Accueil Santé Famille Séniors Avec le programme “vieillir en bonne santé” le Gérontopôle de Toulouse a déjà dépisté 15 000 seniors…

Un an après son lancement, le programme ICOPE a réalisé près de 15 000 dépistages. Mené par le Gérontopole du CHU de Toulouse, il promeut le «vieillissement en bonne santé » grâce à un suivi de six fonctions essentielles avec l’appui d’outils numériques et la formation de professionnels.

Des facteurs de l’ouest toulousain ont participé au programme ICOPE de prévention de la perte d’autonomie en réalisant des évaluations au domicile de seniors.

 

Le neuvième congrès francophone portant sur « la fragilité du sujet âgé » a permis de mettre en lumière les déclinaisons du programme ICOPE (Soins intégrés pour les personnes âgées) voulu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En région Occitanie, il est porté par le Gérontopôle du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse. L’enjeu est de faire de la médecine préventive : éviter aux plus de 65 ans de basculer dans la fragilité et, pour ceux déjà dans la fragilité, mettre en place des mesures pour rendre ce basculement réversible.

Objectif : suivre 200 000 seniors en 2025 en Occitanie

En un an, grâce à la formation de plus de 1500 professionnels (infirmiers, pharmaciens, médecins mais aussi des facteurs dans le cadre d’un partenariat avec La Poste) et le support d’outils numériques (l’application pour smartphone, ICOPE Monitor, le robot conversationnel ICOPEBOT), 15 000 dépistages ont été réalisés. 94 % des seniors présentent une « anomalie » au dépistage. Sans surprise, la vision est le domaine le plus touché (71 %), suivi par la cognition (57 %) et l’audition (49 %)
L’objectif, ambitieux, lancé par le Pr Bruno Vellas, gériatre coordonnateur du Gérontopôle, est de suivre 200 000 personnes de plus de 60 ans en Occitanie pour faire baisser de 15 000 le nombre de personnes âgées dépendantes en 2025.

« Les personnes âgées dépendantes, dont on parle le plus, ne représentent qu’entre 5 % et 10 % des plus de 65 ans. Avant, il y a 50 % de ‘‘robustes’’ et 35 % à 45 % de ‘‘pré-fragiles’’ ou ‘‘fragiles’’. Par des actions, des suivis réguliers, on peut faire revenir des fragiles dans la catégorie robuste et faire que les robustes le restent le plus longtemps possible », explique le Dr Catherine Tadeka, gériatre au Gérontopôle de Toulouse.

Six fonctions essentielles au maintien de l’indépendance et au vieillissement en bonne santé sont ainsi surveillées : mobilité, nutrition, vision, audition, humeur et cognition.
« Elles sont toutes étroitement imbriquées. Si on n’entend pas bien, on peut avoir des troubles cognitifs ; si on n’a pas les lunettes adaptées, on rate une marche et c’est la chute ; si on mange moins, on possède moins d’énergie ; si on n’a pas le moral, on sort moins et on est moins stimulé, etc. Tout ça est nouveau car on a longtemps raisonné par pathologies d’organes et les rendez-vous médicaux n’étaient pris que dans les phases aiguës. Même quand tout va bien, il est important d’être suivi. On peut le faire en s’auto-évaluant avec ICOPE Monitor (1), en parler à son médecin, son infirmière, son pharmacien, etc », souligne encore le Dr Catherine Tadeka.

(1) ICOPE Monitor est téléchargeable gratuitement sur Apple Store et Google Play. Il permet de mesurer les fonctions essentielles en 10 minutes.
Source LA DEPÊCHE.

Coronavirus : La pandémie aurait pu être évitée, selon les experts indépendants de l’OMS…

VIRUS Ces experts indépendants mandatés ont publié un rapport à charge autour de la gestion de la pandémie de Covid-19 qui a déjà tué plus de 3,3 millions de personnes.

Alors que l'Inde, frappée par une nouvelle vague de coronavirus croule sous les morts, des experts indépendants mandatés par l'OMS assure que la pandémie aurait pu être évitée. — Aijaz Rahi/AP/SIPA

 

Le genre d’info qu’on a plaisir à lire après plus d’un an de privation de liberté… « La situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui aurait pu être évitée », a déclaré mercredi Ellen Johnson Sirleaf, ancienne présidente du Libéria et coprésidentes du panel d’experts indépendants mandatés par l’OMS.

Ces derniers ont publié un rapport à charge autour de la gestion de la pandémie de Covid-19 qui a déjà tué plus de 3,3 millions de personnes, en a infecté des dizaines de millions d’autres et terrassé l’économie mondiale. Ils y dénoncent un véritable « Tchernobyl du XXIe siècle » et réclament d’urgence de vastes réformes des systèmes d’alerte et prévention.

« Combinaison de mauvais choix stratégiques »

S’il est sévère, le rapport ne pointe pas du doigt un seul coupable. Contrairement à l’ancien président américain Donald Trump, pour qui la Chine et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qu’il jugeait trop à la botte de Pékin, étaient les seules responsables du désastre sanitaire et économique dans lequel se trouve le monde. Au contraire, « cette situation est due à une myriade d’échecs, de lacunes et de retards dans la préparation et la réponse » à la pandémie, a souligné Ellen Johnson Sirleaf, en conférence de presse.

Le rapport l’écrit aussi : « il est clair que la combinaison de mauvais choix stratégiques, d’un manque de volonté de s’attaquer aux inégalités et d’un système manquant de coordination a créé un cocktail toxique qui a permis à la pandémie de se transformer en une crise humaine catastrophique ».

Huit mois d’enquête

Institué par le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus en application d’une résolution adoptée en mai 2020 par les Etats membres de l’organisation, le panel indépendant, constitué de 13 experts, a passé les huit derniers mois à examiner la propagation de la pandémie et les mesures prises par l’agence sanitaire et par les Etats pour y faire face.

Car depuis le début de la crise, l’OMS a été critiquée pour ses réponses à la crise, tardant notamment à recommander le port du masque. Surtout, elle a été accusée par les Etats-Unis d’avoir été extrêmement complaisante avec la Chine, où est apparu le coronavirus, et d’avoir tardé à déclarer l’état d’urgence sanitaire mondiale. La Chine quant à elle été accusée d’avoir essayé de camoufler l’épidémie.

Un signal d’alarme tiré trop tard

Certes, « nous pouvons dire qu’il y a eu clairement des retards en Chine, mais il y a eu des retards partout », a commenté l’ancienne Première ministre de la Nouvelle-Zélande Helen Clark, qui copréside le groupe d’experts.

« Trop de temps s’est écoulé », constatent les experts, entre la notification d’un foyer épidémique de pneumonie d’origine inconnue dans la deuxième quinzaine de décembre 2019 et la déclaration, le 30 janvier par l’OMS, d’une urgence de santé publique de portée internationale, le plus haut niveau d’alarme. Pour les experts, cette déclaration aurait pu être faite dès la première réunion du comité d’urgence de l’OMS le 22 janvier.

« L’inaction de tant de pays » pointée du doigt

Mais quand bien même l’OMS aurait décrété l’urgence sanitaire une semaine plus tôt, les choses n’auraient guère changé face à « l’inaction de tant de pays », a reconnu Helen Clark. Car ce n’est que le 11 mars, lorsque le Dr Tedros a qualifié la situation de pandémie, que les capitales ont véritablement pris mesure du danger.

A cet égard, février 2020 a été un « mois perdu » durant lequel bon nombre de pays auraient pu prendre des mesures pour enrayer la propagation du virus. En définitive, « retards, hésitations et dénis » ont permis à l’épidémie, puis à la pandémie d’éclore, conclut le rapport.

« Transparence totale » nécessaire

Le groupe d’experts recommande aux gouvernements et à la communauté internationale d’adopter sans délai un ensemble de réformes visant à transformer le système mondial de préparation, d’alerte et de réponse aux pandémies. Pour cela, le rapport propose plusieurs pistes, dont la création d’un Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires, ainsi que la mise en place d’un nouveau système mondial de surveillance fondé sur une « transparence totale ». Ce système donnerait à l’OMS le pouvoir de publier immédiatement des informations sur les épidémies susceptibles de donner lieu à une pandémie sans demander l’approbation des pays.

Le rapport formule également une série de recommandations pour application immédiate afin de mettre fin à la propagation du Covid, appelant notamment les pays riches à fournir plus de deux milliards de doses de vaccin d’ici mi-2022, dont au moins un milliard d’ici septembre.

Source 20 MINUTES.

Coronavirus : L’OMS recommande « de ne pas utiliser » l’ivermectine…

EPIDEMIEL’ivermectine est un antiparasitaire courant.

Coronavirus : L’OMS recommande « de ne pas utiliser » l’ivermectine

 

A l’exception d’essais cliniques, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé, ce mercredi, « de ne pas utiliser l’ivermectine » pour les patients atteints du coronavirus, les données des études cliniques n’ayant pas fourni de résultats probants sur son efficacité, selon les experts.

L’ivermectine est un antiparasitaire couramment utilisé qui fait l’objet d’une intense campagne de promotion sur les réseaux sociaux.

Déconseillée par les Etats-Unis

« Notre recommandation est de ne pas utiliser l’ivermectine pour des patients atteints du Covid-19. Ceci s’applique quel que soit le niveau de gravité ou de durée des symptômes », a expliqué Janet Diaz, responsable de l’équipe clinique chargée de la riposte au Covid-19 au sein de l’agence onusienne. Elle a souligné que la seule exception à cette recommandation, qui se base sur l’état actuel des recherches, concernait les essais cliniques.

Les experts de l’OMS ont tiré leurs conclusions à partir d’un total de 16 essais cliniques aléatoires comportant 2.400 participants, mais une partie de ces essais comparent l’ivermectine à d’autres médicaments. Le nombre d’études permettant de comparer l’ivermectine à un placebo « est beaucoup plus restreint », a expliqué le docteur Bram Rochwerg, chercheur à l’université de McMaster au Canada et membre du panel de l’OMS chargé de l’évaluation. La docteure Diaz, comme le docteur Rochwerg, ont indiqué que ces recommandations étaient « vivantes » et seront mises à jour si de nouvelles recherches devaient infirmer ou permettre de compléter l’état actuel des connaissances.

La recommandation de l’OMS – la première concernant l’ivermectine – arrive dans le sillage de celle de l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui, comme l’OMS, ne recommande pas son usage si ce n’est pour des essais cliniques. Son homologue américaine, la FDA, déconseille l’ivermectine sur son site Internet car les données manquent pour justifier son utilisation.

Ivermectine rock star

La recommandation de l’OMS devrait provoquer scepticisme et colère parmi les nombreux défenseurs de ce médicament à usage vétérinaire et humain, utilisé contre des parasites, comme la gale, la cécité des rivières (onchocercose) ou encore les poux. L’engouement vient notamment d’une étude australienne publiée au printemps 2020 qui a observé une efficacité in vitro, c’est-à-dire en laboratoire, de l’ivermectine sur le Sars-CoV-2, le virus qui donne le Covid-19.

Peu chère, déjà utilisée dans certains pays, par exemple en Amérique latine, l’ivermectine partage des points communs avec l’hydroxychloroquine, défendu bec et ongles par certains médecins et personnalités politiques, bien que son efficacité n’ait pas été prouvée et qu’un vaste essai clinique ait même conclu à l’absence d’effets.

Bien souvent, pour l’ivermectine comme pour l’hydroxycholoroquine, on retrouve la même rhétorique aux relents complotistes, selon laquelle ces médicaments seraient volontairement ignorés par les autorités parce que non rentables pour l’industrie pharmaceutique. Depuis fin mars 2021, le médicament fait l’objet d’une campagne massive de promotion sur les réseaux sociaux, relayée sur le mot-clé #BeBraveWHO (#soyezcourageuxOMS), pour demander à l’Organisation mondiale de la Santé d’autoriser la molécule contre le Covid.

Pas de médicament anodin

Les partisans de l’ivermectine, à l’instar de ceux de l’hydroxychloroquine, avancent souvent le fait qu’il est déjà largement utilisé dans le monde entier, même si c’est pour des indications totalement différentes, et qu’il n’y a donc rien à craindre. Le docteur Rochwerg souligne que « les doses et les régimes qui ont été utilisés dans les traitements de gens atteints par le Covid ne sont pas les mêmes que ceux utilisés pour d’autres indications et par conséquent, même si c’est un médicament relativement sûr, il y a toujours un potentiel qu’il soit dangereux » dans ces conditions.

Et, pour lui, vient s’ajouter le fait qu’utiliser un médicament dont l’efficacité n’est pas prouvée « est une diversion de l’attention et des moyens » par rapport à ce qui marche. « Par conséquent, en l’absence de preuve d’efficacité, du moins sur la base des données que nous avons, le groupe de développement des recommandations a jugé que ces autres facteurs l’emportaient sur des bénéfices potentiels incertains ».

Source 20 MINUTES.

Covid-19 : les variants inquiètent la France, l’UE envisage les vaccins russe et chinois… Le Point complet sur la situation…

LE POINT SUR LA SITUATION – Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants : Le Figaro fait le point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Un flacon de Spoutnik V, le vaccin russe.

 

Emmanuel Macron veut un vaccin pour «tous les Français qui le souhaitent» d’ici la «fin de l’été» ; le vaccin d’AstraZeneca n’est pas recommandé pour les plus de 65 ans ; et Spoutnik V est de plus en plus envisagé en Europe. Le Figaro fait le point sur les dernières grandes informations concernant l’épidémie de Covid-19 en France et dans le monde.

  • Un vaccin pour «tous les Français qui le souhaitent» d’ici la «fin de l’été»

Le président de la République, Emmanuel Macron, a assuré mardi 2 février sur TF1 que la France serait capable de proposer un vaccin à «tous les Français adultes qui le souhaitent», «d’ici la fin de l’été». Il a aussi estimé que, «début mars», auront été vaccinés les 80% des pensionnaires des Ehpad qui le souhaitent, soit 500.000 personnes

  • AstraZeneca non-recommandé aux plus de 65 ans

En France, comme en Suède, les autorités sanitaires ont indiqué qu’elles ne recommandaient pas le vaccin du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca aux personnes de plus de 65 ans, faute de données actuellement disponibles sur son efficacité dans cette classe d’âge. En France, ce vaccin pourra être injecté par les pharmaciens.

  • Une mutation du variant anglais inquiète les scientifiques

Une récente étude de Public Health England relayée par la BBC démontre l’existence d’une mutation sur le variant anglais, faisant craindre à la communauté scientifique une baisse de l’efficacité des vaccins. Cette mutation affecte la protéine Spike et a déjà été observée sur les variants sud-africain et brésilien. 11 cas ont été détecté à Bristol (sud de l’Angleterre) et 32 à Liverpool (centre de l’Angleterre).

  • La France face à une «croissance exponentielle» des variants

Les premiers résultats en région parisienne de l’enquête destinée à évaluer la présence des variants plus contagieux du coronavirus en France «ne sont pas bons», a indiqué Rémi Salomon, président de la commission médicale de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), évoquant «une croissance exponentielle». «On était plutôt aux alentours de 6% le 7 janvier et on est monté à 15/20% la semaine dernière», a détaillé ce médecin. Et comme le variant anglais est «40 à 70% plus contagieux, il va y avoir une accélération de l’épidémie si on ne fait significativement rien de plus (…). C’est ça qui nous fait peur», a-t-il souligné. Le gouvernement a appelé employeurs et salariés à se «remobiliser» pour renforcer le télétravail dans les entreprises.

  • L’Union européenne envisage les vaccins russe et chinois

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est montrée ouverte à un accès des vaccins chinois et russe au marché européen à condition qu’ils se soumettent à l’évaluation du régulateur européen, selon des sources parlementaires. «Dès qu’une demande d’autorisation sera soumise par le producteur», a déclaré Emmanuel Macron, «les autorités européennes et nationales regarderont scientifiquement ce vaccin de manière indépendante et, en fonction des résultats, l’homologueront ou pas».

  • Spoutnik V efficace à 91,6%

Le vaccin Spoutnik V, au sujet duquel la Russie avait été accusée de manquer de transparence, est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques, selon des résultats publiés mardi dans la revue médicale The Lancet.

  • 1,54 million de Français vaccinés

Quatre semaines après le début de la vaccination en France, plus de 1,54 million de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin. Parmi elles, un peu plus de 67.000 avaient reçu les deux doses lundi soir, selon Santé publique France qui donne ces chiffres avec un jour de décalage.

  • 100 millions de doses de vaccins administrées dans le monde

Plus de 100 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été administrées dans le monde, moins de deux mois après le lancement début décembre des premières campagnes de vaccination de masse. Les pays à revenu élevé (au sens de la Banque mondiale), qui n’hébergent que 16% de la population mondiale, concentrent 65% des doses administrées jusqu’à présent dans le monde. Outre Israël, il s’agit, pour l’essentiel, de pays nord-américains, européens et du Golfe (Royaume-Uni, États-Unis, Émirats arabes unis, etc.).

  • Visite de l’OMS à Wuhan

Les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont arrivés mercredi à l’Institut de virologie de Wuhan, dans le cadre d’une enquête sur l’origine du coronavirus dans cette ville du centre de la Chine, a constaté une équipe de l’AFP. L’institut comporte plusieurs laboratoires à haute sécurité où des chercheurs travaillent sur des coronavirus. La visite de l’OMS est ultra-sensible pour le pouvoir chinois, qui cherche à évacuer toute responsabilité dans le déclenchement de l’épidémie en 2019.

  • Pfizer s’attend à 15 milliards de dollars de ventes de son vaccin

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer estime que les ventes du vaccin anti-Covid, développé en partenariat avec la société allemande BioNTech, atteindront environ 15 milliards de dollars en 2021, somme qui pourrait augmenter si le laboratoire signe des contrats supplémentaires.

  • Les salariés français bientôt autorisés à déjeuner à leur bureau

Les salariés pourront prochainement manger à leur bureau, afin de limiter les possibilités de contamination au coronavirus, a indiqué le ministère du Travail. Un décret en ce sens va être publié «dans les prochains jours». La mesure a été évoquée lundi au cours d’une réunion à distance entre la ministre du Travail, Elisabeth Borne, et les partenaires sociaux. Le Code du travail interdit actuellement aux entreprises de «laisser les travailleurs prendre leur repas dans les locaux affectés au travail».

  • Si un élève est positif en école maternelle, la classe fermera

Désormais, si un élève de maternelle est testé positif au Covid-19, les autres élèves de sa classe seront considérés comme cas contacts, ce qui entraînera de facto sa fermeture, selon le dernier protocole sanitaire publié par le ministère de l’Éducation. Dans le primaire et le secondaire, le port du masque étant obligatoire, l’apparition d’un cas confirmé parmi les enseignants ou les élèves n’entraîne pas automatiquement de contacts à risque dans la classe. Sauf s’il est établi qu’il s’agit de l’un des variants, dans ce cas la classe concernée sera désormais fermée après un seul cas. Jusqu’à présent il fallait trois personnes contaminées pour décider une fermeture de classe.

  • Plus de 2.200.000 morts dans le monde, 600.000 décès en Amérique latine

La pandémie de Covid a fait au moins 2.237.990 morts dans le monde. Plus de 600.000 décès du Covid-19 ont été officiellement enregistrés en Amérique latine et Caraïbes depuis le début de la pandémie en décembre 2019. Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 446.733 décès, suivis par le Brésil (226.309), le Mexique (159.533), l’Inde (154.486) et le Royaume-Uni (106.564). Le nombre de victimes à l’échelle mondiale est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé.

Source LE FIGARO.

Handicap et violences sexuelles : « À tous les handicapés qui le peuvent, parlez » – 3 victimes témoignent… AVERTISSEMENT : Cet article relate des récits de violences sexuelles. Sa lecture peut être perturbante !

Willy, Charlie, et Julie sont en situation de handicap. Victimes de violences sexuelles, ils et elles nous livrent leur histoire et appellent à dénoncer ces crimes.

Handicap et violences sexuelles : « À tous les handicapés qui le peuvent, parlez » – 3 victimes témoignent

 

Être en situation de handicap, ce n’est pas seulement affronter de multiples difficultés supplémentaires au quotidien. C’est aussi devenir une cible privilégiée pour certains agresseurs sexuels. En France, 7,3 % des personnes handicapées ont subi au cours des deux dernières années des violences physiques et/ou sexuelles alors que ce chiffre s’élève à 5,1 % pour le reste de la population. 1 personne en situation de handicap sur 4 déclare avoir subi au moins une atteinte (vol, injure ou menace, violences sexuelles ou physiques) contre 1 personne sur 5 pour les personnes valides.

Selon une étude de la Drees (direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), parue en 2020, 9 % des femmes en situation de handicap sont concernées. Les femmes handicapées ont deux fois plus de chances de subir des violences sexuelles que celles sans handicap. Parmi les plaintes déposées pour viols, on remarque que 43 % ont eu lieu à domicile, 27 % dans un établissement, 14% en foyer, et le reste dans des lieux non précisés.

D’après l’OMS (Organisation mondiale de la santé), chez les enfants handicapés, une fille sur cinq et un garçon sur treize sont victimes de violences sexuelles. Pour Maudy Piot, psychanalyste et présidente de l’association Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir, « Le handicap est une vulnérabilité, car la différence n’est pas appréhendée positivement et entraîne parfois de l’agressivité. » Victimes, Willy, Charlie et Julie ont accepté de parler pour sensibiliser à cette question et appeler à une attention plus stricte sur ces dérives.

« Il m’a dit que ce n’était pas un viol mais un fantasme »

Willy* est un homme de cinquante-trois ans, en situation de handicap, militant pour le droit au plaisir à l’association Appas, et victime de violences sexuelles.

« Je suis atteint d’un trouble de la posture et du mouvement qui s’appelle IMC (infirmité motrice cérébrale). Handicapé depuis ma naissance, j’ai eu mon premier fauteuil roulant lorsque j’avais trois ans et j’ai été violé à 14 ans. À cet âge-là, je suis dans un centre de rééducation à Valençay où les adolescents et les adultes sont mélangés. Je vis dans une chambre avec des murs blancs et quatre autres personnes handicapées.

Un adulte, amputé du bras droit, ancien militaire parachutiste, abuse de moi pendant plus de six mois, plusieurs fois par semaine. C’est la nuit, les autres ne s’en aperçoivent pas. J’ai très peur, il me menace parfois avec un couteau sous la gorge : “Je pourrais retrouver ta famille et les tuer”. Je le vois encore prendre mon chocolat chaud, pisser dedans et me forcer à le boire. À cette époque, je crois en Dieu et lui demande sans cesse : pourquoi moi ? Pourquoi tu ne l’arrêtes pas ?

J’ai essayé d’en parler au directeur du foyer mais il ne m’a pas cru. Il m’a dit que ce n’était pas un viol mais un fantasme. Je n’en pouvais plus, c’était trop. J’ai décidé alors d’appeler mon père pour qu’il vienne me chercher, pour qu’il me sorte d’ici. Je ne lui donne pas de raison, je lui dis juste que s’il ne vient pas, je vais faire une connerie. C’est seulement à 22 ans que j’en ai parlé à ma mère, c’était traumatisant et douloureux de le dire à quelqu’un.

Après ces viols qui étaient aussi mes premiers rapports, je ne savais pas comment avoir des relations sexuelles. Un ami de ma mère m’a accompagné voir une prostituée. Ça m’a sauvé, ce moment de tendresse, ce moment où je me suis retrouvé, moi, mon corps, moi, homme. On ne parle pas assez des violences que subissent les personnes en situation de handicap. Enfin, soit ce sont les handicapés qui n’en parlent pas, soit on met un torchon, un voile dessus. Je sais que ça se passe encore dans d’autres foyers, je sais que je ne suis pas le seul. À l’époque, je n’avais pas osé porter plainte, aujourd’hui si une personne me raconte ça, je l’encouragerais à le faire.

Moi, je ne peux pas me laver tout seul, je ne peux pas me faire à manger, je suis totalement dépendant des autres, mais après des années d’orthophonie je peux parler. À tous les handicapés qui le peuvent, parlez. Ce n’est pas à vous d’avoir peur. »

« Il avait vu mon handicap »

Charlie*, non binaire de 23 ans, travailleu·se du sexe, animateur.rice périscolaire, autiste, témoigne sur les violences sexuelles qu’iel a vécu·es.

“J’ai douze ans, je viens d’entrer en sixième et je rencontre un garçon qui a deux ans de plus que moi. À l’arrêt de bus en béton, il me dit qu’il m’aime, que les garçons et les filles, ça se fait des bisous. Il m’emmène dans un endroit à l’abri du regard des autres, je lui dis non, je ne veux pas, mais il me pénètre avec ses doigts. Le lendemain, je ne suis plus saon amoureu·se, je suis une grosse salope.

C’est à quatorze ans, en juillet 2012, que je décide de porter plainte, classé sans suite, mais je suis reconnu·e victime et lui fiché délinquant sexuel pour quinze ans. En août 2012, deux, trois jours avant mon anniversaire, je vais à une fanfare. Un des musiciens, âgé de 29 ans, se rapproche de moi et tente de m’embrasser. Il m’attire vers lui et me manipule. Il me dit de ne jamais écouter les adultes, qu’ils disent n’importe quoi. Il insulte sa mère aussi, et se met dans ma peau : une ado en rébellion contre ses parents. Avant de rentrer, on va à la plage avec ma copine, il vient avec nous.

L’homme me bouscule, me fait tomber dans le sable. Je pars me rincer dans une douche de plage, et il se met devant moi, nu, son sexe en érection. Il me dit qu’il a envie de moi, et c’est assez flou. Je suppose qu’il m’a frappé, je vois ma tête assez près du mur. Il me soulève, je regarde l’horizon, je pense à autre chose. Je quitte mon corps. Ma copine n’est pas loin, je pense très fort qu’elle va venir mais elle n’est jamais venue. Puis, il me jette par terre, ma culotte et moi. Il me dit : “maintenant tu te rhabilles, si t’ouvres ta gueule je perds la garde de mes enfants, et je te crève”.

Je pense qu’il avait vu mon handicap, ma différence. En tant qu’autiste, je perçois différemment le danger. Il a dû sentir que j’étais une proie facile. J’ai aussi du mal à interpréter les codes sociaux, à comprendre mes émotions, et celles des autres. J’ai du mal à analyser certains mots, certaines expressions. Ce qui peut paraître évident pour vous, les neurotypiques (personnes qui ne sont pas autistes) ne va pas forcément l’être pour les autistes. Puis, j’ai l’impression que ça se sent, que ça se reconnaît une personne qui a déjà été violée : t’as pas eu de chance une fois alors t’as deux fois plus de chances que ça t’arrive une deuxième fois.”

« Tout ce qui lui importait c’était qu’on ait le nombre de rapports qu’il souhaitait »

Julie* est une graphiste de 30 ans, atteinte de plusieurs maladies : le Syndrome d’Ehlers-Danlos, une maladie génétique, la maladie de Ménière, un trouble de l’oreille, l’endométriose, et de nombreuses dépressions associés à un TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité). Voici son histoire.

“Je vis en Alsace, dans une petite ville près de Strasbourg et j’ai vécu une relation (très) toxique avec un homme. Je l’ai rencontré lorsque j’avais 19 ans, nous étions tous les deux musiciens et nous nous sommes rencontrés lors d’un concert. C’était un vrai coup de foudre, nous sommes vite devenus fusionnels. Lorsque nous n’étions pas ensemble le week-end, on se téléphonait, ou on se parlait par message.

À cette époque, mon endométriose était très active. J’avais de fortes douleurs pendant les rapports, mais il exigeait toujours un nombre précis de relations sexuelles. C’était insupportable. J’étais exténuée mais si je refusais un rapport, il me faisait culpabiliser. C’était ma faute, moi la malade, moi la souffrante, c’était ma faute quoi qu’il arrive. Il me disait qu’il prendrait soin de moi, que j’étais une petite chose fragile. Puis, la minute d’après : “bouge-toi, tu en rajoutes !”.

Je cédais sous sa pression, j’alternais entre douleurs, fatigue, crises d’angoisse, dépression et culpabilité constante.  J’ai commencé, petit à petit, à me scarifier. Puis, le petit à petit s’est transformé en tous les soirs, c’était d’énormes bulles de tristesses, de colères qui s’explosaient à travers mes entailles. Il n’avait pas peur pour moi, il avait peur du regard des autres. Il n’a jamais proposé de m’accompagner à un rendez-vous chez le gynéco. Tout ce qui lui importait, c’était qu’on ait le nombre de rapports qu’il souhaitait. Point. Peu importe que j’y prenne du plaisir ou que je souffre le martyr. 

Au bout de 3 ans de relation, je n’étais plus que l’ombre de moi-même. La moitié de mon corps était scarifiée. J’ai été hospitalisée en psychiatrie. Le diagnostic de bipolarité a été posé. J’ai été mise sous neuroleptiques à hautes doses. J’ai pris 30 kilos. Je n’étais plus attirante sexuellement selon ses « critères de beauté » (surpoids, cicatrices…) et il a commencé à me repousser, à me faire sentir moche et non désirable.

À ma sortie de l’hôpital (après 6 semaines), cet homme a mis fin à notre relation. Il ne peut plus tolérer ma maladie, et je suis dangereuse pour lui. Après la rupture, mon état s’est aggravé, j’ai développé un stress post-traumatique et mes premiers problèmes moteurs sont apparus. Je suis hospitalisée pendant presque deux ans, et demande enfin une reconnaissance adulte handicapée.

À l’heure où j’écris, je dois me déplacer la majeure partie du temps en fauteuil roulant, ma vessie, mon estomac sont gravement atteints, mes douleurs sont quotidiennes. Mais, en dépit de tout ça, je suis amoureuse d’un homme extrêmement bienveillant, extrêmement présent. Il me soutient, et paie parfois les pots cassés de cette relation passée.”

🔍 PRENDRE LA PAROLE

Si vous avez été victime de violences sexuelles/ou physiques, vous pouvez vous rendre sur ecoute-violences-femmes-handicapees.fr et appeler le numéro mis en place par l’association FDFA (Femmes pour le dire, Femmes pour agir) : 01 40 47 06 06. Si vous êtes un professionnel, une personne en situation de handicap, ou un proche, vous pouvez vous rendre sur ce module qui aide à signaler, et prévenir les violences sexuelles.

Source NEONMAG.

 

Coronavirus : L’OMS demande de se préparer dès à présent à de pires épidémies…!

ALERTE Le responsable en charge des situations d’urgence a rappelé que le taux de mortalité du coronavirus « est relativement bas par rapport à d’autres maladies émergentes ».

Coronavirus : L’OMS demande de se préparer dès à présent à de pires épidémies

 

La pandémie actuelle de coronavirus ne pourrait être en fait qu’un galop d’essai pour le monde. L’Organisation mondiale de la santé a prévenu lundi que malgré la sévérité de la crise du Covid-19, qui a tué plus de 1,7 million de personnes et en a infecté des dizaines de millions d’autres en un an, il était urgent de se préparer « à pire ».

« C’est une sonnette d’alarme », a prévenu Michael Ryan, le responsable de l’OMS en charge des situations d’urgence lors de la dernière conférence de presse de l’année de l’organisation. « Cette pandémie a été très sévère. Elle s’est répandue à travers le monde très rapidement et elle a touché chaque recoin de la planète, mais ce n’est pas nécessairement la pire », a mis en garde le médecin.

Un monde loin d’être prêt

Tout en reconnaissant que le virus « se transmet très facilement et tue des gens […] son taux de mortalité est relativement bas par rapport à d’autres maladies émergentes », il nous faut « nous préparer à l’avenir à quelque chose qui sera peut-être encore pire », a martelé le docteur Ryan. Son collègue et conseiller auprès de l’OMS, Bruce Aylward, a enfoncé le clou, en estimant que malgré les exploits scientifiques réalisés dans la lutte contre le Covid-19, y compris la création de vaccins efficaces en un temps record, le monde était loin d’être préparé à combattre des futures pandémies.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus a pour sa part préféré voir le verre à moitié plein. « En termes de prise de conscience, je pense que nous y sommes », a-t-il estimé, tout en soulignant que c’était le moment « d’être vraiment sérieux ». Seule certitude selon lui : « Il va falloir plus d’ambition ». L’avertissement est clair.

Source 20 MINUTES.