Alsace : Son fils est privé d’AVS, le papa assigne le rectorat en justice…

Tampon Conseil Handicap Info Vous avez besoin d'un professionnel de confiance ? Cliquez sur cet encart pour consulter les partenaires agréés Handicap Info dans votre région

Faute d’auxiliaire de vie scolaire pour son fils en situation de handicap le jour de la rentrée, son père a assigné le rectorat en justice.

Alsace : Son fils est privé d'AVS, le papa assigne le rectorat en justice.

  • Le père de Théo, 9 ans, scolarisé à l’école primaire de Dettwiller, dans le Bas-Rhin, a assigné le rectorat de Strasbourg en justice.
  • En cause, l’absence d’AVS pour le petit garçon à la rentrée malgré la demande déposée par la famille dès le mois de juillet.
  • Le rectorat, qui a fini par trouver un AVS, met en avant une hausse des demandes pour expliquer cette situation.

Pour Théo, 9 ans, scolarisé à l’école primaire de Dettwiller, dans le Bas-Rhin, la rentrée a eu un goût amer. En situation de handicap, le petit garçon a droit à un auxiliaire de vie scolaire (AVS) sur décision de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Problème, le jour de la rentrée, aucun AVS à l’horizon pour Théo, qui doit compter sur l’aide de camarades et la bienveillance de sa maîtresse pour suivre la classe. « C’est très dur pour lui de se concentrer sans cette aide », explique son père, Thomas Neumuller.

« C’est déplorable d’en arriver là »

Car le petit garçon souffre d’un TDAH (trouble, déficit, attention, hyperactivité) avec un trouble du comportement. Le rectorat de Strasbourg a-t-il tardé à prendre en compte la situation de Théo ? C’est l’avis du père de Théo qui a assigné le rectorat en justice devant le tribunal administratif. « C’est déplorable d’en arriver là alors que c’est l’Education nationale, donc l’Etat qui est fautif », explique à 20 Minutes le père en colère.

Pour lui, c’est l’incompréhension, d’autant qu’il avait demandé une aide dès le mois de juillet, par courrier au rectorat. Le jour de la rentrée, il doit se contenter d’un mail de l’administration qui explique que les deux personnes contactées pour le poste d’AVS ont finalement décliné la proposition. Comment expliquer cette situation ?

« Les demandes sont en hausse »

Le rectorat assure que la procédure a été suivie à la lettre. « Le traitement des demandes d’accompagnants prend du temps mais permet de s’assurer qu’on met des personnes qualifiées et sûres pour aider les enfants », indique à 20 Minutes l’administration.

Et de rappeler que les demandes d’AVS sont en constante augmentation dans l’académie de Strasbourg. « Il y avait 7.867 élèves en situation de handicap pour l’année 2018-2019. Les demandes sont en hausse de 8 % par rapport à l’année 2017-2018 », précise le rectorat.

« Notre vie est une bataille »

Au contraire, pour Thomas Neumuller, c’est l’action judiciaire et médiatique qui a fait bouger le dossier de Théo. « Les juges administratifs rappellent à chaque fois dans ce type d’affaire les rectorats à leurs obligations élémentaires », explique Maître Roland Houver. L’audience aurait dû se tenir le 6 septembre.

Mais le jour d’avant, la nouvelle tombe. « Le rectorat a trouvé quelqu’un dès cette semaine pour s’occuper de Théo », se réjouit son père. Tout en regrettant d’avoir dû en passer par une assignation. « On a dû batailler mais notre vie est une bataille pour que Théo ait la meilleure vie possible », conclut le père de famille.

Source 20 MINUTES.

Pour marque-pages : Permaliens.