Antidépresseurs et grossesse : quel risque ?…

Il n’y a pas de lien entre la prise de ces médicaments et la survenue d’un déficit intellectuel.

Souvent diagnostiqué dans l’enfance, le déficit intellectuel toucherait entre 0,7 et 2 % de la population. Parmi les causes connues, la prise de certains médicaments antiépileptiques, et notamment du valproate de sodium, est bien démontrée. Mais est-ce que la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse peut également être un facteur de risque?

C’est la question à laquelle ont souhaité répondre les chercheurs de l’université de médecine Mount Sinai à New York. Pour étudier leur hypothèse, ils se sont penchés sur une cohorte de 179. 000 enfants nés en Suède en 2006 et 2007. Les scientifiques ont comparé un groupe de 4 000 de ces enfants exposés à des antidépresseurs et autres médicaments psychotropes pendant la grossesse à un groupe de plus de 23 .000 enfants dont les mères, diagnostiquées dépressives ou anxieuses, n’ont pas été traitées par antidépresseurs pendant la grossesse.

«Certaines femmes en situation de souffrance importante le seront encore plus si elles prennent un traitement qui va les stresser»

Antoine Pelissolo, psychiatre au CHU de Créteil

Leur conclusion, publiée en ligne sur le site de la revue spécialisée Jama Psychiatry, est rassurante: il n’existe aucun lien entre la prise d’antidépresseurs et psychotropes pendant la grossesse et l’apparition d’un déficit intellectuel. «Le léger surrisque observé est principalement lié à l’âge des parents ou au trouble psychiatrique sous-jacent dont souffre la mère», précisent les auteurs de1 l’étude….

Antidépresseurs et grossesse

Plus d’information, cliquez ici.

Source 20 Minutes.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.