Coronavirus : Vocation confirmée, choc… Des étudiants volontaires racontent leur expérience en première ligne aux côtés des soignants…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Certains étudiants en cursus de santé, qui se sont portés volontaires pour prêter main forte pour lutter contre le coronavirus, expliquent l’impact de cette expérience hors du commun sur leur choix d’orientation.

Coronavirus : Vocation confirmée, choc... Des étudiants volontaires racontent leur expérience en première ligne aux côtés des soignants

  • Pendant l’épidémie, certains étudiants en médecine, en soins infirmiers, se sont mobilisés pour aider les soignants sous l’eau.
  • Certains ont accepté de répondre à notre appel à témoignage.
  • Ils racontent comment ils ont vécu cette mission si particulière. Et comment elle a pu changer ou renforcer leurs choix de carrière.

Aller au front sans arme, ni formation. Certains étudiants infirmiers ou à la faculté de médecine se sont portés volontaires pour épauler leurs futurs collègues dans les couloirs des hôpitaux, dans les chambres des Ehpad, au téléphone pendant l’épidémie de coronavirus. Un plongeon précoce et singulier qui peut s’avérer formateur, mais aussi délicat. Certains d’entre eux nous ont confié leur ressenti et comment cette expérience hors du commun a joué dans leurs choix d’avenir.

« Me retrouver dans le grand bain a été une expérience très enrichissante »

Thomas, 21 ans et étudiant en deuxième année de médecine à la faculté de Paris-Saclay a voulu se rendre utile pendant l’épidémie. Sa faculté l’a mobilisé à l’hôpital de Melun (Seine-et-Marne), qui a lancé Terr-e Santé, une cellule de télémédecine dédiée au Covid-19. Une mission qui consistait à rappeler les patients qui sentaient leur état de santé se dégrader. D’un coup, il a collaboré avec des infirmières, médecins coordinateurs, des externes… Et cette expérience, loin des bancs bondés de la fac, lui a beaucoup appris. « Après le concours si difficile de première année, me retrouver dans le grand bain a été une expérience très enrichissante, qui m’a montré les différentes facettes des professions médicales. J’y ai vu de nombreux bons côtés (richesse du raisonnement, de l’interrogatoire médical, confiance des patients…), mais aussi certains aspects que j’avais sous-estimés (certaines personnes minorant notre rôle, ce qui pouvait rester un peu en travers de la gorge lorsqu’on est volontaire).

Ilona, 19 ans, poursuit, elle, un cursus pour devenir infirmière. Elle est envoyée dans un Ehpad dès le lendemain de sa proposition d’aide. Ce n’est pas une découverte pour elle car elle avait déjà réalisé des stages et des boulots d’été dans cet univers. « J’ai été confrontée directement à mon arrivée à la mort d’une résidente. Je me suis dit que pour le coup, je rentrais dans le bain directement. » Avec de nouvelles directives drastiques et des équipes très sollicitées, Ilona n’a pas vraiment eu le temps d’apprendre sereinement le métier. « On m’a indiqué les chambres des résidentes que je prendrai à charge pour la toilette, seule, l’aide à la prise des repas… Je n’ai pas eu de semaine d’adaptation et j’ai surtout suivi les aides-soignantes, alors que je suis étudiante infirmière. J’étais très autonome. » Pour beaucoup d’entre eux, cette mission a pris des allures de formation express. « J’ai appris beaucoup de choses sur l’hygiène, reprend la jeune femme. C’est une formation exigeante pour un métier méticuleux. »

Urgence et solidarité

Ce qui l’a marquée, également, c’est l’urgence. « J’aime prendre le temps de bien connaître les résidents avant de faire leur toilette, mais là ce n’était pas possible. » Surtout que la crise du Covid a modifié les conditions de travail des soignantes. « Les résidents devaient se sentir tellement seuls, en plus on ne voyait plus notre visage entre le masque, les lunettes, on ne pouvait pas les toucher, vu qu’il fallait respecter une certaine distance. C’était plus difficile d’accompagner dans la mort. » Surtout avec des proches éloignés et particulièrement inquiets.

Malgré les difficultés, c’est aussi la fierté qui ressort de ces témoignages. « Ma première semaine était vraiment dure, porter un masque pendant douze heures avec la chaleur était compliqué, explique encore Ilona. J’avais de grosses migraines, j’étais épuisée, mais je rentrais avec le sourire, pensant que pendant cette période de confinement, je ne me tournais pas les pouces mais que je servais à quelque chose. »

Et beaucoup ont pu compter sur une équipe investie et une solidarité précieuse. « A chaque fois que je fais des stages, on me dit qu’il faut avoir une bonne cohésion avec l’équipe, c’est ce qui me plaisait dans ce métier, reprend Ilona. Je l’ai vu encore plus dans cette situation. » Mais certains ont été choqués de voir l’état de l’hôpital public. Car en passant de la théorie à la pratique, « j’ai pu aussi me confronter à la réalité du monde hospitalier : peu de moyens pour le personnel qui se sent oublié, des heures de travail à rallonge, souligne Thomas, étudiant en médecine. J’espère qu’à l’avenir la condition des personnels de santé sera améliorée. »

« J’ai pris conscience que ce métier est ma vocation »

Les défis, déjà nombreux en temps normal, ont été accentués par cette épidémie. « Le manque de matériel obligeait des soignants à travailler en continu pour ne pas changer de protections 7 heures d’affilée », pointe Eliot, étudiant en première année en soins infirmiers dans le Nord Franche-Comté.

Stress, décès des patients, pénurie de masques… Découvrir son futur métier dans des conditions aussi exceptionnelles risque de fausser un premier aperçu. Au point de baisser les bras ? Pour Suzanne, volontaire également, c’est la douche froide. « J’ai vu l’horreur, la panique pour trouver du matériel, le découragement, les pleurs, la colère, déplore-t-elle. Je n’ai pas vu de gens heureux, fiers de leur métier. Je les gênais car je ne savais encore rien faire. Je vais changer d’orientation, sauve qui peut. » Ilona, elle, n’a pas prévu de se réorienter. « C’était une période compliquée, on comptait énormément sur les infirmières, il fallait qu’elles soient encore plus réactives que d’habitude, souligne-t-elle. J’en ai vu pleurer, rentrer chez elles plus tôt car elles n’en pouvaient plus. Je me suis dit ce métier, c’est une charge importante. Mais j’ai quand même envie de continuer dans cette formation. »

Pour Eliot, ces cinq semaines dans un service de rééducation traumatologique n’ont fait que renforcer sa motivation. « J’ai pris conscience que ce métier est ma vocation et que j’ai adoré participer à l’effort national, nous confie-t-il. La médecine de crise est mon domaine, je veux vivre des journées remplies de suspense et d’inattendu. Je vise un poste dans l’armée ou en soins intensifs. » Cette première expérience sur le terrain a donné envie à Thomas de modifier son futur métier. « Cela m’a bien fait réfléchir sur mes futurs choix de spécialité, je souhaiterais me tourner vers une spécialité médicale, et non chirurgicale, car j’ai beaucoup apprécié le contact avec les patients, le côté humain du métier. »

Source 20 MINUTES.

Pour marque-pages : Permaliens.