Seniors isolés : « Il y a des invisibles dans les immeubles »… Belle Initiative…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Pas simple de rester en contact avec le monde extérieur lorsque l’âge avance et que les visites familiales se font plus rares.

Conscient de l’isolement dont souffrent certains de ses locataires, le bailleur social Logiest prétexte les fêtes de Noël pour faire se rencontrer ses résidents.

Seniors isolés : « Il y a des invisibles dans les immeubles »

L’AN DERNIER à THIONVILLE ….

Il y a une heure, Michèle et Lydia ne se connaissaient pas. Du moins pas vraiment. « On se croise bien dans l’ascenseur. Bonjour, bonsoir, ça s’arrête là », résument les sexagénaires. Pourtant, l’une et l’autre s’ennuient souvent dans leur logement tout neuf. « Heureusement, j’ai mon chien. C’est incroyable ce que c’est pratique pour nouer des contacts ! », lâche Michèle, une miraculée de la vie, rattrapée par les services du 115 il y a peu. Lydia reçoit bien la visite de ses enfants régulièrement mais cela ne remplit jamais une journée complète.

Le soir où nous les rencontrons, les deux femmes ont le regard pétillant. Et la parole libérée. Elles partagent rires et anecdotes du quotidien. Rien d’intime mais cette libération de la parole semble faire un bien fou. Quelque chose les a poussées à aller un peu plus loin que les banalités de bon voisinage. Nous sommes au 2 rue de Verdun, dans une résidence récente du groupe Logiest. Où le bailleur social a prétexté une opération décoration de Noël des communs pour sortir les locataires de leur chez eux. Simple. Et efficace.

Un public féminin

« Nous avions mis des affiches dans les halls d’entrées la semaine passées et puis nous sommes allés faire du porte-à-porte. C’est une façon d’aller à la rencontre de nos locataires mais surtout de sortir ceux qui souffrent d’isolement de chez eux. Nous connaissons la plupart de nos locataires, y compris ceux qui ont des fragilités, mais nous savons aussi qu’il existe toute une catégorie d’invisibles, qui ne se manifestent jamais mais sont terriblement isolés », relate la conseillère sociale de Logiest, Sabrina Vogel. La cible est clairement identifiée : les plus de 60 ans. « La plupart du temps il s’agit de dames seules qui ne font pas parler d’elles mais dont on sait qu’elles aimeraient se rendre utiles et rencontrer d’autres personnes, sauf qu’elles ne savent pas comment s’y prendre ».

Avec peu d’artifices (un sapin, des guirlandes, des gâteaux, un café…) mais de la chaleur humaine à revendre, les instigateurs de cette opération ont visé juste. Le réseau Monalisa (acronyme de Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés) a été activé : le centre social le Lierre a envoyé ses bénévoles qui assurent des visites de convivialité tout au long de l’année ; l’ADMR a missionné ses personnes-ressources ; le bailleur social est venu en force. Le conseiller municipal Joseph Terver est passé distribuer un fascicule d’information sur les activités et services proposés par la Maison Saint-Nicolas, point de convergence obligé pour les seniors à Thionville… Tout ce petit monde s’est retrouvé animateur d’un soir, à partager anecdotes et confidences avec des habitants qui n’avaient rien demandé. Mais qui ont trouvé l’initiative bienvenue. « Et surtout à renouveler ! »7

Source LE REPUBLICAIN LORRAIN.

Pour marque-pages : Permaliens.