Emmanuel Macron n’a pas totalement convaincu le monde du handicap…

Ecole, diagnostic, allocation, retraite…

Le président de la République a fait des annonces mardi 11 février, à mi-mandat, lors d’une conférence nationale sur le handicap, qui touche 12 millions de Français.

Certaines mesures sont appréciées, mais toutes les associations ne sont pas convaincues que le quotidien des handicapés va en être amélioré.

En France, douze millions de personnes sont en situation de handicap.

« Le chemin n’est pas terminé », a admis ce mardi 11 février 2020 Emmanuel Macron concernant l’amélioration de la vie des 12 millions de personnes handicapées en France. Devant 500 personnes (associations, chefs d’entreprises, élus…) invitées à l’Élysée pour cette conférence nationale sur le handicap, il a salué les actions engagées par son gouvernement et annoncé une série de mesures applicables d’ici la fin de son mandat.

Aucun élève sans solution

C’était déjà la promesse du gouvernement à la rentrée 2019, or 8 000 enfants n’avaient pas d’accompagnant pour leur scolarité (AESH) à la rentrée dernière (contre 15 000 en 2018). Il n’empêche. Emmanuel Macron a redit ce mardi qu’« aucun enfant ne sera sans solution de scolarisation en septembre prochain. Le 8 000 doit passer à zéro. On ne doit rien lâcher. » Il a ainsi annoncé l’embauche de 11 500 AESH supplémentaires d’ici à 2022 et « un contrat digne » pour ces professionnels trop souvent à temps partiel et payés au Smic. « Nous devons travailler à leur stabilisation pour leur donner au moins 35 heures par semaine. » Jusque-là inexistant, un module sur le handicap sera aussi intégré dans la formation initiale des professeurs de l’Éducation nationale dès septembre.

Elargir le diagnostic de l’autisme et des troubles du comportement

Existant pour les enfants de moins de 6 ans, le forfait précoce du diagnostic de l’autisme et de sa prise en charge (ergothérapeute, psychologue…), sans reste à charge pour les familles, sera étendu aux enfants jusqu’à 12 ans et aux troubles dys (dyslexie, dyspraxie…) à compter de 2021. Une maison de l’autisme, lieu de ressources pour les familles et les professionnels, sera aussi créée.

Un numéro unique

Pour éviter la « montagne administrative » et « l’errance de guichet en guichet », un numéro de téléphone (le 360) dédié à l’appui des adultes et enfants handicapés sera mis en place en 2021. Il sera relayé par 400 équipes locales qui seront créées d’ici à 2022. Emmanuel Macron, conscient qu’il y a « trop de différences » selon les départements, souhaite aussi associer les Maisons France service, afin de définir un lieu unique d’accès. Concernant, le temps de traitement des dossiers, très variables selon les territoires (de 2 à 8 mois pour une réponse de l’AAH), le Président a affirmé qu’au 1er janvier 2021, « aucune demande ne doit être traitée en plus de trois mois ».

Pour Jean-Luc Duval, du collectif Citoyen handicap (celui qui monte dans les grues pour réclamer des accompagnants scolaires), ces mesures ne changeront rien au quotidien des personnes handicapées. Il ne croit pas au numéro unique : Nous avons l’habitude de ceux qui ne répondent plus : Aide handicap école, ceux des maisons du handicap…

1 000 places supplémentaires

Afin d’éviter les exils vers la Belgique, 1 000 places supplémentaires seront créées dans les établissements spécialisés dans trois régions prioritaires (Île-de-France, Hauts-de-France, Grand-Est), en plus des 2 500 places déjà programmées pour 2021-2022 sur tout le territoire. Son objectif ? Il ne souhaite « d’ici fin 2021, plus aucun départ contraint vers l’étranger » et veut permettre des retours vers la France.

Pas touche à l’allocation adulte handicapée

Le président a affirmé clairement que l’allocation adulte handicapée (AAH), actuellement versée à 1,2 million de personnes, ne serait pas « diluée » dans le futur revenu universel d’activité (RUA). Le RUA doit fusionner plusieurs allocations : RSA, prime d’activité, allocations logement. Une réponse à l’inquiétude d’associations qui avaient claqué la porte des négociations sur le RUA, la semaine dernière, pour marquer leur refus de voir l’AAH intégrée dans ce dispositif. Cette clarification sur l’AAH a été saluée par Alain Rochon, de l’APF France handicap, qui pointe toutefois l’absence de chiffre sur les financements.

Pari sur l’apprentissage

D’ici à 2021, 10 000 places en apprentissage seront réservées aux personnes handicapées. L’idée est d’atteindre le cap de 6 % de recrutement de personnes handicapées. Aujourd’hui, il n’est qu’à 3,5 %.

Retraite anticipée garantie

Dans le cadre du système universel, la retraite anticipée à partir de 55 ans sera simplifiée pour les travailleurs handicapés, qui pourront bénéficier d’une bonification de points. Emmanuel Macron s’est aussi dit favorable à une retraite progressive dès 55 ans pour les travailleurs handicapés et à une majoration spécifique pour la retraite des parents d’enfants handicapés. Enfin, les congés de proches aidants ouvriront des droits.

Réactions : des satisfactions et des déceptions

Regroupant 48 associations, le collectif Handicaps a salué l’humilité dans le bilan des actions passées et des engagements qui répondent pour certaines d’entre elles aux attentes. Néanmoins, il pointe le manque de débats. On a beaucoup entendu parler les ministres et les associations étaient juste là pour applaudir, regrette Jean-Louis Garcia, président de l’Apajh, premier mouvement regroupant tous les handicaps. Dénonçant des discussions difficiles avec la secrétaire d’État Sophie Cluzel et son mépris, il est satisfait du discours ferme et engagé du Président.

Mais davantage de mesures concrètes étaient sans doute attendues. Marie-Jeanne Richard, présidente de l’Unafam (Union de familles de handicapés psychiques), est en colère. Elle déplore que lors de la conférence, il n’y ait pas eu un mot sur le handicap psychique, qui touche trois millions de personnes. Il est grand temps de rendre visible le handicap lié aux troubles bipolaires, aux troubles obsessionnels compulsifs, à la schizophrénie…

Source OUEST FRANCE.

IMPORTANT – Toute personne handicapée peut récupérer le bail HLM après la mort du locataire principal…!

La loi ne prévoit la possibilité d’un transfert de bail qu’au bénéfice des personnes reconnues handicapées dans la vie civile.

Mais la Cour de cassation a étendu ce principe aux travailleurs handicapés.

Toute personne handicapée peut récupérer le bail HLM après la mort du locataire principal...!

Toute personne reconnue handicapée a droit au transfert du bail HLM lorsque le titulaire du bail avec lequel elle vivait est décédé. Même si la loi ne prévoit cette possibilité qu’au bénéfice des personnes reconnues handicapées dans la vie civile, la Cour de cassation l’a appliqué à une personne déclarée travailleur handicapé.

Une société de HLM faisait valoir que ces deux notions de handicap ne recouvrent pas la même réalité, la personne handicapée dans la vie civile, selon le code de l’action sociale et des familles, étant victime d’une limitation ou d’une restriction d’activité qui affecte la vie en société en raison de difficultés physiques, mentales psychiques, par exemple, alors que le travailleur handicapé voit seulement sa capacité de travail réduite.

Conditions de ressources et adaptation du logement

Le locataire en cause s’était retrouvé seul dans un appartement de quatre pièces au décès de sa mère et l’office HLM le priait de partir puisqu’il ne remplissait aucune des conditions exigées pour un transfert de bail. Il faut notamment, en plus des conditions de ressources, que la dimension du logement soit adaptée à la taille du ménage, ce qui n’était plus le cas.

“Les conditions de ressources et d’adaptation du logement à la taille du ménage ne sont pas requises envers le conjoint, le partenaire lié au locataire par un pacs ou le concubin notoire et, lorsqu’ils vivaient effectivement avec le locataire depuis plus d’un an, les ascendants, les personnes présentant un handicap au sens de l’article L114 du code de l’action sociale et des familles (les personnes reconnues handicapées dans la vie civile, NDLR) et les personnes de plus de soixante-cinq ans”, explique la loi du 6 juillet 1989 qui réglemente les rapports entre locataires et propriétaires. Le travailleur handicapé bénéficie lui aussi de cette exception, a décidé la Cour de cassation.

(Cass. Civ 3, 12.12.2019, V 18-13.476).

Source BFM.

 

Rennes : Un chez-soi comme premier pas vers l’autonomie pour six jeunes handicapés…

Un projet d’habitat regroupé vient de voir le jour dans le quartier de Villejean.

Emilie et Maxime ont emménagé chacun dans leur appartement il y a quelques jours à Rennes.

  • A Rennes, un projet d’habitat regroupé pour six personnes handicapées vient de voir le jour dans le quartier de Villejean.
  • Les six locataires disposent chacun de leur appartement avec une grande pièce de vie commune.
  • Le projet vise à les faire gagner en autonomie et offre une alternative au domicile familial ou au foyer spécialisé.

Un appartement pour une nouvelle vie. Depuis quelques jours, six jeunes adultes présentant une déficience intellectuelle ou psychique ont emménagé dans leur chez-soi, formant une grande et joyeuse colocation dans un immeuble flambant neuf près de la dalle Kennedy, au nord-ouest de Rennes. Cette remise des clés est venue concrétiser ce projet d’habitat regroupé vieux de près de neuf ans, porté par les familles avec le soutien de l’association Agir.

Il vise à offrir à ces six nouveaux locataires « une alternative au domicile familial ou au foyer spécialisé », souligne Isabelle Clément, chargée des personnes en situation de handicap à Archipel Habitat, le bailleur social qui a permis ce projet. L’accès à un premier logement doit leur permettre de gagner en autonomie, un long processus qui s’apprend pas à pas. « Il faut qu’ils apprennent à faire sans leurs parents qui ne sont plus là pour les lever le matin ou leur faire à manger », souligne Morgane Rouillée.

Un espace commun et des tâches partagées

Coordinatrice du projet, cette éducatrice spécialisée est présente plusieurs heures par semaine pour garantir le bon fonctionnement des lieux. Car à Ty Mozaïk, le partage est une valeur primordiale. C’est valable pour les tâches quotidiennes, comme les courses ou les repas, mais aussi pour les activités de loisirs. « C’est très important qu’ils créent du lien entre eux et s’entraident », indique Morgane Rouillée.

Mais en dehors des moments collectifs, chacun est libre de son emploi du temps. Certains ont d’ailleurs un emploi comme Emilie, 36 ans, qui travaille dans la restauration scolaire en périphérie de Rennes. D’autres comme Maxime, 32 ans, le seul homme de la colocation, sont accueillis dans des structures de jour pour suivre diverses activités.

Mais en fin de journée, tout ce beau monde prend plaisir à retrouver ses colocs pour débriefer sa journée dans la pièce de vie commune, puis dans l’appartement des uns et des autres. Comme une petite famille en somme mais sans les parents pour leur dire quand se coucher. « On essaie quand même de fixer des horaires même si ce n’est pas toujours respecté », sourit Morgane Rouillée.

Source 20 MINUTES.

Montpellier : La famille de Manon attend désespérément un logement adapté à son handicap….

Voilà des années que Magali et Ludovic cherchent à quitter leur appartement, qui n’est pas adapté au handicap de l’adolescente.

NOTE DE LA REDACTION HANDICAP INFO

“Et pourtant la solution existe www.diagnostic-handicap.fr…. Avec ce process, les agences immobilières, les collectivités… pourraient répondre aux besoins !!! “. contact@diagnostic-handicap.fr  Résultat de recherche d'images pour "logo handicap info"

 

Montpellier : La famille de Manon attend désespérément un logement adapté à son handicap

  • Manon, une adolescente de 14 ans, souffre du syndrome de Rett.
  • L’appartement qu’elle occupe avec sa famille n’est pas adapté à son handicap.
  • Depuis des années, la famille se bat avec l’administration pour trouver un logement.

Malgré la froideur administrative à laquelle elle fait face depuis des années, la famille de Manon n’a jamais baissé les bras. Ses parents, Magali et Ludovic, ne demandent rien de plus qu’un logement social où l’adolescente, atteinte du syndrome de Rett, puisse vivre décemment, avec son frère de 8 ans, Hugo, sans que le quotidien ne soit un enfer.

L’appartement géré ACM Habitat qu’ils occupent depuis des années à Montpellier, dans l’Hérault, est inadapté au handicap de Manon. Dans le couloir et la salle de bains, le fauteuil de l’adolescente ne passe pas. Le lève-personne non plus. « Il est au garage, confie sa maman. Nous portons constamment Manon pour l’amener d’une pièce à une autre. » A l’heure de la douche, c’est un vrai casse-tête. La famille a investi dans un brancard, qu’elle pose sur la baignoire, et qu’elle replie après le bain.

Reconnue prioritaire au printemps

Hugo, qui partage une petite chambre avec sa sœur, ne passe, lui, plus une nuit sans se réveiller. « Manon fait des fausses routes salivaires ou des crises d’épilepsie, explique sa maman. Et son appareil [qui l’aide à respirer la nuit] fait parfois du bruit. »

Depuis des années, la famille, qui a été reconnue prioritaire au printemps par la commission du Droit opposable au logement, attend désespérément un F5, voire un F4, en rez-de-chaussée et de plain-pied, qui soit adapté au handicap de Manon. De préférence dans une commune au nord de Montpellier, l’adolescente étant scolarisée à Prades-le-Lez et Ludovic travaillant à Saint-Mathieu-de-Tréviers. « Nous avions reçu une proposition d’appartement d’un autre bailleur social [Hérault Habitat, qui n’a pas donné suite à nos demandes d’informations mardi], il y avait une chambre de plus, mais la salle de bains, c’était exactement la même que la nôtre à l’heure actuelle, déplore Magali. Et dans le quartier de Montpellier dans lequel il se trouvait, impossible de garer le camion, avec la rampe à l’arrière, qui nous permet de nous déplacer avec Manon. »

« Cela fait des années que l’on est abandonné »

Il y a quelques mois, leur parcours du combattant a connu un tournant fâcheux : Magali et Ludovic ont été brutalement radiés de leur droit au logement. Ils n’auraient pas renouvelé leur demande, pointe l’administration. « Je l’ai fait, c’est clair et net », promet la maman de Manon, qui déplore une erreur administrative. Depuis, le couple est baladé de service en service, rempli des dossiers, reçoit des SMS, des mails, des coups de fil… Mais ne voit venir aucune proposition satisfaisante. « Cela fait des années que l’on est abandonné », gronde son mari, Ludovic, qui a créé l’association Tous pour Manon, pour tenter de faire connaître la maladie génétique qui ronge l’adolescente.

Sollicité par 20 Minutes, ACM Habitat indique ne pas disposer de logements disponibles dans les communes demandées par la famille, l’essentiel de son patrimoine ne trouvant à Montpellier. La structure confie cependant avoir contacté d’autres bailleurs sociaux pour tenter de trouver un logement qui convienne. Ultra-soudée, la petite famille souhaite de tout cœur que les choses bougent, dans les couloirs des administrations.

Ne sachant plus vers qui se tourner, Magali a tourné une petite vidéo à l’attention de Cyril Hanouna, en espérant qu’il se penche sur son cas dans l’une de ses émissions.

Source 20 MINUTES.

Handicapée, elle est cloîtrée chez elle depuis 9 mois à cause d’un logement inadapté…

Trop grand, son fauteuil roulant ne peut passer la porte d’entrée.

Corinne Duval, Handicapée, elle est cloîtrée chez elle depuis 9 mois à cause d'un logement inadapté.

Voilà bientôt dix mois que Corinne Duval n’est pas sortie de son salon. Cloîtrée dans 20 m², cette retraitée vit un cauchemar depuis qu’elle a perdu l’usage de ses jambes l’été dernier.

Après deux mois d’hospitalisation, elle a regagné son logement de 3 pièces, paralysée, en septembre 2018. Depuis, Corinne Duval ne peut pas en sortir. Le problème majeur est que son fauteuil roulant ne peut pas passer la porte d’entrée. “C’est un peu démoralisant“, confie la retraitée.

Pas de relogement avant plusieurs mois

Après son accident, la locataire a immédiatement prévenu son bailleur social, Eure Habitat. Mais neuf mois plus tard, ce dernier ne lui a toujours rien proposé – même dans les communes avoisinantes. Interrogé par France 3 Normandie, Eure Habitat affirme qu’un appartement “devrait se libérer dans les prochains mois” :

Une étude technique est en cours pour savoir si le logement peut faire l’objet d’une adaptation pour personne en situation de handicap. Si c’est le cas, le logement fera l’objet d’une proposition à Madame Duval, répond Fabien Mancel, directeur du pilotage interne chez Eure Habitat, à France 3 Normandie.

Corinne Duval peut aussi compter sur le soutien de l’association Monnaie Cuivre Collecte : “On doit tout faire pour maintenir ces personnes qui ne veulent pas aller en maison de retraite”, défend Luc Huvé, président de l’association.

Aucune obligation légale

Dans le cas de Corinne Duval, comme dans la majorité des situations, son bailleur n’est pas obligé d’adapter le logement à son handicap. Depuis la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chance, le propiétaire a l’obligation d’adapter le logement à l’âge ou au handicap du locataire dans trois cas : les bâtiments d’habitation collectifs neufs, la construction de maisons individuelles et les bâtiments d’habitation collectifs existants faisant l’objet de travaux de modification ou d’extension et les bâtiments existants où sont créés des logements par changement de destination.

Selon l’INSEE, 1,2 million de personnes rencontrent d’importants problèmes d’accessibilité à leur logement. Les personnes porteuses de handicap et les seniors sont particulièrement concernés.

Source FR3.

Dépendance des seniors : portrait d’une France inégale face au vieillissement…

Pour la première fois, une enquête nationale permet de mesurer le taux d’autonomie des personnes âgées qui vivent toujours à domicile.

Dépendance des seniors : portrait d’une France inégale face au vieillissement

Difficulté à monter un escalier, à se laver seul, à utiliser des ciseaux ou encore compter de l’argent… Pour la première fois, une grande enquête de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) publiée cette semaine permet de mesurer l’état de la France en termes d’autonomie de ses personnes âgées vivant à domicile.

Sans surprise, l’étude conclut à une grande dépendance des seniors dans l’Hexagone, qui doivent faire face à de multiples difficultés lorsqu’ils ne sont pas en établissement. Mais elle montre surtout de grandes disparités entre les territoires.

Parmi les plus de 75 ans, 12 % sont considérés comme très dépendants, cumulant des limitations physiques, sensorielles (perte de la vue, de l’ouïe…) et cognitives (se concentrer, se souvenir…), ainsi qu’une prise en charge insuffisante. Dans certains départements, la proportion de ces seniors particulièrement affectés atteint presque un quart des 75 ans. C’est le cas en Outre-Mer mais aussi dans le Gers (21 %). Ce département d’Occitanie est le plus mal loti de la France métropolitaine, si l’on prend en compte l’ensemble des critères réunis par la Dress dans une catégorie spéciale (représentée en rouge sur notre carte).

Pourcentage de seniors dépendants vivant à domicile.

L’Ariège arrive en deuxième position des départements qui comptent le plus de « très dépendants » parmi ses seniors de plus de 75 ans (19 %). Aux deux extrémités de la France métropolitaine, le Pas-de-Calais (17,5 %) et la Haute-Corse (17 %) suivent, ainsi que la Haute-Loire (16,8 %) et la Corrèze (16,6 %). Globalement, la moitié sud de l’Hexagone est plus touchée, avec de forts taux de dépendance dans le centre de cette partie de la France (Haute-Vienne, Vienne, Puy-de-Dôme…). L’extrême-nord est également très affecté.

À l’inverse, les départements ayant le moins de seniors considérés comme très dépendants sont le Morbihan, la Vendée et l’Essonne (autour de 7 %).

26 % ont du mal à se laver

Cet indicateur spécial créé par la Dress prend également en compte les restrictions dans les activités « normales » pour un senior et le sentiment d’être limité depuis au moins 6 mois. Si l’on isole ce critère appelé Gali (Indicateur de limitations d’activité générales), 20 % des plus de 75 ans sont concernés. Là encore, les départements d’Outre-Mer sont particulièrement touchés, avec un record 30 % des plus de 75 ans qui se déclarent véritablement limités en Guadeloupe, 28 % en Martinique et 27 % à La Réunion.

Le Pas-de-Calais (26,5 %), l’Ariège (26,3 %) et la Corrèze (26 %) sont là encore dans le haut du classement. La même tendance se dégage que pour l’indicateur global, avec deux zones très touchées, le nord et le centre de la France.

Pourcentage de seniors vivant à domicile déclarant être limités dans leurs activités.

Selon les auteurs de l’enquête, « l’exposition à certaines pollutions, des conditions de travail difficiles, l’obésité, le diabète constituent des facteurs déclenchant de limitations cognitives ». Par ailleurs, « des réponses institutionnelles ou familiales mieux adaptées aux personnes ayant ces troubles peuvent leur permettre de rester plus longtemps à domicile, contrairement à d’autres territoires dans lesquels les personnes ayant ces troubles peuvent être contraintes d’entrer en institution, et donc sortent de notre champ d’étude », rappellent les auteurs qui se sont concentrés sur les seniors étant à domicile.

L’étude permet aussi de constater que près de 26 % des plus de 75 ans déclarent avoir de grandes difficultés pour se laver et 62 % ont des maladies ou problèmes de santé chroniques. En revanche, plus de 50 % bénéficient d’une aide, même s’ils ne sont pas en établissement. Mais là aussi, de grandes disparités existent entre les départements. Globalement, 41,5 % sollicitent une aide familiale et 32 % une aide professionnelle, les deux pouvant être cumulées.

Source LE PARISIEN.

 

Personnes à mobilité réduite: L’accessibilité des logements neufs en danger, selon des associations…

Des associations protestent contre un projet de loi qui pourrait faire baisser le nombre d’habitations accessibles à 10 %, contre 100 % aujourd’hui…

Personnes à mobilité réduite: L'accessibilité des logements neufs en danger

Moins de logements pour les personnes à mobilité réduite ? C’est ce qui inquiète une dizaine d’associations, qui publient un communiqué commun ce vendredi contre un futur projet de loi Logement, qui revoit les règles de l’accessibilité dans les logements neufs.

Le projet de loi Élan (Évolution du logement et aménagement numérique), attendu mercredi en Conseil des ministres, comporte des mesures qui « vont à l’encontre des besoins, quantitatifs et qualitatifs, des personnes en situation de handicap et des personnes âgées », regrettent dans un communiqué treize organisations représentatives des personnes en situation de handicap et de la lutte contre l’exclusion.

Une réduction à 10 % de logements adaptés

Selon les signataires, dont l’Association des paralysés de France et ATD Quart Monde, une mesure prévoit « de réduire à 10 % le nombre des logements neufs accessibles, au lieu de 100 % aujourd’hui ». Cela équivaut à « l’introduction de quotas de logement, discriminatoires, en contradiction avec le droit des personnes à choisir librement leur lieu de vie », poursuivent-ils.

Selon le projet de loi, les logements collectifs ne devraient plus être entièrement accessibles aux personnes à mobilité réduite. Au sein de chaque bâtiment à usage d’habitation ou à usage mixte, seuls un dixième des logements devront l’être, tandis que les autres devront être « évolutifs », c’est-à-dire adaptables à la perte d’autonomie et au vieillissement (cloisons amovibles…).

Les personnes en situation de handicap et âgées n’auraient ainsi accès « qu’à un peu plus de 2.000 logements neufs chaque année », ont calculé les associations.

Au nom d’une « approche universelle », elles réitèrent en outre dans leur communiqué leur souhait de voir les immeubles de trois étages et plus, au lieu de quatre étages actuellement, desservis par un ascenseur.

Source 2 Minutes.

Ascenseur – Haute-Garonne: En fauteuil roulant, elle est coincée depuis trois mois à cause d’une panne d’ascenseur…

Une septuagénaire polyhandicapée est bloquée depuis trois mois dans son appartement de Beauzelle, en Haute-Garonne, à cause d’une panne d’ascenseur. Elle a porté plainte…

Ascenseur - En fauteuil roulant, elle est coincée depuis trois mois

Depuis trois mois, Marie-Josette n’est pas sortie de chez elle. Pas par choix, mais à cause d’une panne d’ascenseur rapporte France Bleu Occitanie. Âgée de 70 ans, cette habitante de Beauzelle, en Haute-Garonne, est polyhandicapée et ne se déplace qu’en fauteuil roulant.

Le 28 décembre, l’ensemble des ascenseurs de la résidence où elle a emménagé en juillet sont tombés en panne après une inondation.

Un incident qui la bloque depuis au deuxième étage de son immeuble, avec son chat et sa chienne. Une situation qui la fait se sentir prisonnière et lui fait perdre le moral. « Ça commence à être plus que déprimant, je ne veux plus rester ici », a expliqué au micro de France Bleu Marie-Josette qui souffre d’une forme de sclérose en plaques.

Accélérer les travaux

Locataire, la septuagénaire a demandé un geste à son agence commerciale. Sans succès. Elle a donc décidé de porter plainte.

Pour le syndic, les dysfonctionnements sont « liés à la construction » et des actions ont été entamées contre l’entreprise. Il s’est engagé à faire accélérer les travaux pour un rétablissement de l’ascenseur de Marie-Josette a-t-il indiqué à France Bleu Occitanie.

Source France Bleu.

Marseille : une jeune femme handicapée moteur interpelle les autorités sur le manque de logements…

Une jeune femme handicapée moteur a décidé de débuter une grève de la faim lundi 19 mars devant la préfecture, à Marseille pour attirer l’attention des autorités sur le manque de logements adaptés pour les personnes en situation de handicap….

Marseille : une jeune femme handicapée moteur interpelle les autorités sur le manque de logements

Delphine Robert est en colère. Elle est venue le clamer dans le vent et le froid ce lundi 19 mars, clouée dans son fauteuil roulant, devant les grandes portes de la Préfecture de région, à Marseille. La jeune femme de 41 ans, handicapée moteur, a décidé d’entamer une grève de la faim pour attirer l’attention des autorités sur sa situation désespérée.

“Il y a deux ans je me suis retrouvée à la rue, j’y suis restée un an jusqu’à ce que mes parents me viennent en aide et arrivent à me trouver un logement de secours par des marchands de sommeil,”

raconte-elle. Mais son logement a été reconnu insalubre par la mairie. “La CAF m’a coupé l’allocation logement”, nous dit Delphine Robert, qui a trouvé un soutien auprès de l’Association des Paralysées de France, laquelle lui a trouvé un logement adapté à son handicap à Istres.

Lourdeurs administratives

Et là, nouveau problème : pour avoir ce logement, l’association a dû assurer la caution demandée pour le loyer pour neuf mois. La CAF n’ayant pas donné son accord, Delphine n’a pas les moyens de payer ce loyer. A la fin du mois d’avril, elle risque donc de se retrouver à nouveau sans toit.

La situation de Delphine Robert illustre plus largement le problème de manque de logements pour les personnes en situation de handicap, confrontées par ailleurs à la lourdeur des démarches administratives.

Plus d’information, découvrir la Vidéo, cliquez ici.

Source FR3.

Tribunal – Toulouse: Une locataire handicapée privée d’accès à sa terrasse gagne au tribunal…!

Tribunal – Une Toulousaine handicapée vient de faire condamner son bailleur. Depuis 2013, une marche de 30 cm l’empêchait d’accéder à sa terrasse…

Une locataire handicapée privée d’accès à sa terrasse gagne au tribunal

  • Privée d’accès à sa terrasse par une marche de 30 cm, une locataire handicapée, avait saisi la justice.
  • Le tribunal d’instance de Toulouse vient de se prononcer en sa faveur.
  • Il a condamné son bailleur à lui verser 2.000 euros pour la perte de jouissance de sa loggia.

Voilà quatre ans que Carina Lebbad, une quinquagénaire de Toulouse, se contente de regarder sa loggia depuis l’intérieur de son appartement neuf du quartier des Tibaous. Et pour cause, une marche d’une bonne trentaine de centimètres l’empêche d’y accéder.

Elle avait visité un appartement témoin du 1er étage avant de signer le bail, mais elle ignorait que le sien, encore en travaux au rez-de-chaussée, ne serait pas aux normes d’accessibilité.

L’obstacle ne s’est pas effacé par miracle mais elle vient d’obtenir réparation devant la justice. Le tribunal d’instance de Toulouse a en effet condamné son bailleur, Toulouse Métropole Habitat (TMH), à verser 2.000 euros d’indemnisation à la locataire pour perte de jouissance et 1.000 euros pour les frais de justice.

« C’est une bonne nouvelle, peut-être qu’ils vont arrêter de construire n’importe comment », réagit Odile Maurin, la présidente de l’association Handi-Social​, qui soutenait Carina Lebbad dans sa démarche. La militante, qui a connaissance d’autres cas similaires, espère que cette décision « fera jurisprudence » et appelle d’ailleurs les locataires handicapés qui connaissent des problèmes similaires, et dont le logement a été construit entre 2010 et 2016, à se manifester.

Le bailleur ne fera pas appel

Le bailleur, dont c’est la première condamnation de ce type, indique de son côté qu’il ne fera pas appel de la décision du tribunal. Car ce dernier a aussi « estimé que le bâtiment est conforme aux normes exigées au moment de sa construction ». Pour TMH, « cette condamnation repose uniquement sur la perte de jouissance d’une partie du logement ». Or, l’organisme a proposé à Carina Lebbad de la reloger ou d’aménager les lieux.

Mais elle a tenu bon pour le principe. Et désormais, elle attend une nouvelle proposition d’appartement.

Source 20 Minutes.