États-Unis. Incapable de payer les frais médicaux de sa femme, il la tue avant de se suicider…!

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Mercredi dernier, un septuagénaire s’est donné la mort après avoir mis fin aux jours de sa femme malade.

La police a expliqué que le meurtrier avait laissé une note à l’attention du shérif, où il explique ses inquiétudes quant à son incapacité à payer les futurs frais médicaux de son épouse.

États-Unis. Incapable de payer les frais médicaux de sa femme, il la tue avant de se suicider

Le drame se déroule à Ferndale dans l’État de Washington aux États-Unis, ce mercredi 7 août. Un homme de 77 ans se serait suicidé après avoir tué sa femme, selon les premiers éléments de l’enquête communiqués par le shérif Bill Elfo du comté de Whatcom, sur Facebook, et rapporté par People.

Brian S. Jones, le mari, aurait téléphoné aux urgences peu avant son acte aux alentours de 8 h 30 du matin, en disant « Je vais me suicider », arapporté le shérif.

Une note à l’attention du shérif

Malgré des dissuasions de la part de son interlocuteur, le mari explique qu’il a écrit une « note pour le shérif avec des informations et des instructions », avant de préciser qu’ils « seront dans la chambre ».

À l’arrivée de la police, c’est déjà trop tard. Les autorités locales retrouvent les deux corps inanimés, morts par arme à feu. Dans ses explications laissées au shérif, le septuagénaire relate « les graves problèmes médicaux de sa femme », et craint « que le couple n’ait pas assez de ressources pour payer les soins médicaux. »

Interrogé par People, le médecin légiste du comté de Whatcom détaille que le mari a tiré sur sa femme, Patricia Whitney-Jones, âgée de 76 ans, avant de retourner l’arme de poing semi-automatique sur lui-même. En fonction de ces éléments, la police privilégie la piste du meurtre-suicide.

Le shérif a fait part de son émotion sur Facebook en déclarant : « C’est tellement tragique que l’un de nos aînés se trouve dans une situation de désespoir telle qu’il puisse penser que le meurtre et le suicide sont sa seule option. »

Source OUEST FRANCE.

Pour marque-pages : Permaliens.