Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel à votre service ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires Handicap Info dans votre région

Prêts bancaires

­Il existe diverses sortes de prêts accordés par les banques. Le montant dépend des ressources de l’emprunteur (loi Neiertz).­

Les prêts bancaires. À savoir :

Les remboursements peuvent être assortis d’intérêts fixes (définitivement calculés pour toute la durée du prêt) ou variables (indexés ou dépendant de variations interbancaires, plafonnés ou non).

En règle générale, les échéances de remboursement comprennent capital et intérêts. Il s’agit de prêts amortissables.

On distingue :


Le calculateur PTZ +
Le prêt à taux zéro
Le prêt in fine

 

Le calculateur PTZ +

Ce calculateur donne la possibilité aux futurs accédants à la propriété de connaître le montant et les conditions de remboursement auxquelles ils peuvent prétendre.

L’outil donne également accès à une rubrique « Bien investir : mode d’emploi » qui fournit des conseils pratiques avant d’investir.

Pour plus d’informations, visitez la rubrique Simulateur – Prêt à taux zéro

Toutes les informations auxquelles vous aurez accès depuis ce lien sont données par le site www.service-public.fr

Le prêt à taux zéro

Certains prêts dits « à taux zéro » ne sont assortis d’aucun intérêt. Ces prêts sont réservés aux personnes à faibles revenus. Leur montant est limité.

Le prêt à taux zéro renforcé (PTZ+) s’adresse aux personnes, sous conditions de ressources, qui souhaitent acquérir leur 1ère résidence principale. Le logement doit être neuf et respecter un certain niveau de performance énergétique. Cependant, un PTZ+ peut parfois financer certains logements anciens. Le PTZ+ ne finance qu’une partie de l’opération. Il doit être complété par d’autres prêts immobiliers ou des apports personnels.

 

Pour plus d’informations, visitez la rubrique Prêt à taux zéro (PTZ+) du site Service-Public.fr

 

Toutes les informations auxquelles vous aurez accès depuis ce lien sont données par le site www.service-public.fr

 

Haut de page

 

Le prêt in fine

On connaît traditionnellement le prêt amortissable mais il existe un prêt qui peut être intéressant et en particulier dans le cadre d’une constitution de capital (immobilier par exemple) permettant de s’assurer des avantages conséquents.

Le « prêt in fine » : pendant la durée du crédit, vous ne remboursez que les intérêts.
Ainsi, le capital reste intact jusqu’au terme du crédit et à l’échéance, vous le remboursez en une seule fois. Ce système présente un intérêt fiscal non négligeable pour les personnes fortement imposées. Pour solder le capital, il est possible de constituer une épargne associée à un produit de placement adossé à une assurance vie. ­

Tampon Astuce Handicap InfoVous souhaitez acquérir un bien en vue de le louer et vous avez les fonds disponibles pour acheter le bien convoité sans demander de crédit bancaire.Dans ce cas, ne pas emprunter peut être une erreur car le prêt in fine se prête tout à fait dans le cadre d’une bonne gestion de patrimoine.

Durant toute la période de remboursement du prêt, vous ne réglez que les intérêts ; mais comme on est dans le cadre de revenus fonciers, la loi fiscale autorise la déduction des intérêts durant toute l’opération.

Dans le même temps, l’organisme prêteur va vous demander de souscrire une assurance décès pour la durée totale du remboursement et sur la totalité du capital emprunté.

Là aussi, vous pourrez déduire l’intégralité du coût de l’assurance durant toute la période de remboursement.

L’organisme financier va demander une garantie à concurrence du prêt accordé. Cette dernière va porter sur la totalité ou une partie du capital emprunté.

L’argent que vous aviez l’intention d’investir en totalité sur cette acquisition, vous avez la possibilité de les placer judicieusement sur un contrat d’assurance vie constituant la garantie exigée par la banque.

Quels avantages ?

Vous décédez malheureusement avant la fin du remboursement. L’assurance décès souscrite par ailleurs va rembourser la totalité du capital dû à la banque !

Votre contrat d’assurance – vie doit prévoir différentes possibilités de bénéficiaires. Bien entendu la banque est prioritaire (au premier rang) mais comme l’assurance décès a pris en charge l’intégralité du capital dû à la banque, votre contrat d’assurance vie sera versé aux autres bénéficiaires (au second rang) que vous aurez librement désignés dans le cadre de la législation de l’assurance vie.

De plus, si le montant cumulé de votre placement d’assurance – vie vient à dépasser le montant qui sert de garantie à un moment donné et que vous avez besoin d’argent : il y a une possibilité d’en obtenir. Vous pouvez demander éventuellement une avance sur le contrat d’assurance vie (ce dernier restera en cours) auprès de votre assureur en accord avec votre organisme financier !

Si vous êtes soumis à l’ISF, prenez conseil auprès de votre notaire, le prêt in fine présente aussi des avantages.

Les commentaires sont fermés.