Il traverse l’Europe à vélo pour sensibiliser à la DMLA, une maladie oculaire méconnue…

L’épidémiologiste bordelais Soufiane Ajana s’est lancé dans un tour d’Europe à vélo, le 15 juin.

Son objectif ? Sensibiliser à une maladie oculaire méconnue, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Une maladie qui touche principalement les seniors.

Soufiane Ajana, épidémiologiste bordelais, sur son vélo devant le lac de Constance en Suisse.

Un tour d’Europe à vélo pour sensibiliser à une maladie oculaire méconnue. Soufiane Ajana, épidémiologiste bordelais, s’est lancé dans l’aventure, le 15 juin. Après avoir soutenu sa thèse en novembre dernier sur la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), il décide d’aller plus loin. Comment ? En traversant le Vieux continent à vélo et en dormant chez l’habitant pour faire passer son message.

La DMLA est une maladie oculaire qui commence par “une tâche noire qui apparaît au centre de la vision, puis s’élargit avec le temps et peut mener jusqu’à la cécité”, explique Soufiane Ajana. “Il n’existe pas vraiment de traitement efficace contre la DMLA, sauf contre sa forme humide mais c’est la moins répandue”. Alors, à défaut de pouvoir la guérir, Soufiane fait le pari de la prévention, puisque plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus elle peut être retardée, voire évitée.

Dormir chez l’habitant pour sensibiliser

Le 15 juin, il quitte alors Bordeaux à vélo, direction la Suisse, puis l’Allemagne, où il se trouve actuellement. “Je voulais faire passer le message sur cette maladie. Et ce message, je le transmets à vélo en dormant chez les gens. En 4 semaines, je n’ai dormi que quatre fois dans ma tente. J’arrive toujours à me faire héberger chez l’habitant et j’en profite pour leur parler de mon projet et les sensibiliser à la maladie”, raconte Soufiana Ajana. “J’ai été hébergé par une personne qui avait justement la DMLA, ça a été une expérience très enrichissante”.

“L’objectif de ce tour, c’est vraiment de sensibiliser à la DMLA. C’est de dire aux gens, certes, la génétique joue un rôle important dans l’apparition de cette maladie, mais on peut quand même agir sur les facteurs environnementaux et donc nos modes de vie pour faire baisser le risque”, insiste l’épidémiologiste. En suivant un régime méditerranéen, en arrêtant de fumer et en faisant de l’activité physique, “on peut réduire le risque d’avoir la maladie et retarder son apparition le maximum possible”, poursuit-il.

1.500 kilomètres parcourus

L’épidémiologiste profite par ailleurs de ce voyage pour lever des fonds pour la I.K Foundation. Il s’agit d’une fondation néerlandaise qui a pour objectif de lutter et de guérir la cécité et les déficiences visuelles évitables dans les pays à faibles revenus, principalement en Asie et en Afrique.

Soufiane a déjà parcouru 1.500 kilomètres à vélo. Son tour d’Europe prendra fin dans 4 semaines. Prochaines étapes : l’Autriche, la République-Tchèque et les Pays-Bas, puis la Belgique.

La DMLA touche près d’une personne sur quatre en Europe. Les personnes âgées sont les touchées, selon l’Inserm. “C’est une vrai problématique de santé publique, il est urgent d’agir”, conclut Soufiane Ajana.

Source FRANCE BLEU.

Pour marque-pages : Permaliens.