Immobilier: des douches à l’italienne obligatoires dans le neuf ?….

Ces douches de plain-pied pourraient être généralisées dans les bâtiments d’habitations collectifs neufs dès 2020.

Immobilier: des douches à l’italienne obligatoires dans le neuf ?

Les douches à l’italienne, ces installations sans marche ni obstacle à franchir qui facilitent la vie des personnes âgées et des handicapés devraient se généraliser dès l’an prochain. C’est du moins ce qu’annonce ce lundi la radio France Inter précisant que le gouvernement aurait pris cette décision en ce mois de décembre, dans le cadre du Comité interministériel du handicap.

Ces douches de plain-pied pourraient être généralisées dans les bâtiments d’habitations collectifs neufs dès 2020.

Les douches à l’italienne, ces installations sans marche ni obstacle à franchir qui facilitent la vie des personnes âgées et des handicapés devraient se généraliser dès l’an prochain. C’est du moins ce qu’annonce ce lundi la radio France Inter précisant que le gouvernement aurait pris cette décision en ce mois de décembre, dans le cadre du Comité interministériel du handicap.

» LIRE AUSSI – Logement: de nouvelles aides pour 350.000 foyers

Une chose est sûre: le ministre du Logement, Julien Denormandie, est un supporter de poids pour cet équipement. Dans le cadre d’un nouveau dispositif d’aide à la rénovation destiné aux ménages modestes porté par Action Logement, le ministre avait déjà pesé de tout son poids pour permettre la prise en compte de travaux de remplacement de baignoires par ces fameuses douches. Il a pris le sujet tellement à cœur que ses partenaires les désignent désormais sous le surnom de «douches Denormandie».

Les handicapés applaudissent, pas le bâtiment

L’objectif serait, bien évidemment, de rendre les nouvelles salles de bains accessibles à toutes et tous. Une mesure qui suscite l’enthousiasme de l’Association des Paralysés de France-France Handicap, qui s’est exprimée sur France Inter. Elle estime que ce progrès facilitera la vie des personnes en fauteuil roulant pour qui le rebord de la douche est source de danger mais aussi pour les personnes âgées valides qui sont nombreuses à chuter à cet endroit.

L’enthousiasme n’est pourtant pas généralisé puisque la Fédération Française du Bâtiment (FFB) y va de son bémol. Alain Chapuis, référent accessibilité lui-même en fauteuil roulant, cité par la radio publique estime que la généralisation de cet équipement risque de créer des surcoûts pour tous puisqu’une telle douche nécessite de couler plus de béton. Par ailleurs, il pointe qu’en cas de mauvais entretien, quand la douche est bouchée, les conséquences sont potentiellement plus graves avec un équipement à l’italienne. Selon ce professionnel, une douche extra-plate avec une marche de 2 centimètres et un siphon installé dans la cloison de la salle de bains, serait le meilleur compromis. Mais cette solution n’a visiblement pas les faveurs du gouvernement.

Source LE FIGARO.

Avec la réforme des retraites, tout va changer pour la pension de réversion…!

Au vu du projet de réforme, la pension de réversion attribuée aux veufs – essentiellement des femmes – sera dans de nombreux cas revue à la hausse.

Et tout le monde sera logé à la même enseigne !

Avec la réforme des retraites, tout va changer pour la pension de réversion.

Dans un couple, la pension de réversion profite dans près de 90% des cas à la femme. Pour rappel, après le décès de l’un des conjoints, il s’agit d’une part de revenu versée au survivant. Le gouvernement assure que sa réforme sera favorable aux femmes, « en garantissant au conjoint survivant 70 % des ressources du couple », sans conditions de ressources financières. A l’heure actuelle, le taux est de 54% dans le régime général des salariés, attribué selon un montant de ressources à ne pas dépasser, et de 60% dans les régimes complémentaires obligatoires, mais il s’appliquait à la pension du conjoint décédé (avec des plafonds), pas aux ressources du foyer.

Un exemple pour comprendre

Soit un couple ayant 3 200 euros de ressources mensuelles, composés de 2 200 euros pour l’homme et 1 000 euros pour son épouse. Au décès de l’un d’eux, les revenus du couple devront valoir 70% de 3 200 euros, soit 2 240 euros. Si Monsieur décède en premier, sa veuve percevra 1240 euros de réversion, s’ajoutant à sa pension de 1000 euros. Si c’est l’inverse, la pension de réversion du conjoint survivant sera de 40 euros pour atteindre le revenu de 2240 euros.

Un préalable, la même règle pour tous

En réalité, la réforme va commencer par faire le ménage entre les régimes. Fini donc les taux d’attribution, les conditions d’âge et autres paramètres appliqués différemment ici ou là. Exemples : le régime général exige actuellement de ne pas dépasser un seuil de ressources ; les régimes complémentaires du privé de ne pas être remarié ; celui des fonctionnaires une certaine durée de mariage, etc.

Condition 1 : à partir de 62 ans

Des conditions d’octroi de cette pension de réversion vont bien sûr être fixés. C’est encore à prendre au conditionnel, mais le premier paramètre clé reposera sur l’âge à partir duquel on pourra prétendre toucher la pension de réversion. Ce serait 62 ans, soit un âge plus élevé que ceux fixés actuellement pour l’ouverture des droits à réversion : 55 ans dans le régime général ou aucun âge minimal dans le régime des fonctionnaires par exemple.

Condition 2 : pour les couples mariés au moment du décès

Autre exigence, que le couple soit marié. Cette condition exclura donc les couples divorcés, alors qu’aujourd’hui la pension de réversion est partagée entre les épouses (ou époux) au prorata de la durée de mariage de chacune. En contrepartie, pour les couples divorcés, une compensation financière devrait être fixée dès le divorce. En l’état actuel du projet, les couples pacsés et les personnes vivant en concubinage ne sont pas concernés par l’octroi d’une pension de réversion, comme c’est le cas aujourd’hui.

Bilan : qui sera gagnant ?

La réponse dépendra essentiellement de l’âge auquel survient le décès. Avant 62 ans, c’est évidemment moins favorable qu’aujourd’hui, puisqu’aucune réversion ne serait versée. Le gouvernement devrait toutefois annoncer « des propositions pour garantir aux personnes victimes de ces situations de veuvage précoce la solidarité de la Nation ». En revanche, passé 62 ans (grande majorité des décès), la future règle de 70% des pensions du couple sera plus avantageuse qu’aujourd’hui. Notamment pour les femmes aux petites pensions. Pour l’heure, les modalités de calcul de ce taux de 70% sont toutefois trop floues pour en tirer des conclusions définitives.

Une mise en application très lointaine

Comme pour l’ensemble de la réforme, le passage aux nouvelles règles de la pension de réversion sera très progressif. Ce qui est certain : les retraités actuels percevant une pension de réversion ne seront pas concernés par les nouvelles règles. Et ce qui est probable : les générations nées avant 1975 resteront concernées par le système actuel, ce qui n’est pas forcément de leur intérêt. Seuls seraient alors concernés par les nouvelles règles les personnes atteignant l’âge de 62 ans en… 2037 !

Source MIEUX VIVRE VOTRE ARGENT.

Audincourt (25) – La coupure de courant qui met en danger les personnes âgées…

Une coupure d’électricité opérée par les personnels de la CGT Mines Énergie en grève mardi a impacté la maison de retraite d’Audincourt où des résidents se trouvent sous assistance respiratoire.

Une mise en danger des personnes âgées qui soulève colère et indignation.

La coupure de courant qui met en danger les personnes âgées

« On a le droit de s’exprimer, le droit de faire grève mais pas le droit de mettre en danger la vie des gens. Il est juste insupportable de priver d’électricité un établissement de soins. » Ce proche parent d’une personne âgée accueillie à l’Ehpad la Résidence du Parc, à Audincourt, ne décolère pas. « On marche sur la tête. Peut-on ainsi jouer avec la vie des anciens ? »

Mardi, jour de mobilisation contre la réforme de la retraite, la maison de retraite d’Audincourt a été privée d’électricité entre 14 h 30 et 16 h. Pas une panne. Une coupure volontaire impactant la zone industrielle des Arblétiers où est implanté l’établissement pour personnes âgées. 115 lits. 115 personnes dont certaines sous assistance respiratoire via des appareils branchés sur l’électricité.

Groupe électrogène en panne

Pierre Partout du syndicat CGT Mines énergies Franche-Comté Nord concède volontiers qu’un mot d’ordre national d’action a appelé mardi à opérer des coupures ciblées. C’est-à-dire ? « Visant des bâtiments administratifs, des centres commerciaux, des zones industrielles etc. Quand une coupure est opérée sur le réseau, il est difficile d’isoler une rue pour y maintenir le courant. Bien désolant pour cette maison de retraite. En même temps, elle a obligation de disposer d’un groupe électrogène en état de fonctionnement pour prendre le relais. »

C’est vrai. Manque de chance à la Résidence du Parc, la batterie du groupe électrogène est en panne. Pas faute d’avoir commandé une batterie neuve. Sauf qu’elle tarde à être livrée. En raison de la grève dans les transports ! Ce qui fait dire à Marilyne Bovée, la directrice de l’Ehpad : « Nous avons l’impression d’être pris en otage par un mouvement qui impacte bien malgré elles les personnes âgées. Juste inadmissible. »

Les joueurs du FC Sochaux assurent l’animation

L’ensemble du personnel de l’Ehpad était en grève mardi mais tous présents « car la sécurité de nos résidents prime avant tout ».

Par précaution, le Samu avait été avisé de la situation et était prêt à se déplacer pour prendre en charge des personnes âgées au cas où la coupure de courant perdurerait. Ce qui ne fut pas le cas. L’état de santé des personnes âgées n’a pas eu à en pâtir. « Dans notre malheur, nous avons eu de la chance car les joueurs du FC Sochaux se trouvaient à l’Ehpad pour une animation, laquelle a focalisé l’attention de nos résidents », observe Marilyne Bovée.

Dégâts collatéraux ?

Selon Marc Pautot, le délégué régional Mines Énergie, les sites sensibles ne sont « en principe » pas visés par les coupures. Il imagine « peut-être une erreur d’appréciation », parle de « dégâts collatéraux » et rappelle que les électriciens « sur le pont jour et nuit sont en colère car on veut leur casser leur régime de retraite donc ils pratiquent des coupures sur le réseau. Ceci posé, la tempête ne fait pas de quartier, site sensible ou pas ». Si ce n’est que la tempête est imprévisible.

L’affaire fait tempêter jusqu’à la mairie d’Audincourt : « Scandaleux de cibler un secteur où se trouvent des personnes âgées sous oxygène », se fâche le maire Marie-Claude Gallard. « En les mettant en danger, les électriciens se trompent de combat. »

Source EST REPÜBLICAIN.

Génial ! Cet Homme a Décidé de Transformer les Chambres d’une Maison de Retraite en P’tites Maisons de Quartier…

À 92 ans, Norma avait une drôle d’habitude… une habitude qui attristait ceux qui l’entouraient.

une rue avec des maisons faites dans une maison de retraite
Tous les soirs aux alentours de 17h30, elle prévenait le personnel de sa maison de retraite, qu’elle devait partir. Le personnel lui demandait pourquoi elle devait les quitter et elle répondait tranquillement qu’elle devait aller prendre soin de sa mère chez elle. Bien entendu, sa mère était décédée depuis de longues années. Ce type de réaction est assez répandue chez les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Par exemple, Walter, un autre résident de cette maison de soins, réclamait chaque soir son petit-déjeuner à 19h30. Pour John Makesh, le directeur de cette maison de retraite, ce genre d’anecdotes n’a rien d’exceptionnel. C’est même son lot quotidien.
une rue reconstituée dans une maison de soins pour malade d'alzheimer
La confusion n’est pas rare chez les personnes atteintes d’Alzheimer. Mais pour Jean Makesh, il devait bien y avoir une façon d’en limiter la portée. Pour lui, l’environnement dans lequel on vit a un impact énorme sur le quotidien. C’est alors qu’une idée a commencé à émerger dans son esprit.
des personnes se promènent dans une rue reconstituée dans une maison de retraite
« Et si nous faisions une maison de retraite qui ressemble à petit village ? » se demande-t-il. « Un petit village avec un lever et un coucher de soleil à l’intérieur du bâtiment ? Et même une lune et des étoiles pendant la nuit ? On pourrait même aller plus loin et construire des petites maisons au style des années 30 et 40 ? »

Mais c’est précisément ces anecdotes qui lui ont donné l’idée d’apporter quelques modifications à la maison de retraite qu’il dirige. « Au début, je pensais en savoir pas mal sur les soins aux personnes âgées. Mais plus j’ai passé du temps avec mes patients, plus j’ai réalisé que je ne savais pas grand-chose ».

une rue reconstituée dans une maison de soins
Et, ça ce n’était que le début de son projet ! Par la suite, il a aussi ajouté de la thérapie par le son ou encore de l’aromathérapie. Sans parler du tapis qui ressemble à de l’herbe sur le sol ! Résultat : il a créé un centre de soins absolument unique et chaleureux.
une rue factice avec la lumière du jour
Pendant la journée, on y entend des bruits naturels. Des senteurs de menthe poivrée ou d’agrume sont diffusées dans l’air. Et quand on sait que des études ont montré l’impact positif de l’aromathérapie sur le fonctionnement cognitif des malades, on comprend tout l’intérêt de cette démarche. Dans ce centre de soins, il y a même une rue où les résidents peuvent se retrouver pour parler. Pourtant au-delà du confort apporté, Jean Maeksh veut changer la façon dont on voit ce type de maladies. Souvent le personnel soignant impose aux résidents un cadre de vie et des horaires non naturels, ce qui crée des tensions pour les résidents. Et le personnel soignant tente de résoudre ces problèmes en leur donnant des médicaments : des médicaments antipsychotiques ou d’autres pour lutter contre l’anxiété.
une rue avec de l'herbe verte et un ciel dans une maison de soins

Après le succès du premier centre Lantern à Madison dans l’Ohio aux États-Unis, deux nouveaux centres ont vu le jour. À chaque fois, les patients sont hébergés dans une petite « maison », située sur une rue à l’intérieur du centre. Pour beaucoup des pensionnaires, cela ressemble à leur quartier d’enfance et leur rappelle de bons souvenirs. Le ciel artificiel s’illumine et s’assombrit pour respecter l’horloge biologique des patients.

Changer la façon de penser la démence

Des personnes âgées se retrouvent dans une rue de la maison de soins
Autrement dit, si une personne est atteinte de démence, elle n’a pas accès aux ressources nécessaires pour être stimulée. Hélas, la maladie d’Alzheimer ne se guérit toujours pas. Mais ce type de démarche incite à penser la maladie différemment.
une chambre dans une maison de soins
« Dans 5 ans, nous espérons pouvoir rendre nos patients plus autonomes », affirme Jean Makesh. Ce type de démarche innovante permet de redonner de l’espoir aux familles.
une place de village devant les maisons de quartiers avec personnes qui discutent
En France aussi, des initiatives hors du commun voient le jour. C’est le cas des jardins thérapeutiques ou sensoriels tels qu’ils sont mis en place dans les maisons de retraite.

Source COMMENT ECONOMISER.

Vidéo – Lanceurs d’alerte : « On laisse les gens en Ehpad baigner dans leur merde »…!!!!

Aide-soignante à Marseille, Hella Kherief a dénoncé la maltraitance dans les Ehpad, d’abord dans les médias, puis dans un livre.

Aide-soignante à Marseille, Hella Kherief a dénoncé la maltraitance dans les Ehpad, d'abord dans les médias, puis dans un livre

  • Maltraitance en Ehpad, risques sanitaires, dysfonctionnements du système politique… Ces hommes et ces femmes ont permis de dévoiler des scandales jusqu’ici ignorés du grand public.
  • Cette semaine, Hella Kherief, aide-soignante marseillaise, revient pour 20 Minutes sur son combat contre les maltraitances dans les Ehpad, qui la freine encore, des années après, dans la progression de sa carrière.

Héros pour certains, traîtres pour d’autres, les lanceurs d’alerte mettent au jour des dysfonctionnements ou des actes répréhensibles et en payent souvent le prix fort. Seuls face à une entreprise, à des lobbys, à des laboratoires pharmaceutiques et même parfois face à l’État, ils signalent une menace ou un préjudice au nom de l’intérêt général. 20 Minutes leur donne la parole. Cette semaine, l’aide-soignante marseillaise Hella Kherief raconte comment elle a alerté sur la maltraitance dans les maisons de retraite.

« Avant, j’étais une aide-soignante lambda qui travaillait dans une maison de retraite. Personne ne me connaissait. En 2013, après avoir travaillé cinq ans comme auxiliaire de vie, j’ai passé le diplôme d’aide-soignante. J’ai choisi de travailler en maison de retraite. C’était une vocation. Une semaine après avoir été diplômée, j’ai été embauchée en intérim dans un Ehpad du 8e arrondissement de Marseille. On me proposait des vacations, ce qui est courant, car les Ehpad manquent de personnel. Rapidement, on m’a proposé un CDD de deux mois. Je m’y sentais super-bien. C’était une maison de retraite super belle, super classe. Rien à voir avec ce que j’avais connu enfant, quand j’accompagnais ma maman qui travaillait en maison de retraite.

Les semaines passent. J’hallucine, on me propose un CDI. Je suis super contente, je dis oui de suite. Une nouvelle directrice arrive. Au début, j’ai une bonne impression. On sent qu’elle a de l’expérience. Et puis, rapidement, quand il manque du personnel, en arrêt maladie, on se retrouve en sous-effectif. Tu dois prendre la charge de travail des autres en plus de celle de tes collègues.

Avec l’ancien directeur, cela pouvait arriver une fois par mois. Ça va. Mais avec la nouvelle directrice, ça devient récurrent, et les arrêts maladie ne sont pas remplacés. J’accepte de le faire tout en leur faisant comprendre que ça me fait chier. Moi, je viens travailler pour mes résidents. Si j’avais promis à une résidente que, ce jour-là, je lui ferais des tresses, et qu’au final je ne peux pas, par manque de temps, je manque à mes promesses.

A ce moment-là, je n’arrive pas à mettre des mots sur ce que je fais. Et puis, j’ai les félicitations de la directrice. Je me dis donc que je fais du bon travail. Mais au fond de toi, tu sais que quelque chose cloche. Pour pallier le manque d’effectif, je ne lave que les parties intimes des résidents. Et chez moi, je sais bien que quand je me lave, je ne me lave pas que les parties intimes. Je ne me lave pas les cheveux toutes les deux semaines par manque de temps, comme je leur fais.

« Je suis en train de maltraiter ces personnes, mais j’ai du mal à le reconnaître. »

Un dimanche, il manque une aide-soignante dans mon secteur, celui des malades d’Alzheimer. Je me retrouve avec 30 résidents pour moi toute seule. Je sais que certaines familles vont rendre visite à leurs proches ce jour-là. J’installe donc le fils d’une résidente avec sa mère dans le salon et j’y amène d’autres résidents. En cas de problème, je sais que cet homme, qui a toute sa tête, contrairement aux résidents, pourra m’alerter.

Je suis aux toilettes en train de changer une résidente. Et j’entends quelqu’un hurler mon prénom. C’était cet homme, le fils d’une résidente. Je cours et je laisse ma première résidente seule, dans les toilettes. Quand j’arrive au salon, Mme B. est debout sur une chaise et se penche en avant. On est au cinquième étage. Elle veut se suicider.

On arrive à la faire rasseoir sur sa chaise. Et moi, je m’assois par terre et je me mets à pleurer, devant tout le monde. Si elle était morte, je m’en serais voulu toute ma vie. J’aurais été virée, je ne pourrais plus payer à manger à mon fils que j’élève seule à ce moment-là. Je culpabilise.

Je décide d’alerter dans une transmission l’ensemble du groupe, et j’alerte également l’ARS et l’inspection du travail sans que ma direction le sache. Le lendemain matin, alors qu’elle arrive habituellement à 9 heures, ma directrice m’attend dans son bureau à 7 heures du matin. Elle me dit qu’avoir alerté l’ensemble du groupe est inadmissible et me donne son portable pour l’appeler si ça se reproduit.

Mais après ça, rien n’a changé. On en parle entre collègues. On fait des manifestations devant l’Ehpad. On entre en contact avec la CGT. Peu de temps après, une patiente a une infection urinaire. On a un quota de trois couches par personne par jour. Mais en raison de son infection, je l’ai changée plus souvent et j’ai besoin d’une couche supplémentaire. Elle a des selles. Je demande au cadre de santé qui me répond qu’il en est hors de question.

Dans le même temps, une collègue, qui faisait du bénévolat dans une association des quartiers Nord, rencontre dans ce cadre une journaliste de France Culture. Elle lui explique ce qui se passe dans notre maison de retraite. Ma collègue me dit qu’elle lui a laissé mon numéro. Trois semaines après, on rencontre avec des collègues la journaliste. J’accepte de témoigner au côté de mes collègues, sans réfléchir.

A l’époque, je ne sais même pas ce qu’est une lanceuse d’alerte. Je ne me suis pas réveillée un matin en me disant que j’allais en être une. C’est la colère qui parle à ce moment-là. Je voulais juste que les gens comprennent ce qu’est une maison de retraite en France en 2016. Je voulais qu’on arrête de croire que les vieux ne sont pas des êtres humains.

Deux jours après l’incident de la couche, je suis convoquée en vue d’un licenciement. Et quatre jours après, je suis licenciée pour faute grave. Nous sommes le 6 décembre. L’émission de France Culture est diffusée trois jours après. Mes collègues sont également licenciées.

Au début, je pleure. Je commence à regretter. Je me dis que j’aurais mieux fait de rester tranquille, comme tout le monde, et me taire. Puis je me suis dit qu’il fallait le faire. Si tu ne travailles pas en maison de retraite, tu ne peux pas savoir comment ça se passe, ce qui se fait. Ils ne savent pas qu’on laisse les gens baigner dans leur merde pendant cinq ou six heures sans aucune humanité.

Après l’émission de France Culture, j’ai accepté les sollicitations des autres médias non pas pour être mise sur la place publique, mais pour que les gens comprennent. J’ai écrit un livre il y a quelques mois, et j’avais écrit un courrier à la ministre de la Santé. Je lui demandais un rendez-vous. J’ai eu une réponse : une lettre de son cabinet qui m’indique qu’elle n’a pas le temps. Je m’attendais malheureusement à une réponse comme celle-là. Ces dernières années, j’ai acquis une certaine notoriété. Et la ministre n’est pas bête. Elle sait ce qui se passe dans les Ehpad. Elle m’a envoyé une lettre pour me calmer.

Le gouvernement ne fait rien pour les lanceurs d’alerte, et c’est un problème. J’aimerais qu’une loi soit créée pour les protéger. Mais depuis, j’ai beaucoup de mal à trouver du travail, et si je fais des vacations aujourd’hui, c’est grâce à la CGT. Je suis blacklistée. Cela fait trois ans que je fais des remplacements, que je n’ai pas signé de CDI, alors que ce n’est pas ce qui manque dans mon secteur d’activité. Sans les syndicats, je ne travaillerais pas, car avoir quelqu’un comme moi, qui a pu montrer du doigt, ça fait peur. »

Source 20 MINUTES.

Accompagner les aidants, un enjeu pour l’entreprise…

En France, 11 millions de personnes aident un proche en manque d’autonomie. Un sur deux travaille encore.

Beaucoup ne souhaitent pas s’arrêter tant pour des raisons économiques que de vie sociale, mais 80 % peinent à concilier vie professionnelle et vie personnelle.

Cela joue sur leur santé. Pour Harmonie Mutuelle, les entreprises ont tout à gagner à les soutenir pour réduire l’absentéisme et fidéliser des compétences clés.

Sur les 11 millions d’aidants en France, 50 % travaillent encore et peinent à trouver du temps pour eux. Leur investissement est nuisible à leur santé.

Les chiffres sont impressionnants et, avec le vieillissement de la population, la situation n’est pas près de changer. Déjà 11 millions de personnes en France aident un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie. Même s’ils n’en ont souvent pas conscience, ils font partie des aidants. Beaucoup travaillent encore et négligent leur propre santé.

Une abnégation qui pèse sur la santé

Alors qu’ils coordonnent les visites chez les médecins, les spécialistes, les passages des aides à domiciles, des aides-soignants etc., ils oublient de prendre rendez-vous pour eux. Le midi, ils se dépêchent, mangeant à la va-vite, pour ne pas se mettre en retard dans leur travail ; ils passent leurs vacances ou leurs journées de RTT à soutenir les autres… « Tant d’abnégation a des conséquences, explique Sophie Javelaud, directrice générale adjointe de Ressources Mutuelles Assistance, partenaire d’Harmonie Mutuelle. Un aidant sur cinq développe une pathologie dans les trois ans qui suivent son rôle d’aidant parce qu’il met sa vie entre parenthèses ».

Malheureusement, les statistiques lui donnent raison : en moyenne un aidant est absent 13 jours de plus que la moyenne des salariés français.

Un enjeu reconnu par les entreprises

Des absences qui souvent renforcent le sentiment de culpabilité des aidants, qui apprécient leur travail et le considère comme essentiel pour eux, pour maintenir un lien social et un niveau de vie. Depuis plusieurs années, les associations d’aides aux aidants militent auprès des entreprises et les choses bougent. « Même si les entreprises ont encore du mal à investir dans des plans d’actions concrets, elles ont conscience des enjeux liés à apporter du soutien aux aidants », indique Sophie Javelaud, qui conclut : « Un dispositif simple permet de réduire d’un tiers voire de moitié les absences des aidants ».

Repérer les aidants

Mais pour tendre la main à ces salariés, qui ne se définissent pas toujours comme des aidants, qui se considèrent plutôt comme des « aimants » remplissant leur rôle de parents d’enfants handicapés ou d’enfants soutenants leurs parents vieillissants, l’entreprise doit les identifier, les repérer. C’est tout sauf simple. La plupart d’entre eux agissent en effet dans la discrétion la plus totale et ne souhaitent pas évoquer leurs problèmes personnels au bureau.Si les entreprises peuvent et doivent sensibiliser leurs collaborateurs et leurs managers au sujet, certains n’auront ni la légitimité ni les compétences pour aider le salarié en difficulté.Mais en sensibilisant l’ensemble de leurs salariés au sujet, les entreprises peuvent peut-être les repérer. Même si une personne est discrète, son manager ou ses collègues proches peuvent ressentir sa fatigue ou son stress. Informés sur les dispositifs qui existent pour soutenir et accompagner les aidants, collègues et managers peuvent devenir un relais d’information auprès de cette personne. L’encadrement peut aussi évoquer le télétravail, un aménagement du temps de travail qui privilégie temps partiel ou horaires individualisés…

Trouver une solution adaptée

Chaque aidant traverse une situation qui lui est propre. Les uns auront besoin d’une journée de temps en temps, les autres d’un temps d’absence long sur une période donnée… Les aménagements doivent être adaptés. Mais déjà des solutions existent les rappeler aux aidants peut aider. Trop peu sont au courant.Selon France Alzheimer, 44 % des aidants déclarent avoir dû poser des jours de congé ou de RTT pour s’occuper de leur proche. Pourtant, des congés spécifiques existent, prévus par la loi, permettant de ne pas utiliser son portefeuille de congés payés. Ils restent méconnus ou peu utilisés, parfois par crainte de les demander à son employeur. Le congé de présence parentale permet ainsi d’assister un enfant malade, en situation de handicap ou victime d’un accident grave. Ce congé fonctionne comme un « compte crédit jours » de 310 jours ouvrés, qui peuvent être utilisés en fonction des besoins.Le congé de solidarité familial permet de s’occuper d’un proche en situation de handicap ou en situation de dépendance. Il est de trois mois renouvelables, dans la limite d’un an pour l’ensemble de sa carrière mais n’est pas rémunéré. La loi du 2 mars 2010 prévoit le versement par l’Assurance maladie d’une allocation journalière d’accompagnement d’une personne en fin de vie aux salariés qui choisissent ce type de congé.

Évoquer le congé proche aidant

Depuis le 1er janvier 2017, le congé de proche aidant, créé par la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, permet d’accompagner un proche en situation de handicap ou en situation de dépendance. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire qu’il existe un lien de parenté. À l’issue, le salarié retrouve son emploi ou un emploi équivalent, assorti d’une rémunération au moins équivalente. Par ailleurs, certains accords collectifs peuvent fixer des modalités de prise de congé plus favorables ou des aménagements particuliers. Depuis la loi du 9 mai 2014, certaines entreprises ont mis en place les « dons de RTT » entre leurs salariés. Depuis le 1er janvier 2018, le don de jour de repos est étendu aux personnes s’occupant d’un proche souffrant d’un handicap ou d’une perte d’autonomie d’une particulière gravité.

Proposer un accompagnement extérieur

Proposer un accompagnement extérieur

Enfin, l’entreprise peut aider ses salariés à trouver une aide extérieure à l’entreprise. Un acteur neutre, garant de la confidentialité de leur situation et propos. Consciente de l’enjeu Harmonie Mutuelle a développé un service, baptisé Harmonie Service Social, qui s’appuie sur les équipes d’assistants sociaux de la mutuelle et qui peut être proposé à tous les salariés d’une entreprise et notamment aux aidants. « En capacité d’épauler les salariés pour faire face à leurs problèmes, nos équipes peuvent intervenir via une ligne dédiée, par téléphone, ou rencontrer le collaborateur sur son lieu de travail ou dans le lieu de son choix. Le recours à un tiers extérieur à l’entreprise permet de garantir l’anonymat et la confidentialité », explique Hélène Cailleaud, responsable du service action sociale pour la région Atlantique au sein d’Harmonie Mutuelle.Pour aller plus loin sur ce service, retrouvez l’article sur ces aides extérieures qui existent pour concilier vie privée et vie personnelle, cliquez.Pour en savoir plus sur comment réduire la facture de l’absentéisme, cliquez.Retrouver le e-dossier sur la qualité de vie au travail en cliquant.

Source OUEST FRANCE.

L’espérance de vie augmente mais les travailleurs pauvres profitent moins longtemps de leur retraite…

Retarder le départ à la retraite, c’est évident : on vit mieux et plus longtemps. Oui, surtout si l’on gagne bien sa vie et qu’on est cadre.

Pour les autres, les maladies professionnelles ont doublé en vingt ans.

Au bout, un constat : un homme pauvre vit presque 13 ans de moins qu’un homme riche.

Une salariée d'Ehpad, dans l'une des professions les plus éprouvantes pour les femmes ; et une femme âgée, dont l'espérance de vie découle directement du niveau de revenus au cours de son existence.

L’espérance de vie des Français s’est continuellement accrue de 1947 à 1997. Elle est ainsi passée de 66,7 à 82,3 ans pour les femmes et de 61,2 à 74,6 ans pour les hommes.

Mais ces chiffres sont des moyennes. Elles prennent en compte autant l’âge du décès des nourrissons que celui des personnes très âgées.

En l’occurrence, jusqu’à il y a une vingtaine d’années, c’est surtout la baisse de la mortalité infantile qui a fait remonter l’espérance de vie de l’ensemble de la population. Autrement dit, jusqu’à la veille des années 2000, les vieux n’ont pas tellement vécu plus vieux, mais on a moins perdu d’enfants.

En revanche, depuis vingt ans, on observe une baisse de la mortalité des personnes âgées. L’espérance de vie atteint désormais 85,3 ans pour les femmes et 79,4 ans pour les hommes.

Pour les deux sexes, la France est sur le podium européen. Mais les moyennes cachent, là encore, de fortes disparités liées, cette fois, au niveau de vie. Sur l’espérance de vie, il joue un rôle majeur.

13 ans de vie en moins pour les pauvres

Les hommes les plus pauvres vivent jusqu’à 71,7 ans. Ceux qui gagnent au moins 6 000 euros par mois vivent 12,7 années de plus. Chez les femmes, les plus pauvres vivent jusqu’à 80 ans, les plus riches, 8 ans de plus.

Les Français ne sont pas plus égaux face aux accidents du travail : 43 % concernent des ouvrier(e) s et seulement 2,5 % les cadres, selon une étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares, du ministère du Travail) sur des données 2016.

Il y a, certes, une bonne nouvelle : le nombre d’accidents du travail baisse régulièrement : 740 000 en 2000, 651 000 en 2018. Mais, grande ombre au tableau, la baisse ne concerne que les hommes. Chez les femmes, ils ont augmenté de 30 %.

Il en est de même pour les accidents de trajet (entre le domicile et le lieu de travail). De 2001 à 2016, ils ont peu progressé : de 86 100 à 87 400. Mais ce sont les femmes qui payent l’addition. Pour elles, ils ont progressé de 18,6 %, contre une baisse de 13 % pour les hommes.

En très forte hausse, le nombre de maladies professionnelles déclarées chaque année. On en comptait 49 500 en 2018 contre 20 700 en 2000. Là encore, les femmes sont de très loin les plus mal loties : la hausse les concernant est deux fois plus forte que pour les hommes.

Champions toutes catégories des pathologies professionnelles, les troubles musculo-squelettiques (TMS). Ils représentent 87 % des maladies indemnisées. Près de la moitié d’entre eux donnent lieu à des séquelles irréversibles. Et encore, le nombre est très sous-estimé selon Santé Publique France, qui estime qu’entre la moitié et les deux tiers des TMS ne sont pas déclarés.

Dur, le BTP ? Le ménage et les Ehpad aussi

Par ailleurs, les idées reçues sur la dangerosité des activités sont bousculées : les hommes victimes dans le secteur du bâtiment-travaux publics sont moins nombreux (87 000) que les femmes dans le secteur santé-nettoyage-intérim (95 300).

Du côté des maladies professionnelles, les deux domaines d’activité les plus pathogènes pour les hommes sont, là encore, le bâtiment-travaux publics (6 500 cas) et la métallurgie (4 600). Mais, de nouveau à rebours des idées reçues, les femmes atteintes de maladies professionnelles sont plus nombreuses dans les secteurs services-commerce-industries alimentaires (6 700) et santé-nettoyage-intérim (6 500).

« Ce sera davantage d’arrêts maladies… »

La mauvaise santé au travail a un coût : chaque année, 13 milliards d’euros de congés maladies, invalidité, etc.

La facture risque de s’alourdir, estime le Dr Anne-Michèle Chartier, présidente du syndicat CFE-CGC des médecins et des professionnels des services de santé au travail. « Des gens qui travaillent plus vieux, ce sera davantage d’arrêts maladies, de maladies professionnelles, d’invalidités et de personnes licenciées pour inaptitude. »

Pour le Dr Anne-Michèle Chartier, même si « l’état de santé général de la population s’améliore », il y a encore « une frustration vis-à-vis de cette pénibilité, que l’on constate et face à laquelle on a du mal à intervenir ». Et ce d’autant plus que le développement de la sous-traitance et de l’intérim « revient à externaliser le risque » en matière de santé au travail. « C’est le cas des veilleurs de nuit dans les parkings. On sous-traite l’activité, on sous-traite le risque ».

Une nécessaire politique de prévention

La prévention, cœur de métier de la médecine du travail, n’est pas facilitée par « la régression du compte pénibilité ». Mis en place durant le mandat de François Hollande, « il a été vidé de sa substance par pression du patronat ». Comportant alors 10 facteurs (travail de nuit, port de charge, exposition aux produits chimiques, etc.), il était certes « compliqué à appliquer », car « il est difficile de calculer la pénibilité de certaines expositions ou tâches ». Mais la réduction du nombre de facteurs et le renvoi à des négociations par branches professionnelles ont « dévoyé » le dispositif.

Il subsiste de plus, selon le Dr Chartier, une absence fâcheuse de prise en compte d’un certain type de pathologies, « les infarctus, les burn-out, les troubles psychiques » pourtant bel et bien « liés au stress professionnel »,, qui touchent « aussi les cadres », mais dont « le patronat ne veut pas entendre parler ».

Le Dr Chartier estime qu’un report de l’âge de la retraite rendra « d’autant plus urgent de développer une politique de prévention ambitieuse, qui soit bien déclinée sur le terrain, auprès des médecins et des inspecteurs du travail ».

Source OUEST FRANCE.

Lille : A la recherche de solutions personnalisées pour aider ceux qui aident les personnes handicapées…

Avec l’allongement de la vie, l’association Les Papillons Blancs, qui s’occupe de familles avec un proche handicapé, doivent trouver de nouvelles solutions

Brigitte Blais (à gauche), dont la sœur est handicapée, et Marie Picavet, assistante sociale aux Papillons Blancs.

  • Les Papillons Blancs, qui s’occupent de personnes handicapées mentales, viennent de mettre en place un nouveau dispositif pour soulager le travail des personnes aidantes.
  • Il s’agit d’une plate-forme de répit et d’accompagnement personnalisé pour les aidants.
  • Au programme : des formations, des cafés-rencontres, mais aussi des ateliers danse en duo avec une personne handicapée.

Venir en aide par différents moyens. L’association Les Papillons Blancs, qui s’occupe d’enfants et d’adultes en situation de handicap mental, vient de mettre en place un nouveau dispositif destiné à soulager le travail des personnes aidantes. Au sein de l’agglomération lilloise, les 2.000 familles accompagnées espèrent pouvoir souffler un peu.

« S’occuper d’un proche handicapé est une tâche très prenante dans le quotidien, mais aussi pour les démarches administratives », souligne Marie Picavet, assistante sociale chargée de ce nouveau dispositif expérimental. Il s’agit d’une plate-forme de répit et d’accompagnement personnalisé pour les aidants.

Environ 150 familles sont sur liste d’attente

Au programme : des formations, des cafés-rencontres, mais aussi des ateliers danse en duo avec une personne handicapée. « On essaie aussi de trouver les solutions les plus adaptées pour des familles qui rencontrent de plus en plus de difficultés », explique Marie Picavet. « Environ 150 familles sont sur liste d’attente pour une place dans un foyer spécialisé », souligne Les Papillons Blancs. Et dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), généralement, les personnes handicapées mentales ne peuvent être prises en charge.

Pour Brigitte Blais, le nouveau dispositif d’aide a donc joué le rôle de bouée de sauvetage. Cette jeune retraitée doit désormais s’occuper de sa sœur Véronique. « Elle est restée avec mes parents jusqu’à l’âge de 60 ans, raconte Brigitte. Mais après le décès de ma mère, cette année, mon père, qui a 90 ans, ne peut plus s’occuper d’elle tout seul. Surtout après l’hospitalisation qu’il a subie, à cause de problèmes cardiaques. »

Solution de secours

Aucune demande de placement n’avait été formulée auparavant. « Ma mère s’est arrêtée de travailler pour prendre soin de ma sœur. Mes parents ont toujours voulu qu’elle reste vivre avec eux », explique Brigitte. Il a donc fallu trouver une solution de secours auprès d’un Ehpad partenaire des Papillons Blancs. « Il existe une unité de vie pour personnes handicapées âgées », précise Marie Picavet. Chaque mois, à partir de 2020, Véronique pourra y séjourner une semaine. En attendant, elle s’y acclimate, une journée, de temps à autre.

« Voilà le genre de solution qu’il faut trouver », glisse Marie Picavet. Sachant qu’avec l’augmentation de l’espérance de vie, ce genre de situation se multiplie. Et que les auxiliaires de vie se font rares.

Source 20 MINUTES.

Peut-on retarder l’évolution de la maladie d’Alzheimer ? ….

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui ne se guérit pas.

Jugés inefficaces pour réduire les symptômes, les médicaments ne sont plus remboursés.

Existe-t-il alors des solutions efficaces pour ralentir l’aggravation de la maladie et la perte d’autonomie ?

Peut-on retarder l’évolution de la maladie d’Alzheimer ?

Troubles de la mémoire, difficultés à réaliser des actes du quotidien, changements de comportement… Les médicaments “anti-Alzheimer ” ont été récemment déremboursés, laissant près de 900 000 malades et leurs proches désemparés. Si les médicaments ne sont pas assez efficaces, que reste-t-il pour enrayer la maladie ? « Même lorsque la maladie est déclarée, tous les neurones ne sont pas touchés, explique le Pr Philippe Amouyel, épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Lille. Ils gardent une capacité à se multiplier. L’enjeu est de les stimuler afin de compenser, du moins en partie, les symptômes de la maladie. » Voici plusieurs activités, très simples, et dont les bénéfices sont démontrés. Toutes s’appuient sur les capacités restantes de la personne.

Chanter

Un essai clinique a été mené au Centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR) de Saint-Étienne : une soixantaine de patients volontaires atteints de troubles cognitifs légers ont participé chaque semaine à une séance de chorale d’une heure et demie, avec des chansons choisies par les participants. Ces ateliers ont duré trois mois. Le Dr Isabelle Rouch, coordinatrice du projet, a constaté des éléments positifs chez certains patients, notamment sur la mémoire et l’anxiété.

(Re)Commencer le sport

Plusieurs études ont évalué l’effet de la marche ou du taï-chi sur l’activité cérébrale des malades d’Alzheimer. L’une d’elles, publiée en janvier 2018, a mis en évidence l’intérêt des exercices aérobiques d’intensité modérée (marche rapide, vélo…), à raison de trois à quatre séances hebdomadaires de 45 minutes. Conclusion : “L’exercice améliore la fonction cognitive alors que celle-ci diminue dans le groupe témoin, qui n’a pas fait particulièrement d’exercice.”

Le plus simple est de marcher tous les jours. « L’important est de faire une activité physique plusieurs fois par semaine », conseille le Pr Amouyel. Il ne s’agit pas de viser des perfor­mances, mieux vaut faire des pauses au bout d’une vingtaine de minutes, voire avant si des signes de fatigue ou d’agacement se manifestent. La danse est en général très appréciée : elle inclut l’apprentissage des pas, la coordination avec la musique et, surtout, les échanges.

Jouer

« D’après diverses études, il est plus efficace pour stimuler le cerveau de faire des activités cognitives assez générales comme les jeux de plateau ou les mots croisés plutôt que des entraînements trop ciblés sur une seule tâche, explique Geoffroy Gagliardi, neuropsychologue à l’hôpital de la Salpêtrière (Paris). Mais cela ne marche que si l’activité est appréciée. »

Bien que l’efficacité des jeux vidéo sur ordinateur fasse encore débat, une étude menée par le Pr Philippe Robert, du CHU de Nice, a montré de légers bénéfices sur les capacités motrices et mentales des malades. Son équipe a mis au point le jeu X-Torp, mettant en scène un sous-marin contrôlé par le joueur pour trouver un trésor. Ces séances sont encadrées par une équipe médicale. Une deuxième étude est en cours. Le jeu est disponible pour les médecins et spécialistes de la santé sur la plateforme Curapy.

Lire

Au début de la maladie, il ne faut pas s’arrêter de lire, bien au contraire. Tout est bon du moment que l’on passe du temps sur un texte, un article de journal, que la personne le lise elle-même ou qu’elle le fasse lire par autrui.

Stimuler ses sens

Tricoter, bricoler, jardiner… ces activités font appel aux sens et aux capacités d’apprentissage. En plus de mobiliser des savoir-faire, elles font anticiper un résultat plus ou moins lointain et demandent une certaine concentration. Ce qu’il faut pour « générer de nouvelles connexions et enrichir ainsi le capital cerveau », dit le Pr Amouyel.

Soigner son audition

Des recherches ont montré que la surdité accélère le déclin cognitif, et plus encore sur un cerveau déjà malade. Les neurones qui ne sont plus sollicités finissent par mourir. Il est également possible que les lésions neurologiques qu’engendre la maladie aggravent la perte d’audition.

Quoi qu’il en soit, lassée de faire répéter sans cesse les phrases, la personne se coupe peu à peu du monde extérieur, un facteur connu pour aggraver la maladie d’Alzheimer. L’imagerie cérébrale a en effet montré que plus les personnes vivent dans la solitude, plus leur cerveau contient de substance amyloïde, principale responsable de la maladie. D’où l’importance de faire un dépistage systématique de la perte auditive, et si nécessaire, de se faire appareiller.

Utiliser la méthode Montessori

Son objectif est d’améliorer le quotidien de la personne en mobilisant ses capacités préservées et surtout, en la laissant choisir les activités. On propose des activités “porteuses de sens”, adaptées à ses capacités et à ses goûts : choisir ses vêtements, mettre la table, faire les courses, trier des photographies pour faire un album… Des recherches en gérontopsychologie ont été menées sur la méthode Montessori : elles montrent que les personnes engagées dans des activités qui leur plaisent sont plus éveillées et voient leurs troubles du comportement s’atténuer.

Tenir un planning

« Faire des tableaux planning pour la journée fait travailler la mémoire à court terme et les capacités d’anticipation », dit Geoffroy Gagliardi.

A table, s’inspirer du régime méditerranéen
Certains nutriments (acides gras insaturés, polyphénol, vitamines) largement présents dans le régime méditerranéen sont reconnus protéger les cellules, y compris les neurones. Même si aucun travail n’a encore confirmé l’effet de ce régime dans la maladie d’Alzheimer, manger du poisson deux fois par semaine, des légumes, des fruits et des fruits secs tous les jours, et utiliser 1 à 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive quotidiennes ne peut qu’être bénéfique pour le cerveau.

Source SANTE MAGAZINE.

Aidants familiaux : Quatre millions de Français s’occupent d’un senior au quotidien…

Dans plus de la moitié des cas, le proche aidant est l’enfant du senior concerné

Aidants familiaux : Quatre millions de Français s’occupent d’un senior au quotidien. Illustration d'une personne âgée accompagnée par un aidant.

Près de 3,9 millions de Français aident un proche âgé au quotidien, selon une étude* de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), publiée ce jeudi.

Pour plus de la moitié des personnes concernées (53 %), le proche aidant est l’enfant du senior concerné. Près d’un sur dix vit alors avec lui, et pour les autres, non-cohabitants, les trois quarts déclarent vivre à moins de 40 minutes du domicile de leur parent.

Des aidants qui interviennent pour les tâches quotidiennes

Les conjoints représentent ensuite 27,3 % des aidants, les autres proches du cercle familial 12 % et les proches hors famille 7 %. Dans six cas sur dix, l’aidant est une aidante. Près d’un aidant sur deux est retraité, 37 % occupent un emploi, les autres étant au chômage ou inactifs pour cause d’invalidité, précise cette étude.

Concernant l’aide apportée, 87 % disent intervenir dans la vie quotidienne (ménage, courses, repas, rendez-vous chez le médecin…), près de 8 sur 10 en soutien moral, et moins souvent pour une aide matérielle ou financière. Sans surprise, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à déclarer aider pour le ménage, la gestion administrative du quotidien, les repas ou encore pour habiller ou laver le proche. Les hommes citent plus régulièrement le bricolage et les courses.

Des conséquences sur la vie personnelle

Par ailleurs, environ 1,5 million d’aidants cohabitent avec leur proche dépendant, parmi lesquels sept sur dix sont les conjoints. Si neuf aidants sur dix estiment « tout à fait normal » d’aider leur proche, un sur deux (47 %) déclare néanmoins que cela a des conséquences négatives sur sa vie personnelle et sa santé physique ou morale.

Selon cette étude, 720.000 personnes aident par ailleurs une personne âgée résidant en maison de retraite. Quelque huit millions de personnes aident au quotidien un proche​ malade, âgé ou handicapé, selon le dernier chiffre officiel disponible daté de 2008.

*Etude réalisée en 2015 et basée sur un panel de 6.200 aidants d’un senior de plus de 60 ans résidant à domicile.

Source 20 MINUTES.