Handicap: une application créée à Cherbourg pour transformer la vie des sourds et malentendants…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

La Scop cherbourgeoise Le Messageur, dejà multiprimée, vient de recevoir le prix ” utilité sociale” par la Mutualité Française Normandie.

Parmi ses activités de transcription, elle teste une application téléchargeable qu’elle a conçu pour faciliter la vie des personnes sourdes et malentendantes.

L'application créée par le Messageur, à l'état de prototype, a pour but de faciliter la qualité de vie des sourds et malentendants. / © Marie Saint-Jours

3 questions à Samuel Poulingue, co-fondateur de la Scop le Messageur. 

Quelles sont les missions de la Scop le Messageur? 

Le Messageur est une entreprise coopérative qui agit depuis 2012 pour faciliter la communication aux personnes malentendantes et sourdes. Son action consiste à rendre accessible des événements, des établissements recevant du public, des environnements professionnels et à former sur la question du handicap auditif. Basée en Normandie, à Cherbourg, le Messageur intervient sur l’ensemble du territoire français. Au fil des années, il a créé des outils et une démarche d’accompagnement innovants, à même de mettre les personnes en situation en handicap auditif à égalité de chances dans leur vie quotidienne.

La transcription à distance instantanée représente près de 60% de son activité, permet par exemple l’accès au spectacle vivant à l’aide de boucles magnétiques, en passant par le sous-titrage de films ou de vidéos. On ne raisonne pas en termes de marché mais de besoin.

La scop accompagne entre 400 et 500 clients chaque année et couvre environ un événement par jour.

Quelle est la différence entre une application de reconnaissance vocale que l’on trouve facilement sur internet et cette application que vous portez parmi vos nouveaux outils? 

Sur Messag’In, ce sont des interprètes de l’écrit qui produisent le sous-titrage en temps réel, à la vitesse de la parole. Ils font une traduction du message oral, vers l’écrit, dans les codes de l’écrit, avec la ponctuation adaptée, pour rendre accessible le message oral. C’est donc bien une traduction, sans les tics de langage qui n’apportent rien à la compréhension. Une transcription mot à mot n’apporte pas en général une compréhension du message oral. C’est souvent incompréhensible. Le rôle de l’interprète, c’est donc de produire un texte aéré, fidèle aux propos tenus, avec une position neutre. Il prête ses oreilles à la personne sourde. Cela permet de rendre accessibles des discussions naturelles, avec des gens qui bégaient, font des digressions, ont des accents, ou des difficultés pour s’exprimer. C’est donc indispensable d’utiliser des interprètes pour des réunions professionnelles multilocuteurs, des formations, des événementiels, … pour pouvoir participer à égalité de chances. Pour ce qui est de la reconnaissance vocale automatique, elle est utile et intéressante pour l’accessibilité à la communication des personnes sourdes et malentendantes uniquement si le locuteur qui parle s’exprime en dictant ce qui doit s’écrire. Le logiciel de reconnaissance vocale ne sait pas écrire correctement si les gens s’expriment loin du micro, en parlant naturellement, avec des accents, sans articuler correctement… Le logiciel fait des erreurs qui empêchent la compréhension du message oral. Concernant les usages qui peuvent être fait : la majorité des sourds et malentendants oralisant s’appuient sur le son en premier lieu, et le sous-titrage sert de béquille pour vérifier, et compléter la compréhension orale. Un petit nombre de personnes ne peut s’appuyer sur les restes d’audition et doit lire 100 % des sous-titres.

… Comme il n’est pas possible d’utiliser un interprète 24h/24, dans toutes les situations de la vie quotidienne, il est intéressante d’utiliser une appli de reconnaissance vocale pour les conversations informelles de la vie quotidienne, qui sont les plus nombreuses. À condition de dicter. Les applis de reconnaissance vocale automatiquement sont souvent présentées comme des “baguettes magiques”, ce qui provoque de la déception. Au final, il n’existe pas une solution, mais des solutions différentes qui peuvent être pertinentes dans certaines situations mais pas dans d’autres. Et surtout, ce qui va créer de l’inclusion, c’est l’utilisation des outils adaptés, avec les bons usages de communication de l’entourage : – captation de la voix du locuteur dans un micro (bâton de parole), qui permet de réguler la prise de parole, d’une part, et d’envoyer UNIQUEMENT le son de la voix du locuteur (débarrassée des sons parasites) directement dans les aides auditives. Et mise en place d’un sous titrage en temps réel quand il y a besoin.

Reportage avec Samuel Poulingue et Jean-Luc Le Goeller, co-fondateurs de la scop Le Messageur et Solène Nicolas, malentendante. 

Qu’est ce que ça change cette application? 

La surdité et la malentendance sont des handicaps invisibles. Ce dispositif les rend visibles pour le coup, psychologiquement ce n’est pas du tout anodin pour ces personnes. Cela met par ailleurs les personnes qui ne souffrent pas de ces handicaps en situation d’adaptation, ce qui est une autre démarche.

Source fr3.

 

Pour marque-pages : Permaliens.