Comment Jennifer a vu son allocation handicapé fondre parce qu’elle s’est mise en couple…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

C’est le constat amer de Jennifer. En situation de handicap, cette jeune quadragénaire a vu son allocation adulte handicapé fondre après s’être mise en couple.

Elle se retrouve dépendante des revenus de son compagnon.

Jennifer a vu son allocation adulte handicapé largement diminuer lorsqu'elle s'est déclarée en couple avec Sébastien

Victime d’un accident de la route en 2002, Jennifer a des difficultés à marcher et est “globalement ralentie” comme elle le dit elle-même. Difficile de trouver un emploi dans ces conditions, la jeune quadragénaire perçoit pendant des années presque 700 euros d’allocation aux adultes handicapés (AAH). Mais au mois de janvier 2019, son montant diminue soudainement à 319 euros. Une baisse liée à son installation avec son compagnon dans une maison en Seine-et-Marne : “On est arrivés ici en novembre 2018. J’ai déclaré un changement de situation à la CAF, en leur disant que j’étais en couple.”  

Le montant de l’allocation dépend, en effet, des revenus du couple (elle est supprimée au dessus d’un seuil de 19 548€ de revenus/an). Dans le cas de Jennifer, elle a été diminuée de moitié car son compagnon, Sébastien, gagne un peu plus de 2 000 euros par mois. “On se retrouve dans une situation qui devient précaire. _Quand on s’est mis ensemble, on avait mon salaire plus son allocation, cela nous permettait de vivre correctement, on faisait quelques sorties. Là on ne fait plus rien_. On ne peut plus” déplore ce salarié dans l’informatique.

“Je vis à ses crochets. Alors qu’on est ni mariés, ni pacsés. On a aucun contrat qui nous lie.”

Un critère d’attribution incompréhensible pour Jennifer : “L’allocation c’est pour l’autonomie des personnes handicapées. Pourquoi en se mettant en couple on devient dépendant du conjoint ?” interroge-t-elle. Jennifer regrette même de s’être déclaré en couple :  “Je n’ai plus d’autonomie financière, je n’ai plus rien. Autant vivre chacun chez soi.

Jennifer ne touche plus rien depuis deux mois

Une situation qui a empiré ces derniers mois. Jennifer a en effet commencé une petite activité à la maison au mois de décembre : elle confectionne des supports publicitaires. Un petit boulot “pour s’occuper” qui lui a rapporté 9 euros au mois de décembre “pour 1 000 unités produites” mais dont elle n’avait pas anticipé les conséquences. La CAF a considéré cette activité comme un retour à l’emploi et lui a totalement supprimé son AAH depuis le mois de janvier. Le couple a envoyé un courrier en espérant qu’une régularisation en leur faveur aura lieu dans les prochaines semaines.

La suppression du critère d’attribution de l’allocation adulte handicapé en fonction des revenus du conjoint est un sujet de revendication récurent pour les associations. Dans son plaidoyer pour les femmes en situation de handicap, l’APF France handicap estime que “Cette dépendance financière inadmissible ne permet pas la liberté de choix du lieu et du mode de vie, fait renoncer aux soins, vulnérabilise est susceptible d’engendrer des violences et, en tout cas, une précarité qui a évidemment un fort impact sur la vie quotidienne et parfois la met en danger“.

Mi-février, les députés ont adopté, contre l’avis du gouvernement, une proposition de loi en faveur de l’individualisation de l’AAH. Le débat avait tourné en faveur des députés de l’opposition en pleine polémique sur le congé de deuil d’un enfant où un manque d’humanité avait alors été reproché aux députés de la majorité. Mais la proposition de loi portée par le groupe Libertés et Territoires a peu de chance d’être adoptée définitivement.

Source FRANCE INTER.

Pour marque-pages : Permaliens.