Handicap : dans l’Eure, un premier concours de cuisine inclusif !…

Chefs, apprentis et travailleurs handicapés se sont unis pour remporter les prix de « l’H’apprenti cuistot » organisé par le CFAIE (Centre de formation des apprentis interconsulaire de l’Eure) à Val-de-Reuil.

Chefs, apprentis et personnes en situation de handicap ont conçu en commun un menu pour le jury de l’H’apprenti cuistot » organisé par le CFAIE (Centre de formation des apprentis interconsulaire de l’Eure) à Val-de-Reuil. FRED.D / #PRESSE30

 

La journée du lundi 22 novembre au CFAIE (Centre de formation des apprentis interconsulaire de l’Eure) à Val-de-Reuil ne pourra se résumer que par deux mots : « sourire et lien ». Alors que le métier de la restauration est sous tension face à leurs besoins de main-d’œuvre et que les personnes en situation de handicap ne trouvent pas facilement des emplois ou n’osent pas pousser les portes alors qu’elles ont la capacité, l’organisme de formation s’est associé à l’AKTO, opérateur de compétences et l’association CAP EMPLOI 27 qui accompagne des personnes et des employeurs sur la question du handicap pour organiser les 1ère Gourman’hand’ise, un concours de cuisine inclusif.

Dans les deux cuisines du centre de formation, huit brigades se sont retrouvées tôt le matin. Composée par un chef d’un restaurant local, d’un apprenti en brevet professionnel et d’une personne en situation de handicap sélectionnée par les missions locales, l’équipe a dû, en deux heures, réaliser un menu composé d’une goujonnette de poulet sauce curry et sa mousseline de carotte et d’une tarte normande. Un concours pour apprendre à travailler ensemble, communiquer et partager une passion.

Après quelques de minutes pour repérer les lieux, toutes et tous se sont attelés à la tâche toujours avec bienveillance. Vers 13 heures, huit juges choisis parmi les partenaires ont goûté tous les plats avec des présentations différentes et quelques ajouts gustatifs comme de la truffe, fruits ou fleurs comestibles pour décerner le prix de la créativité, le prix gastronomique et le prix esthétique. Des choix difficiles tant la qualité fut au rendez-vous.

Poser un cadre rassurant

Mais au-delà de ces prix « symboliques », pour les organisateurs, c’est le retour d’expérience le plus important : « connaître vos besoins pour recruter des travailleurs handicapés ». C’est aussi la prise de conscience des deux parties. Pour Benjamin Revel, chef et gérant de La Musardière à Giverny, « cela me parle complètement ce côté inclusif et formation. L’idée de ce concours est très sympa. Il permet de voir comment faire dans la cuisine, alors que nous venons d’embaucher un premier apprenti, Mathis porteur de trisomie pour la salle.

Ici, il a fallu mettre la personne en confiance, car ça chauffe, ça brûle, il y a du bruit. Cela peut être déstabilisant. Il faut poser d’abord un cadre rassurant, poser des questions, vraiment faire sentir que la personne est intégrée. Et puis, ça fonctionne, car je suis persuadé qu’importe sa situation, on peut faire presque tous les métiers. C’est une histoire de motivation et le manager doit s’adapter ». À 21 ans, Kevin Duval est apprenti à La Chaîne d’Or aux Andelys.

En 2e année de brevet professionnel, « c’est mon premier concours et c’était magnifique. Il restera gravé dans ma mémoire et inscrit sur mon CV. Dans ce trio, avec ma patronne et Zoé, on a tous eu notre rôle à jouer. Plus tard, je veux ouvrir ma propre entreprise et devenir chef. Il est clair que je trouverais toujours une place pour les personnes en situation de handicap ». Avec son handicap dit psychique, Chloé Cauchois est détentrice d’un CAP Cuisine obtenu au lycée Jean-Baptiste d’Écretot à Louviers. Elle a accepté de venir, « car je suis à la recherche d’un emploi. C’est dur pour moi alors que j’ai la formation. On m’a proposé ce concours et franchement, je suis tombée sur une équipe très gentille.

Mon handicap n’est pas géant, mais pour certaines personnes excluant. Cette journée restaure une confiance en moi. J’espère qu’elle va permettre aux professionnels de comprendre la situation des travailleurs handicapés. J’y ai pris du plaisir et de la motivation pour poursuivre ce métier ». La journée s’est terminée bien entendu par une remise de diplômes et de lots, mais surtout « pour montrer que cette action est une démonstration que tous les liens sont possibles », a conclu le chef Benjamin Revel.

Source LE PARISIEN.

Épargne handicap: qui est concerné, et quelles sont les modalités d’obtention ? Les avantages particuliers ?…

L’épargne handicap est un contrat destiné aux personnes handicapées uniquement et leur permet de bénéficier de conditions avantageuses.

Découvrez les modalités de ce contrat…

Epargne-handicap-comment-faire ?

 

L’épargne handicap est un dispositif uniquement destiné aux personnes en situation de handicap. Ce contrat peut être souscrit par la personne elle-même ou assistée par son accompagnant légal si cela est nécessaire. Cependant, toutes les personnes handicapées ne peuvent pas prétendre à ce type de contrat. En effet, il faut être dans l’incapacité de travailler dans des conditions normales. Ceci implique d’avoir des revenus bas par rapport à une personne qui n’est pas en situation de handicap. L’épargne est un droit essentiel cher aux Français qui ont massivement utilisé les comptes d’épargne depuis le début de la pandémie. Des solutions d’épargne plus audacieuse et plus rémunératrice sont d’ailleurs de plus en plus sollicitées. Un dispositif pour les personnes en situation de handicap était donc très attendu et nécessaire. Peu connue, l’épargne handicap gagnerait pourtant à l’être davantage.

Comment souscrire à l’épargne handicap?

L’épargne handicap va de pair avec un contrat d’assurance-vie. L’épargne handicap s’active uniquement si le bénéficiaire du contrat souscrit pour une durée minimale de six mois. Pour pouvoir bénéficier de ce type de prestation, la personne handicapée doit fournir des justificatifs tels que la carte d’invalidité, l’AAH ou autre… Grâce à cela, la personne en situation de handicap a des garanties spécifiques qui ne sont habituellement pas comprises dans un contrat d’assurance-vie classique.

Du point de vue de la loi, le handicap est avéré lorsqu’il empêche d’accéder à une activité professionnelle de façon totalement valide. L’invalidité est d’au moins 80% pour être reconnue par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). Le souscripteur doit également être âgé d’au moins 16 ans. Il est intéressant de noter que même si l’épargne handicap n’est pas souscrite au moment de la création du contrat d’assurance-vie, le contractant peut à tout moment la mettre en place dès lors qu’il était éligible au moment où il a souscrit.

Quels sont les avantages d’ajouter l’option épargne handicap à un contrat d’assurance-vie?

Ils sont tout d’abord de nature fiscale. En effet, les fonds placés en épargne handicap bénéficient d’une réduction d’impôt pouvant couvrir jusqu’à 25% des sommes investies dans la limite de 1.525 euros. Les personnes en situation de handicap qui sont parents voient le montant être majoré de 300 euros par enfant à charge. Autre avantage notoire, par rapport à une assurance-vie classique, il n’y a pas de prélèvements sociaux sur les intérêts.

Si les Français sont de plus en plus nombreux à chercher des astuces pour réussir à épargner, ce n’est pas un hasard. L’épargne est un moyen simple et sûr de faire fructifier son argent. Avec l’épargne handicap, vous avez une grande liberté dans le choix de placement. Plusieurs options vous seront proposées, sicav, actions, placement immobilier… à vous de définir le ratio bénéfice/risque qui vous correspond le mieux et ainsi faire fructifier vos revenus.

Sources VALEURS ACTUELLES.

Tours : des jeunes atteints de handicap et leurs proches accompagnés pour assister ensemble à un concert…

Huit jeunes atteints de troubles psychiques ont assisté à un concert, samedi 9 octobre, pris en charge par une association.

Leurs proches ont pu les accompagner et profiter de cette parenthèse culturelle.

Sonia Pareux, en compagnie d’enfants atteints de handicaps, de familles et de sept autres bénévoles pour assister au « Requiem » de Mozart, samedi, au Vinci.

 

Dans le cadre des Concerts d’automne, organisés du 8 au 17 octobre à Tours, une représentation du Requiem de Mozart était donnée samedi 9 octobre au palais des congrès, par un imposant collectif tchèque de soixante musiciens.

Un public souvent délaissé de ces lieux où la musique se fait solennité a eu la chance de profiter du concert. Huit jeunes atteints de divers troubles psychiques (troubles du spectre autistique, troubles du comportement…) ont pu assister à l’évènement, accompagnés de leur famille et de l’association Autrement dit. « Sûrement une première dans le département », se réjouissait Sonia Pareux, présidente de l’association et salariée du Pôle ressources handicap 37.

Avec son expertise d’éducatrice spécialisée, elle a créé l’association il y a quelques années avec deux buts : valoriser le rôle des personnes atteintes de handicap dans la culture, et rapprocher ce public de l’offre culturelle. C’est donc à la confluence de ces deux objectifs que cette soirée a été mise sur pieds, pour la joie des jeunes et de leurs parents.
« D’habitude, on s’en empêche » Dans le prolongement des « accueils répit » créés pendant le premier confinement par Sonia, permettant aux parents d’enfants atteints de handicaps de faire garder leurs enfants sur des demi-journées ou des week-ends, le but ici était de « sécuriser les parents et les enfants », afin qu’ils puissent profiter ensemble et de manière égale du concert.

Encadrées par huit bénévoles issus du secteur sanitaire et social mais aussi d’ailleurs, les familles, dont certaines n’avaient pas pu renouer avec les salles de spectacle depuis longtemps, ont pu jouir de la représentation avec une charge mentale amoindrie par l’équipe qui « peut intervenir si jamais un petit commence à faire une crise » ou si un spectateur mal avisé venait faire une réflexion quant au comportement des jeunes.

« Je pense que c’est bon pour tous, commentait Medhi, père de Joshua, atteint d’un syndrome autistique. On est dans une logique inclusive. Oui, il se peut que nos enfants soient un peu bruyants. Mais c’est déjà comme ça dehors et les gens doivent s’habituer à faire avec dans une salle de spectacle aussi. D’habitude, on s’en empêche, alors c’est une chance d’être accompagnés par Autrement dit ».

« Montrer que la culture leur est accessible » Pour Sandra, bénévole issue du secteur de la communication, c’est « un cadeau pour nous et pour les parents de voir ça. C’est aussi l’occasion de montrer aux personnes atteintes de ce type de troubles que des choses leur sont accessibles, même si ça reste marginal pour le moment ».

Néanmoins, cela représente une organisation assez lourde, notamment pour Sonia Pareux qui a mis « plus d’un mois » à monter cette sortie. Une initiative d’abord lancée par l’entreprise jocondienne Valeurs Culinaires, qui s’était fait offrir une trentaine de places, et qu’elle a souhaité donner à l’association.

Source LA NOUVELLE REPUBLIQUE.

Handicap psychique: un logis pour une vie la plus douce possible…

Une unité pour personnes handicapées vieillissantes a ouvert, le 1 septembre 2021, à Mignaloux-Beauvoir. Le Logis accueille neuf personnes en situation de handicap psychique ou mental.

Handicap psychique: un logis pour une vie la plus douce possible...

 

Dans la salle à manger commune, certains déambulent. D’autres regardent la télévision. Dans le canapé ou autour de la table centrale, ils apprennent à vivre ensemble. Cela fait seulement quelques jours qu’ils cohabitent mais la bonne humeur est contagieuse. « Vous allez nous prendre en photo? » « Oui, avec les infirmières. » Tous se prêtent au jeu.

Chaque résident peut aller et venir à sa convenance

Dans une aile de l’Ehpad Le Petit clos à Mignaloux-Beauvoir, à une vingtaine de minutes de Poitiers, l’unité pour personnes handicapées vieillissantes (UPHV) se veut un cocon (1). « On l’a appelé le logis parce que c’est un lieu de vie, un espace à l’esprit familial de taille humaine », explique Jean-Michel Grimaud, directeur de l’établissement. En effet, ici, c’est un foyer qui se veut chaleureux. Chaque résident peut aller et venir à sa convenance. « Il n’y a pas d’heure de visite. Les proches viennent quand ils le souhaitent. »
La particularité se trouve dans « les pratiques professionnelles adaptées au maintien de leur état de santé, de leurs capacités et de leurs acquis, tout en veillant à leur bien-être au quotidien ». Le directeur ajoute: « Cette structure s’adresse à des personnes encore autonomes, ayant des besoins socio-éducatifs affirmés, sortant prioritairement d’établissements ou services d’aide par le travail (Esat) ou de foyer de vie. »
Six hommes et trois femmes cohabitent. Ils ont 55 ans ou un peu plus. Pas encore l’heure de s’installer en Ehpad, mais encore assez autonomes pour de ne pas être en maisons d’accueil spécialisé. Médecin coordonnateur du Logis, Alain Sheikhalishahi suit les résidents atteints de trisomie 21, de psychoses ou de troubles de l’humeur: « Certains ont des handicaps mentaux, d’autres des troubles psychiques pour lesquels il y a un suivi adapté. Mais ces handicaps ne les ont pas empêchés d’avoir une vie active. »

« Il faut  les stimuler pour éviter le vieillissement accéléré »

D’ailleurs, l’un d’eux travaille encore et se déplace en scooter. « Il est important de maintenir une activité pour garder leur autonomie », indique Marie, l’éducatrice spécialisée. Il y a le jardinage. « Hier, c’était piscine. » Le matin, ils dressent la table du buffet du petit-déjeuner. « Il faut les stimuler pour éviter le vieillissement accéléré. » Si l’un préfère rester dans sa chambre, il peut s’isoler. Le maître mot? « Le respect de l’autre comme dans tout lieu de cohabitation. » Restent aux soignants à « repérer le petit événement qui peut engendrer une frustration ». Au Logis, il faut trouver le bon équilibre pour que la vie soit douce.

(1) Il existe quatre UPHV dans la Vienne.

Source CENTRE PRESSE.

Des cours de gymnastique pour enfants atteints de handicap psychique à Villeparisis…

Dès la rentrée, le gymnase Géo André accueillera des cours de gymnastiques pour des enfants atteints de handicap psychique.

Une initiative soutenue par la mairie.

Des cours de gymnastique vont être ouverts pour des enfants atteints de handicap psychique.

 

Cindy Stinlet lance à la rentrée, avec deux autres associés, des cours de gymnastique pour des enfants atteints de handicap psychique. Aujourd’hui, la gymnastique reste un sport peu accessible pour ces jeunes.

La professeure espère faire changer les choses à son échelle.

Des cours adaptés aux enfants atteints de handicap psychique

Professeure en classe Ulis, Cindy Stinlet donne aussi des cours de gymnastique à Villeparisis.

Rapidement, un constat remonte : il n’existe pas de cours adaptés pour les enfants en situation de handicap psychique.

Elle se met donc en tête d’en créer : « les cours vont répondre aux besoins des enfants. Ils pourront évoluer dans un environnement calme, pensé pour eux » confirme la professeure.

Un cours sera réservé aux enfants atteints de handicap psychique, deux autres sessions seront-elles mixtes, avec des enfants neurotypiques, qui n’ont pas de troubles psychiques.

« Le but est aussi de créer une ambiance sociale entre tous les enfants et d’apporter un autre regard sur le handicap, ne plus en avoir peur. »

Cindy StinletProfesseure de gymnastique

Découverte des agrès

Que ce soit dans le cours spécifique ou mixte, les élèves auront à peu près le même niveau : « le but et de leur faire découvrir la poutre, le ruban et tous les autres agrès sans pression ».

Ainsi, pendant 45 minutes voire une heure, les enfants pourront évoluer à leur rythme.

« On va aussi mettre en place un coin à part si jamais l’enfant a besoin d’un retour au calme ». Pour chaque cours, 3 encadrants spécialisés dont Cindy seront présents.

Le gymnase est équipé de cordes, tapis et poutres.

Le soutien de la municipalité

La ville de Villeparisis approuve de son côté la démarche. Ce n’est d’ailleurs pas la première association qui permet à tous les enfants de faire du sport.

Le club de football de la ville accueille déjà des enfants atteints de handicap psychique.

« Malheureusement, la gymnastique reste un sport élitiste alors qu’il peut s’adapter. Il doit être ouvert à tous ».

La jeune femme espère que d’autres associations prendront exemple sur ces cours ouverts à tous.

Une journée Portes Ouvertes à lieu le 11 septembre de 9 h 30 à 12 h au gymnase Géo André – 1, rue de la division Leclerc – où vous pourrez inscrire votre enfant. Un parcours découverte sera organisé.
Source LA MARNE.