Meuse – Une prothèse imprimée en 3D a changé la vie de Téo….

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Prothèse – Téo, 5 ans, souffre d’une malformation à la main gauche. Grâce au Numérifab qui lui a créé sa prothèse, l’enfant peut utiliser ses deux bras.

Réalisation d'une prothèse offerte à Téo

Dans sa chambre située au premier étage de sa maison, Téo joue comme n’importe quel enfant de son âge. Légos et peluches sont soigneusement rangés. Sur la table du salon, un autre objet attire l’attention. Une boîte abritant un bras en plastique aux couleurs du superhéros Iron-Man. Cette prothèse imprimée en 3D permet à Téo de se servir de ses deux bras. Dès la naissance, la main gauche de l’enfant ne s’est pas développée. Une agénésie qui limite les activités du garçonnet. Pour remédier à cela, sa maman a fait appel au Numérifab à Bras-sur-Meuse. « Je savais qu’on pouvait réaliser des prothèses avec des imprimantes 3D. J’ai contacté Julien Didry qui m’a mise en relation avec l’association », se réjouit-elle. Une prothèse qui a été réalisée rapidement par le laboratoire meusien, le « Fab’lab ». Pourtant, « avant Téo on en a fait quelques-unes, mais là il n’y avait pas que la main à fabriquer, mais aussi une partie de l’avant-bras. C’était une première », affirme Stéphane Wey, grand artisan de la fabrication de l’objet.

À l’école, rien n’est simple. Scolarisé en CP, Téo a connu de grandes difficultés d’intégration. En première année de maternelle, « il était mis de côté » et sa maman l’a changé d’école. Depuis, son handicap ne pose aucun problème. « Aujourd’hui, je le laisse partir le matin en étant confiante. L’équipe pédagogique s’occupe très bien de lui », dit-elle, soulagée.

Le relationnel avec les autres enfants était également compliqué. « Ils ne comprenaient pas et Téo avait du mal à se faire des amis », regrette-t-elle, avant de poursuivre « Les élèves se sont tous assis, ont posé des questions sur la main de Téo, ils ont eu leurs réponses, ils n’en parlent plus et cela lui permet d’être totalement intégré ». De plus, une prothèse Iron Man a transformé Téo en véritable superhéros de la récré. « C’est dingue mais ce petit objet hors du commun aide à l’insertion », avance Stéphane Wey.

À 5 ans, l’enfant est déjà fan de football et son handicap ne l’empêche pas d’assouvir sa passion. « Je l’ai inscrit l’an dernier à Gondrecourt, il a joué normalement sans aucun problème ». Le jeune fan de Cristiano Ronaldo aime se dépenser et ça tombe bien, il peut tout faire. « Piscine, foot, course, il a tout essayé déjà », a une exception près, « le vélo ». Une interdiction qui pourrait être levée bientôt, si les projets du Numérifab aboutissent. « On travaille sur des prototypes qui permettraient de faire du vélo sans avoir de problème d’équilibre ou autre », affirme Stéphane Wey. Aujourd’hui, les recherches avancent et d’autres prothèses sont envisagées comme des prothèses de pied, qui seront faites avec le même mécanisme. « Beaucoup de gens sont dans cette situation. Il ne faut pas hésiter à s’inscrire sur le site, c’est très important. On peut aider du monde », conclut le membre du Numérifab.

Aujourd’hui, Téo ne se soucie pas de cette malformation et vit épanoui. « Il a posé des questions, bien sûr, mais il est né comme ça alors il le vit plutôt bien », affirme sa maman. Une maman qui souhaite lancer un message d’espoir à toutes les familles qui connaissent la même situation. « Quand ça nous arrive c’est dur, mais il y a des solutions à tout, il ne faut pas perdre courage. On se sent seuls alors que l’on a été accompagné jusqu’au bout ». Effectivement, Téo a choisi le modèle, les couleurs, et le laboratoire de Bras-sur-Meuse à fait le reste. « On est là depuis un moment et c’est vrai que peu de monde sait que nous pouvons faire ça », lance Stéphane Wey.

Malgré une main gauche qui ne s’est pas développée à la naissance, Téo a une vie normale. Un enfant qui joue, rit, grandit. « La science est capable de beaucoup », sourit sa maman. Sur ce coup-là, elle a énormément aidé ce jeune supporter du Paris Saint-Germain, qui peut désormais, rêver plus grand.

Source EST REPUBLICAIN.

Pour marque-pages : Permaliens.