Media Pi : un collectif sourd a décidé de créer son propre média sur internet…

Face au déficit d’informations généralistes en langue des signes, des sourds ont décidé de lancer « Média Pi », une plateforme numérique d’information en LSF.

Ses initiateurs sillonnent la France pour recruter des abonnés. Ils seront au Mans vendredi.

Média Pi

« Avec la fermeture de WebSourd (une chaine de télévision sur le web, produite par des journalistes sourds) en juillet 2015, le manque d’informations destinées aux sourds s’est révélé criant », explique Noémie Churlet l’une des actrices de ce projet, « pour rendre compréhensible des évènements qui ont bouleversés notre pays cette année-là, des bénévoles ont dû se mobiliser pour diffuser des informations incontournables comme les attentats de novembre 2015 et la COP 21″.

Pour Noémie Churlet, comédienne et animatrice de télévision , « l’accès à l’information est un droit qui concerne tous les citoyens ». C’est pour cela qu’elle a lancé le projet Média Pi.

En 2011, Noémie Churlet était déjà à l’origine de  Art’Pi. Un magazine culturel gratuit promouvant la culture sourde et un succès : 10 numéros tirés à plus de 10 000 exemplaires distribués dans toute la France.

Aujourd’hui, son idée est de créer une plateforme sur internet qui vise à faciliter et à développer l’accès à l’information grâce à une production d’articles en LSF, français classique et français facile, sous forme de textes et de vidéos sous-titrées.
Un média en ligne indépendant, bilingue, original, fait par des sourds, pour les Sourds et tous les autres.

Y seront décryptées et déclinées différentes thématiques en lien avec l’actualité mais avec le prisme « sourd ». Par exemple des reportages et des articles sur  l’immigration en France (les prises de position politiques, la situation des sourds migrants), la réussite au baccalauréat, les programmes électoraux, les enfants sourds et la télévision, la formation pour les jeunes sourds…

« Pour les entendants non-initiés, il semble normal de considérer la personne sourde comme déficiente. En fait, la plupart des sourds se considèrent simplement comme différents. Ils ont une culture et une langue propre, la Langue des Signes. Nous voulons contribuer au développement de cette culture Sourde, la diffuser, la rendre accessible à tous via notre site internet », explique Noémie Churlet, qui poursuit, « en permettant au grand public de découvrir le monde de la langue des signes, sa richesse et sa diversité, nous souhaitons également participer à l’amélioration de la communication entre les cultures sourde et entendante ».

Pour fonctionner la plateforme a besoin de réunir 5 000 abonnés.
Noémie Churlet sera au Mans vendredi pour évoquer le projet et faire le point sur son avancée.
Conférence et présentation du projet Média Pi en collaboration avec l’association des Sourds de la Sarthe. vendredi 24 novembre, salle Les Ardrières, 8 rue du happeau au Mans.

►Plus d’infos sur le site Média Pi

Pi en langue des signes signifie « c’est ce qui est typique », c’est une expression propre à la culture sourde et à la langue des signes. Média Pi est donc l’idée d’un média destiné principalement à la communauté sourde.

Source FR3.

Contre la surdité, «les espoirs de la thérapie génique sont réels»…

Surdité – De nouvelles approches thérapeutiques, dont des transferts de gènes, visent à réparer l’oreille interne.

Contre la surdité, «les espoirs de la thérapie génique sont réels»

Face à l’émergence de nouvelles thérapies pour traiter les surdités, et en particulier la thérapie génique, le Dr Saaid Safieddine, directeur de recherche du CNRS à l’Institut Pasteur, lance et copréside l’organisation du premier symposium international sur les thérapies des atteintes de l’oreille interne (en partenariat avec la Fondation pour l’audition et l’Institut Pasteur) du 1er au 3 novembre prochain, à Marrakech. Une façon de contribuer à rattraper le retard dans la prise en charge de ces troubles. Selon une étude de la Drees, 10 millions de personnes ont des problèmes d’audition, soit 16 % de la population française, dont plus de la moitié estime que cela a des répercussions sur leur vie quotidienne.

LE FIGARO. – Le premier symposium sur les thérapies des atteintes de l’oreille interne a attendu 2017 pour voir le jour. N’y avait-il pas suffisamment à dire jusque-là?

Dr Saaid SAFIEDDINE. – La recherche sur les surdités a des années de retard par rapport à celle d’autres troubles sensoriels ou de maladies. Cela s’explique par la très grande difficulté à étudier l’oreille interne. D’une part, elle est difficile d’accès, nichée dans la boîte crânienne. D’autre part, elle contient très peu de cellules sensorielles: environ 17.000, comparé aux milliards de neurones et aux millions de photorécepteurs dans la rétine, rendant difficile les analyses biochimiques. Enfin, il est quasiment impossible de cultiver ces cellules in vitro car elles sont vulnérables en dehors de leur milieu naturel. Leurs extrémités baignent d’un côté dans un liquide extracellulaire classique et de l’autre dans un liquide particulier fortement concentré en potassium: une configuration impossible à reconstituer en laboratoire. Afin de contourner ces difficultés, notre équipe a adopté une stratégie qui combine génétique et développement de modèles murins mimant fidèlement les surdités humaines, mais les efforts à fournir sont énormes. Cela explique le retard pris y compris pour la thérapie génique par rapport à la cécité, par exemple.

La thérapie génique contre les surdités, cela fonctionne?

Plus d’information, cliquez ici.

Source LE FIGARO.

 

Surdité : « Un handicap qui ne se voit pas » … Le handicap oublié ?

Bretagne. Des malentendants visitaient, hier, le Flore et la Cité de la voile, équipés pour être accessibles. Ce n’est pas le cas partout.

Sourds - Surdité

« Pour de nombreuses personnes sourdes ou malentendantes, suivre une visite guidée de monument ou de musée, comprendre les films projetés ou les animations sonores relèvent vite de la mission impossible. Sans accessibilité adaptée, ces personnes ont le choix entre suivre le mouvement sans rien comprendre ou s’abstenir de la visite. » Jeanne Guigo, vice-présidente de l’association Oreille et Vie, sait de quoi elle parle. Elle est devenue sourde et vit appareillée.

Le théâtre ? « On n’y va pas. » Le cinéma ? « À Lorient, on a le droit à un film en français sous-titré par mois. » « On attend les sorties en DVD », souffle Isabelle Vallée, malentendante.

« Dernière roue de la charrette »

Elles se sentent oubliées. « Nous sommes dans plusieurs commissions d’accessibilité et on se rend compte que la surdité est la dernière roue de la charrette. On pense aux fauteuils roulants, aux malvoyants La déficience auditive est un handicap qui ne se voit pas. En 10 ans, il y a eu du progrès. C’est inscrit dans les textes : l’information destinée au public doit être diffusée par des moyens adaptés aux différents handicaps dans les établissements recevant du public. Mais il y a encore du boulot ! »

Certains responsables de musée s’efforcent d’équiper leur établissement. C’est le cas du sous-marin Flore et de la Cité de la voile. Oreille et vie proposait, hier, à ses adhérents qui peuvent comprendre la parole de visiter ces deux musées. Ils étaient une dizaine venus de Vannes, Pontivy, Lorient…

Le guide, Nicolas, a proposé dès l’entrée les équipements disponibles, audiophone relié à une boucle magnétique ou à un casque, ou documentation « si c’est fatigant au niveau de l’écoute. » La boucle magnétique permet de transmettre par induction magnétique le son qui sort d’un micro ou d’une sonorisation aux personnes appareillées, sans subir les interférences des bruits environnants. Le petit groupe a ainsi pu plonger au coeur du sous-marin.

Source OUEST FRANCE.

L’Auto. Perfectionnement à la conduite pour sourds et malentendants…

Auto – Conduite – Perfectionnement. Des stages de pilotage gratuits en compagnie d’interprètes de la langue des signes, pour aider les sourds et malentendants détenteurs du permis de conduire, à se perfectionner.

Perfectionnement à la conduite pour sourds et malentendants

Pour aider les sourds et malentendants, détenteurs du permis de conduire à se perfectionner, et à pouvoir faire face à des situations d’urgence, le groupe Macif leur propose des stages de pilotage gratuits, en compagnie d’interprètes de la langue des signes.

On compte en France pas moins de six millions de personnes sourdes et malentendantes

C’est à toutes ces personnes handicapées – enfin à toutes celles détentrices du permis de conduire – que le groupe MACIF a eu l’idée, dans le cadre de sa politique de prévention, de proposer des stages gratuits de perfectionnement à la conduite automobile.

Des instructeurs à la conduite et des interprètes pour les stagiaires

A l’aide d’instructeurs venant de l’école de pilotage du Mans, doublés d’interprètes de la langue des signes de l’association Sourdline, le Groupe MACIF a donc monté ces stages gratuits et inédits permettant, sur une demi-journée, à tous les stagiaires volontaires de réviser leurs connaissances du code de la route, et qui plus est, de faire face à des situations d’urgence.

Au programme, freinages d’urgence, dérapages et évitements

Au programme des exercices pratiques de freinage, d’évitement, et de maîtrise d’un véhicule en perte d’adhérence. Des exercices rendus possibles à bord de véhicules dotés d’un dispositif de petites roues supplémentaires permettant de reproduire les circonstances d’un sous-virage ou bien au contraire d’un survirage. Trois stages ont déjà été organisés, le premier en région parisienne, puis à Lyon et à Toulouse, le dernier de cette série se déroulera cette semaine à Poitiers.

Des stages instructifs et pédagogiques pour sensibiliser les pouvoirs publics

Mais au-delà de permettre à ces stagiaires d’adopter de bonnes attitudes en fonction de leur handicap et de travailler les bons réflexes, de savoir gérer les situations d’urgence, bref de se sentir plus à l’aise au volant dans toutes les circonstances, ces stages ont aussi une valeur pédagogique. Ils sont en effet destinés également à sensibiliser les pouvoirs publics sur les difficultés qui existent en France à trouver des auto-écoles handi et à pouvoir suivre des formations adaptées post-permis.

Source 20 Minutes.

Handicap – Lyon: Des dizaines de coureurs vont faire le «Run in Lyon» pour Nils, un enfant handicapé…

  • Le 1er octobre, les coureurs s’élanceront avec des maillots aux couleurs de Debout avec Nils, une association créée par les parents de l’enfant.
  • Les fonds récoltés serviront à financer une partie des soins et matériel nécessaires pour faire progresser Nils et lui offrir davantage d’autonomie.

«Run in Lyon» pour Nils, un enfant handicapé

Le 1er octobre, des dizaines de milliers de coureurs s’élanceront pour une course de 10 km, un semi-marathon ou à un marathon dans le seul objectif de tester leurs performances sportives. Mais pour une quarantaine de participants au Run in Lyon, cette épreuve sera aussi, au-delà du défi personnel, l’occasion de courir aux couleurs de Debout avec Nils, une association créée en 2016 par Juliane et Gérald pour aider leurs fils de 5 ans.

Ce petit blondinet aux yeux bleus et au sourire malicieux est né en 2012 à 6 mois de grossesse. Grand prématuré, Nils, atteint d’une forte surdité, présente aujourd’hui un retard neuro-moteur. « Il est atteint d’une tétraparésie dystono-spastique qui touche ses quatre membres. Le cerveau n’envoie pas les bonnes informations aux muscles », explique Juliane, sa maman, âgée de 38 ans.

Source 20 Minutes.

Journée mondiale de la surdité : l’espoir de la thérapie génique…

Surdité – À l’occasion de la journée mondiale des sourds, on fait le point sur la thérapie génique qui, selon des chercheurs français, pourrait être efficace dans le cadre du syndrome d’Usher de type 1, qui entraîne une surdité profonde dès la naissance.

Audioprothésistes

 

 

 

 

 

 

 

Ce samedi 23 septembre 2017, c’était la journée mondiale des sourds. L’occasion de rappeler qu’en France, 5 millions de personnes présentent des troubles de l’audition : parmi celles-ci, 55 % souffrent de surdité légère (perte d’audition de 20 à 40 dB), 33 % sont atteints de surdité moyenne (perte d’audition de 40 à 70 dB), 9 % présentent une surdité sévère (perte d’audition de 70 à 90 dB) et 3 % sont sourds profonds (perte d’audition de plus de 90 dB).

Dans certains cas, la surdité est provoquée par des facteurs génétiques – ainsi, le syndrome d’Usher de type 1 (USH1) est une maladie génétique qui associe une surdité profonde dès la naissance (le nouveau-né ne perçoit quasiment aucun son), des troubles de l’équilibre et des troubles de la vue progressifs.

Heureusement, la recherche progresse : ainsi, ce 5 septembre 2017, des chercheurs français (Institut Pasteur, Inserm, CNRS) ont publié des travaux prometteurs dans la revue spécialisée PNAS. Selon les scientifiques, en cas d’USH1, la thérapie génique pourrait être efficace afin de rétablir l’ouïe et l’équilibre.

Bientôt des essais cliniques sur les humains ?

Leurs expériences ont été menées sur des souriceaux souffrant du syndrome d’Usher de type 1 : en utilisant un virus inoffensif pour la santé, les chercheurs ont injecté à ceux-ci le gène USH1G, dont la mutation peut entraîner l’apparition de la maladie – on parle de « transfert de gène par vecteur viral ».

Résultat ? Les scientifiques ont constaté que cette injection (réalisée au niveau de l’oreille interne) rétablissait « la structure, très endommagée dès la naissance, de l’appareil de transduction mécano-électrique des cellules ciliées, et ont ainsi permis aux souriceaux de recouvrer, et ce de manière durable, partiellement l’ouïe et complètement l’équilibre »

« Une seule injection [est] suffisante pour améliorer l’audition et l’équilibration chez les souriceaux atteints, […] en rétablissant la production et la localisation de la protéine concernée dans les cellules ciliées » Les premiers bienfaits de cette technique ont été observés dès 48 heures après l’injection. Une étape importante vers la conception d’essais cliniques destinés à l’humain.

Source TOP SANTE.

 

Ava, l’application qui traduit les conversations pour les sourds et les malentendants…

Plus vite que son ombre ! ÇA MARCHE !!!

Un pont entre deux mondes. L’application AVA (pour Audio visual accessibility), lancée mercredi 5 juillet, veut créer de la conversation entre sourds et entendants.

Le principe est simple: d’abord, vous parlez dans votre téléphone, pour enregistrer votre voix. Une fois suffit. Ensuite, vous vous connectez à l’appli et vous invitez vos amis/collègues/proches à rejoindre la conversation. Puis, ce que disent les uns et les autres s’affiche quasiment en temps réel sur l’écran du téléphone, « avec une marge d’erreur de 90% », souligne Thibault Duchemin, l’un des concepteurs du programme.

Ava est censé retranscrire une conversation impliquant jusqu’à 12 membres, connectés à l’application en wifi via leurs smartphones ou tablettes….

AVA - Sourds - Malentendants

Plus d’information, cliquez ici.

Source Huffingtonpost.

Grenoble: Ils apprennent la langue des signes lors d’un stage d’été…

Passer des vacances utiles, c’est possible et c’est le choix qu’a fait une trentaine de stagiaires de la villa Casamaures. Le célèbre site associatif, situé sur la commune de Saint-Martin-le-Vinoux propose de s’ouvrir à un nouveau langage, celui de la langue des signes.

La Casamaure racontée par le signe. Le signe pour suppléer l’absence de son. Mais le signe pour raconter, d’abord. Une histoire d’amour pour une femme, une fascination pour la culture orientale… la langue des signes a tous les mots qu’il faut.

Et pour apprendre, rien de tel qu’une petite session estivale de 60 heures dans la salle de cours de la Casamaure…

Langue des signes

Plus d’information, cliquez ici.

Source FR3.

Pôle emploi teste un dispositif d’accueil pour les sourds et malentendants…

Le dispositif sera déployé progressivement dans toutes les agences de métropole et d’Outre-mer de mi-novembre à fin décembre.

Pôle emploi expérimente depuis juin un dispositif d’accueil pour les demandeurs d’emploi sourds et malentendants, qui leur permet de communiquer avec leur conseiller en langue des signes, selon un document transmis aux syndicats de l’établissement public et consulté vendredi par l’AFP.

Lorsqu’ils se rendent en agence, « avec ou sans rendez-vous », les demandeurs d’emploi sourds sont accueillis par un conseiller muni d’une tablette tactile. Grâce à une application, le conseiller et le demandeur d’emploi peuvent se connecter à une « plateforme de visio » (visioconférence) pour se mettre en relation avec un « interprète en langue des signes française », selon le document de la direction de Pôle emploi…

Accueil Sourds - Malentendants

Plus d’information, cliquez ici

Source Valeurs Actuelles

Une appli pour briser l’isolement des Sourds/ Malentendants..

Sourds – Malentendants. Conçue par un ingénieur français, Ava permet aux sourds et malentendants de lire ce que disent les différents participants d’une conversation.

Parler à plusieurs, rien de plus naturel pour la plupart d’entre nous. Mais pour les sourds et malentendants, les conversations avec plus d’un interlocuteur «oralisant» sont des situations inconfortables. Lire sur les lèvres des uns et des autres est rendu difficile par l’enchaînement des interventions, la personne sourde voit lui échapper beaucoup d’informations et se retrouve rapidement perdue.

Ce constat, Thibault Duchemin, jeune ingénieur figurant parmi les 10 meilleurs innovateurs français distingués par le prestigieux MIT et l’Atelier BNP-Paribas cette année, l’a fait très tôt. Seul entendant de sa famille (ses parents et sa sœur sont sourds), il accompagnait ses parents chez le médecin ou à la banque et était témoin de leurs difficultés…

Appli Sourds Malentendants

Plus d’information, cliquez ici.

Source Le Figaro.