Le gouvernement débloque 300 millions d’euros supplémentaires pour les hôpitaux et cliniques…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Les établissements de santé publics et privés, qui ont moins dépensé que prévu l’an dernier, vont recevoir 300 millions d’euros en plus des crédits dégelés en décembre, a annoncé mercredi la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé à la sortie du conseil des Ministres, le 06 mars 2019

La ministre veut récompenser les hôpitaux et cliniques pour leurs efforts. Les établissements de santé publics et privés, qui ont moins dépensé que prévu l’an dernier, vont recevoir 300 millions d’euros en plus des crédits dégelés en décembre a annoncé Agnès Buzyn ce mercredi alors que les députés examinent cette semaine en première lecture son projet de loi Santé.

Constatant que “les dépenses d’assurance maladie ont moins progressé que l’objectif voté” en 2018, la ministre de la Santé, a “décidé de verser ces fonds pour soutenir les établissements et contribuer ainsi à réduire leur déficit”, explique le ministère dans un communiqué.

65 millions pour les établissements “en difficulté”

Sur les 300 millions d’euros ainsi débloqués, 235 millions viendront compenser “une évolution de l’activité hospitalière plus faible que prévu”, ce qui “permettra de réduire sensiblement le déficit” global rapporte l’AFP. Les 65 millions restants seront réservés à “des établissements de santé en difficulté” et à certaines “mesures prioritaires”, comme la prévention de l’hépatite C ou du suicide. 

Cette rallonge budgétaire s’ajoute au dégel intégral des 415 millions d’euros mis en réserve début 2018. Fin février, Agnès Buzyn avait par ailleurs annoncé une hausse des tarifs hospitaliers pour 2019, après huit années de baisse. Cela doit se traduire par “250 millions d’euros supplémentaires pour la médecine/chirurgie/obstétrique, et 100 millions pour la psychiatrie”, selon la ministre.

Cela va donner un peu d’oxygène au système, même si cela doit n’avoir que peu d’impact sur le déficit global des hôpitaux publics, qui est prévu autour d’un milliard d’euros fin 2019″ avait alors réagi Frédéric Valletoux, qui dirige la Fédération hospitalière de France.

Source FRANCE BLEU.

 

Pour marque-pages : Permaliens.