franceinfo seniors. Le 6 octobre, c’est la journée nationale des aidants… La caravane “Tous aidants” fait son tour de France jusqu’à fin octobre…

Dans le cadre de la journée nationale des aidants le 6 octobre, la caravane “Tous aidants” fait son tour de France jusqu’à fin octobre.

La caravane"Tous aidants" accompagne les aidants.

Les aidants, c’est environ 11 millions de Français qui accompagnent une personne plus ou moins proche en perte d’autonomie, situation de handicap ou de maladie.

Qui sont-ils ?

Comment jonglent-ils avec leur vie personnelle et professionnelle ? Financièrement, ont-ils des aides ? Quelles sont leurs principales difficultés ? Que demandent-ils ? Pour les aidants, on parle bien d’une activité à plein temps. A quelques semaines de la journée nationale des aidants, le 6 octobre prochain, et en plein cœur du projet de la création d’une cinquième branche de la Sécurité Sociale dédiée à la dépendance, à la perte d’autonomie, la caravane “Tous aidants” fait son tour de France jusqu’à fin octobre.

Ces situations révèlent un état d’épuisement réel et de surmenage chez plus de six aidants sur 10 (74% des aidants déclarent avoir besoin de répit), pourtant moins d’un  aidant sur 10 a recours aux solutions existantes.

L’objectif de la caravane “Tous aidants” est d’aller au-devant des proches aidants, afin de répondre à leurs questions, de les orienter et de faciliter leur quotidien. Pour cela, des assistantes sociales accueillent les aidants dans un espace convivial et confidentiel afin de les mettre en confiance et de libérer la parole.

La caravane s’installe durant 3 jours au sein des hôpitaux, sur les parkings des centres commerciaux ou sur une place publique

– Versailles, sur le parvis de la Gare de Versailles Chantiers, 78000, du 5 au 6 Octobre de 9h30 à 19h00

– Mantes-la-Jolie, au sein de l’hôpital de Mantes-La-Jolie, 2, boulevard Sully 78200, du 7 au 8 Octobre de 9h30 à 19h00

– Le Plessis-Robinson, au sein de l’hôpital de Marie Lannelongue, 133 avenue de la Résistance 92350 du 12 au 14 Octobre de 9h30 à 19h00

– Paris, au sein de l’hôpital Necker AP-HP, 149, rue de Sèvres 75015, du 15 au 17 Octobre de 9h30 à 19h00

– Rennes, sur la place du Colombier, 35000, du 19 au 21 Octobre de 9h30 à 19h00

– Toulouse, sur la place Arnaud Bernard, 31000, du 26 au 28 Octobre de 9h30 à 19h00

Si vous habitez l’une de ces villes et vous souhaitez être reçu par les assistantes sociales, prenez rendez-vous (gratuitement) avec nos professionnels sur contact@lacompagniedesaidants.org

Source FRANCE INFO.

Journée nationale des aidants : “C’est du 24 heures sur 24” témoigne une maman…!

La Journée nationale des aidants ce mardi 6 octobre est l’occasion de mettre en lumière le quotidien de ces 8 à 11 millions de Français qui prennent soin d’un proche malade, handicapé ou dépendant.

Rencontre avec Aurèle, maman d’une petite fille atteinte de dystonie musculaire.

Entre 8 et 11 millions de Français aident un proche malade, dépendant ou en situation de handicap.

On ne les entend pas, ils ne se plaignent pas, ils sont pourtant entre 8 et 11 millions en France. C’est la Journée nationale des aidants ce mardi. Un aidant, c’est une femme, un homme, qui prend soin au quotidien d’un proche, d’un parent âgé, par exemple, en situation de dépendance, ou bien d’un enfant malade ou handicapé.

Près d’un aidant sur deux cumule un emploi. Depuis le 1er octobre, ces salariés-aidants peuvent prétendre à une indemnité de trois mois d’un montant de 44 à 52 euros par jour versés par la Caisse d’allocation familiale ou la Mutualité sociale agricole pour les agriculteurs.

“Je suis obligée d’être tout le temps disponible.” – Aurèle, maman et aidante

À l’occasion de la Journée nationale des aidants, France Bleu Provence a rencontré une aidante. Aurèle, mariée et mère de trois enfants, une fille âgé de 18 ans et des jumeaux de 6 ans, dont Lily-Rose atteinte de dystonie musculaire qui la rend totalement dépendante de sa maman. Un véritable travail à temps plein pour Aurèle, éloignée du monde professionnel depuis la naissance de sa fille.

Son quotidien se consacre quasi exclusivement à Lily-Rose. “C’est impossible d’être absente, raconte cette mère de 40 ans sans se plaindre, de pouvoir quitter le domicile, de pouvoir partir un week-end, de pouvoir souffler un peu sans ma fille que j’aime énormément mais qui me prend énormément de temps, énormément d’énergie. C’est du 24 heures sur 24, surveillance jour et nuit. À l’école, je ne suis pas sûre à 100% qu’ils ne vont pas m’appeler pour que je vienne la chercher en catastrophe. Donc oui, je suis obligée d’être tout le temps disponible.”

“Il faut tenir le coup pour continuer à l’aider.”

Le quotidien d’Aurèle est donc rythmé par celui de sa petite fille, cheveux blond et sourire angélique. Pour se déplacer, manger, s’habiller, se laver, aller aux toilettes, la présence d’Aurèle est indispensable. Aider un proche est donc fatigant, usant. “Par exemple, son fauteuil électrique : penser à bien le charger sinon le lendemain ça n’ira pas, détaille Aurèle. De penser à tout, de prendre les rendez-vous six mois à l’avance. Il ne faut rien oublier. C’est pas comme une machine à laver qu’on n’a pas fait, c’est pas grave on le fera demain. Non, là, on a pour obligation de ne rien rater.”

Source FRANCE BLEU.