Isolement en Ehpad : “Il faut que les familles des résidents en France se révoltent”, estime un médecin…!

Alors qu’Emmanuel Macron a appelé ce mardi à ne pas “isoler nos aînés”, Marcellin Meunier, ancien médecin coordinateur en Ehpad juge “indigne” la limitation des visites aux résidents dans certaines villes.

Un Ehpad de Ploudalmezeau (Finistère), le 7 août 2020. Photo d'illustration.

“Nous ne souhaitons pas, collectivement, isoler à nouveau nos aînés”, a affirmé Emmanuel Macron lors d’un déplacement dans un Ehpad du Loir-et-Cher.“Il faut que les familles des résidents en France se révoltent”, a réagi sur franceinfo le docteur Marcellin Meunier, ancien médecin coordinateur en Ehpad en Vendée, démissionnaire en juin dernier pour protester contre le manque de moyens. “Il y a certains Ehpads qui se sont transformés en établissements pénitentiaires”, juge-t-il. 

franceinfo : Le chef de l’Etat a-t’il raison de ne pas vouloir “isoler à nouveau nos aînés”, comme ce fut le cas lors du confinement ?

Marcellin Meunier : Oui. Est-ce que l’on veut que nos aïeux meurent en bonne santé, c’est à dire indemnes du Covid, ou est-ce que l’on veut qu’ils puissent vivre en voyant leurs proches, leurs amis, qu’ils puissent avoir leurs activités ? C’est la seule raison qu’ils ont de vivre. J’ai vu tant de gens qui sont tombés dans la déprime, qui ont présenté des complications psychologiques et physiques en rapport avec le déconfinement. C’est une grande tristesse ce qui se passe en France ces dernières semaines.

Est-ce qu’aujourd’hui, les moyens sont là, est-ce que le personnel n’est pas trop épuisé, alors que l’épidémie de coronavirus semble repartir avec 121 clusters déjà détectés dans différents Ehpad de France ?

On part de très bas. La situation en France est bien, bien pire que dans les autres pays. L’OCDE, en juillet dernier, a sorti un rapport qui mettait en évidence le fait qu’en France, on a un ratio de 2,5 soignants pour 100 personnes de plus de 65 ans, contre une moyenne de 5 soignants dans les pays de l’OCDE. Et donc, il faudrait déjà rattraper la moyenne des pays comparables à la France pour partir à égalité. On parle de très loin avec du personnel épuisé, non reconnu financièrement et dans la formation, la progression de carrière.

“Quelle tristesse de traiter des anciens comme des prisonniers alors qu’ils n’ont rien commis.” Marcellin Meunier à france info.

Il y a certains Ehpad qui se sont transformés en établissements pénitentiaires. J’ai des patients qui ont survécu, dans trois mètres sur trois mètres pendant six semaines, sans sortir, sans aller dans les espaces communs. Qu’est-ce qu’ils ont fait, ces gens à qui on appliquerait cette sanction, cette punition alors qu’ils ne peuvent rien dire ? Je trouve ça hautement indigne.

Dans plusieurs métropoles, les contraintes sanitaires se sont durcies, les visites réduites à deux personnes à Lyon, à Marseille, par exemple. Et à Nice, le maire Christian Estrosi a même stoppé les visites dans les Ehpad municipaux. Qu’en pensez-vous ?

Franchement, si on avait du personnel en nombre, plutôt que d’enfermer des personnes avec les précautions d’usage, avec du personnel protégé, on pourrait les promener individuellement dans les parcs et dans les stades. On pourrait les faire sortir, à trois mètres de distance, pour permettre de voir leurs familles en extérieur ou dans des grands espaces aérés. Il y a possibilité de ne pas transformer à nouveau les Ehpad en prison. Ce n’est pas possible. Il faut que les familles des résidents en France se révoltent. Traiter leurs anciens de cette façon avec Covid ou sans Covid, c’est indigne. Ça n’est pas possible. On n’a rien à leur reprocher. On ne doit pas leur infliger de telles peines.

La protection des personnes âgées sera évoquée lors du prochain conseil de défense. Quelles décisions faut-il prendre pour protéger au maximum, dans cette période, nos aînés ?

Il faut les protéger, mais il faut leur permettre de vivre. C’est l’équilibre dont parlait monsieur le Président, qu’il faut trouver. Il faut un véritable équilibre qui leur permette de vivre, d’espérer vivre et d’espérer la vie et de profiter de la vie. Les derniers moments qu’ils leur restent, qui consistent à voir les gens qu’ils aiment, le peu de personne qu’ils aiment. Ils ont perdu leurs amis, ils ont perdu leur travail, ils ont perdu beaucoup de leurs congénères et leurs familles. Le peu de visites qu’ils ont, il faut préserver ce lien social. Il est vital pour eux.

Source FRANCE INFO.

Santé. 40 % des cas de démence pourraient être évités ou retardés avec une meilleure hygiène de vie…

En réduisant une douzaine de facteurs de risques (alcoolisme, tabac), on pourrait réduire très sensiblement le nombre de cas de démence selon une étude publiée dans la revue scientifique The Lancet.

Les cas de démence devraient augmenter dans le monde, notamment chez les personnes âgées, ce qui pose la question de leur prise en charge dans des structures adaptées.

Environ 40 % des cas de démence pourraient être évités ou retardés en réduisant une douzaine de facteurs de risques, dont une consommation d’alcool excessive, le tabagisme, les chocs à la tête et la pollution de l’air, selon un rapport publié jeudi 30 juillet 2020.

Ses auteurs, un groupe d’experts, formulent donc une série de recommandations aux décideurs politiques, parmi lesquelles limiter la consommation d’alcool, stopper celle de tabac, diminuer l’obésité et le diabète ou réduire l’exposition à la pollution de l’air.

Notre rapport montre que les décideurs et les individus ont le pouvoir de prévenir ou retarder une part importante des cas de démence, estime l’auteur principal, la Pr Gill Livingston de l’University College de Londres, citée dans un communiqué de la revue médicale The Lancet, qui publie le rapport. Ces actions sont susceptibles d’avoir le plus gros impact sur ceux qui sont concernés de manière disproportionnée par les facteurs de risques de démence, comme les habitants des pays à bas et moyen revenu et les populations vulnérables, dont les minorités ethniques, poursuit-elle.

La pollution de l’air pourrait être un facteur également

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), 50 millions de personnes sont atteintes de démence dans le monde, avec 60 à 70 % des cas causés par la maladie d’Alzheimer. Ce nombre tend à augmenter puisqu’on vit de plus en plus longtemps.

L’OMS estime que le nombre total de personnes atteintes de démence devrait grimper à 82 millions en 2030 et 152 millions d’ici 2050, en grande partie à cause de l’augmentation du nombre de cas dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Causée par un ensemble de maladies et de traumatismes qui touchent le cerveau, la démence affecte la mémoire, le raisonnement, l’orientation, la compréhension, le calcul, la capacité d’apprentissage, le langage et le jugement, rappelle l’OMS sur son site internet.

Dans un précédent rapport, publié en 2017 par The Lancet, les mêmes chercheurs avaient déjà identifié neuf facteurs de risque. Ils ont actualisé cette liste en en ajoutant trois : la consommation excessive d’alcool, les blessures à la tête et l’exposition à la pollution de l’air à l’âge adulte.

Selon eux, ces facteurs sont respectivement associés à 1 %, 3 % et 2 % des cas de démence. Les autres facteurs sont les conditions d’éducation (7 %), la perte d’audition (8 %), l’hypertension (2 %), l’obésité (1 %), le tabagisme (5 %), la dépression (4 %), l’isolement social (4 %), l’inactivité physique (2 %) et le diabète (1 %).

Ne pas faire des malades les responsables de leur démence

Pour autant, d’autres scientifiques qui n’ont pas participé à l’étude soulignent que si ces facteurs de risques sont associés à la démence, il ne faut pas en déduire qu’ils en sont la cause. Cela laisse un grand nombre de questions du type ‘qui est le premier, de l’œuf ou de la poule’, souligne ainsi la Pr Tara Spires-Jones, spécialiste du cerveau et de la démence à l’Université d’Edimbourg (Écosse).

Par exemple, la dépression à plus de 65 ans est associée à un risque de démence, mais ce type de données ne permet pas de dire si c’est la première qui contribue à provoquer la seconde, puisqu’il est également prouvé que les changements dans le cerveau au stade précoce de la démence sont des causes de dépression, détaille-t-elle.

Ce rapport estime que 40 % des démences pourraient être évitables avec des changements de mode de vie, ce qui veut dire que 60 % sont, en l’état de nos connaissances, causés par des choses qu’on ne peut pas contrôler, comme des facteurs génétiques, poursuit-elle.

J’espère que ce rapport ne va pas conduire les gens à penser que c’est de leur faute s’ils souffrent de démence, insiste-t-elle.

Source OUEST FRANCE.

ALZHEIMER – TÉMOIGNAGE. Santé en Ille-et-Vilaine : « Je ne sais pas si j’ai bien fait d’accueillir maman »…

La mère de Christine Lefeuvre est atteinte de la maladie d’Alzheimer.

Faute de trouver une place dans un établissement spécialisé, cette employée de banque l’a accueillie chez elle pendant un mois.

La mère de Christine Lefeuvre est malade d’Alzheimer, cette employée de banque l’a accueillie chez elle, faute de place dans les établissements spécialisés bretons.

Faute de trouver une place dans un établissement spécialisé, cette employée de banque a accueilli sa maman chez elle pendant un mois. Elle raconte.

Vous avez cherché une place dans un établissement spécialisé pour votre maman, et vous n’avez pas trouvé ?

Ma maman de 73 ans souffre de la maladie d’Alzheimer depuis bientôt trois ans. Quand son état n’était pas trop grave, elle vivait seule, mais au mois de juillet elle a fugué plusieurs fois de chez elle. Au début de l’été, on l’a retrouvée une fois vers Goven, à presque 20 km de Pléchâtel et une autre fois sur la route. J’ai donc décidé de l’accueillir chez moi et de m’en occuper moi-même vu que je n’ai pas réussi à lui trouver une place dans un établissement spécialisé.

Trouver une place dans un établissement spécialisé n’est pas chose facile.

Il n’y a peu de places disponibles dans les établissements spécialisés en Bretagne, que ce soit en accueil temporaire ou permanent. Je suis en contact régulier avec le médecin traitant de ma mère, avec les équipes spécialisées Alzheimer (ESA) et différentes institutions de santé au niveau local ou départemental. Tous s’impliquent énormément et ont la volonté de bien faire, mais il n’y a juste pas assez de moyens mis à disposition. Et la maladie d’Alzheimer est particulière dans le sens où le nombre de places disponibles est limité et l’espérance de vie des malades est longue donc peu de places se libèrent.

Quelles conséquences l’accueil à domicile a eues sur vous ?

Je ne dormais plus et je ne mangeais plus. J’ai été obligée de la placer temporairement dans un établissement dans la Manche, cela va certainement limiter mon nombre de visites, mais je n’avais pas le choix. En plus de mon travail, c’est comme si j’avais un poste d’aide à la personne en rentrant. Je n’avais aucun moment pour moi. Les charges administratives sont très lourdes et c’était très pesant pour mes enfants aussi, nous n’avions plus d’intimité à la maison, vu qu’il y avait souvent des professionnels de santé sur place.

Que souhaiteriez-vous pour votre mère ?

J’ai juste envie qu’elle vive dans des conditions décentes, qu’elle soit proche et que je puisse aller la voir régulièrement. C’est un vrai problème de société auquel le gouvernement et les députés doivent répondre. Tous ceux qui travaillent dans le secteur de la santé m’ont beaucoup aidée et se sont énormément impliqués, mais j’estime que ce n’est pas normal de ne pas trouver de solution viable pour ma mère et pour tous ceux atteints de cette maladie. Je m’interroge pour savoir si j’ai bien fait de l’accueillir. Cela occulte un problème de société sur cette maladie ainsi que des problèmes auxquels sont confrontés les aidants.

Pourquoi ce besoin de témoigner ?

J’ai beaucoup hésité avant d’en parler, mais je sais que je ne suis pas la seule confrontée à cette situation et que c’est un problème collectif. Il faut aussi penser au personnel soignant qui vit ce que j’ai vécu tous les jours. Je n’ai pas envie de vivre dans une société où l’on s’occupe mal de nos aînés et c’est quelque chose auquel nous devons réfléchir tous ensemble. J’espère que mon témoignage pourra faire un peu avancer les choses et alerter sur la situation.

Source OUEST FRANCE.

 

Alzheimer : les aliments à éviter …. Les aliments qui préservent…

Plusieurs études ont démontré que certains aliments pouvaient favoriser le développement de la maladie d’Alzheimer. Explications avec le Dr Béatrice de Reynal, nutritionniste.

Alzheimer - Viande rouge : réduisez les doses

Viande rouge : réduisez les doses

Une étude espagnole en 2013* sur 815 personnes suggère que le fer contenu dans la viande rouge augmente le stress oxydatif** et joue un rôle dans le développement de la maladie d’Alzheimer.
Pourquoi : bien qu’essentiel au bon fonctionnement de nos cellules, l’étude montre que le fer est nocif en trop grandes quantités dans l’organisme. Il favorise la formation de radicaux libres et peut endommager les tissus, notamment du cerveau qui y est très sensible.
Le conseil de la nutritionniste : “Le fer reste indispensable. Consommez de la viande ou des œufs riches en fer 5 fois/semaine à raison d’une fois/jour, et mangez du poisson les 2 autres jours. Vos besoins sont ainsi couverts sans stress oxydatif” indique le Dr Béatrice de Reynal.

*Romeu M, Aranda N, Giralt M, Ribot B, Nogues MR, Arija V. Diet, iron biomarkers and oxidative stress in a representative sample of Mediterranean population. Nutr J. 2013.
** le stress oxydatif est une agression de nos cellules par des molécules instables, appelées radicaux libres. C’est un facteur d’inflammation et de mutations cellulaires, en cause dans des maladies comme le cancer notamment.

Eau du robinet : n’en abusez pas !

Alzheimer - Eau du robinet : n'en abusez pas !

En 2000, l’étude PAQUID* a montré que le risque de contracter la maladie d’Alzheimer est 1,99 fois plus élevé dans les régions où l’eau est riche en aluminium (plus de 0,1mg/litre).
Pourquoi : Le sulfate d’aluminium est ajouté lors du traitement de l’eau potable pour la rendre transparente. Mais l’aluminium se fixe sur les tissus cérébraux**, accélérant son vieillissement et détruisant le système nerveux. “C’est un neurotoxique avéré. Il passe dans le sang et se fixe dans le cerveau et y reste. A force d’en absorber, cela entraîne des troubles neurologiques”, explique le Dr Souvet, président de l’ASEF.
Quelles préventions : Rendez-vous sur le site du ministère de la santé consacré à l’eau potable qui vous donne la teneur en aluminium de l’eau de votre commune. Vous pouvez boire différentes eaux en la filtrant, en achetant de l’eau de source.

* étude menée par l’Inserm, réalisée dans les départements de la Gironde et de la Dordogne
** On a découvert depuis 1976 que l’aluminium pouvait entraîner une forme de maladie neurologique chez certains insuffisants rénaux effectuant régulièrement des dialyses. Lors de ces traitements, l’aluminium présent dans l’eau du liquide de dialyse passait directement dans le sang, et le cerveau. Les personnes atteintes souffraient de troubles de langage, de troubles moteurs, de convulsions… Depuis, de nombreuses autres études ont montré la nocivité de l’aluminium sur le cerveau.

Eviter les fromages ?

Alzheimer - Eviter les fromages ?

Des chercheurs de l’université de Boston (Etats-Unis) en 2002* ont découvert que des niveaux trop élevés d’homocystéine, un acide aminé, dans l’organisme sont associés à un risque accru de développer la maladie d’Alzheimer. Les fromages notamment en contiennent de grandes quantités. Pour le Dr Béatrice de Reynal “cette étude n’est pas très sérieuse”.

A noter : Selon une étude publiée en 2012 dans le New scientist magazine, la malbouffe pourrait provoquer la maladie d’Alzheimer. Une mauvaise alimentation empêchant les cellules du cerveau de réagir correctement face à certaines hormones. Pour notre spécialiste “Bien sûr, manger trop gras et sucré a des effets secondaires, mais rien à voir avec Alzheimer.”

*Seshadri S, et al. “Homocystéine plasmatique en tant que facteur de risque de démence et la maladie d’Alzheimer”, New England Journal of Medicine, 2002

Alcool : jamais d’excès !

Alzheimer - Alcool : jamais d'excès !

En 2009, lors de la conférence internationale sur la maladie d’Alzheimer, les résultats d’une étude* sur près de 3000 participants américains de 75 ans et plus ont montré que si la consommation modérée d’alcool (1 à 2 verres/jour) réduit le risque de démence chez les personnes âgées, une consommation excessive (au-delà de 3 verres/jour) présente l’effet inverse et peut causer des lésions cérébrales pouvant entraîner Alzheimer.
Et ceci, indépendamment du type de boisson alcoolisée (vin, bière, apéritifs…).
Pourquoi : “L’éthanol, contenu dans l’alcool, a un effet vasodilatateur. Il peut durablement perturber la circulation sanguine dans le cerveau et altérer le système nerveux”, explique le Dr de Reynal.

*Regular moderate alcohol intake has cognitive benefits in older adults, 13 juillet 2009.

Autres bons conseils

Alzheimer - Autres bons conseils

Pratiquer une activité physique : l’exercice physique prévient l’apparition des symptômes de la maladie, en jouant sur les capacités de régénération de notre cerveau. La partie de notre cerveau consacré à la production de nos mouvements et à leur coordination est très importante. Le sport favorisant la création de neurones.
Poursuivre des activités cérébrales : les efforts intellectuels sollicitent moins le cerveau que l’activité physique. Cependant, il ne faut pas les négliger. La lecture serait l’une des activités qui solliciterait le plus le cerveau.
Et aussi : “Evitez de fumer, les manipulations de solvants ou de produits toxiques comme le benzène, les diluants” conseille le Dr de Reynal.

Les aliments qui préservent

Alzheimer les aliments qui préservent

Une étude effectuée auprès de 500 000 personnes et parue dans le British médical journal en 2008*, révèle que le régime crétois, riche en fruits et légumes, diminuerait de 13 % le risque de développer une démence, dont Alzheimer. Des nutriments comme les oméga-3** participeraient grandement à ce résultat.
Pourquoi : “Les oméga-3 contenus dans le pourpier en Crête, ou chez nous, dans le colza, contribuent à fluidifier les membranes des cellules nerveuses et à améliorer leur fonctionnement”, explique le Dr de Reynal.
Les aliments riches en oméga-3 : les huiles de colza, de soja, de sésame ; les poissons gras comme le saumon, l’anchois, le hareng, le maquereau, les sardines.
Vous ajouterez à cela des fruits et légumes en bonnes quantités. Privilégier également la cuisson à la vapeur, grillé ou en papillote.

*Sofi F. Adherence to Mediterranean diet and health status: meta-analysis. British Medical Journal 2008.
** les oméga-3 sont des nutriments qui ont un rôle dans la prévention de certaines maladies (infarctus du myocarde, AVC…) et du vieillissement.

Source MEDISITE.

 

Primes COVID-19 : jusqu’à 1.500 euros versés par les départements lorrains aux aides à domicile…

Les aides à domiciles et auxiliaires de vie lorrains se sentent enfin reconnus.

Trois Conseils Départementaux ont décidé de leur octroyer une prime exceptionnelle, à l’instar du personnel soignant en juin, pour avoir évité de nouvelles hospitalisations en pleine crise du coronavirus.

Cette aide à domicile porte masque, sur-blouse et charlotte pour intervenir au domicile d'une personne âgée.

Trois des quatre départements lorrains ont voté l’octroi de primes exceptionnelles pour les aides à domicile et auxiliaires de vie qui ont été en première ligne pendant la crise sanitaire du coronavirus. Des primes qui vont jusqu’à 1.500 euros, versées au prorata des heures travaillées et de la période qui s’étend de mi- mars à mi-mai 2020.

Aurélie Zemour est ravie ! Cette aide à domicile s’est battue pour obtenir la reconnaissance de son travail pendant la pandémie. Le 13 juillet 2020, elle a touché une prime exceptionnelle de 1.200 euros, une somme qui tombe à pic pour des vacances bien méritées. Pendant toute la pandémie, elle a continué d’assurer le lever, la toilette et le ménage chez des personnes âgées ou handicapées, malgré le manque de masques, et de protection.

“C’est la première étape de la reconnaissance de notre profession, la prochaine c’est la revalorisation de nos salaires.”

– Aurélie Zemour, aide à domicile en Meurthe et Moselle.

Cette prime exceptionnelle est très attendue par les personnels des SAAD (Services d’Aide et d’Accompagnement à domicile). Mais il aura fallu se battre pour l’obtenir. Alors que les personnels soignants travaillant dans les hôpitaux et les Ehpad reçoivent dès la mi-juin 2020, l’assurance de toucher une prime de l’Etat de 1.000 à 1.500 euros, les aides à domiciles, eux, ne sont pas concernés. Ils sont pourtant au chevet des personnes âgées et handicapées, dont certains malades du Covid ou de retour de réanimation.

La Meurthe-et-Moselle, premier département à voter la prime

Le 16 juin 2020, toute la profession dénonce alors à haute voix l’injustice dont sont victimes les 300.000 professionnels du secteur. Un coup de gueule qui a fini par payer…mais ce n’est pas l’Etat qui va verser cette prime exceptionnelle, ce sont les départements, en charge de l’autonomie.

La Meurthe-et-Moselle est le premier département à accepter de mettre la main à la poche. Un budget exceptionnel de 2,5 millions d’euros a été débloqué tout spécialement dès la fin du mois de juin 2020, sur fonds propres. Ainsi toutes les aides à domicile ayant travaillé à temps plein de mi-mars à mi-avril, devraient toucher 1.500 euros de prime COVID-19. Elle est calculée au prorata des heures travaillées. La Meurthe-et-Moselle avait déjà été l’un des premiers départements à voler au secours des aides à domicile au début de la pandémie en leur fournissant des protections et des masques.

“C’était tout à fait inconcevable de ne pas récompenser ces salariés qui ont accompagné les personnes les plus fragiles pendant la crise.”

– Marie-Annick Helfer, en charge de l’autonomie au Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle

Les aides à domiciles sont en effet le pilier de la politique d’autonomie des départements. Ils permettent à des milliers de personnes âgées ou handicapées de rester chez elles. C’est le souhait de 87 % des Français !

C’est ce qui a motivé les autres départements à faire de même. La Meuse, qui compte 2400 bénéficiaires de l’APA ( Aide Personnalisée d’Autonomie)  a voté un budget de 400.000 euros, les primes seront versées en août 2020. De son côté le département des Vosges a débloqué 800.000 euros pour les aides à domicile.  La prime sera versée en septembre. Dans les deux cas, elle peut aller jusqu’à 1.500 euros pour un travail à temps plein pendant la période la plus critique de la pandémie.

Petit bémol, les patrons devront verser la prime avant fin août pour pouvoir la défiscaliser, alors que la plupart n’aura pas encore touché l’aide du département. “Une avance sur trésorie pas facile à gérer, même si nous sommes ravis de l’effort financier, nous confie Véronique Scida, gérante de Louvéa à Nancy.

Une prime très inégale

Si la Lorraine est plutôt reconnaissante envers les aides à domiciles et auxiliaires de vie, ce n’est pas le cas pour l’ensemble du territoire. Selon les premières sources, seule une trentaine de départements acceptent de débloquer des fonds.  Certains comme les Hauts-de-Seine ou la Saône et Loire refusent de payer, arguant que c’est le rôle de l’Etat. Certains personnels n’y auront donc pas droit.

Le fait que l’Etat ait passé le relais aux départements pour la prime exceptionnelle COVID-19 est globalement très mal perçu, par les départements, mais aussi par les fédérations d’associations d’aides à domiciles comme la Fédésap.

“Nous aurions souhaité  une prime d’Etat transparente et égale pour tous, or là, c’est très inégalitaire selon les territoires : 30, 200, 500 ou 1.500 euros..ou rien !  ”

– Elodie Breton, déléguée départementale Fédésap.

Les associations sont d’autant plus amères qu’elles ont du mal à recruter, car le métier est difficile et très mal payé. La majorité des aides à domiciles touchent à peine plus que le SMIC, soit 1.000 à 1.200 euros par mois.
De plus, elles se préparent à affronter un deuxième vague de coronavirus. Le gouvernement leur a récemment demandé de prévoir dix semaines de stock de masques en réserve.

“Cela va être difficile d’expliquer à des personnels non reconnus qu’il va falloir y retourner.”

– Elodie Breton, déléguée départementale Fédésap

Le secteur a déjà beaucoup de mal à recruter, pourtant ce n’est pas le travail qui manque. 800.000 personnes âgées sont actuellement accompagnées en France, et 350.000 personnes en situation de handicap.

Source FR3.

 

Valdoie -Territoire de Belfort – Ehpad de la Rosemontoise : le contenu « glaçant » du rapport des administrateurs provisoires…

Le conseil départemental du Territoire de Belfort et l’Agence régionale de santé ont prolongé de trois mois l’administration provisoire de l’Ehpad de la Rosemontoise à Valdoie.

Une décision motivée par le rapport établi par les administrateurs provisoires qui ont œuvré ces deux derniers mois.

Ehpad de la Rosemontoise : le contenu « glaçant » du rapport des administrateurs provisoires

Vendredi, Florian Bouquet, président du conseil départemental du Territoire de Belfort (CD90) et Pierre Pribile, directeur de l’Agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté (ARS BFC), ont signé un arrêté conjoint prolongeant l’administration provisoire de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) la Rosemontoise de Valdoie.

Trois mois reconductibles

À partir du 7 août, Sylvie Petrella assurera pour trois mois reconductibles cette mission, prenant la suite de Françoise Betoulle et Robert Creel qui ont assuré cette même fonction depuis le 6 juin.

Cette décision a été motivée par le rapport rendu par ces derniers. Un rapport « glaçant » comme le résumait Florian Bouquet vendredi après-midi lors d’une réunion avec les familles, représentants du personnel et des résidents.

« Mise en danger »

« Les dysfonctionnements relevés reflètent des manquements d’une particulière gravité de nature à mettre en danger notamment la sécurité et le bien-être des personnes âgées dépendantes », peut-on lire notamment dans l’arrêté.

Les deux premiers administrateurs nommés pour deux mois le 6 avril avaient déjà dressé un constat dans ce sens. Dans leurs conclusions, ils notaient qu’il y avait « urgence à prendre des mesures permettant de sécuriser non seulement la prise en charge des résidents de l’Ehpad mais également les conditions d’exercice de son personnel ».

Nombreux dysfonctionnements et défaillances

Quant aux seconds administrateurs, leur rapport d’une soixantaine de pages que nous avons pu nous procurer éclaire sur un nombre important de dysfonctionnements et de défaillances que ce soit dans le domaine du management, de la gestion des soins, des ressources humaines ou encore de la réalisation de travaux.

« Risque de maltraitance passive »

Dans leurs conclusions, les deux administrateurs provisoires soulignent que dorénavant «  l’ensemble des précautions est pris pour prévenir un second épisode de la Covid-19 si celui se confirmait ».

Toutefois, « s’agissant de la gestion managériale et de l’organisation des soins, la gravité des constats tenant à la non-sécurisation des soins dans leur organisation ainsi que dans la gestion des ressources humaines », ils sont amenés à « indiquer qu’un risque de maltraitance passive n’est pas à exclure si les conditions de sécurisation pérenne n’étaient pas réunies » à leur départ le 7 août.

Trouver une solution « viable et pérenne »

Si le fait de nommer une administration provisoire d’un Ehpad relève de l’exceptionnel, celui de la prolonger à deux reprises démontre que le mal est profond au sein de la Rosemontoise.

« Ces reconductions se sont imposées d’elles-mêmes », remarquait Florian Bouquet qui souhaite que soit mis en place tout ce qui permettra de donner une réponse « viable et pérenne aux résidents, à leurs familles et aux personnels ».

Source EST REPUBLICAIN.

Un Diplôme Universitaire pour mieux prévenir les fragilités de l’âge….

Créé à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, il connaît sa première promotion en 2018.

Originalité, il aborde principalement l’aspect social.

Un DU pour mieux prévenir les fragilités de l’âge

Lors de la rentrée 2018, 9 étudiantes étaient en formation continue expérimentant le DU évaluateur social de l’autonomie des personnes âgées à domicile. Un diplôme de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté porté par la fac de droit. L’évolution démographique, les avantages du maintien à domicile en termes de coût et bien-être accentuent le besoin en démarche préventive.

«L’Etat a fléché la prévention comme un des leviers pour mieux vieillir explique Isabelle Moesch, responsable du DU. Ce diplôme doit donner les outils pour repérer les fragilités.

Cela concerne la dépression mais aussi des thèmes plus tabous, comme le suicide ou la sexualité. Il existe beaucoup de DU en expertise gérontologique et médicale mais sur l’aspect social, c’est un peu une première». Le nombre de suicides des plus de 80 ans est par exemple évalué à 3000, mais ce chiffre est certainement très sous-estimé selon elle.
Les évaluatrices en formation sont la plupart en emploi. Pour 3 d’entre elles, le DU représente un complément à leurs études en licence pro encadrement des services à la personne ou en master vieillissement, également proposés à l’UBFC. Toutes sont des femmes, ce qui n’est pas étonnant : les métiers de l’accompagnement du vieillissement sont très majoritairement féminisés.

La formation doit répondre au besoin d’une nouvelle démarche préventive : anticiper et repérer les fragilités des personnes âgées pour les combattre, «car elles sont réversibles».

«Les notions d’estime de soi ou de rapport au monde des personnes âgées sont très peu abordées mais fondamentales». Mis en place en collaboration avec le PGI et la Carsat (1), le DU aborde des modules spécifiques : connaissance de l’environnement, expertise sociologique et psychologique du sujet âgé, démarche évaluatrice, conduite d’action, droit de la personne et de la famille. «Une partie est en lien avec la cybersécurité et l’utilisation des données. On insiste beaucoup sur l’aspect déontologie» assure Isabelle Moesch.

Plus d’information, cliquez ici.

Source TOPO.

L’épreuve du Coronavirus peut-elle permettre de changer notre rapport au monde vivant, à la vieillesse ou bien encore à la mort ?

Nous avons posé ces questions à Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, dans le deuxième volet de notre grand entretien.

Boris Cyrulnik :
« On a oublié qu’on fait partie du monde vivant »

Boris Cyrulnik : « On a oublié qu’on fait partie du monde vivant »

Au sujet de la pandémie, vous avez dit refuser de parler de « crise » : comment alors qualifieriez-vous ce que l’on est en train de vivre ?

Le terme de « crise » vient du monde médical à la base, avec l’idée de revenir ensuite à un état antérieur. Je pense qu’on vit plutôt une catastrophe, dans le sens où elle va induire un changement – en grec ancien, la « katastrophê », c’est le renversement, le tournant. La catastrophe suppose de reprendre son développement dans une tout autre direction.

Et on peut effectivement penser que pas mal de choses vont changer, comme notre organisation économique, par exemple : va-t-on mieux partager le travail, revaloriser les métiers utiles, etc. ? Il me semble aussi certain que nos pratiques culturelles vont évoluer, en accordant peut-être plus de place au lien social. Il faut aussi espérer que cela nous permette enfin de changer notre rapport au reste du vivant… Dans l’histoire de la vie sur la Terre, il y a déjà eu cinq extinctions où toute la faune et la flore disparaissaient complètement. Et je crois qu’on est en train de préparer la 6e extinction.

C’est cela qui est profondément en cause, dans cette catastrophe : la place de l’humain dans son environnement ?

S’il y a une telle pandémie, c’est parce qu’on a oublié qu’on fait partie du monde vivant, qu’on partageait la planète avec les animaux. On a cru qu’on était une espèce à part, au-dessus de la condition naturelle, soit à cause de la religion, soit à cause de l’artifice de la technique et de la parole. Alors qu’on est régi par les mêmes principes que tous les animaux sexués, nous sommes engendrés de la même façon que les mammifères, nous avons les mêmes besoins alimentaires, etc. On est en train de redécouvrir que si l’on néglige et abîme les animaux, par des élevages intensifs ou en détruisant leur écosystème, on crée toutes les conditions pour développer des virus qui peuvent nous faire disparaître… En somme, si on massacre le monde vivant, on part avec lui.

Mais on a cru pendant 70 ans que les épidémies appartenaient au passé. On réalise en fait que l’hyper-technologie ne nous en protège pas, au contraire, elle crée même les conditions de sa propagation accélérée : avec l’aviation et les transports rapides, c’est nous qui avons déplacé le virus aussi rapidement ! Et si on ne change pas cela, d’autres épidémies arriveront.

Vous avez beaucoup pratiqué l’éthologie : est-ce une discipline qui pourrait nous aider à mieux appréhender nos relations avec le reste du monde vivant ?

Je regrette que l’on n’ait pas plus développé l’éthologie. Les stéréotypes culturels restent très forts, les décideurs – ceux qui financent les laboratoires et créent des postes de recherche – pensent encore que les animaux ne sont pas une priorité : dans ma carrière, je me suis souvent entendu dire qu’il était inutile d’étudier la sexualité chez les babouins, qu’on n’allait pas donner de l’argent pour interroger le transport des virus par les chauves-souris…

« S’il y a une telle pandémie, c’est parce qu’on a oublié qu’on fait partie du monde vivant, qu’on partageait la planète avec les animaux. »

Pourtant, on le sait depuis longtemps : toutes les épidémies de virus, les pestes bacillaires, la tuberculose, le choléra, la syphilis, etc., toutes ces maladies-là sont parties des animaux et c’est notre monde humain qui les a ensuite distribuées sur la planète entière. C’est un processus qui se répète régulièrement ! La seule différence, c’est qu’avant, quand une épidémie se propageait, l’explication était magique : cela venait d’un mauvais œil, de Dieu qui nous punissait parce qu’on avait commis un péché, etc. Là, on analyse beaucoup mieux les processus biologique, technique et culturel qui fabriquent le virus et qui le mondialisent. Et on se rend donc compte que si on avait développé l’éthologie, ça nous aurait peut-être permis de limiter l’épidémie.

En nous renvoyant à notre propre fragilité humaine, le Coronavirus bouleverse peut-être aussi notre rapport à la mort : peut-il ouvrir à un regain de spiritualité, selon vous ?

La mort fait partie de la condition humaine. Tout comme la spiritualité, d’ailleurs, puisqu’on parle et qu’on est doué d’une capacité de représentation. Pour autant, je suis sceptique sur la nature « spirituelle » de ce qui va suivre. Je parlerais plutôt d’un regain de « spiritualisme », plus proche des fanatismes, religieux ou politiques.

Après de telles catastrophes, on voit souvent s’opérer une flambée du religieux. J’ai pu le constater à Haïti après le tremblement de terre, ou en Colombie après la guerre avec les Farcs. L’angoisse pousse les foules à se soumettre à une autorité suprême pour chercher une forme d’apaisement, avec un comportement expiatoire. Encore une fois, s’il y aura forcément des changements, il ne faut surtout pas croire qu’ils seront forcément pour le mieux…

Ne croyez-vous pas, par exemple, que la triste situation actuelle dans les EHPAD peut nous amener à reconsidérer la place de nos aînés dans notre société ?

J’espère qu’il y aura ce changement de regard, mais je ne suis pas sûr. La vieillesse est un phénomène relativement nouveau, c’est la première fois qu’elle existe de manière aussi longue. En milieu naturel, chez les animaux, il n’y a pas vraiment de vieux : à la première défaillance, ils se font éliminer. Et c’est ce qu’il se passait dans la condition humaine, il y a encore quelques générations… On a donc vu apparaître la vieillesse, en très peu de temps. Aujourd’hui, dans les pays riches, les femmes approchent les 100 ans, et les hommes, les 90 ! La vieillesse vient de naître, d’une certaine façon.

Or cette vieillesse n’a aucune fonction de productivité, elle est vue comme un frein au sprint commercial et capitaliste. Les vieux sont des charges sociales, des poids pour la famille, et c’est pour cela que les EHPAD se sont rapidement développés. En fait, avant le confinement généralisé, on faisait déjà un confinement de vieux, qui tiennent par de minuscules fils affectifs – un coup de téléphone ou une visite de temps en temps. Et si ces visites sont interrompues, ils se laissent mourir : c’est ce qu’on appelle le syndrome du glissement, où les vieux se laissent mourir sans s’en rendre compte… On parle alors de mort naturelle, alors que c’est de carence affective. C’est en tout cas, effectivement, l’un des enjeux du « monde d’après » : il faut inventer un nouveau statut à la vieillesse dans nos sociétés.

Source Bouddhanew.

Ehpad de la Rosemontoise : le parquet de Belfort ouvre une enquête pour « homicide involontaire »…

Le dossier est désormais sur le bureau du procureur de la république de Belfort.

La justice va devoir faire la lumière sur les circonstances de la mort de plus de 30 personnes au sein de cet Ehpad à la suite de la pandémie.

L'Ehpad de la Rosemontoise à Valdoie.

En mai dernier, Laurence et Marie France, les deux sœurs de Patricia Boulak, l’aide-soignante de la Rosemontoise décédée du Covid 19, avaient déposé plainte pour « homicide involontaire », « non assitance à personne en danger » et « mise en danger de la vie d’autrui ».

Le procureur n’a finalement retenu que le chef d’accusation « d’homicide involontaire ».

La justice va donc avoir pour mission de déterminer pour quelles raisons l’Ehpad de la Rosemontoise a subi une telle hécatombe au moment de la pandémie, et surtout si des erreurs ont été commises par la direction de l’établissement.

” Nous ne savons pas de quoi sont morts nos proches…”

Aujourd’hui plusieurs familles de personnes décédées à la Rosemontoise veulent comprendre comment une telle situation a pu survenir. C’est le cas de Sébastien Léveque, qui a été le premier à porter plainte en avril dernier. Aujourd’hui plus que jamais, il veut faire part de sa colère. « Mon père était âgé de 73 ans, il est décédé le 28 mars dans l’Ehpad. Il y vivait depuis 2015. Aujourd’hui nous ne savons toujours pas, ma famille et moi de quoi il est mort et nous voulons que la lumière soit faite sur les circonstances de son décès..».

” Il n’y a eu aucune communication de la part de la direction de l’établissement..”

Un silence assourdissant, c’est ce que dénoncent les familles de victimes. Elles déplorent une communication inexistante avec la direction, pendant la crise, mais également depuis que le déconfinement a été mis en place. Une situation intolérable pour Sébastien Lévêque. « Mon père avait un peu de diabète, mais il allait bien. Je lui parlais tous les jours au téléphone. Il n’a jamais évoqué le moindre souci de santé. J’ai juste été informé que son état se dégradait, qu’il était mis sous oxygène et il est mort dans la nuit du 28 mars. Lorsque l’établissement m’a prévenu, j’ai bien ressenti que l’urgence pour la direction c’était que je contacte au plus vite les services de pompes funèbres afin que le corps de mon père soit évacué. Mais je n’ai eu aucune précision. Rien. Je pense que l’on nous a caché la vérité, les portes de l’Ehpad étaient fermées et les familles n’étaient au courant de rien. Il n’y a eu aucune communication. Nous apprenions les décès par les médias et les réseaux sociaux. En pleine hécatombe il y avait bcp d’inquiétude de la part des familles et cette inquiétude était bien sûr amplifiée par l’attitude de la direction de la Rosemontoise..».

” Nous voulons des réponses, afin de pouvoir faire notre deuil…”

Déterminé à obtenir enfin des réponses à ses questions, Sébastien Lévêque va désormais prendre un avocat.      « Je n’ai pas revu mon père. Il repose dans une urne mais il est inconcevable de faire un deuil dans ces conditions. Nous attendons tous de cette enquête judiciaire qu’elle nous permette de comprendre comment cette hécatombe a pu avoir lieu. Comment et pourquoi nos parents sont morts. Nous avons besoin de ces réponses pour faire le deuil.. ».

Le travail de la justice sera de toute évidence long et complexe, mais les familles sont prêtes à cette attente, comme le confirme Sébastien Lévêque. « Les responsables doivent répondre de leurs actes. Nous vivons tous une souffrance terrible. Personnellement je rêve de mon père toutes les nuits. Ma mère est toujours vivante, elle non plus ne comprend pas pourquoi son mari n’est plus là. Elle n’arrive pas à refaire surface… »

Source FR3.

Inclusion numérique des seniors : du progrès, mais encore des efforts à fournir…

Une  nouvelle étude portant sur l’usage du numérique par les seniors montre que les plus de 70 ans sont de plus en plus nombreux à utiliser les nouvelles technologies, mais que plus du quart d’entre eux restent réfractaires.

Constats et solutions en cinq chiffres.

Inclusion numérique des seniors : du progrès, mais encore des efforts à fournir | AgeVillage

+ 58 % d’utilisateurs d’internet

Belle progression dans l’appropriation d’internet par les seniors : si en 2015, 62 % des plus de 70 ans n’utilisaient pas internet, ils ne sont plus que 40 % aujourd’hui.

Les plus grands exclus du numérique étant davantage des  femmes de plus de 80 ans, vivant seules, avec de faibles revenus.

50 % d’inquiets

Malgré cette appropriation plus importante du web, à partir de 60 ans,  une personne sur deux se sent inquiète face aux démarches en ligne (contre 23% chez les 18-24 ans).

27 % de réfractaires

Par ailleurs, plus d’un retraité sur quatre se montre réfractaire au nimérique, du fait de problèmes de santé (vue, audition…), de difficultés financières pour s’équiper et financer un abonnement mais aussi car l’intérêt de ces technologies n’est pas évident pour lui.

Trois freins principaux

Premier frein, la complexité. Le numérique est perçu comme un monde à part, qui n’est  plus de leur âge.

La défiance compte aussi pour beaucoup. Jugé déshumanisant et intrusif, le numérique n’inspire aucune confiance à certains seniors.

Enfin, le manque de curiosité, d’intérêt et de motivation explique aussi l’exclusion numérique des âgés.

89 % des non internautes n’ont pas envie de se former

Seuls 11 % des non internautes auraient envie de suivre une formation pour monter en compétences et développer leurs usages numérique.
Pour les y inciter, il faut d’abord les convaincre de l’intérêt du numérique.

Pour communiquer avec ses proches (nombre d’entre eux se sont mis à la visio durant le confinement, par exemple), comme support de loisirs, pour se simplifier la vie (avec les courses en lignes par exemple) ou dans une optique de transmission (sites de généalogie, rédaction de ses mémoires…) : à chaque situation, chaque personnalité le bon levier pour se lancer.

Source : Publics seniors & inclusion numérique , étude WeTechCare avec le soutien de l’Assurance retraite, juin 2020