Eure-et-Loir : une usine de Mamie Nova recrute 11 jeunes salariés autistes…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Chez Novandie, filiale du groupe Andros, de jeunes adultes souffrant de troubles autistiques sévères travaillent sur les lignes du site d’Auneau.

Une expérience pionnière.

 Auneau (Eure-et-Loir), le 3 mars. Sur le site de Novandie, les 11 salariés autistes sont encadrés par une spécialiste des troubles autistiques.

Sur son poste de travail, Jordan, la vingtaine, colle des « intercalaires » sur des cartons dans la bonne humeur. Très concentré sur sa tâche, il manifeste sa joie en chantant avec ardeur. Ce jeune homme fait partie des onze salariés atteints de syndromes autistiques sévères qui, depuis 2014, ont progressivement rejoint l’entreprise Novandie, filiale du groupe Andros à Auneau (Eure-et-Loir), spécialisée dans les produits laitiers comme les yaourts Mamie Nova. Autour de lui, sous le regard de leur encadrante spécialisée dans l’autisme, trois autres jeunes autistes s’attellent au « dé-sachage », tandis que Louis pèse scrupuleusement les seaux d’ingrédients. A l’autre bout de la chaîne de production, un groupe vérifie les produits.

Sélectionnés par l’association Vivre et travailler autrement, fondée en 2014 par Jean-François Dufresne, ancien directeur général d’Andros et lui-même père d’un enfant autiste, ces jeunes travaillent à mi-temps dans ce site agroalimentaire « avec une grande efficacité », se félicite Yenny Gorce, la directrice de cette association, qui espère intégrer un millier d’adultes autistes dans d’autres grandes entreprises d’ici trois ans. Une petite révolution. A l’heure actuelle, plus de 95 % des autistes en âge de travailler sont exclus de l’emploi.

Des salariés devenus indispensables

Sur le site pionnier d’Auneau, il a fallu adapter le cadre de travail à ces salariés un peu particuliers, qui ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. Des codes couleurs guident leurs actions. Les espaces délimités par un cadre jaune leur indiquent ce qu’il leur reste à faire, tandis que les repères en vert marquent ce qui a déjà été accompli. En bleu, ce sont les déchets qu’il conviendra de ranger. Leur travail méticuleux les a rendus indispensables. A tel point que la plupart d’entre eux bénéficient aujourd’hui d’un CDI. « Quand ils sont en vacances, c’est un peu la panique. Ils ont mis de l’ordre dans ces tâches un peu rébarbatives et répétitives qu’ils réalisent mieux que n’importe qui », explique-t-elle.

Cet accompagnement ne se limite pas à cette intégration professionnelle. Après leur matinée de travail, ces jeunes salariés rejoignent la « maison du parc », un lieu de vie en grande partie financé par de grandes entreprises, telles que Servair, filiale d’Air France ou L’Oréal, qui suivent attentivement ce projet depuis le début.

Dans cet ancien corps de ferme du château d’Auneau, où séjournent huit d’entre eux, ils apprennent à vivre en autonomie, « en faisant leurs courses, la cuisine, le ménage, en s’occupant du poulailler et du potager de cette maison, qui a été conçue très différemment des habituels établissements médico-sociaux ». Yenny Gorce se dit impressionnée par les progrès réalisés par chacun d’eux, leur degré d’implication et d’épanouissement, qui a parfois valeur d’exemple pour les 250 autres salariés du site.

Source LE PARISIEN.

Pour marque-pages : Permaliens.