Covid-19 : les Français de plus en plus enclins à se faire vacciner…

Les Françaises et les Français sont de moins en moins réticents à l’idée de se faire vacciner, d’après un baromètre réalisé par le Centre de recherches politiques de Sciences Po pour le journal “Le Monde”. 65 % des personnes interrogées se dit favorable à une vaccination ou a déjà reçu une première dose.

Plus de 22 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin en France.

 

Les vaccins contre la Covid inspirent de plus en plus la confiance des Françaises et des Français, d’après un baromètre réalisé par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) pour le quotidien Le Monde. Si l’humeur du pays “est toujours à l’inquiétude”, le panel interrogé témoigne d’une plus grande sérénité et d’un plus grand bien-être par rapport au précédent sondage réalisé en février et le nombre de sceptiques réduit considérablement.

Mi-mai, 65 % du panel interrogé dit vouloir se faire vacciner ou avoir déjà reçu une dose, c’est 16 % de plus qu’il y a trois mois. Pourtant, à l’automne 2020, dans plusieurs enquêtes d’opinions, à peine un Français sur deux déclaraient vouloir se faire vacciner. Bien loin derrière d’autres pays européens.

Un regain d’optimisme, lié à la vaccination

Considérée comme la clé principale pour sortir de la crise sanitaire, les vaccins sont donc de plus en plus approuvés par les Français et considérés comme vecteurs d’espoir. Cela s’explique par le nombre grandissant de personnes déjà immunisées, avec plus de 22 millions de premières doses injectées à ce jour (31,5 millions d’injections au total). Et les “vaccino-sceptiques” sont aussi en net recul, d’après ce baromètre avec 20% des personnes interrogées, soit 10 points de moins qu’en février.

C’est bel et bien la “perspective d’un retour à la normale” qui semble convaincre une partie des réticents. 73 % pensent même que “le bénéfice collectif de la vaccination vaut la peine de se faire vacciner contre le Covid-19”, rapporte Le Monde. Et 53 % des sondés pensent que les vaccins permettront de “sortir rapidement de la crise”.

L’inquiétude vis-à-vis des variants, en revanche, est toujours très prégnante avec 71 % des sondés pessimistes sur la maîtrise de l’épidémie ces prochains mois à cause de ces mutations du coronavirus. Autre enseignement de ce baromètre, bien que les aides aux entreprises soient saluées, seulement 38 % des sondés apprécient la gestion globale de la crise par le gouvernement (58 % d’avis opposés).

Source FRANCE INTER.

Pour marque-pages : Permaliens.