Morbihan. Ce restaurant donne sa chance au handicap…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Inspiré des Cafés Joyeux, Le Mesclun, situé au 65, rue du Port, à Lorient (Morbihan) a levé le rideau.

Ce restaurant ordinaire emploie des gens extraordinaires en situation de handicap.

Le Mesclun et son équipe. De gauche à droite : Pierre, Camille, Henriette, Zoïa et Antoine Ruiz-Kern, le patron

Le mardi 30 juin, Le Mesclun,  lieu de vie ordinaire employant des personnes extraordinaires  a accueilli ses premiers clients. Une réussite puisqu’il a affiché complet dès le premier jour.

Après l’impatience de l’ouverture, c’est l’appréhension qui a envahi les serveurs en situation de handicap à l’approche du premier service. Si Pierre avait déjà travaillé dans le milieu de la restauration, ça n’était pas du tout le cas pour les deux serveuses Zoïa et Camille. Toutes deux entamaient leur première expérience professionnelle. Camille atteinte de trisomie 21 a été gagnée par la  peur, la veille de l’ouverture et du premier service. J’ai moins bien dormi , confie-t-elle. Toutefois, félicitée par les clients et son patron Antoine Ruiz-Kern, la femme de 28 ans était ravie mais fatiguée de ses deux premiers services.  Ça s’est bien passé. On a dit que je servais bien. Mais là j’ai mal aux genoux. Le jour de repos va faire du bien , dit-elle en souriant.

Des employés bichonnés

Pour que le service se passe de la meilleure des façons, Antoine a mis les petits plats dans les grands. Salle à niveau zéro, revêtement au sol pour réduire le bruit, aménagement d’une salle de pause, journée de trois heures. Il a su dorloter son équipe.  J’ai fait travailler mes deux serveurs en binôme. Ils se complètent. C’est une formule qui marche.  Sans soucis, les deux employés en temps partiel – 16 heures par semaine – se sont occupés des dix tables.  Je leur laisse amener les assiettes et les cafés et moi je me consacre au reste, précise-t-il. L’objectif dans le futur c’est qu’ils prennent les commandes et développent leurs compétences à leur rythme. 

Côté cuisine, c’est aussi la découverte. Henriette Luong, cheffe dans le milieu de la restauration depuis 25 ans, ne regrette pas du tout son choix.  On reçoit autant si ce n’est plus que ce que l’on donne.  Elle qui a toujours  travaillé seule  s’est lancée dans une nouvelle aventure.  J’apprends les éléments pour savoir m’occuper d’un commis , appuie la cheffe. Si, pour le moment, elle dispose d’un commis sans handicap à compter de la semaine prochaine ils seront trois dans la cuisine. Mélissa, sourde et muette viendra les épauler. Elle emmènera dans ses bagages sa motivation et son expérience. Pour que la communication soit facilitée en cuisine, des fiches avec des tâches détaillées seront mises à sa disposition.

Des retours très encourageants

Pour ce qui est des premiers retours, les  clients sont contents. Le pari est réussi, on a à la fois la dimension de l’aventure humaine et aussi le voyage culinaire , notifie Antoine. En attendant l’arrivée des beaux jours et l’ouverture des deux terrasses du Mesclun, les clients peuvent profiter de la salle le midi, du mardi au samedi, et les vendredis et samedis soir. Le tout pour un menu de 15,90 €.  La belle aventure  est bel et bien lancée.

Source OUEST FRANCE.

Pour marque-pages : Permaliens.