«Des situations rocambolesques» : des travailleurs sourds et malentendants racontent leur quotidien avec le masque…!

Obligatoire dans les lieux collectifs clos depuis le 1er septembre, le port du masque représente une difficulté supplémentaire pour les travailleurs sourds et malentendants.

À paris, le masque est obligatoire en extérieur comme dans les bureaux.

«J’ai été prise de court.» Nathalie*, sourde de naissance, redoute son retour dans son entreprise depuis que le gouvernement a annoncé pendant ses congés que le port du masque était rendu obligatoire dans les locaux fermés à partir du 1er septembre. Une mesure mise en place par son employeur dès le 24 août.

Cela fait en effet une semaine que le gouvernement a publié le nouveau protocole sanitaire qui établit les différentes règles à suivre en entreprise. Concrètement, tous les employés se trouvent dans l’obligation de porter un masque lorsqu’ils se déplacent dans l’enceinte des locaux de l’entreprise, mais aussi lorsqu’ils sont installés à leur bureau. Une situation inédite, génératrice d’inconfort pour tous les salariés, mais qui constitue surtout un véritable rempart à la communication pour les travailleurs sourds et malentendants. «Avant, mes collègues baissaient les masques, en réunion également, avec plus ou moins la distanciation respectée (…) Je me demande comment je vais faire pour les réunions… Mais s’il est impossible de lire sur les lèvres, la question ne se posera plus», poursuit Nathalie, fataliste.

Son entreprise travaille à corriger cette problématique avec des masques transparents, mais cette alternative aux masques grand public montre certaines limites. «J’ai appris que ma manager avait pris contact avec le médecin du travail (…) ; elles ont passé une commande de deux masques transparents pour tester. Étant encore en congés, ma manager a envoyé une vidéo de test. Test peu concluant à cause des reflets, mais pour donner un vrai avis, il faudra attendre que je sois sur site !» Un résultat en demi-teinte, donc, qui a révélé une autre contrainte, selon Nathalie. «Ce qui m’inquiète le plus, c’est que ma manager a trouvé les masques très inconfortables à porter et qu’elle ne se voit pas les porter plus de 30 min.»

Dans l’entreprise d’Antoine*, sourd de naissance, la question des masques a été anticipée dès le début du mois de juin. Contacté par Le Figaro, ce cadre explique que son entreprise a commandé un lot de masques transparents pour ses salariés mais que la commande n’a toujours pas été livrée. «Le besoin en masques transparents a été anticipé très tôt en juin, de façon remarquable, mais le fait que ce soit nouveau fait que la commande tarde à arriver. C’est frustrant également pour mes collègues qui ont souhaité que je commande des masques transparents de mon côté pour aller plus vite, sauf que nous nous heurtons aux mêmes problèmes de délai que les commandes en grandes quantités…»

Bien qu’il n’ait pas encore essayé ces masques, Antoine redoute également des problèmes de reflets et de confort pour ses collègues. «On manque encore de recul sur l’efficacité des masques transparents par rapport à la buée, les reflets et le confort pour la personne entendante qui le porte et pour laquelle nous pouvons avoir de l’empathie !».

Les entreprises cherchent des alternatives

Pour pallier l’absence de masques transparents et anticiper de potentielles gênes quant à leur future utilisation (buée, confort…), les entreprises explorent d’autres pistes en attendant de réelles solutions.

L’employeur de Chloé*, n’a pas eu à trop réfléchir à la question. Cette cadre dans une grande entreprise, sourde de naissance, a opté pour le télétravail à plein temps. «Depuis le début du confinement je télétravaille, bien équipée, avec des aménagements en visio-interprétation, vélotypie ou bien par lecture labiale en face-à-face virtuel. J’anime des réunions, des webinars, des brainstormings sans de trop grandes difficultés.» De cette expérience, elle retire un enseignement contre-intuitif : «L’avantage du télétravail, c’est que personne ne porte un masque, ce qui rend presque intacte la communication non verbale.»

Même solution pour Antoine, qui a été autorisé par son entreprise à rester davantage en télétravail. «Mes collègues sont à l’écoute et me laissent l’opportunité de continuer à pleinement télétravailler tant que la situation des masques transparents n’est pas réglée.» Pour les réunions de travail, il faut donc s’organiser, puisque ses collègues sont obligés d’être seuls dans une pièce pour pouvoir retirer leur masque et ainsi permettre à Antoine de suivre la conversation. «Cela peut amener à des situations rocambolesques, comme obliger mes collègues sur site à faire la réunion chacun de leur côté dans une pièce close afin qu’ils puissent enlever leur masque !» plaisante-t-il.

Mais sur le long terme, le télétravail n’est pas la solution idéale non plus. «C’est tout de même un peu frustrant de ne pas être sur place dans les moments informels qui participent aussi à la vie d’entreprise, surtout avec de nouveaux collègues.» confie Antoine. Un sentiment partagé par Chloé, qui se trouve un peu isolée de ses collègues : «le lien social fait défaut si l’on ne pense pas à me contacter, un peu comme se croiser dans le couloir et discuter.»

Les indépendants aussi…

Marie* est chirurgien-dentiste pédiatrique, sourde de naissance, appareillée et implantée. La lecture labiale lui est habituellement d’une grande utilité au quotidien car son audition seule ne lui permet pas de différencier tous les sons, ce qui peut engendrer des confusions et de la fatigue.

«Actuellement, à cause de la pandémie, les accompagnants de mes patients portent le masque au cabinet tandis que les enfants que je soigne ne le portent évidemment pas. Au début d’une consultation, je prends toujours le temps de discuter avec les parents/accompagnants et leur enfant, je n’ai donc «que» mon audition imparfaite pour comprendre ce qu’ils me disent. Je fais donc répéter presque toutes les phrases, surtout en fin de journée et de semaine, où l’accumulation de fatigue empire la situation», explique-t-elle.

Pour Marie, le port du masque ne provoque pas seulement des problèmes de communication. Ne pas pouvoir observer le visage des parents peut la priver de nombreuses informations médicales. «Le type de visage des parents peut m’orienter vers un type de croissance du visage qu’aura l’enfant, et ses incidences (besoin d’un appareillage orthodontique interceptif par exemple)».

Pour y remédier, Marie ne compte pas fournir des masques transparents à ses patients, car le coût engendré serait trop élevé. Elle ne songe pas non plus à leur demander de s’en procurer, car ces masques sont chers et ne se trouvent pas partout.

Elle envisage plutôt d’installer une vitre à son bureau pour pouvoir demander à ses patients de retirer leur masque en toute sécurité. «Une vitre en plexiglas sera installée à mon bureau afin que je puisse demander à mes patients de quitter leur masque. Je réfléchis encore à d’autres aménagements “covid-responsables”. Je vais également diminuer mes heures de travail de 3 heures environ pour garder de l’énergie», conclut-elle.

Si la vitre en plexiglas est une solution qui correspond bien à l’activité à petite échelle de Marie, elle ne convient pas aux grosses structures dans lesquelles évoluent Nathalie, Antoine et Chloé. Nathalie estime qu’il faudrait des dérogations pour que les interlocuteurs des personnes sourdes puissent retirer leur masque, tout en respectant la distanciation sociale. «On fait des exceptions pour les chanteurs d’opéra mais pas pour les personnes sourdes. Or je suis sûre que nous sommes plus nombreux !» plaisante-t-elle.

*Les prénoms ont été modifiés

Source LE FIGARO.

La nouvelle éco : avec ses masques transparents, Odiora veut remettre de la convivialité dans les échanges…

C’est un marché de niche dans celui des masques de protection contre le coronavirus : celui des masques transparents.

Une entreprise lyonnaise, pilotée par un duo formé à Saint-Étienne, s’est lancée sur ce marché pour répondre aux besoins des personnes malentendantes.

Odiora produit des masques avec fenêtre transparente (photo d'illustration).

L’idée de se lancer dans la fabrication de masques à fenêtre transparente est venue d’un constat dans le quotidien de la société Odiora, qui propose des bijoux pour appareils auditifs. “Le port du masque a rendu toute communication presque impossible pour Nathalie [Birault], la fondatrice d’Odiora, qui est sourde et bi-implantée cochléaire, puisqu’elle se repose énormément sur la lecture labiale et la communication non verbale”, explique Bruno Savage, directeur général d’Odiora.

La problématique va au-delà de l’entourage des personnes sourdes et malentendantes. Odiora honore aussi des commandes pour des professionnels de la restauration et de l’hôtellerie, de crèches et qui travaillent avec les personnes âgées, “parce que le masque qui laisse apparaître le bas du visage facilite la communication et la convivialité pour tout le monde”, commente Bruno Savage.

Des masques bientôt moins chers ?

Des commandes “de gros volumes arrivent chaque jour”, ajoute le directeur général, alors que jusqu’ici, 20 000 masques ont été vendus. Ces commandes importantes, auprès d’Odiora comme des autres fabricants français de masques transparents, devraient d’ailleurs permettre de faire baisser le prix de ces masques, actuellement entre 10 et 15 euros l’unité. 

Ce sont des masques qui sont plus compliqués et qui mettent beaucoup plus de temps à produire que les masques textiles, mais avec l’augmentation des volumes, si ça continue comme cela, on estime qu’on sera en mesure dans les prochaines semaines de réaliser des économies d’échelle, de produire en quantité et donc de répercuter ces économies sur le prix”, avance Bruno Savage.

Source FRANCE BLEU.

Rentrée scolaire : à la cantine, sans masques, comment la pause déjeuner va-t-elle se dérouler ?…

Il faudra porter un masque toute la journée, dès l’âge de 11 ans.

C’est la règle dans les établissements scolaires pour cette rentrée 2020.

Mais comment faire au moment des repas à la cantine ?

Concilier l'obligation du port du masque toute la journée et les repas à cantine, c'est l'exercice délicat de la rentrée 2020 dans les établissements scolaires.

Dans le Doubs,

C’est la rentrée scolaire et vous êtes inquiets en cette période de crise sanitaire ? Rassurez-vous… vous n’êtes pas les seuls parents dans ce cas ….!

“On a eu beaucoup d’appels de familles, qui demandaient comment ça allait se passer. Les parents d’élèves vont recevoir un courrier de ma part pour les rassurer”

Ludovic Fagaut, principal du collège Georges Pompidou de Pouilley-les-Vignes (Doubs)

“Il y a un réel besoin de retourner à l’école, surtout pour les plus vulnérables, qui ont pu décrocher pendant le confinement. La particularité, c’est d’avoir à porter le masque de 8h00 à midi et de 14h00 à 17h00, ça ne va pas être un exercice simple pour tout le monde !”, précise encore Ludovic Fagaut.

L’établissement de Pouilley-les-Vignes compte 560 élèves. Quasiment tous sont demi-pensionnaires. Ce qui pourrait donner lieu à l’exercice de maths suivant  : comment faire déjeuner dans de bonnes conditions autant de monde dans une salle de 200 places, en un peu moins de 2 heures, en respectant les distances entre élèves ? Et le tout sans masques sur le visage  ?

“L’élève de 4ème A allait manger avec son copain de 3ème B, ou de 5ème C. Aujourd’hui, afin de limiter le brassage des élèves, chaque classe aura sa table, qui sera désinfectée avant l’arrivée de la classe suivante”, complète Ludovic Fagaut. Cette organisation  permettra aussi la traçabilité en cas de contamination :  “si un élève nous appelle en précisant qu’il a de la fièvre, on peut se recentrer sur sa seule classe, en mettant en place le protocole coronavirus.”

Avec cette organisation, le principal du collège estime que la période des repas ne devrait pas poser de problème.

“Nous accueillerons tous les élèves”Au collège Victor Hugo de Besançon, le problème est d’une toute autre dimension. L’objectif est clair : “nous accueillerons tous les élèves, mais il est trop tôt pour vous donner le protocole exact, il faut encore des ajustements”, précise Jean-Jacques Fito, le principal du collège. Il est vrai que l’établissement compte un millier d’élèves, dont 700 à l’heure du repas.

L’an dernier, dans le Doubs, 15 400 élèves, scolarisés dans les 44 collèges publics du département, prenaient leur repas dans l’établissement. Pour eux, cette rentrée sera marquée par quelques changements à table.
 

“Nous revenons à une restauration plus classique, avec la supression des salades bars, des ustensiles partagés, et la désinfection systématique des locaux et du matériel.”

Pascale Cuq, directrice éducation, sports et culture du conseil départemental du Doubs

Autre tendance : une baisse du nombre d’élèves dans les cantines. “Des parents nous ont fait part de leurs craintes, ils n’inscriront pas leurs enfants, qui rentreront à la maison à midi”, confirme Pascale Cuq. La baisse est encore impossible à estimer, mais elle devrait mécaniquement faciliter la prise des repas pour les autres.

Un climat moins anxiogène qu’au printemps ?

Dans l’académie du Doubs, près de 250 000 élèves, étudiants et apprentis vont reprendre les cours. Comme partout ailleurs en France, le protocole sanitaire publié par le ministère de l’éducation nationale va s’appliquer dans leur établissement.

Les grands principes sont fixés : respect des gestes barrière, port du masque pour les adultes et les élèves de plus de 11 ans, hygiène des mains, nettoyage et aération des locaux. Les établissements scolaires doivent limiter, dans la mesure du possible, les regroupements et les croisements importants entre groupes.

Mais ces règles seront-elles faciles à appliquer ? “On préconise la distanciation sociale, toutefois chaque chef d’établissement organise les choses selon la situation des locaux et le nombre d’élèves”, précise Guillaume Rivoire, le responsable de la communication du rectorat de l’académie de Besançon. “Nous les avons tous reçus en séminaire cette semaine. Ils ne nous ont pas fait part d’inquiétudes particulières à l’approche de la rentrée”

Un avis partagé par Ludovic Fagaut, le principal du collège de Pouilley-les-Vignes :

“Je trouve que le climat est moins anxiogène aujourd’hui qu’au mois de mai ou de juin. Au moment du déconfinement, c’était assez particulier d’avoir en face de soi des hommes, des femmes et des enfants masqués.  Aujourd’hui, c’est entré dans notre culture.”

Bien sûr, quand on est enfant ou adolescent, on va aller titiller le masque du copain, baisser le sien pour parler. Du travail supplémentaire et de la pédagogie indispensable pour tous les enseignants. Mais l’essentiel est sans doute ailleurs :

« Cela reste une rentrée particulière, mais je pense que les enfants ont hâte de retrouver l’école, les cours, leurs copains, l’enseignement à distance a atteint ses limites. On est tous prêts, il y aura des ajustements, mais c’est notre métier !”, conclut le principal du collège.

Quant à vous parents d’élèves, inquiets ou pas, le ministère de l’éducation nationale compte sur vous ! Voici un extrait du protocole sanitaire :

“Les parents d’élèves jouent un rôle essentiel. Ils s’engagent à ne pas mettre leurs enfants à l’école, au collège ou au lycée en cas de fièvre (38 °C ou plus) ou en cas d’apparition de symptômes évoquant la Covid-19 chez l’élève ou dans sa famille.” 

Source FR3.

Masque obligatoire en entreprise à partir du 1er septembre : et si on ne le porte pas, que se passe-t-il ?…

Mardi 18 août, la Ministre du travail Elisabeth Borne annonçait que le port du masque sera obligatoire en entreprise à compter du 1er septembre.

Une obligation qui ne nécessite pas de décret de loi, mais à quoi s’expose-t-on si on ne met pas son masque ?

Le port du masque en entreprise est obligatoire à compter du 1er septembre

Afin de savoir comment cette mesure peut s’appliquer dans une entreprise, la question a été posée à un avocat en droit social (droit du travail). Maître Frédéric Telenga a répondu aux questions de France 3 Bourgogne.

Une obligation en entreprise

La Ministre du travail a préconisé le 18 août :  “Il est nécessaire de systématiser, comme l’a préconisé le Haut conseil de la santé publique (HCSP), le port du masque dans tous les espaces de travail qui sont
clos et partagés
“, comme les “salles de réunions, couloirs, vestiaires, open space“.
Selon Me Telenga, si on se risque à ne pas porter le masque, “des sanctions sont envisageables”.
“Comme on n’est pas sur un texte législatif ni décrétal, c’est un protocole, le salarié pourra être sanctionné s’il ne respecte pas les dispositions, si ces règles du protocole été retranscrites dans un règlement intérieur ou dans une note de service, il y aura une sanction envisageable.”

Jusqu’où vont les sanctions?

La sanction est gradée sur “un principe de proportionnalité qui gouverne le droit disciplinaire : d’abord un avertissement, mais en cas de réticence du salarié, cela peut aller jusqu’au licenciement.”
Alors, Maître Telenga apporte la nuance : “dans le cas d’une réticence avérée, au moment où il n’y a pas de justification légitime (problèmes de santé par exemple), il faut apprécier les situations concrètement.”

Du côté des employeurs, une responsabilité aussi

L’obligation dictée par le Ministère du Travail est tout aussi valable pour les employeurs : selon l’avocat dijonnais, il leur conseille de “retranscrire les dispositions du protocole national dans le règlement intérieur ou dans une note de service, de les adapter à la situation de l’entreprise, et éventuellement de sanctionner en cas de comportements anormaux.”
Mais la responsabilité de l’employeur est également engagée. Comme l’explique Maître Telanga “l’employeur est tenu aux règles de sécurité, si une contamination arrivait et que les mesures nécessaires n’aient pas été prises, il pourrait avoir lui-même sa responsabilité engagée.”

En cas de défaillance de l’employeur, le salarié peut se retourner contre l’employeur pour “obtenir des dommages et intérêts cicils, et les règles de prévention sont encadrées par un arsenal pénal (sanctions comme des amendes, prises par l’inspection du travail)”
Selon l’article L.4122-2 du code du travail, “Les mesures prises en matière de santé et de sécurité au travail ne doivent entraîner aucune charge financière pour les travailleurs”.
L’employeur est donc légalement tenu de fournir les masques à ses salariés, ceci gratuitement et en nombre suffisant.

Source LE FIGARO.

 

Coronavirus : le gouvernement cherche à faire baisser le coût des masques «transparents inclusifs»…

Les personnes sourdes et malentendantes, mais aussi certains professeurs réclament des tarifs plus abordables pour ces masques, qui permettent notamment de mieux lire sur les lèvres.

La secrétaire d'État en charge des personnes handicapées Sophie Cluzel quitte l'Élysée, munie d'un masque transparent inclusif, le 30 juillet 2020 à Paris.

Des masques en tissu, mais transparents au niveau de la bouche afin de pouvoir lire sur les lèvres : ce curieux attirail sera distribué à certains enseignants «au cours des prochains jours», a annoncé le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer ce jeudi 27 août. Invité de France Inter, le ministre était interrogé par un professeur de grande section et CP sur la difficulté d’inculquer certains apprentissages aux enfants le visage masqué. «La parade, c’est que nous allons distribuer pour les professeurs, au cours des prochains jours, quand c’est nécessaire, et c’est vrai aussi par exemple pour les professeurs qui ont en charge des enfants malentendants, des masques transparents qui permettent de voir le mouvement de la bouche», a répondu alors Jean-Michel Blanquer.

Ces masques ne seront distribués qu’à «certains professeurs, par exemple en maternelle cela peut se justifier fortement», a encore précisé le ministre ainsi que «pour les professeurs qui ont en charge des enfants malentendants», et à «tous les professeurs qui ont en charge les classes Ulis [unités localisées pour l’inclusion scolaire]». «Je pense en particulier aux élèves qui ont besoin de lire sur les lèvres du professeur», a ajouté le ministre de l’Éducation nationale.

Plusieurs enseignants se sont en effet plaints de leur difficulté à enseigner, en maternelle mais aussi à l’école primaire, voire au-delà, que ce soit pour la lecture d’une histoire, d’une dictée, pour des cours de phonétique… ou de langue étrangère. «Le visage d’un enseignant, avec leur corps, est un outil extrêmement important. Avec le masque, ils en sont privés, c’est comme enlever sa truelle au maçon», soulignait ainsi dans le HuffPost Françoise Lantheaume, sociologue et professeure des universités en sciences de l’éducation.

Faire baisser leur prix

Ces masques transparents inclusifs – c’est le nom officiel de l’attirail – ont d’abord été défendus avec force par la secrétaire d’État en charge des personnes handicapées Sophie Cluzel. En effet, ils sont particulièrement utiles pour les personnes sourdes et malentendantes. Mais le précieux sésame est pour l’heure commercialisé à un tarif élevé. Coût moyen de l’unité : 10,90 euros. Invitée de FranceInfo samedi 22 août, la secrétaire d’État avait alors appelé à «généraliser» ces masques, ainsi qu’à «faire baisser leur prix».

En France, c’est Anissa Mekrabech, atteinte de surdité, qui a d’abord eu l’idée de créer un prototype de masque transparent. Elle a co-fondé la société ASA Initia, basée à Toulouse, en partenariat avec l’Association des Paralysés de France pour développer et commercialiser ce « masque inclusif ». Premier à avoir été homologué en France, avec 20.000 commandes à ce jour, il a été rejoint par un deuxième modèle, le « masque sourire » d’Odiora, une société de Lyon.

Surdité, handicap psychique, personnes âgées…

«D’autres marques arrivent à l’homologation. Ce n’est pas que pour les sourds, avait alors précisé Sophie Cluzel sur Franceinfo. C’est aussi important pour beaucoup de publics. Les publics qui ont un handicap psychique, qui ont besoin de comprendre en même temps que l’expression verbale, la communication du visage, mais aussi les personnes âgées.»

«Ils ont démarré leur production, il faut que ça monte en cadence, il faut que les commandes arrivent pour qu’on puisse en effet le généraliser, avait poursuivi la secrétaire d’État. Alors, bien sûr, il est encore cher puisqu’il est au-delà de 10 euros. Mais justement, l’impact des commandes possibles, de la généralisation et de la promotion de ces masques vont faire que l’on va pouvoir le baisser». Sophie Cluzel avait en outre précisé que le gouvernement envisageait de faire des commandes publiques «pour servir le plus possible les agents d’accueil».

Source LE FIGARO.

 


 

Coronavirus : Les masques transparents, « une avancée » pour les malentendants freinée par son coût…

Le gouvernement réfléchirait à passer des commandes publiques qui permettront de baisser les prix de production.

Coronavirus : Les masques transparents, « une avancée » pour les malentendants freinée par son coût

De plus en plus populaire. Des tutos YouTube lui sont consacrés, l’entraîneur de football américain Nic Saban ou la ministre française chargée des personnes handicapées l’arborent au bord des terrains ou à l’Assemblée nationale… On parle ici du masque transparent. Celui qui, tout en protégeant du coronavirus, permet une meilleure communication notamment pour les  sourds et malentendants qui lisent sur les lèvres.

Le hic : des prix encore élevés freinent leur « démocratisation ».

Des gouvernements se saisissent du sujet

Pour éviter le recours à un système D aléatoire, des gouvernements se saisissent du sujet en délivrant des homologations ou en passant des commandes.

Le Québec a ainsi commandé 100.000 masques pour les distribuer dans le réseau de la santé, selon les médias locaux. L’association des personnes avec une déficience de l’audition (APDA) a commandé 100.000 masques lavables avec fenêtres transparentes à l’entreprise québécoise Madolaine. « Les ventes se font très rapidement », assure la directrice de l’association, Marie-Hélène Tremblay.

En France, Anissa Mekrabech, atteinte de surdité, a eu l’idée de créer un prototype de masque transparent. Elle a cofondé la société ASA Initia, basée à Toulouse, et noué un partenariat avec l’Association des Paralysés de France pour développer et commercialiser le « masque inclusif ». Premier à avoir été homologué en France, avec 20.000 commandes à ce jour, il a été rejoint par un deuxième modèle, le « masque sourire » d’Odiora, une société de Lyon (centre-est). Deux autres devraient être homologués prochainement, selon le gouvernement français.

Du côté des associations, Stéphane Lenoir, coordinateur du Collectif Handicaps en France, salue « une avancée » mais « pose la question de la généralisation et du coût » de ces masques. Il en coûte de 10,90 à 15 euros l’unité en France, l’équivalent de 9,27 euros au Québec et de 56,50 euros pour un lot de 24 masques de l’Américain ClearMask.

« Servir pour le bien commun »

Matthieu Annereau, président en France de l’Association nationale pour la prise en compte du handicap dans les politiques publiques et privées (APHPP), préconise « des dispositifs d’aide et des commandes publiques pour équiper les agents de l’Etat ».

Dans un entretien à l’AFP, la secrétaire d’Etat française chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel indique que le gouvernement réfléchit à passer des commandes publiques pour équiper ses propres agents : « Il faut pouvoir démultiplier la production, en faire la promotion pour intéresser le plus grand nombre, développer les commandes qui permettront de baisser les prix de production. Tout l’enjeu est d’élargir la diffusion de ce masque (…). Comme souvent, des choses qui sont développées pour un type de handicap vont servir pour le bien commun ».

Source 20 MUINUTES

Lidl : un masque réutilisable 50 fois pour moins de 3 euros…

Lidl : un masque réutilisable 50 fois pour moins de 3 euros

 

Il s’agit là d’une affaire en or. Ce jeudi 20 août 2020, l’enseigne Lidl met à disposition de ses clients un masque en tissu grand public au prix de 2,99 euros l’unité. Mais ce n’est pas seulement le prix qui fait sa grande particularité. De catégorie 1, il peut surtout être lavé et donc porté jusqu’à 50 fois. Est-ce une arnaque ? L’offre vous semble trop belle pour être vrai ? D’après certaines informations fournies sur le site de la marque, il n’en est rien. C’est même le contraire.

Ce masque en tissu a été validé par la Direction générale de l’armement (DGA) qui est chargée de mesurer l’efficacité de ces derniers. Une homologation qui fait preuve de sa qualité. De plus, la durée d’utilisation avancée a été testée avant de l’afficher sur le site. Effectivement, il semble bien que ce masque en tissu soit lavable 50 fois, d’autant que sa filtration est également garantie. Mais ce n’est pas tout. Parmi toutes ses caractéristiques, il est aussi composé entièrement de coton (100%).

Disponible dans quatre coloris

Concernant la partie esthétique, il est disponible en magasin avec quatre coloris différents. Un avantage qui peut vous permettre de l’associer en fonction de la couleur de votre tenue. Un très bon plan donc, qui est disponible dans tous les magasins Lidl. Certains ont d’ailleurs pu découvrir l’offre avant le 20 août en se baladant sur le site de l’enseigne, indique Magazine Economie.

Les principaux intéressés ont alors cliqué sur le bouton “JE PROFITE DU BON PLAN” avant cette date. Si vous êtes concernés par ce cas précis, il vous suffit simplement de vous rendre de nouveau sur le site afin de trouver le supermarché le plus proche de chez vous. Cette démarche vous permet de gagner du temps et de profiter de l’offre avant tout le monde.

Source PLANET.

 

Compléments alimentaires, masques… méfiez-vous des nouvelles arnaques au Covid-19….

La crise sanitaire aura coûté cher aux Français.

Et pourtant, cela n’empêche pas certains escrocs de chercher à taper, une fois de plus, au portefeuille.

Compléments alimentaires, masques… méfiez-vous des nouvelles arnaques au Covid-19

Ils parlent littéralement de “miracle”. Après plusieurs longues semaines de confinement, en plein coeur d’une crise sanitaire mondiale, bien des Françaises et des Français sont à bout. La mise sous cloche du pays a coûté cher, tant à l’économie qu’aux contribuables. Et ce n’est pas tout ! Depuis la fin de l’isolement, le port du masque – parfois obligatoire – a aussi engendré des coûts. C’est un marché qu’il a d’ailleurs fallu réglementer : l’exécutif a décidé des tarifs à appliquer, ainsi que le rappelle  le site du gouvernement.

Cela n’a pas empêché certains escrocs de s’en prendre aux portefeuilles des retraités habitant l’Hexagone, ainsi que l’a déjà expliqué Planet. En tout et pour tout, six individus ont d’ailleurs été placés interpellés et, pour certains, placés en détention provisoire. Les autres sont désormais sous le coup d’un contrôle judiciaire.

Toutes ces personnes sont accusées d’avoir promu et vendu un “masque miracle”. Le produit, évidemment, était un faux.

1. Un masque miracle pour arnaquer les personnes âgées ?

Premières cibles de cette énième escroquerie ? Les personnes âgées, rappelle Capital. Souvent plus vulnérables, elles sont régulièrements attaquées par de tels arnaqueurs.

En pratique, ils utilisaient une plateforme de phoning basée au Maroc pour appeler leurs victimes et leur expliquaient qu’ils étaient les heureux gagnants d’un “prix de valeur”. Les escrocs prétendaient ensuite qu’ils ne pourraient remettre le cadeau sans déplacement de la personne contactée. Celle-ci devait en effet venir à une “présentation”… où étaient vendus des “produits hors de prix par de prétendus kinésithérapeutes”. Dont le fameux masque miracle à 1 500 euros l’unité. Soyez vigilant.

2. Des compléments alimentaires anti-Covid ?

Ce n’est pas la première fois que des escrocs profitent de la crise sanitaire pour se faire de l’argent sur le dos des Françaises et des Français. Ils ont aussi essayé, explique le quotidien régional L’Union, de vendre un autre produit “miraculeux”, prétendument “approuvé par l’OMS”.

Il s’agit cette fois de compléments alimentaires.

Les escrocs l’assurent : ces compléments, revendus par au moins une trentaine de site internets et d’opérateurs, “boostent les défenses immunitaires” et “préviennent les infections virales et du système respiratoire”. La DGCCRF dénonce une “sémantique médicale, largement médiatisée pendant la crise”, susceptible de tromper le consommateur inquiet.

3. Que risquent les escrocs ?

Tous les sites épinglés par la DGCCRF “ont été enjoints de supprimer les allégations thérapeutiques trompeuses et de modifier leur communication”, fait savoir L’Union, qui cite le communiqué officiel de l’institution de lutte contre les fraudes. “Près de 80% d’entre eux, y compris les sites étrangers, se sont mis en conformité. Les constats relatifs aux sites européens ont également fait l’objet de transmission aux autorités nationales compétentes”, assène encore l’organisme.

En pratique, les escrocs qui ont cherché à vendre de tels biens s’exposent à de lourdes peines : 2 ans de prison, potentiellement, auxquels peuvent s’ajouter une amende de 300 000 euros.

Mais d’autres pratiques frauduleuses existent et ne coûtent “rien” aux victimes. En effet, rapporte L’Union, certains médecins n’hésitent pas à distribuer de faux certificats autorisant le non-port du masque… De quoi mettre tous ses proches – et plus encore – en danger !

Source PLANET.

Covid-19 : les masques les plus inefficaces… et ceux qui marchent vraiment…

Depuis le déconfinement, le masque est devenu l’accessoire incontournable si vous voulez prendre les transports en commun ou entrer dans certains magasins.

Seulement, s’ils sont censés nous protéger de la prolifération du coronavirus, tous ne se valent pas. C’est du moins ce que viennent de démontrer deux études.

Masque en coton, en cône ou en mouchoir…

Des chercheurs révèlent quels sont les plus efficaces.

Covid-19 : les masques les plus inefficaces... et ceux qui marchent vraiment...

Pour lutter contre le Covid-19, les masques faciaux font désormais partie intégrante de notre quotidien. Ils ont pour objectif de limiter la projection de postillons infectieux lors des déplacements des Français. En effet, les personnes asymptomatiques peuvent transmettre le coronavirus sans le savoir, juste en parlant. Les masques permettent donc de réduire la transmission, et ce, même pour les personnes ne présentant pas de symptômes.

La plupart d’entre vous porte des masques que l’on appelle “grand public“. Il peut s’agir de masque jetables (utilisables une seule fois) ou en tissu, lavables et réutilisables.

Sans masque, les gouttelettes expulsées lors de la toux ou lorsque vous parlez peuvent parcourir jusqu’à 3,7 mètres. Or, avec un masque, cette distance est réduite à quelques centimètres dans le pire des cas.

Deux récentes études révèlent que certains masques en tissu fonctionneraient mieux que d’autres et seraient plus efficaces pour arrêter la propagation de gouttelettes potentiellement infectieuses. L’une est parue le 30 juin dans la revue Physics of Fluids ; l’autre a été publiée le 7 août dans la revue Science Advances.

Masque en coton, bandana, masque conique : les chercheurs les ont testés sur des mannequins

“Bien qu’il y ait eu des études antérieures sur les performances des masques chirurgicaux, les données sur les masques à base de tissu, utilisés par la grande majorité du grand public, sont insuffisantes“, expliquent les chercheurs de la première étude. Ces derniers ont étudié la toux et les éternuements émis par les humains pour déterminer quels matériaux permettent au mieux de freiner les jets respiratoires.

Pour simuler une toux, les chercheurs ont connecté la tête d’un mannequin à une machine à brouillard (qui crée une vapeur d’eau et de glycérine). Ils ont utilisé une pompe pour expulser la vapeur par la bouche du mannequin avant de visualiser les gouttelettes de vapeur à l’aide d’une “feuille laser” (créée en passant un pointeur laser vert à travers une tige cylindrique).

Les quintes de toux, simulées par un laser vert

Dans cette configuration, les quintes de toux simulées apparaissaient comme une vapeur verte rougeoyante et provenaient de la bouche du mannequin.

Les chercheurs ont ensuite testé l’efficacité de plusieurs types de masques grand public. Ils les ont placés sur la tête du mannequin déterminer comment ils bloquent les projections émises par la toux.

Parmi les masques testés, on note un masque fait maison, cousu avec deux couches de coton, un bandana conçu avec une seule couche de coton, un mouchoir en coton plié et un masque conique (type cône couvrant le nez et la bouche) non stérile vendu dans les pharmacies.

Une seconde étude conduite avec une vraie personne

L’étude plus récente, menée par des chercheurs de Durham, aux États-Unis, a comparé 14 masques, allant du masque chirurgical au masque en tissu, en passant par le masque tricoté ou le simple bandana.

Un volontaire est entré dans une pièce noire, équipée d’une boîte, d’un laser, d’un objectif et d’un appareil photo de smartphone, d’abord à visage découvert, puis équipé de différents types de masques. À chaque fois, il a dû prononcer la phrase “stay healthy people“, qui signifie “restez en bonne santé” et peut entraîner l’émission d’un certain nombre de postillons

Les scientifiques ont observé le nombre de micro-gouttelettes de salive en suspension dans l’air, après chaque prise de parole du sujet étudié, ce qui leur a permis de déterminer quels masques étaient les plus filtrants, et lesquels étaient, au contraire, moins efficaces.

Dans ce diaporama, nous faisons la liste des différents types de masques et détaillons leur efficacité.

Une seconde étude conduite avec une vraie personne

  • Sur l’axe horizontal : les différents types de masques.
  • Sur l’axe vertical : la quantité relative de gouttelettes qui traversent le masque.

Masque : comment le laver ?

Pour que votre masque vous protège efficacement contre le Covid-19, certaines règles d’hygiène doivent impérativement être respectées. Si vous portez un masque jetable, celui-ci doit être mis à la poubelle, après chaque inutilisation. En outre, si vous avez choisi de porter un masque en tissu (que vous avez fabriqué ou acheté), vous devrez le laver après 4 heures d’utilisation.

Un lavage en machine avec une lessive adaptée (sans adoucissant) à 60° pendant 30 min est conseillé. Ensuite, le séchage complet du masque barrière doit être réalisé dans un délai inférieur à deux heures après la sortie de lavage. Puis, une fois le lavage réalisé, il vous est possible de réutiliser le masque, s’il est en tissu.

Source MEDISITE.

À quoi servent ces masques qui contiennent une puce RFID ?…

En pleine épidémie de Covid-19, les masques sont devenus indispensables. Certains sont équipés de puces RFID : à quoi cela sert-il ?

À quoi servent ces masques qui contiennent une puce RFID ?

Aujourd’hui, l’Hexagone connaît une résurgence de l’épidémie. Selon les chiffres de Santé publique France du 16 août 2020, on compte 3 015 nouveaux cas en seulement 24 heures. Dans la lutte contre le Covid-19, les masques sont devenus des outils primordiaux du quotidien. Chirurgicaux, lavables… Les citoyens, déjà exhortés à le porter dans les transports en commun, doivent désormais être muni d’un masque dans les endroits publics.

L’obligation qui concernait d’abord les lieux publics clos, a donné suite au décret du 30 juillet 2020. Ce dernier habilite chaque préfet à étendre le port du masque à certains lieux publics non couverts comme les rues piétonnes, les centres-villes… Ces précautions, prises localement, ont pour objectif de mettre un terme à la propagation du virus. Selon BFMTV, le Premier ministre Jean Castex a annoncé sa volonté “d’étendre le plus possible l’obligation du port du masque dans les espaces publics”. Pour ce faire, il compte sur l’action des préfets.

Depuis le début de l’épidémie, de nombreuses théories du complot font surface. Quand certains pensent que le virus a été créé par des humains dans un laboratoire de Wuhan, d’autres sont persuadés que le remède contre le Covid-19 est gardé secret pour ne pas nuire aux intérêts des lobbys pharmaceutiques.

L’une de ces hypothèses porte sur les masques jetables. Ces outils de protection seraient en réalité munis d’antennes de traçage grâce auxquels l’État suit les citoyens…

1. Masques : la théorie du complot

Certains internautes vont jusqu’à découper la barre métallique des masques chirurgicaux, en affirmant que cela s’agit d’une antenne 5G. En plus d’être fausses, de telles affabulations sont extrêmement dangereuses en temps de pandémie mondiale. En effet, elles pourraient décourager les gens de porter un masque et encourager la progression du virus. Si les masques ne contiennent pas d’antenne de traçage, il est vrai que certains contiennent des puces. À quoi servent-elles ?

2. Masques : certains contiennent effectivement une puce

Selon Cnews, il existe bel et bien des masques comportant des puces RFID (radio-identification). Cette technologie, associée au pistage des citoyens, a en réalité d’autres vertus. En effet, l’objectif ici est de compter le nombre de lavages restants avant de jeter ce masque réutilisable.

Ce type de masque n’est pas distribué grand public : il est réservé aux employés de certaines entreprises seulement. Si on ne sait pas encore exactement quels sont les salariés qui bénéficient de ces masques pucés, une chose est sûre : la transparence est assurée. L’entreprise UBI Solutions précise d’ailleurs que les Français qui en portent peuvent contrôler le nombre de lavages à l’aide d’une application dédiée.

3. Masques : Jérôme Salomon confus sur la question

La question a été soulevée par Joël, un auditeur de France Inter. Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, est l’invité de la station radio française le vendredi 14 août 2020. “Trouvez-vous normal que certains fabricants proposent des masques avec des puces RFID incorporées ?”, lui demande Joël.

Il poursuit : “J’ai regardé sur Internet le nombre de fabricants avec puce, c’est impressionnant. Il y a même des vidéos qui circulent, des gens qui décortiquent leurs masques. Quel est l’intérêt de ces puces ?”. Le médecin infectiologue s’empresse de rassurer son interlocuteur : “Je peux vous dire que les masques français en tissus sont excellents (…) Ils sont fabriqués en France, à proximité de chez vous et n’ont pas de puce intégrée, je peux vous le garantir”, affirme-t-il. Une réponse erronée puisque certains modèles sont bels et bien dotés de cette fameuse puce RFID, abordée précédemment.

Source PLANET.