Voile : la Ligue Sud crée son Livre blanc sur le handicap…

Sous forme d’annuaire sont listés les 67 clubs accueillant (soit près de la moitié) répartis dans la région Paca.

Voile : la Ligue Sud crée son Livre blanc sur le handicap

 

Profitant de la Semaine olympique française qui se déroule à Hyères jusqu’à samedi, la Ligue Sud de voile a dévoilé ce matin dans la ville varoise son Livre blanc voile et handicap, financé par la Banque Populaire Méditerranée. « Notre volonté est de mettre en avant les efforts qu’on peut faire et les résultats qu’on peut espérer en matière d’accueil des personnes en situation de handicap« , annonce Claude Le Bacquer, le président du comité régional.

L’idée est simple : faciliter la pratique de la voile à tous, quel que soit la nature du handicap, dans des conditions d’accessibilité.

Sous forme d’annuaire, sont donc listés les 67 clubs accueillant (soit près de la moitié) répartis dans la région Paca (04, 05, 06, 13, 83, Corse). Le site internet offre une carte interactive qui facilite les démarches, autant pour les clubs que pour les structures en charge de personnes en situation de handicapés.

« Construire des ponts et abattre des murs »

« Ce livre est un outil, poursuit Claude Le Bacquer, mais c’est surtout un symbole, celui d’une devise qu’on essaye de s’appliquer : construire des ponts et abattre des murs. L’objectif est de raffermir le lien entre tous les publics, notamment en matière d’inclusion, car c’est une nécessité dans notre société. » On dénombre, à ce jour, 23 clubs dans les Bouches-du-Rhône, deux dans les Alpes de Haute-Provence et trois dans les Hautes-Alpes.

Si la voile ne figure pas dans les sports aux Jeux paralympiques de Paris-2024, la volonté de la Ligue Sud est de « mobiliser les énergies » et de valoriser la mixité. Cette initiative, saluée par le présidente de la Fédération de voile Jean-Luc Denéchau, sera « développée dans chaque Ligue » : « On a de la voile dans nos clubs depuis longtemps, mais ça ne se sait pas. Cela va nous permettre de mettre en relation les personnes en situation de handicap et les clubs« .

À ce jour, la ligue Sud compte environ 300 licenciés « handi« .

Source LA PROVENCE.

Lanester- Morbihan. Handicap : « Les obligations légales d’accessibilité ne sont pas respectées »…

L’association France handicap organise une action jeudi 16 juin 2022 dans la galerie marchande du magasin Géant à Lanester (Morbihan), pour évaluer le degré d’accessibilité des magasins.

Lanester. Handicap : « Les obligations légales d’accessibilité ne sont pas respectées »

 

L’association France handicap (APF) est une organisation de représentation et de défense des droits des personnes dites en situation de handicap. Notre association est une association militante et citoyenne qui organise notamment des actions de revendications pour favoriser une inclusion pleine et entière des personnes dites en situation de handicap, dans toutes les différentes sphères sociales qui forment notre société, explique Charles Meur, chargé de mission revendication, accessibilité, sensibilisation, Une de nos revendications premières, afin de garantir cette inclusion totale, s’appuie sur la notion d’accessibilité qui est un élément majeur pour favoriser l’accès à un ensemble de biens et de services.

De nombreux magasins ne sont pas accessibles

La loi de 2005 sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes en situation de handicap ainsi que l’arrêté du 20 avril 2017, « relatif à l’accessibilité aux personnes handicapées des établissements recevant du public lors de leur construction et des installations ouvertes au public lors de leur aménagement » fixent des obligations légales et des réglementations spécifiques afin que l’espace public et les établissements recevant du public (ERP) soient accessibles aux personnes dites en situation de handicap.

De nombreux ERP ne sont encore à ce jour pas accessible, sans qu’aucun plan de sanction n’a été envisagé par les préfectures ; ce qui réduit considérablement l’accès aux biens et aux services pour l’ensemble des citoyens et contraint de ce même fait le périmètre de vie, l’autonomie et la dignité d’une partie de la population, précise le responsable.

Évaluer le degré d’accessibilité

À Lanester, cette situation est particulièrement problématique pour l’accès à de nombreux magasins dont la zone commerciale où se situe le magasin Géant, ajoute Charles Meur, Que ce soit les normes réglementaires des cheminements, des sas et portiques, de la hauteur des équipements, les obligations légales ne sont pas respectées.

Pour mettre en évidence cette problématique et revendiquer une autonomie entière au quotidien, l’association met en place une action de revendication jeudi 16 juin 2022, à partir de 14 h, dans le centre commercial, situé au 78, avenue Ambroise-Croizat. « Cette action s’intitule Accéder c’est exister »,précise Charles Meur. À cette occasion, des personnes en fauteuil roulant déambuleront dans certains magasins de la galerie et évalueront le degré d’accessibilité de ces derniers.

Trois signalétiques pour indiquer leur niveau d’accessibilité

Dans les faits, après chacune des visites de ces magasins, trois sortes de panneaux de personnes en fauteuil roulant (environ 1m de hauteur et 80 cm de largeur) pourront être disposés suivant le niveau d’accessibilité de ces mêmes magasins : un vert signifiant un degré d’accessibilité optimal, un orange signifiant un degré d’accessibilité moyen mais avec des efforts ayant tout de même été constatés pour réaliser des aménagements dans ce sens, un rouge signifiant un degré d’accessibilité très insatisfaisant voire nul. Notre action de revendication militante va bien au-delà des intérêts seuls des personnes dites en situation de handicap.

Elle s’appuie sur des notions de justice spatiale, note le chargé de mission L a médiatisation de nos actions est un levier important et nous permet de favoriser l’élan d’une réflexion collective sur des sujets tels que l’inclusion, la participation, la citoyenneté et l’autonomie des personnes dites en situation de handicap mais également sur la notion d’accessibilité des biens et des services fondamentaux pour tous.

Jeudi 16 juin 2022, à partir de 14 h, dans le centre commercial, situé au 78, avenue Ambroise-Croizat.

Source OUEST FRANCE.

Guingamp. Une maison de retraite qui vit au rythme de ses résidents…

Dans un secteur secoué par plusieurs révélations, et des soupçons de maltraitance, il fait figure d’établissement modèle. L’EHPAD municipal de Guingamp vit au rythme de ses résidents.

Du petit matin au coucher du soleil, les habitants choisissent leurs horaires, décident de leurs activités et de leurs menus.

Atelier percussion au réveil pour celles et ceux qui en ont envie

 

C’est une maison de retraite atypique. Pas un Ehpad aux cadences infernales. Non, une maison où les retraité(e)s prennent le temps de vivre.

Au réveil, quand certain(e)s commencent la journée par un atelier percussions, d’autres préfèrent prolonger leur grasse matinée.

Dans cet EHPAD municipal, les levers à 6h du matin ou les toilettes à la chaîne en quelques minutes ont été bannis. Une liberté savourée par toutes et tous.

Je pense que la vie est belle. Je suis la reine ici

Elisa, résidente centenaire

Ici, il n’y a pas d’horaires imposés. Caroline Dagorgne, aide-soignante, s’occupe des résidents quand ils sont prêts. Tant qu’ils dorment, leur sommeil fait loi.

« On peut les lever à 14h, 15h, 16h… On attend qu’ils soient bien réveillés pour s’occuper d’eux. Pour nous, c’est le rythme des résidents en priorité ». 

Vivre au rythme de chacun, la philosophie de cette maison de retraite

Pour que les 72 pensionnaires se sentent bien, le lieu a été pensé comme un village. On trouve un café où les joueuses de belottes prennent leurs quartiers. Mais aussi un restaurant, une épicerie. Où chacun(e) peut circuler librement.

Il y a même un facteur maison. Marcel, 87 ans, est volontaire pour livrer le courrier à tous les étages. Il toque aux portes et fait la conversation.

« Ca rend service, ça nous permet d’avoir des contacts avec tout le monde, on essaye de faire marcher les neurones aussi » souffle-t-il.

Guingamp. Une maison de retraite qui vit au rythme de ses résidents

Une atmosphère familiale aux bienfaits visibles

Au 3ème étage où vivent les résidents les plus dépendants, l’heure est aux tâches quotidiennes : plier du linge, couper les légumes. Ici chacun a son rôle à jouer.

Evidemment, mes collègues pourraient plier les draps plus rapidement. Mais il y a un lien fort qui va se tisser entre l’habitant et le soignant et ça leur permet de se dire : je sers à quelque chose

Corinne Antoine Guillaume directrice de la Résidence Kersalic

Au restaurant du rez-de-chaussée, les résident(e)s peuvent s’inviter, convier leur famille, les soignants qui les accompagnent au quotidien.

Au menu, beaucoup de produits locaux cuisinés maison. Rien n’est imposé. Il y a une carte, les convives choisissent. « Ils ont même doit à l’apéro et à un verre de vin » précise Ronan Hellec, aide-soignant maître d’hôtel.

Au restaurant, menu à la carte pour tout le monde

Au restaurant, menu à la carte pour tout le monde

Cette atmosphère familiale apporte beaucoup aux résidents comme aux soignants.

On a diminué de moitié les anxiolytiques, les neuroleptiques, les antidépresseurs

Corinne Antoine Guillaume directrice de la Résidence Kersalic

Moins d’absentéisme, moins de turn-over. Le maire de Guingamp précise qu’il n’y a aucune difficulté à recruter,  « ce qui est aujourd’hui une particularité« .

A Kersalic où il fait bon vieillir, la liste d’attente ne cesse de s’allonger. 150 personnes sont déjà  inscrites pour profiter jusqu’au bout de sa douceur de vivre et de sa liberté.

Source FR3.

 

Déserts médicaux : Médecin de campagne, Jacques renonce à prendre sa retraite faute de successeur. Vidéo…

Si plusieurs candidats à la présidentielle 2022 ont évoqué la problématique de la désertification médicale, c’est qu’elle concerne encore des millions de Français.

Déserts médicaux : Médecin de campagne, Jacques renonce à prendre sa retraite faute de successeur

 

L’exemple de Jacques, médecin d’un petit village breton depuis 1976, en est hélas la parfaite illustration : ne trouvant aucun successeur, le vieux « toubib » a dû renoncer à prendre une retraite pourtant bien méritée…

« Être médecin, ça n’est pas être garagiste ! »

« Je ne peux pas abandonner les patients qui m’ont toujours fait confiance, confirme le médecin. Ils seraient obligés de faire des kilomètres pour en trouver un autre ! ». Selon l’Assurance maladie, l’absence de « renouvellement » dans de nombreux départements ruraux priverait actuellement 6,3 millions de Français de médecin traitant.

« Les jeunes ont peur, souligne Jacques. Ils voudraient être  » fonctionnarisés « , exercer à plusieurs pour pouvoir avoir des loisirs etc. Mais être médecin, c’est pas être garagiste ! Il faut être dévoué et y passer beaucoup, beaucoup de temps ».

Découvrez son quotidien et la reconnaissance de ses patients dans cette vidéo de Brut.

Source 20 MINUTES.

Bactérie E.coli : le terrible quotidien de Giulia, 4 ans, handicapée à plus de 80 %. Vidéo le quotidien de Giulia et de sa famille…

Une petite fille infectée par la bactérie.

Bactérie E.coli : le terrible quotidien de Giulia, 4 ans, handicapée à plus de 80 %

 

Quelques semaines après que 75 enfants eurent été contaminés par la bactérie E.coli (via un lot de pizzas surgelées Buitoni), les ravages que peut provoquer ce colibacille restent mal connus : potentiellement mortelle, E.coli peut entraîner des défaillances rénales, des lésions irréversibles au foie, aux poumons… ou au cerveau, comme ça a malheureusement été le cas pour la petite Giulia.

Des séquelles lourdes… mais la famille garde espoir

Sa maman explique que la fillette de 4 ans et demi « a contracté E.coli en mangeant un morceau de fromage au lait cru alors qu’elle avait 18 mois ». Atteinte d’un syndrome hémolytique et urémique, le SHU, elle est désormais handicapée à plus de 80 % et sa vie a basculé : « elle ne bougeait plus, ne parlait plus, elle a perdu la vue, précise sa mère. Les médecins nous ont dit que Giulia avait de grosses séquelles neurologiques et qu’on ne savait pas comment ça allait évoluer ».

Si elle a, depuis, fait quelques progrès moteurs grâce à la rééducation, Giulia « ne sera plus jamais la petite fille qu’elle était avant, déplore sa maman. On a l’espoir qu’elle reparle, qu’elle marche, qu’elle récupère le plus de choses possibles… mais on est en colère contre l’usine qui a fabriqué le fromage, contre le magasin qui l’a vendu et contre le médecin de l’hôpital qui n’a d’abord pas pris les choses au sérieux ».

Vidéo le quotidien de Giulia et de sa famille, cliquez ici.

Source 20 MINUTES.

Le chef de l’État attendu sur le handicap. Chat échaudé craint l’eau froide…!

Entre les deux tours, le président-candidat a promis la déconjugalisation de l’allocation adultes handicapés.

Les associations restent sur leurs gardes.

Le chef de l’État attendu sur le handicap

 

Chat échaudé craint l’eau froide. C’est avec circonspection que les associations de personnes handicapées ont accueilli le retournement de veste de dernière minute du candidat Macron sur la déconjugalisation de l’allocation adultes handicapés (AAH). « À dix jours du deuxième tour, le Collectif Handicaps veut y voir une ouverture, même s’il reste, d’une part, prudent sur le contenu de l’annonce et, d’autre part, lucide sur le timing dans lequel elle est faite », avait indiqué son président, Arnaud de Broca, au lendemain des promesses présidentielles.

Le 20 avril, lors du débat d’entre-deux-tours, Emmanuel Macron s’était dit « favorable à ce qu’on puisse corriger cet effet de bord (…) qui est que lorsqu’une personne avec l’allocation adultes handicapés se marie avec quelqu’un qui a beaucoup plus d’argent, elle la perd » . Le 15 avril, sur Franceinfo, il avait déjà indiqué qu’ « on doit bouger sur ce point », alors qu’il était le seul candidat à ne pas avoir prévu la mesure dans son programme. Son gouvernement s’était jusque-là opposé à ce que le versement de l’AAH, qui peut atteindre 900 euros, cesse d’être conditionné aux revenus du conjoint.

« S’assurer que les déclarations seront suivies d’effets »

« Les propositions de dernière minutes ne nous feront pas oublier le mépris qu’on s’est pris en pleine face ces cinq dernières années », a réagi le collectif handiféministe les Dévalideuses. Les déclarations du candidat Macron n’effaceront pas la manière dont la majorité parlementaire s’est opposée, à deux reprises, lors de débats houleux, à l’ensemble des autres groupes parlementaires qui soutenaient la déconjugalisation de l’AAH. La secrétaire d’État aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, avait alors argué que cette mesure était injuste car elle bénéficiait à tous, sans conditions de revenus. « Nous assumons le fait de donner plus à ceux qui en ont vraiment besoin », avait-elle justifié.

« Nous serons présents pour nous assurer que la promesse électorale sera suivie d’effets très rapidement », a prévenu Jean-Louis Garcia, président de l’Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh). Au-delà de l’AAH, les associations, qui regrettent la place modeste prise par le handicap dans la campagne, comptent porter leurs revendications, comme l’aboutissement de la loi autonomie ou la mise en application de l’accessibilité. À la clé, l’amélioration de la vie de 12 millions de personnes et de leurs familles.

Source L’HUMANITE.

TRES INQUIETANT ! Nous payons plus cher des produits alimentaires sans nous en rendre compte, voici pourquoi…

Les prix de nombreux produits alimentaires sont en hausse. Et parfois, ils flambent sans même que l’on s’en rende compte. C’est ce que révèle l’association 60 Millions de consommateurs qui dénonce une stratégie de « l’inflation cachée ».

Comment s’y prennent certains industriels de l’agroalimentaire pour gonfler les prix en douce ?

Quels sont les produits concernés ?

Nous payons plus cher des produits alimentaires sans nous en rendre compte, voici pourquoi

Se nourrir n’a jamais été aussi cher. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a enregistré des prix records au mois de mars 2022. Ils ont atteint leurs « plus hauts niveaux jamais enregistrés » en raison de la guerre en Ukraine, qui « provoque des chocs » dans les marchés des céréales et des huiles, a annoncé le 8 avril dernier la FAO.

Les prix des matières premières augmentent, qu’il s’agisse de produits agricoles, comme l’huile, la farine, le sucre ou encore les œufs, mais aussi ceux de l’énergie. Par exemple, d’après la FAO, « le prix des huiles végétales a bondi de 23,3 %, porté par la hausse des cours de l’huile de tournesol, dont le premier exportateur mondial est l’Ukraine ».

Forcément, les coûts de production des industriels du secteur agroalimentaire sont eux aussi en hausse. Si bien qu’ils sont parfois obligés d’augmenter leurs prix pour faire face. Mais gonfler le prix de vente pour le consommateur, c’est aussi un risque de perdre pour de bon des clients… Certains industriels rivalisent alors d’astuces pour faire avaler ces hausses de prix aux consommateurs sans éveiller les soupçons. Ils pratiquent notamment « l’inflation cachée », dénonce l’association 60 Millions de consommateurs, dans un hors-série dédié au pouvoir d’achat des Français, intitulé Manger sain, bon et pas cher et actuellement en kiosque.

Des volumes rognés, sans changement de prix

L’inflation cachée est un petit tour de passe-passe d’industriels de l’agroalimentaire. Concrètement, les fabricants rognent sur les volumes des produits, en en réduisant légèrement la quantité, sans changer le prix et surtout sans prévenir le client.

Les industriels restent dans la légalité. En effet, les nouvelles quantités, qu’elles soient en grammes ou en litres, sont bien indiquées noir sur blanc sur les emballages. Néanmoins, les clients ne s’en rendent généralement pas compte que le contenant ou la quantité vendue a diminué, et sont ainsi induits en erreur. Beaucoup de consommateurs achètent en effet par habitude régulièrement les mêmes produits, sans vérifier à chaque fois le prix au kilo de chacun d’entre eux. Ils regardent le prix affiché, voient qu’il est similaire au tarif habituel, mais ne s’aperçoivent pas qu’ils en ont moins pour la même somme…

Voici une sélection de ces pratiques, repérées par l’association 60 Millions de consommateurs :

Des bouteilles réduites aux rayons boisson des supermarchés

Des bouteilles réduites aux rayons boisson des supermarchés

60 Millions de consommateurs a repéré cette technique d’inflation cachée chez plusieurs industriels. Par exemple, la marque Danao proposant des boissons lactées au jus de fruit a drastiquement réduit la taille des bouteilles : elles sont passées de 1,75 litre à 1,35, et le prix n’a pas bougé.

Même chose chez une célèbre marque de boisson gazeuse. Coca-Cola a ainsi réduit la contenance de ses grandes bouteilles, initialement de 2 litres. Elles sont passées à 1,75 litre et là encore, le prix n’a pas baissé. Il n’y a aucun rapport avec la guerre en Ukraine et l’augmentation des coûts actuels, puisque ce changement date de 2018 !

L’association indique, que la marque, comme beaucoup d’autres, a profité d’un changement de design dans l’emballage pour faire – ni vu ni connu – grimper ses prix.

Des tranches plus fines

Des tranches plus fines

L’association pointe aussi du doigt une autre méthode de la marque Fleury Michon qui consiste à réduire le poids des tranches de blanc de poulet. Un format familial a été lancé par la marque : il contient huit tranches de blanc de poulet. Le client pense faire une bonne affaire en en achetant huit au lieu de quatre, les tranches étant issues d’un jambon équivalent, et contenant toutes moins 25 % de sel.

Mais ce n’est pas le cas : les huit tranches de blanc de poulet sont plus fines (30 grammes) que celles vendues par quatre (40 grammes), souligne 60 Millions de consommateurs, qui précise que le paquet de quatre est vendu 10,56 € (donc 160 grammes), et celui de huit 13,04 € (donc 240 grammes). L’écart apparent est de 2,48 €, mais si l’on rapporte le prix au poids, le produit vendu par paquet de huit tranches coûte en réalité plus cher !

Des produits plus simples au prix fort

Des produits plus simples au prix fort

Autre méthode dénoncée par 60 Millions de consommateurs pour augmenter les prix sans éveiller les soupçons : vendre plus cher des produits plus simples contenant moins d’ingrédients (de plus en plus recherchés par des consommateurs soucieux de manger sainement des produits aussi peu transformés que possible). L’association prend l’exemple d’une mayonnaise Amora  La marque revendique qu’elle ne contient que cinq ingrédients et pas d’additifs ni de colorants. Elle coûte toutefois 30 % plus cher au kilo que la recette classique déjà annoncée « sans conservateurs » et aux « œufs de plein air ».

Les portions individuelles plus chères

Les portions individuelles plus chères

L’association de consommateurs remarque aussi que les produits vendus en portions individuelles sont généralement plus chers au kilogramme. C’est par exemple le cas des fromages dont le prix au kilo explose par rapport à la version classique. De la même manière, pour le café, les dosettes reviennent beaucoup plus cher que le café moulu.

Source OUEST FRANCE.

 

En France, la crise sanitaire a fait grossir les jeunes enfants…

Plus d’écrans, moins de sorties… La crise sanitaire de la Covid-19 a eu un impact très net sur le poids des petits Français. 

En France, la crise sanitaire a fait grossir les jeunes enfants

 

L’ESSENTIEL
  • En 2020, près d’un Français sur deux (47,3%) était en situation de surpoids et/ou d’obésité.
  • Selon la classification de l’OMS, on parle de surpoids lorsque l’IMC est supérieur à 25 et d’obésité lorsqu’il dépasse 30.

Selon une nouvelle étude publiée par Santé Publique France, la crise sanitaire a fait prendre du poids aux enfants de 4 ans.

Trois années scolaires

« L’objectif de ce travail était d’explorer, sur trois années scolaires (2018-2019, 2019-2020 et 2020-2021), l’évolution du statut staturo-pondéral des enfants et d’estimer l’impact de la crise sanitaire due au SARS-CoV-2 dans le Val-de-Marne », expliquent les chercheurs en introduction.

À partir des données issues des bilans de santé en école maternelle (BSEM), les scientifiques ont analysé le poids, la taille, le sexe et l’âge de 48 119 enfants, tout en répertoriant si leur école se situait dans une zone prioritaire et s’ils fréquentaient la cantine et/ou la garderie.

Résultats : parmi tous les enfants inclus dans la cohorte, la proportion des petits en surpoids était significativement plus importante en 2020-2021 par rapport aux années précédentes. Plus précisément, le pourcentage d’enfants en surpoids a augmenté de +2,6% et celui des enfants obèses de +1,8%.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque susceptibles d’augmenter leur surcharge pondérale étaient le sexe féminin et l’appartenance de l’enfant à un réseau d’éducation prioritaire. La fréquentation d’une garderie ou de la cantine scolaire était en revanche un élément protecteur du surpoids et de l’obésité.

« Les données du BSEM montrent que l’augmentation du statut staturo-pondéral des enfants en moyenne section de maternelle est significative à la suite de la crise sanitaire. Les mesures prises ont accru la sédentarité et dégradé les modes d’alimentation avec un impact important chez les enfants », écrivent les chercheurs en conclusion. « Une vigilance particulière devra être portée dans les zones socialement défavorisées et chez les filles », ajoutent-ils.

Source POURQUOI DOCTEUR.

Vaccins : un nouveau calendrier et les infirmiers autorisés à les administrer sans prescription…

Alors que le nouveau calendrier vaccinal qui vient d’être diffusé comporte de nouvelles recommandations, de nouveaux professionnels de santé pourront désormais administrer des vaccins aux adultes sans prescription médicale : les infirmiers et les sages-femmes.

Pour les pharmaciens, il faudra présenter une ordonnance. 

Vaccins : un nouveau calendrier et les infirmiers autorisés à les administrer sans prescription

 

L’ESSENTIEL
  • Les infirmiers et les sage-femmes peuvent prescrire les vaccinations contre 15 nouvelles maladies et les réaliser.
  • Les préparateurs en pharmacie, les pharmaciens d’officine et des pharmacies mutualistes ainsi que certains étudiants pouvaient déjà injecter le vaccin contre la grippe.

Du nouveau pour la vaccination en France : le nouveau calendrier vaccinal recommande de protéger les bébés à partir de 2 mois contre le méningocoque B, de vacciner les femmes enceintes contre la coqueluche et de proposer la vaccination saisonnière contre la grippe à tous les professionnels exposés aux virus grippaux porcins et aviaires. Et le droit de certaines professions de santé d’administrer à des adultes plusieurs vaccins sans prescription médicale viennent d’être élargis. Grippe, rage, diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, papillomavirus humains, pneumocoque, hépatites (A et B), méningocoques (A, B, C, Y et W)… ce sont en tout, 15 maladies pour lesquelles vous pouvez désormais vous faire vacciner par un infirmier, un pharmacien ou encore une sage-femme plutôt que de devoir prendre rendez-vous avec votre médecin.

Les personnes de 16 ans et plus pour les pharmaciens

Cette décision gouvernementale intervient trois mois après que la Haute Autorité de Santé (HAS) ait émis un avis favorable. Pour le moment, l’extension des compétences vaccinales des infirmiers et des pharmaciens ne concerne que les personnes de 16 ans et plus.

Jusqu’aux nouveau-nés pour les sage-femmes

Les sage-femmes quant à elles pourront pratiquer et prescrire la vaccination chez les femmes enceintes, les nouveau-nés et les « personnes qui vivent régulièrement dans leur entourage ». Elles pourront réaliser des injections contre les mêmes pathologies que celles précédemment citées.

Pas besoin d’ordonnance pour les infirmiers et les sage-femmes

Pour les infirmiers et les sage-femmes, il n’y aura pas besoin de présenter une ordonnance. En revanche, il faudra fournir une prescription médicale aux pharmaciens pour qu’ils puissent vacciner.

L’avis de l’Agence du médicament attendue

« Pour pouvoir les prescrire, nous attendons un avis de l’agence du médicament”, estime Philippe Besset, président de la FSPF, le principal syndicat de la profession, à l’Agence France-Presse (AFP). L’instance devrait rendre son avis d’ici à cet automne.

Entre 7,50 et 9,60 euros

Les pharmaciens ont d’ores et déjà négocié des honoraires de 7,50 à 9,60 euros par vaccin injecté. Ces frais seront évidemment remboursés par la sécurité sociale.

Source POURQUOI DOCTEUR.

Sa fille est diagnostiquée autiste, elle crée une école pour accueillir les enfants atteints de troubles de l’apprentissage…

Félicie Petit est directrice de « Mon école extraordinaire », à Annecy-le-Vieux.

Une école « parenthèse », qu’elle a créée il y a 7 ans.

Sa fille est diagnostiquée autiste, elle crée une école pour accueillir les enfants atteints de troubles de l'apprentissage

 

Elle répond au besoin des parents qui, comme elle, doivent gérer le quotidien d’un enfant qui rencontre des difficultés dans son apprentissage. Elle raconte son expérience positive sur le plateau de « Vous êtes formidables » sur France 3

C’est une école pas comme les autres. Félicie Petit est directrice de « Meeo », qui signifie « Mon école extraordinaire ». Son but est d’accompagner des élèves, souffrant de troubles du neuro-développement, et ayant du mal à suivre une scolarité classique. Elle leur offre une sorte de parenthèse dans leur cursus scolaire, dans l’idée de leur permettre de retrouver, le plus rapidement possible, une école plus classique.

Félicie a créé cette école à Annecy-le-Vieux, il y a 7 ans. C’est là qu’elle est née. Mais c’est plutôt à Thônes, en Haute-Savoie, qu’elle situe le véritable début de sa vie. « Pour moi, c’est le lieu de la renaissance, même si j’y habite depuis très peu de temps. C’est la petite ville « cocon », idéale pour élever mes quatre jeunes ados », explique cette maman.

Elle définit elle-même son parcours « d’assez chaotique », avec un brin d’humour. « J’ai eu du mal à me trouver. Dans certains pays, on dirait plutôt que c’est un parcours assez riche », ajoute-t-elle. « Les principales étapes en ont été la philosophie, l’histoire de l’art, du commerce et de la décoration d’intérieur, et me voici aujourd’hui directrice d’école. Avant la création de cette école, j’étais vraiment en recherche de sens. Aujourd’hui, je mets à profit tout ce que j’ai pu apprendre».

C’était mon premier enfant. Et je voyais bien que la connexion mère-enfant ne se faisait pas de manière ordinaire.

C’est Brune, sa fille, qui lui a inspiré la création de Meeo. Brune est autiste. Elle a été diagnostiquée « Asperger » à l’âge de 6 ans et demi. Félicie se souvient parfaitement des symptômes. « Ma fille avait la possibilité de parler, de s’exprimer, mais n’utilisait pas le langage pour communiquer. Elle présentait des intérêts restreints et des stéréotypies, c’est-à-dire des gestes ou des paroles répétitives. »

Mais elle n’a pas attendu de voir ces symptômes pour comprendre que quelque chose n’était pas normal. « En fait, je l’ai compris dès sa naissance. C’était mon premier enfant. Et je voyais bien que la connexion mère-enfant ne se faisait pas de manière ordinaire. » Elle regrette, toutefois, que la médecine, même si elle a accompli des progrès, ne soit pas plus efficace en terme de dépistage. « Un diagnostic à presque 7 ans, c’est beaucoup trop tardif. On sait aujourd’hui qu’en termes d’autisme, une prise en charge précoce est extrêmement efficace. »

Comme pour beaucoup de parents confrontés à ce problème, le parcours pour réaliser ce diagnostic a été complexe. « Et surtout très douloureux. On passe par des phases psychiatriques, où la mère est largement remise en cause dans ses fonctions parentales. C’est malheureusement encore très ancré dans le système de pensée française. »  Avec le recul, Félicie estime que la France a trente ans de retard dans ce domaine. « Plus tard, j’allais me rendre compte de tout ça. Mes recherches m’ont porté vers le Québec ou la Belgique, où on agit depuis 20 à 30 ans. »

Quinze mois après, sa petite sœur vient au monde et, vraiment, le fossé se creuse

Une des étapes marquantes a été l’entrée de son enfant à l’école, à l’âge de 3 ans. « Ce fut le choc des cultures. Je me rendais compte que mon enfant ne grandissait pas de manière ordinaire. Quinze mois après, sa petite sœur vient au monde et, vraiment, le fossé se creuse. Déjà, à la crèche, on m’a un peu alerté. Brune restait à l’écart, était mal à l’aise dans le bruit et l’agitation. »

Des signes forts qui ont poussé ses parents à aller consulter des spécialistes. Très vite, Brune a montré des signes de souffrance à l’école. « Elle ne pouvait pas y aller à plein-temps. Elle n’avait pas acquis la propreté, devait beaucoup dormir à cause de l’épuisement lié au temps passé avec d’autres enfants », commente sa maman.

Il se produit alors une chute et là, l’enfant n’est plus du tout capable d’aller à l’école

Pour Félicie, l’autisme a besoin d’une prise en charge singulière. « Il faut des professionnels formés. Tant au niveau sensoriel, que celui de l’accompagnement au quotidien dans l’autonomie… tout cela ne s’invente pas. Ce sont des enfants qui nécessitent un rythme particulier, avec des outils spécifiques. » Pas forcément possible dans une école traditionnelle. « En tout cas, pas pour tous les enfants », précise-t-elle.

Les cas diffèrent souvent en fonction des individus. « Il y a parfois des enfants autistes qui décompensent. Ils ont tenu bon dans le système ordinaire, et, tout à coup, n’en peuvent plus affectivement, socialement, et au niveau sensoriel, ou de leur énergie. Il se produit alors une chute et là, l’enfant n’est plus du tout capable d’aller à l’école », précise Félicie.

"Cette école sert aussi à cela, au-delà de l’accueil des enfants. Montrer aux parents qu’ils ne sont pas tout seuls, qu’ils sont formidables", explique la directrice

Mis à l’écart, ces enfants peuvent être dévalorisés. A l’école Meeo, les enfants qui sont accueillis sont parfois autistes, ou présentent des troubles des apprentissages, comme la dyslexie, le dysorthographie, l’hyperactivité, les HPI. « Dans le milieu scolaire traditionnel, ils finissent par craquer. Le résultat n’est pas à la hauteur de leurs efforts. Et, à un moment, ils n’en peuvent plus. »

Un enfant n’est pas qu’un élève. C’est avant tout… un enfant.

Une phase de rupture se met en place. « L’estime de soi est en chute libre et c’est un cercle vicieux. Toute la vie de l’enfant est impactée par cette difficulté scolaire. » Félicie Petit estime que des changements sociétaux importants sont nécessaires pour ces enfants. « Un enfant n’est pas qu’un élève. C’est avant tout… un enfant. Il doit retrouver sa place d’enfant », rappelle-t-elle.

Ce sont des éponges émotionnelles qui ont besoin d’un amour incommensurable

Face à ces situations, les parents sont démunis. « Ils n’ont pas de réponses à leur questions sur le plan médical. Ils constatent que leur enfant est en souffrance au niveau scolaire » Et le problème va au-delà de l’école. « On rencontre de grosses difficultés à trouver des organismes pour les accueillir pour faire du sport et d’autres activités. Ce qui s’explique par les difficultés à entrer en contact avec les autres. Ces parents ont besoin d’être aidés. »

Félicie Petit n’a pas hésité. Elle a pris la décision de créer une école adaptée à la situation de sa fille, pour une raison formidable : « Ce sont des enfants qui vous subliment en tant que parent. Ils nécessitent un amour inconditionnel, puisqu’ils ne répondent pas aux sollicitations que l’on fait à d’autres enfants. Ce sont des éponges émotionnelles qui ont besoin d’un amour incommensurable. »

Cela a été un cataclysme dans ma vie

Elle évoque le cas de Brune, sa fille. « Elle est passée par toutes les étapes. D’abord dans une école classique où les personnels ne savaient pas comment s’y prendre pour l’accompagner. Puis on a fait l’école à la maison, n’ayant pas le choix. Et un matin, elle se lève, voit ses frères et sœurs partir à « leur » école, et me dit : j’aimerais tellement redevenir une petite fille. Cela a été un cataclysme dans ma vie. » Paradoxalement, c’est aussi l’événement qui l’a poussée à se lancer.

Elle fonde une école « parenthèse »

Elle raconte avoir mené « tambour battant » son combat pour monter une « autre » école. « On ne réfléchit pas une seconde aux barrières qui peuvent exister. Et heureusement. Plus on avance, plus on gagne en énergie, plus on rencontre des gens formidables

De surcroît, l’expérience lui a permis de trouver de la solidarité. « Cela brise cette intense solitude. Cette école sert aussi à cela, au-delà de l’accueil des enfants. Montrer aux parents qu’ils ne sont pas tout seuls, qu’ils sont formidables. Que leurs enfants sont extraordinaires, avec des flammes de vie à l’intérieur et une envie de vivre intensément. »

"On a des enfants avec autisme qui ont des difficultés dans la relation, qui sont largement nourris par d’autres enfants à haut potentiel, qui ont une empathie débordante et besoin de l’utiliser à bon escient"

Meeo a été créée en 2015, et a pu ouvrir ses portes en 2016, après 9 neufs mois de gestation intensive. « La mairie d’Annecy-le-Vieux a été extrêmement réceptive à ce projet. Le nerf de la guerre, c’était de trouver un local et des fonds», se souvient la directrice.

Elle a eu aussi la surprise de constater une mobilisation spontanée. « Les familles et les professionnels sont arrivés tout seul. Dès qu’ils ont su que le projet se créait, ces professionnels hors normes nous ont rejoint.» 16 familles ont participé au lancement de l’école.

Ces élèves redeviennent uniquement les enfants de leurs parents. Ces derniers n’ont plus à courir partout.

Dans cet établissement, les enfants, âgés de 6 à 16 ans, sont accueillis avec des difficultés différentes. Ils concernés par des troubles de l’apprentissage, l’autisme, de la coordination, de précocité intellectuelle. Mais Meeo ne remplace pas l’école classique. « C’est un modèle totalement innovant qui utilise différents outils, et qui marche main dans la main avec l’Education nationale, pour ces enfants qui sont en rupture dans leur parcours scolaire. » L’institution est d’ores et déjà reconnue par l’Agence régionale de santé, qui apporte une aide pour financer les séjours.

Quelques 50 élèves y sont répartis en deux groupes, soit les équivalents du primaire et du collège. « La prise en charge est pluridisciplinaire, avec des enseignants, des éducateurs et des professionnels de santé, expert en ergothérapie, psychologie, pédiatrie, etc…» précise Félicie.

« L’idée est de répondre au besoin global de ces enfants. La démarche, calquée sur mon expérience personnelle avec ma fille, c’est que ces élèves redeviennent uniquement « les enfants de leurs parents ». Ces derniers n’ont plus à courir partout. Ma fille allait 6 heures par semaine à l’école. Le reste du temps, je me retrouvais coordinateur de sa vie pour qu’elle ne manque de rien… »

Rester dans la « haute-couture »

Dans « mon école extraordinaire », les règles ne sont pas figées. Les enfants restent le temps nécessaire. « C’est vraiment eux qui nous donnent les signaux. Les enfants sont naturellement formatés pour vivre avec les autres. Dans la vie, personne n’est demandeur pour se retrouver à côté du système. »

Pour son retour à l’école traditionnelle, tout est coordonné avec les parents et les équipes. Puis l’enfant fait l’objet d’un suivi, s’il en exprime le besoin. « Mais c’est un peu comme avec les ados… Souvent, ils ne souhaitent pas regarder en arrière. Et c’est bon signe. Cela veut dire qu’on a bien fait notre boulot. »

Sept ans après l’ouverture, la demande est forte, et il faudrait, en réalité, pouvoir accueillir le double de la capacité actuelle. Mais Félicie n’y tient pas forcément. « Notre souhait est vraiment de rester dans la haute-couture » résume-t-elle. A ce jour, le bilan semble positif.

« C’est vraiment un système gagnant-gagnant. On a des enfants avec autisme qui ont des difficultés dans la relation, qui sont largement nourris par d’autres enfants à haut potentiel, qui ont une empathie débordante et besoin de l’utiliser à bon escient. C’est un microcosme qui montre que l’inclusion est possible. Vivre ensemble, c’est possible. »

Source FR3.