Des associations réclament 15 millions d’euros pour les animaux des refuges indépendants…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Plusieurs associations de défense des animaux réclament la création d’un fonds d’urgence de 15 millions d’euros permettant de venir en aide aux refuges indépendants, notamment.

Objectif : soutenir des structures durement touchées par la crise du coronavirus.

La crise du coronavirus a privé de nombreuses petites associations et des refuges de fonds. (ILLUSTRATION)

Des associations de défense des animaux veulent que le gouvernement mette en place un fonds d’urgence pour venir en aide aux refuges indépendants et autres associations qui manquent cruellement de fond en raison de la crise du Covid-19. Montant : 15 millions d’euros.

L’association Ethics For Animals, à l’origine de la demande d’aide au ministère de l’Agriculture au côté de One Voice, du collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire et de L’Arche des Associations, indique que la France compte 775 refuges, dont 62 de la SPA et au moins 3 218 associations de protection animale.

Selon elles, le confinement a eu un impact très fort sur les adoptions. Sur l’année 2019, 17 650 animaux avaient été adoptés contre 5 669 jusqu’au 31 mai 2020.

La protection animale, ce n’est pas que la SPA, elle ne représente que 7 à 8 %. Si la SPA arrive à s’autofinancer, ce n’est pas le cas de la majorité des autres structures, a expliqué mardi à Nicolas Castaing de Ethics For Animals qui attend un geste fort du gouvernement depuis plusieurs semaines.

Ces petites associations fonctionnent à flux tendu et vivent des dons de particuliers et des collectes dans les grandes surfaces, les foires, les vide-greniers. Des sources de revenus dont elles avouent être privées depuis la crise sanitaire du coronavirus.

Ethics For Animals multiplie les actions depuis plusieurs semaines. Elle a fait paraître une tribune le 28 juin sur le site du Journal du Dimanche dans laquelle 156 associations et refuges de protection animale demandaient ce fonds d’urgence au ministre de l’Agriculture.

Elle avait déjà envoyé le 26 mai une lettre ouverte de 47 personnalités et un courrier le 8 juin cosigné par 21 députés adressé directement au ministre pour la même requête.

« Un geste fort »

Pour justifier sa demande, l’association a mené une enquête et sorti un échantillon représentatif de 135 associations et refuges.

Il ressort entre 2019 et 2020 une baisse des ressources du 1er janvier au 31 mai de 32 % mais également un accroissement du déficit de 58 %, relève Nicolas Castaing. On évalue ce déficit à 15 millions d’euros même si on est conscient que le besoin est plus important.

Ces 135 associations et refuges génèrent plus de 3 millions d’euros de frais vétérinaires, dont 500 000 € de TVA, affirme-t-il.

On demande au ministère un geste fort. Ces derniers jours il n’a cessé d’avoir des paroles pour la protection animale maintenant on veut des actes, a conclu Nicolas Castaing. Si elles ferment, l’État sera confronté à un problème celui de gérer la gestion des animaux !

Un amendement parlementaire déposé le 25 juin par la députée Samantha Cazebonne (LREM) devrait être soumis mercredi au vote pour tenter de débloquer ces 15 millions d’euros.

Source OUEST FRANCE.

Pour marque-pages : Permaliens.