Le dépistage précoce du cancer du poumon par simple prise de sang expérimenté dans les Alpes-Maritimes…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Développée par le CHU de Nice, cette technique de dépistage sanguin peut aider le diagnostic dans une pathologie pour laquelle le scanner ne suffit pas toujours.

Le professeur Paul Hofman (CHU de Nice) a dirigé l'étude sur le dépistage précoce du cancer du poumon par prise de sang

  • En novembre 2014, le Professeur Paul Hofman et son équipe du CHU de Nice découvrent la présence dans le sang des « sentinelles », des cellules tumorales circulantes.
  • Les résultats d’une étude menée auprès de 638 patients seront publiés dans les prochains jours dans la revue scientifique The Lancet. Elle avait pour but de tester une méthode de dépistage précoce du cancer du poumon par simple prise de sang.
  • Le corps médical souhaite désormais intégrer cette technique dans la « routine hospitalière ».

Il a fait plus de 33.117 victimes en France en 2018. Parmi tous les cancers, celui du poumon est le plus meurtrier chez les hommes (22.761 décès) et le deuxième chez les femmes (10.356 décès), d’après l’Institut national du cancer.

Pour lutter contre ce fléau, le professeur Paul Hofman et son équipe du CHU de Nice ont mis au point une technique de dépistage précoce par simple prise de sang. Révélée en 2014 dans la revue scientifique américaine Plos One, cette « première mondiale » avait fait le buzz. Cinq patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) présentaient, avant toute détection des symptômes par imagerie, des cellules cancéreuses circulantes dites « sentinelles », et tous avaient déclenché un cancer, soit 100 % de sensibilité au test. Restait alors à expérimenter cette méthode sur un panel plus représentatif.

Un test réalisé auprès de 638 patients

C’est désormais chose faite, comme l’a annoncé le Pr Paul Hofman ce lundi 24 février. Dans le cadre du projet Air, 638 personnes à risque (fumeurs ou ex-fumeurs ayant consommé un paquet par jour pendant trente ans, ou deux paquets par jour pendant quinze ans), souffrant d’une BPCO, ont été examinées par un médecin pour connaître leurs habitudes. Un scanner thoracique, associé à une prise de sang, a ensuite été réalisé tous les ans, pendant trois ans.

Si le Pr Paul Hofman reste muet sur les résultats de l’étude qui feront l’objet d’une publication dans la revue scientifique The Lancet dans les prochains jours, il détaille l’intérêt d’allier prise de sang et scanner : « Sur une image, on voit des taches mais on ne sait pas si les nodules sont cancéreux ou non. Tout l’intérêt de la prise de sang est de permettre au chirurgien thoracique d’être sûr que ce qu’il va opérer correspond vraiment à un cancer, et non à une autre lésion, ce qui est extrêmement fréquent. Il faut savoir que le scanner thoracique donne 30 % de faux positifs. »

L’intelligence artificielle en renfort

L’équipe du CHU de Nice souhaite désormais rendre son dépistage opérationnel au quotidien. Et face à la concurrence chinoise ou américaine, le temps presse. Pour cela, le projet Da Capo a été lancé avec les médecins de famille, les pneumologues hospitaliers et libéraux, les chirurgiens et les radiologues. Un de ses buts est de mettre en œuvre une plateforme numérique à visée nationale dont la version bêta sera testée dans les Alpes-Maritimes.

En parallèle, deux volets de recherche sont développés. Le premier porte sur la recherche de biomarqueurs lors du dépistage sanguin. « On pourra, en fonction de ce qu’on trouve dans le sang définir une thérapie ciblée pour un patient atteint d’un cancer du poumon. C’est la preuve que l’on peut apporter ce que l’on fait dans un laboratoire de recherche au lit du patient », fait remarquer le Pr Paul Hofman.

Le second volet est basé sur l’apport d’une intelligence artificielle (IA) développée par des mathématiciens  du centre Inria de Sophia-Antipolis. « Quand on se fait détecter une anomalie sur un scanner du thorax, il faut environ trois à neuf mois pour qu’on sache in fine si c’est un cancer, une lésion bénigne ou autre chose. Si ça se trouve avec l’IA, on ira beaucoup plus vite », détaille le Professeur Charles-Hugo Marquette.

Les professeurs Charles-Hugo Marquette (3e à g.) et Paul Hofman (en noir au centre) dirigent les recherches d'application du test sanguin de dépistage du cancer du poumon

Être accessible à tous

Un dernier combat reste à mener pour l’équipe du CHU. « Afin que ce test soit accessible à tous et ne dépende pas des moyens financiers des patients », le corps médical souhaite que sa méthode de dépistage soit prise en charge par la Sécurité sociale. Une démarche que le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti entend défendre politiquement.

Source 20 MINUTES.

Pour marque-pages : Permaliens.