étudier de multiples facteurs de risque (âge, sexe, niveau d’études, consommation de vin et de tabac, activité de loisirs, etc.) des MAMA et l’histoire naturelle de la phase préclinique et clinique débutante de la maladie d’Alzheimer sur plus de dix ans. PAQUID a montré que les démences étaient de loin la cause principale de dépendance du sujet âgé.

Source ATLANTICO.