Logement Handicap – Moins de normes et plus de places: Macron dévoile sa réforme du logement…

Le président de la République veut notamment augmenter la construction de logement neufs, grâce à limitation des normes environnementales et sociales.

Emmanuel Macron préconise un « choc de l’offre » pour résoudre la crise du logement.

Le président de la République veut notamment augmenter la construction de logement neufs, grâce à limitation des normes environnementales et sociales.

Quid des normes handicap actuelles ? Lesquelles dans le futur ?…..

Emmanuel Macron préconise un « choc de l’offre » pour résoudre la crise du logement. En déplacement à Toulouse, le chef de l’Etat a dévoilé ce lundi les grands axes de sa réforme du logement, destinée à accélérer la construction immobilière et baisser les loyers.

Le président de la République a ainsi annoncé la création de 50 000 places supplémentaires pour le logement d’urgence dans des pensions de famille ou le parc locatif, pour remplacer les nuitées d’hôtels.

« On va sortir d’une logique ou on fait que du traitement d’urgence (…) et on va plutôt essayer de les mettre dans du logement plus durable » a indiqué le chef de l’Etat, interpellé à la mi-journée par un membre de l’association Le Droit au Logement.

Ce volet, baptisé « Logement d’abord » et destiné aux personnes en grande précarité, fera l’objet d’une « mise en oeuvre accélérée dans 15 territoires volontaires dont Toulouse », a expliqué le président.

Efforts sur le logement neuf

Autre priorité: accroître la construction de logement neufs. Emmanuel Macron souhaite porter à 40 000 par an dès 2018 et « sur tout le quinquennat » la construction de logements « très sociaux » et faire augmenter « massivement » la construction dans le parc libre, grâce à « une réduction des exigences des normes » environnementales et sociales.

Dans le parc libre, « il faut construire davantage » car « on a besoin de plus de logements », a-t-il poursuivi. Le chef de l’Etat, opposé à un nouvel encadrement des loyers, juge que cette hausse de l’offre sera de nature à diminuer le coût du logement en France.

« Nous mettrons en place un vrai choc d’offre qui permettra sur des territoires donnés, où le prix du logement s’est envolé, sur un temps donné, une politique de libération du foncier public et privé, une politique de réduction des exigences des normes, de réduction des délais de recours, qui coûtent très cher pour pouvoir produire massivement en quelques années », a insisté le président de la République.

« Il faut du pragmatisme »

« Vous en entendrez parler, il y aura énormément de (gens) qui s’élèveront contre ça, tous ceux qui ont dit (que) ces normes (sont) sur tout le territoire pour tout le monde » : « on me dira que je ne respecte pas l’environnement, ou parfois le handicap, parfois ceci ou cela. Mais il faut du pragmatisme », car « c’est essentiel pour résoudre le problème du logement », a-t-il conclu.

« On peut créer tout le logement social de la Terre » mais « dans toutes les zones où le prix a monté on ne sort pas du logement social. C’est pour cela qu’il faut pouvoir construire plus dans le (parc de logements) libre ».

Handicap – Seine-et-Marne : la bataille du rail accessible…

Handicap – Transport SNCF – En Seine-et-Marne, la SNCF a réussi à faire l’unanimité contre elle en reportant de quatre ans les travaux de mise en accessibilité de trois gares. Dont celle desservant la MDPH. Les élus locaux, l’APF et même le principal financeur des travaux demandent à ce que le chantier soit maintenu.

Un étonnant carton d’invitation a circulé sur les réseaux sociaux. Une invitation à manifester à l’appel de la Mairie et du Conseil municipal de Savigny-le-temple, de l’Association des Paralysés de France (APF) et de la Fédération des usagers des transports et des services publics. Élus, personnes handicapées et voyageurs, même combat ! Le mot d’ordre : « Pourquoi pas moi ? Je veux une gare accessible. »

Vendredi 8 septembre, en fin d’après-midi, quelque 150 personnes se sont donc retrouvées devant la gare de Savigny-le-Temple, une ville de 30 000 habitants en Seine-et-Marne. En cause, la décision de la SNCF, SNCF Réseau plus exactement, de reporter de quatre ans la mise en accessibilité de trois gares desservies par le RER D. Dont celle de Savigny-le-Temple, située à 400 mètres de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du département.

Des travaux pas avant 2021 au lieu de 2017

Ces travaux figurent pourtant dans l’agenda d’accessibilité programmée (SDA-Ad’ap), adopté en juillet 2015 par le syndicat des transports d’Île-de-France, l’autorité organisatrice des transports collectifs dans cette région, devenu depuis Île-de-France mobilités. En novembre 2016, lors d’une réunion, SNCF Réseau avait même présenté aux élus de Savigny-le-Temple les travaux d’accessibilité qui devaient démarrer à l’été 2017.

Et puis, quelques mois plus tard, changement de programme. SNCF Réseau décide, unilatéralement et sans en informer les associations de personnes handicapées, de reporter le chantier à « 2021 pour une mise en service en 2022 ». Un article du Parisien, paru fin juillet, dans lequel Marie-Line Pichery, la maire de Savigny-le-Temple, fait part de sa colère et alerte les représentants départementaux de l’APF.

Pas assez de personnels pour mener à bien les chantiers !!!

Plus d’information, cliquez ici.

Source FAIRE FACE.

Handicap – Auvergne – Rhône Alpes – De nouvelles aides pour les lycéens en situation de handicap…

Handicap – Il y a une semaine, le président d’Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, présentait son plan régional du handicap qui passera notamment par l’innovation technologique.

Aujourd’hui, la conseillère régionale Iséroise Sandrine Chaix, en charge justement de cette thématique, revient sur les nouveautés de la rentrée pour les lycéens en situation de handicap.

Quels sont ces dispositifs et quel est leur but ?

Ils ont été pensés pour faciliter la rentrée scolaire des lycéens en situation de handicap. En coordination avec Béatrice Berthoux, vice-présidente aux lycées, et Marie-Camille Rey, vice-présidente à la jeunesse, on les a intégrés dans la nouvelle carte jeune, le Pass’Région. Ils sont au nombre de trois. Le premier concerne le problème du poids des livres que toutes les familles connaissent bien. Or, quand on se déplace en fauteuil, leur transport est encore plus difficile. Donc, nous avons décidé de doubler l’aide financière pour les manuels scolaires pour les lycéens en situation de handicap. Ainsi, pour des élèves de seconde par exemple, on passe de 100 à 200 euros, afin qu’ils puissent acheter un second jeu de bouquins. Le premier reste au lycée, le second à la maison. Cela évite de trop charger les jeunes, dont certains doivent déjà transporter d’autres sacs pour leurs soins durant la journée.

Le deuxième dispositif concerne les livres numériques ?

Oui, toujours dans le Pass’Région, nous avons intégré pour la première fois une aide aux livres en format numérique. En fait, tout est parti d’une lettre que j’ai reçue l’an passé. Une maman de Savoie me disait qu’elle n’avait pas pu obtenir d’aide de la Région pour l’achat des livres numériques, car le dispositif installé ne concernait que les manuels “papier”…..

Aide lycéens en situation de handicap - Auvergne-Rhône-Alpes.

Plus d’information, cliquez ici.

Source LE DAUPHINE LIBERE.

Arthrose. Les cas ont doublé en 50 ans à cause de notre mode de vie …

Des chercheurs américains ont calculé que le nombre de cas d’arthrose du genou avait doublé entre le milieu du XXe siècle et aujourd’hui. En cause, quelques éléments extérieurs mais surtout l’évolution du mode de vie.

D’après l’étude publiée le 29 août dernier, l’arthrose du genou serait notamment liée à notre alimentation et notre activité physique.

Le nombre de personnes souffrant d’arthrose du genou a été multiplié par deux depuis le milieu du XXe siècle. Certains facteurs extérieurs expliquent en partie le phénomène, comme l’évolution de la forme des chaussures ou la nature du revêtement sur les trottoirs. Mais les causes principales relèvent de notre comportement.

9 à 10 millions de malades…

Des chercheurs américains ont publié une étude en ce sens le 29 août dernier, dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Dans leurs travaux, les scientifiques ont comparé les chiffres actuels et ceux datant de la période préindustrielle en matière d’arthrose du genou.

Cette maladie touche aujourd’hui 9 à 10 millions de Français, rappelle Le Point. Les spécialistes expliquent ce chiffre par notre mode de vie. La nourriture dans notre assiette serait trop grasse et trop sucrée. Cette alimentation favoriserait les inflammations chroniques bénignes, plus tard aggravées par le manque d’activité physique.

Soigner par la prévention…

L’inactivité grandissante affaiblirait les muscles périarticulaires, qui ne seraient alors plus capables d’équilibrer la position des cartilages du genou. Le manque d’exercice contribuerait aussi à l’amincissement de ces cartilages, ce qui augmenterait le risque d’arthrose.

Cette maladie s’ajoute à la liste des problèmes de santé auxquels nous pouvons toutefois remédier. Il faudrait pour cela surveiller son alimentation et pratiquer une activité physique régulière…

Plus d’information, cliquez ici.

Source Ouest France.

Handicap : gravir le Kilimandjaro pour convaincre au sommet…

Handicap – Gravir le Kilimandjaro en fauteuil roulant. C’est le pari fou que s’est fixé Yann Jondot, maire de Langoëlan. Il souhaite faire passer un message fort au sommet de l’État pour faire respecter et financer les lois d’accessibilité de lieux publics et privés aux personnes handicapées.

Yann Jondot maire de Langöelan dans le Morbihan est devenu handicapé suite à un accident de moto. Militant, il œuvre au quotidien dans sa commune pour faire passer le message de l’accessibilité, et surtout le faire appliquer. Après avoir fait construire des logements adaptés, il a décidé d’aller plus loin dans son investissement et d’interpeller l’État. Le 18 octobre prochain, il ira gravir le Kilimandjaro.

Avec ce nouveau  défi, Yann Jondot veut rappeler au chef de l’État ses engagements lors de la campagne présidentielle. Emmanuel Macron avait fait six promesses. Il avait notamment déclaré « Ce sera l’une des priorités de mon quinquennat parce qu’aujourd’hui, il y a des dizaines de milliers de personnes en situation de handicap qui sont sans solution. »

D’un sommet vers un autre

Aller au sommet pour convaincre le sommet de l’État, c’est ce qu’espère Yann Jondot. Le voyage au Kilimandjaro doit durer 12 jours et aura aussi pour ambition de soutenir des personnes handicapées, sur place. « On va apporter un container avec du matériel médical et para-médical ainsi que des fournitures scolaires, en collaboraton avec Kerpape. On va également aider deux personnes à monter leur projet professionnel. » explique Yann Jondot. Il est possible de participer financièrement à ce projet en envoyant un mail à la mairie, pour ceux qui le souhaitent.

Après le Kilimandjaro, Matignon

En novembre, Yann Jondot aura rendez-vous à Matignon. Il a trois revendications :

mettre des panneaux indiquant un label « handicap » pour chaque commune de France, qui témoignerait d’un effort collectif sur les questions d’accessibilité,
que le budget de l’enveloppe parlementaire (désormais supprimée) soit redistribué à l’accessibilité, « une priorité nationale » voulu par Emmanuel Macron
la défiscalisation des travaux d’accessibilité, menés par des structures privées. 

Un livre blanc, rédigé par des personnes en situation de handicap non visible devrait également être remis au gouvernement à ce moment-là.

Yann Jondot

Plus d’information, cliquez ici.

Source FR3.

EHPAD – Seniors – Baisse des contrats aidés : la goutte de trop pour les Ehpad…

EHPAD – Restriction budgétaire – Déjà frappés par une nouvelle restriction budgétaire, une de plus, les Ehpad vont devoir faire face à la réduction de l’enveloppe des contrats aidés. Les différents syndicats et associations espèrent que le gouvernement se montrera bienveillant pour un secteur déjà en crise.

Noyé à cause des réductions budgétaires, le personnel des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) craint que la baisse programmée des contrats aidés lui maintienne la tête sous l’eau. Le gouvernement d’Edouard Philippe souhaite diviser par deux en deux ans l’enveloppe destinée à ces contrats financés en grande partie par l’Etat.

De 459.000 en 2016, tous secteurs confondus, le nombre de contrats aidés signés ou renouvelés passera à 310.000 en 2017, et le Premier ministre a laissé entendre que le chiffre descendrait sous les 200.000 en 2018.

Selon la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), un contrat de travail est considéré comme « aidé » quand l’employeur bénéficie d’aides (subventions, exonérations de cotisations sociales, aides à la formation), qu’il concerne des personnes « rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi », soit des jeunes peu diplômés ou des chômeurs de longue durée proches de la retraite, et que les pouvoirs publics décident du volume de ces contrats….

EHPAD - Crise

Plus d’information, cliquez ici.

Source France Info.

Handicap – Ordonnances : Des féministes dénoncent les conséquences des ordonnances (le handicap est concerné… !) réformant le Code du travail

Parmi les mesures dénoncées figure le plafond «très faible» des indemnités prud’homales, «qui s’appliquera demain par exemple si vous êtes licenciée par manque de disponibilité en raison de votre situation de famille ou en raison d’un handicap»…

Elles vont «accroître les inégalités professionnelles» entre les femmes et les hommes. Une cinquantaine de personnalités et organisations féministes dénoncent les conséquences des ordonnances réformant le code du travail dans une tribune postée mercredi sur les réseaux sociaux.

Ne pas «brader les droits des femmes»

«Les salariés les plus touchés par la réforme sont ceux en CDD ou travaillant dans des petites entreprises. Deux catégories où les femmes sont surreprésentées. Plusieurs mesures vont donc peser particulièrement sur les femmes et accroître les inégalités professionnelles», estiment les signataires. Ils appellent le président de la République, Emmanuel Macron, et la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, à ne pas «brader les droits des femmes» aux «exigences du Medef»….

Parmi les mesures dénoncées figure le plafond «très faible» des indemnités prud’homales, «qui s’appliquera demain par exemple si vous êtes licenciée par manque de disponibilité en raison de votre situation de famille ou en raison d’un handicap»…

Indemnités prud'homales - Handicap

Plus d’information, cliquez ici.

Source 20 Minutes.

Contrats aidés, baisse des dépenses… : les élus locaux voient rouge…

En colère après la baisse du nombre des contrats aidés, le flou autour de la suppression de la taxe d’habitation et la méthode gouvernementale, les associations d’élus locaux ont détaillé le 6 septembre leurs motifs d’amertume.

L’histoire d’amour n’aura pas duré longtemps entre Emmanuel Macron et les élus locaux. « Après avoir beaucoup souffert sous le mandat de François Hollande (…), nous avons regardé avec bienveillance la Conférence nationale des territoires. Nous avions confiance » explique François Baroin, le président de l’Association des maires de France, en guise d’introduction à cette conférence de presse qui réunit toutes les associations d’élus du bloc communal.

« Pourtant, le jour même de cette rencontre au Sénat, la baisse des dotations est passée de 10 milliards d’euros [l’engagement de campagne du Président NDLR] à 13 milliards. Et le lendemain, on nous annonce encore 300  millions de surgel de dotation ! » détaille le maire de Troyes.

La confiance est rompue entre le Président et les élus locaux…

Elus locaux

Plus d’information, cliquez ici.

Source LA GAZETTE.

Handicap – Des enfants handicapés privés de rentrée, faute de contrats aidés !

Handicap- Rentrée scolaire – Dans le Pas-de-Calais, 105 jeunes handicapés n’ont pas pu faire leur rentrée des classes lundi en raison du gel des contrats aidés voulu par le gouvernement. Une situation compliquée pour les parents qui doivent s’organiser pour trouver des solutions.

Jugés « inefficaces et coûteux » par la ministre du Travail, Muriel Penicaud, les contrats aidés vont voir leur nombre décroître considérablement.

C’est parce que l’engagement de ceux qui devaient les accompagner ou les conduire en classe n’a pas été renouvelé qu’une centaine d’enfants handicapés, scolarisés en établissement spécialisé, a été privée de rentrée ce lundi, révèle France 3 Hauts-de-France.

Plus de quarante postes menacés.

L’association La Vie Active, qui intervient dans la prise en charge et l’accompagnement de handicapés du Pas-de-Calais s’insurge : « Nous sommes directement frappés par cette décision. Aujourd’hui, sept contrats nous font défaut et 105 enfants n’ont plus de transport scolaire »,explique Guillaume Alexandre le directeur général.

Au total, 46 chauffeurs et accompagnateurs dans le secteur de l’enfance sont directement impactés. « Et le phénomène va encore s’amplifier puisque les contrats vont s’éteindre au fil du temps », ajoute Guillaume Alexandre. Pourtant, la majorité des 1 272 jeunes scolarisés dans des instituts médico-éducatifs (IME) du département ne peuvent se passer de ce ramassage scolaire…

Plus d’information, cliquez ici.

Source OUEST FRANCE.

 

Handicap. L’allocation adulte handicapé revalorisée à 900 € ?

L’allocation adulte handicapé (AAH) doit être revalorisée pour 2018. L’annonce officielle est prévue lors d’un comité interministériel du handicap (CIH) le mercredi 20 septembre. Selon Sophie Cluzel, la secrétaire d’État en charge du handicap, l’AAH pourrait atteindre les 900 €.

L’Allocation adulte handicapée (AAH) pourrait atteindre les 900 €. Sa revalorisation, prévue pour 2018, sera en tout cas annoncée lors d’un comité interministériel du handicap (CIH) le 20 septembre prochain. L’information a été précisée ce mardi par Sophie Cluzel, en marge d’un déplacement dans une école du XIIe arrondissement de Paris déplacement dans une école du XIIe arrondissement de Paris.

La secrétaire d’État chargée du handicap a également rappelé sa volonté de poursuivre la professionnalisation des auxiliaires de vie scolaire (AVS) et l’accompagnement des enfants handicapés en dehors de l’école, par exemple dans les activités périscolaires…

Plus d’information, cliquez ici.

Source OUEST FRANCE.