Zidane lance un défi sportif aux internautes pour l’association ELA

Zinédine Zidane est l’ambassadeur de la nouvelle opération de sensibilisation de l’association ELA, qui lutte contre les leucodystrophies, une maladie rare.

Courir et marcher pour ceux qui ne le peuvent plus. Voilà le mot d’ordre de la nouvelle campagne lancée par l’association ELA, baptisée “Mets tes baskets et bats la maladie” et lancée le 24 août dernier. L’objectif ? Récolter des fonds pour lutter contre les leucodystrophies, des maladies rares, généralement génétiques, caractérisées par une disparition de , dans le système nerveux central et périphérique. Pour y parvenir, l’association peut compter sur un ambassadeur de choix : Zinedine Zidane, parrain d’ELA depuis près de 20 ans.

Un challenge solidaire…

Plus d’information, cliquez ici.

Source Top Santé Vital.

 

Autisme – Scolarisation des enfants autistes: «Entre parents, on parle de double peine !»

  • Les familles d’enfants autistes font face à quantité de freins et problèmes pour que leurs enfants puissent suivre une scolarité dans le milieu ordinaire.
  • A quelques jours de la rentrée, la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, Sophie Cluzel, a rassuré les associations : les contrats aidés d’AVS seront sauvegardés et 8.000 postes supplémentaires seront ouverts pour cette rentrée.
  • «20 Minutes» a recueilli les témoignages de deux familles aux situations très contrastées, mais qui font le même constat : l’administration leur complique la vie.

« Pour l’instant, les directions prises sur l’autisme par ce nouveau gouvernement sont porteuses d’espoir, confie Jeanne-Marie Roncière. J’espère que ce ne sont pas que des promesses de campagne. » Cette travailleuse sociale se bat depuis des années pour que son fils Max, 10 ans, puisse être scolarisé en milieu ordinaire dans les meilleures conditions.

Demander une AVS à temps plein, un calvaire….

AVS - Assistant vie scolaire

Plus d’information, cliquez ici.

Source 20 Minutes.

Autisme – Vincent, autiste Asperger, est aide soigneur animalier au zoo

Autisme. A 27 ans, le jeune homme est l’un des aide soigneurs animaliers qui interviennent au zoo de Pont-Scorff (Morbihan), dans le Morbihan. Il raconte son travail, ses difficultés, son quotidien.

« Je déteste cette loge. Regardez ça ! C’est une pente inversée ! Au lieu de s’écouler normalement, l’eau stagne dans le fond du local… » Balai à la main, Vincent (1) s’emploie à nettoyer le refuge des makis varis, « ces peluches noires et blanches qui crient tout le temps ».

Il est autiste Asperger (dit de « haut niveau »), diagnostiqué à l’âge de 18 ans. Il en a 27.

Il fait partie des douze travailleurs handicapés qui interviennent au zoo de Pont-Scorff (Morbihan), via le Chalet . « On nettoie certains enclos, on prépare la nourriture, énumère Vincent. Mais nous n’avons aucun contact avec les animaux ; ce n’est pas de la zoothérapie. »

Aide-soigneur animalier, voilà la fonction qu’occupe depuis six ans Vincent. Ça tombe bien, les animaux c’est son truc…

Plus d’information, cliquez ici.

Source Jactiv Ouest France.

Autisme/ Situation de handicap – Morbihan : chez cet agriculteur autiste, les stagiaires sont également autistes ou en situation de handicap

David Guillemet est autiste Asperger. Agriculteur installé à Ploërdut (Morbihan), il accueille des stagiaires des lycées agricoles, eux aussi autistes ou en situation de handicap.

Camille est autiste Asperger. Elle vient de terminer sa première année de BTS Production animal au lycée agricole du Nivot, à Lospérec (Finistère). À la rentrée, la jeune femme de 18 ans passera en 2e année. « Je voudrais devenir soigneur en parc zoologique. » C’est son rêve depuis qu’elle a visité le zoo de Doué-la-Fontaine quand elle était en classe de première. « On m’a conseillé un bac S, puis ce BTS car on effectue des stages en exploitation agricole où on apprend aussi à manipuler les animaux. »

Depuis deux semaines, Camille est en stage chez David Guillemet, agriculteur à Ploërdut (Morbihan). Lui-même autiste Asperger, il a pris l’initiative d’accueillir dans sa ferme des stagiaires également autistes ou en situation de handicap. C’est la troisième fois que l’étudiante vient à la ferme du Runasquer. Une exploitation de 114 hectares et un troupeau de 43 vaches Salers, élevées en bio.

« Les stagiaires ne sont pas là pour faire les corvées »…. !

Stage - Autiste

Plus d’information, cliquez ici.

Source Actu.fr Bretagne

Abus sexuels en Maison de Retraite. Vulnérabilité : des abus qui font peur…

La récente enquête de France Info sur les agressions sexuelles en maison de retraite fait bien évidemment peur. Loin de la sexualité libre et consentie, qui pose d’autres questions (aux proches notamment), ces abus ne peuvent rester invisibles, ni impunis.

Ils ajoutent à la mauvaise image de ces institutions qui subissent des tensions financières et des pressions sur les taux d’encadrements, malgré elles. Cette semaine la rédaction d’Agevillage explique pourquoi le nombre de personnel en Ehpad (établissements pour personnes âgées dépendantes) fait débat.

La vulnérabilité de nos parents, de nos aînés, nous engage.

Elle nous engage à protéger ces personnes fragilisées… sans renier leur liberté, leur dignité.

Et ce n’est pas facile…

Vulnérabilité : des abus sexuels qui font peur

 

 

4

 

 

 

Plus d’information, cliquez ici.

Source Agevillage.

Aidants : attention au burn-out…

Aidants – Les aidants familiaux sont des personnes ayant décidé de s’occuper eux-mêmes d’un de leurs proches malades, en plus, dans certains cas, de leur activité professionnelle. Ne pas avoir recours à des soignants externes peut apporter une certaine forme de stress, pouvant parfois même conduire au burn-out au travail.

Stress, isolement, fatigue…

Il n’est pas toujours évident pour les aidants de faire face aux évolutions de la maladie d’une personne. Ils peuvent être soumis à diverses épreuves et peuvent avoir à surmonter des angoisses, des périodes de stress, des imprévus… A ce stress s’ajoute également parfois un isolement progressif, car endosser ce type de responsabilité nécessite beaucoup de temps.

Les aidants doivent aussi faire face à la stigmatisation de la maladie que leur impose la société : ils craignent d’en parler à leurs supérieurs hiérarchiques, décident de se débrouiller seuls…

Littéralement, faire un burn-out, c’est « brûler de l’intérieur, se consumer », explique Catherine Vasey, psychologue et auteur de Burn-out : le détecter et le prévenir (Editions Jouvence, 2007)…

Burn Out - Aidants

Plus d’information, cliquez ici.

Source Silvereco.

« Et si j’aidais mes aidants ? », une plateforme interactive pour aider les chefs d’entreprise…

Aidants – « Et si j’aidais mes aidants ? » est une plateforme interactive qui vise à aider les dirigeants d’entreprise à mieux comprendre le rôle des aidants qui composent sa société et à découvrir des pistes d’action pour mener sa propre stratégie tournée vers les salariés aidants.

Et si j’aidais mes aidants ?

Les dirigeants d’entreprise peuvent décider de prendre en compte les besoins spécifiques de leurs salariés aidants, ils peuvent interagir avec les salariés pour déterminer leurs difficultés et les aménagements qui pourraient les aider à concilier leurs obligations professionnelles et familiales.

L’idée est de proposer des solutions adaptées, acceptables et respectueuses pour tenir compte des besoins du salarié, mais sans qu’il y ait de contrainte excessive, d’éliminer les obstacles discriminatoires susceptibles d’empêcher le salarié de faire son travail et de rester ouvert à des ajustements de la solution déjà acceptée lorsque la situation évolue…

Aidants

 

 

 

 

Plus d’information, cliquez ici.

Source Silvereco.

Opération séduction pour attirer les internes en gériatrie…

Gériatrie – Après voir passé le concours de l’internat, les étudiants en médecine vont bientôt choisir leur spécialité. Cette année, 200 places sont ouvertes en gériatrie. Une spécialité qui souffre pourtant de son image et peine à recruter.

La France compte actuellement 6 millions de personnes âgées de plus de 75 ans. Alors que le besoin d’accompagnement médical de cette population ne cesse d’augmenter, la gériatrie peine à recruter de nouveaux spécialistes. Les futurs internes entameront la procédure définitive de leur choix d’internat à la fin du mois d’août. 200 nouveaux postes d’internes en gériatrie ont été ouverts dans les CHU français, mais de nombreuses places devraient rester vacantes.

La plate-forme CELINE du Centre national de gestion (CNG) permet de simuler le choix des internes et à une semaine du début de la procédure définitive, les résultats sont inquiétants…

Médecins - Gériatrie

Plus d’information, cliquez ici.

Source Allodocteurs

Alzheimer: aider les patients à préserver leur autonomie…

Alzheimer – Des équipes spécialisées interviennent au domicile pour mettre en place des stratégies de compensations qui permettent d’améliorer la qualité de vie.

Un après-midi d’hiver maussade, dans le salon confortable et bohème d’un appartement près de Bastille à Paris. Mme C. raconte sa dernière séance de cinéma avec un léger accent chantant qui trahit ses origines italiennes. Cette passionnée de cinéma et de théâtre, âgée de 85 ans, a vu il y a quelques jours le dernier Clint Eastwood. Elle en a oublié le titre, mais déroule l’action de l’histoire sans problème. En face d’elle, attentive, la neuropsychologue Élodie Strohmeyer la relance de temps en temps…

La jeune femme fait partie de l’équipe spécialisée Alzheimer à domicile (Esad), de l’association Atmosphère…

Alzheimer

Plus d’information, cliquez ici

Source Le Figaro.

Génial ! Pour ne jamais aller en maison de retraite, ces seniors ont bâti leur coopérative d’habitants…

Pour vieillir mieux, vivons groupés. C’est le pari d’un groupe de jeunes retraités lyonnais qui ont décidé de bâtir un habitat écologique et participatif. Après deux ans de travaux, il sera inauguré cet été.

« Le troisième âge est devenu un véritable business où l’on propose à des investisseurs de placer leur argent à 6 % pour construire des parcs à vieux », s’insurge Patrick Chrétien, un instituteur à la retraite. Plutôt que de payer « 2 000 euros par mois pour se faire animer », lui et une vingtaine d’amis jeunes retraités ont opté en 2009 pour une solution originale : construire un habitat collectif, adapté au grand âge, convivial et écologique.

Un défi pour ces sexagénaires, notamment auprès des banques et des collectivités qu’ils ont réussi à convaincre afin d’obtenir trois prêts à hauteur d’1,9 million d’euros et négociés… sur cinquante ans. « Lorsque j’ai demandé cette somme à mon banquier, sa première réaction a été de tousser », en rit encore Patrick. « Et puis il a réalisé qu’il n’y avait pas plus de risque qu’avec n’importe quelle entreprise. Si l’un de nous s’en va, un autre prendra sa place. »

Coopérative d’habitants… Habicoop.

Plus d’information, cliquez ici.

Source Dansquelmondevit-on