Études, emmener son enfant handicapé aussi loin que possible… Témoignages…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Témoignages.

Études, emmener son enfant handicapé aussi loin que possible

« Il a fallu faire le deuil du diplôme »

Sophie, 51 ans, mère de quatre enfants

« Après un bac pro en comptabilité obtenu au rattrapage, Ludovic a intégré un BTS d’assistant en gestion PME-PMI. Une entrée dans les études qui était loin d’être une évidence. Lorsque à ses 2 ans, j’ai appris que mon enfant présentait un handicap psychomoteur d’origine génétique, avec dyspraxie, dysphasie et hyperactivité, je me suis demandé s’il allait pouvoir un jour lire et écrire…

Pendant son BTS, la Maison départementale de la personne handicapée a continué à faire le lien avec les enseignants qui, par exemple, photocopiaient en grand format les supports de cours pour faciliter la tâche de Ludovic. Mais mon fils avait du mal à s’intégrer dans les groupes de travail. Il a redoublé sa première année. Puis en seconde année, nous avons, avec ses professeurs, décidé qu’il ne passerait pas les examens, pour éviter de le mettre psychiquement en difficulté.

Il a fallu faire le deuil du diplôme. Pour autant, je ne regrette pas ses trois années d’études. Elles lui ont permis d’être stimulé intellectuellement, d’entrer dans un cadre (se lever, prendre les transports, assister aux cours), d’avoir une vie sociale, d’acquérir des compétences professionnelles. Autant de bénéfices qui ont disparu maintenant qu’il a rejoint un Esat (1), qui envoie – de loin en loin – les jeunes en mission dans des entreprises ordinaires. »

« Au prix d’un constant accompagnement »

Marie, 60 ans, mère de trois enfants

« Quand le plus jeune de mes enfants est entré à l’école, j’avais un objectif : l’emmener aussi loin que possible. Comme les deux autres membres de la fratrie. Même s’il est, de naissance, infirme moteur cérébral et doit se déplacer en fauteuil. Même s’il présente des difficultés de repérage, un trouble de l’organisation de la pensée et une grande fatigabilité.

Par chance, mon enfant a pu tout de suite être scolarisé en milieu d’ordinaire, en bénéficiant d’un accompagnement à plein temps jusqu’à la terminale. Désormais, il est épaulé par d’autres étudiants, qui sont rémunérés directement par l’université pour noter les cours à sa place. Cela lui permet de ne pas dépendre du bon vouloir des autres.

Tout cela peut sembler idyllique. En réalité, si mon fils est aujourd’hui en 5e année de droit, avec la volonté de devenir magistrat, c’est au prix d’un constant accompagnement familial. J’ai abandonné ma carrière de juriste pour organiser sa scolarité, appuyer ses demandes, défendre ses droits, me battre par exemple pour qu’il puisse déjeuner à la cantine, faire face parfois à l’équipe éducative qui voulait l’envoyer dans un établissement spécialisé. Il a fallu solliciter la presse, engager des recours…

Dernièrement, mon fils a vu sa candidature refusée dans les deux seuls masters 2 proposés localement dans le prolongement de son master 1 en droit pénal, qu’il a pourtant terminé 50e sur 350. Il a dû écrire pour expliquer qu’entre les soins spécialisés dont il a besoin, la nécessité de bénéficier d’une aide humaine, ses contraintes de logement et de transport, il ne pouvait pas, contrairement aux autres, postuler ailleurs en France. Vingt-quatre heures plus tard, il recevait un courriel d’acceptation dans l’un des deux cursus. »

(1) établissement et service d’aide par le travail.

Source LA CROIX.

Pour marque-pages : Permaliens.