Vitré. À l’Aurore cinéma, la différence n’est pas un handicap…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Tous les deux mois, l’association Loisirs Pluriel organise, à l’Aurore cinéma, de Vitré, une projection adaptée aux personnes en situation de handicap et ouverte à tous.

Photo les membres de loisirs pluriel en jaune investissent, tous les deux mois, l’Aurore cinéma pour une séance adaptée aux personnes handicapées. © ouest-france

Salle (presque) comble pour la projection du Roi Lion (2019), samedi 20 juillet, à 17 h, à l’Aurore cinéma de Vitré. En apparence, une séance comme un autre. Pourtant, de part et d’autre des rangées de sièges rouges, sept gilets jaunes scrutent l’assistance.

Ce sont des bénévoles de l’Aurore et de Loisirs Pluriel. Tous les deux mois, depuis l’an dernier, l’association vitréenne organise des projections adaptées à différents handicaps : salle accessible aux personnes à mobilité réduite, sous-titres français, audiodescription, son modéré, absence de publicités et tarif unique (4 €).

« Notre but est d’accueillir des personnes handicapées ainsi que leur famille qui, d’habitude, ne viennent pas au cinéma, par peur du regard et de la réaction des autres », explique Marie Davy, éducatrice spécialisée et coordinatrice des séances Ciné-ma différence. Le réseau rassemble une soixantaine de salles à travers la France.

« Faire comme les autres »

Les bénévoles arrivent avec trente minutes d’avance pour orienter les spectateurs, valides ou non. La projection est ouverte à tous. Les lumières s’éteignent progressivement. La séance va commencer. Auparavant, un petit film d’explication est projeté : « Bienvenue à une séance pas comme les autres. Agité, inquiet, bruyant, bavard… Chacun est libre d’exprimer ses émotions. »

Une heure et demie plus tard, Jade, 11 ans, ressort ravie. « Elle a un peu pleuré quand Mufasa est mort», raconte Dany, sa mère. « Mais j’ai rigolé aussi ! » tient à préciser la jeune fille.

Vincent, son père, se réjouit de constater que, grâce aux séances adaptées, les après-midi ciné se passent de mieux en mieux : « Jade est hyperactive. On avait arrêté d’aller au cinéma. Là, c’est plus facile. Les gens sont plus tolérants. Jade était contente de venir. De pouvoir faire comme les autres. »

Source OUEST FRANCE.

Pour marque-pages : Permaliens.